Démoniak, Chapitre 20

La suite, qui sera un peu plus courte que ce que j'avais écrit initialement, car je ne me rappelle plus de tout et que je ne sais plus du tout comment j'avais agencé les événements, néanmoins les deux derniers chapitres seront plus fournis, pour autant je pense que ce chapitre 20 est cool, bien que court.. Bref, bonne lecture.
 
 
Démoniak Chapitre 20

Duel au sommet.
 
Darken
 
Dans une giclée de sang, le démon hurlant s'écroula devant Darken.
Ninor, Quol, Dante et lui se tenaient serrés les uns contre les autres, tentant de repousser la masse qui semblait infinie des démons qui s'étendait devant eux. 
Darkan para un coup grâce à Saan qui semblait illuminer dans la légère obscurité causée par le ciel pourpre, puis la plongea dans le c½ur de son assaillant. Il n'arrivait même plus à détailler les visages de ceux qui tombaient face à lui, la seule chose dont il était conscient, était le regard malveillant de son frère, Vorcar, qui restait en retrait, se contentant d'attendre que ses troupes aient suffisamment affaibli Darken et ses alliés pour leur donner le coup de grâce.
"Nous ne nous laisserons pas faire" songea Darken avec amertume.
Pourtant il sentait de plus en plus le désespoir l'envahir. Les secondes défilaient, leurs forces déclinaient tandis que l'armée de démons ne faiblissait pas. Et le portail vers le monde des Douze n'était toujours pas ouvert.
"Dépêche toi Vector... Nous ne tiendrons plus très longtemps..."
- Sens-tu tes forces s'épuiser mon frère ? lança soudain la voix tonitruante de Vorcar, surmontant le fracas métallique de la bataille. Sens-tu ta fin proche ? Ton sang gouttera mon épée d'ici quelques minutes !
Dante l'insulta.
Darken détailla son fils du coin de l'½il. Il ressemblait à sa mère, les mêmes yeux gris et fiers, la même bouche assez fine, le même rictus lorsqu'il était plongé dans la bataille.
Son corps musclé avait hérité de la puissance des démons qui provenait du sang de Darken, ainsi que des cheveux blancs si particuliers qui recouvraient son front.
Petit à petit, Darken se rendait compte à quel point il était fier de Dante. Fier d'avoir un fils. 
Ninor poussa soudain un hurlement de douleur.
Une lance sombre était fichée dans sa cuisse.
- Couvrez Ninor ! hurla Darken.
Quol, Dante et Darken se resserrèrent autour du blessé. Ninor était un démon capable de soigner, il était précieux au cas où ils seraient blessés, il ne devait surtout pas mourir. 
Cependant son seul moyen de se régénérer était d'aspirer la vie de ses ennemis.
D'un mouvement fulgurant malgré sa blessure, il saisit l'un des soldats de Vorcar qui cria en se débattant.
Le corps de Ninor changea pour prendre son apparence démoniaque, des trous apparurent dans ses mains et deux pics transparents en sortirent, transperçant la tête du démon guerrier qui roula des orbites.
Une matière rouge visqueuse se mit alors à envahir les pics de Ninor qui poussa un rugissement tandis que la plaie à sa cuisse se résorbait. 
Lorsque le soldat retomba sur le sol, il s'était vidé de son sang. Il était devenu blafard, ses yeux étaient écarquillés d'horreur. Darken n'aurais voulu sous aucun prétexte que Ninor soit son ennemi.
Ninor se redressa, il semblait désormais en pleine forme. Il attaqua avec eux.
 
Cependant la lutte était toujours aussi inégale. Bien que Ninor ait bénéficié d'un regain d'énergie, Quol, Darken et Dante étaient épuisés. Le Dieu Soleil faisait de plus en plus d'erreurs, ses bras et son torse étaient couverts d'estafilades sanglantes. Superficielles, certes, mais très douloureuses.
Ses muscles le brûlaient, Saan semblait lourde dans sa main. La fin était proche. Sa fin. Leur fin.
Alors tout finirait comme ça ? Ce serait sa dernière action ? Une défaite cuisante dans son propre monde. Il serait oublié par tous. Son fils mourrait avec lui, sans qu'ils aient eu le temps de se connaître. 
Non. Il ne devait pas laisser le désespoir l'envahir. Il leur restait un espoir. 
Si ils arrivaient à tuer Vorcar, les troupes démoniaques seraient sans chef. Elles cesseraient leur attaque si il n'y avait plus personne pour les diriger.
Darken observa son poing qui serrait Saan, recouvert de sang séché. 
Avait-il le choix ?
- Nous devons tuer mon frère, dit-il à Quol qui acquiesça.
Mais arriveraient-ils à l'atteindre ? Il semblait tellement inaccessible. Lointain. Indestructible.
"J'y perdrai probablement la vie, songea Darken. Mais les autres s'en sortiront."
Alors qu'il allait s'élancer, une énorme bruit de trompette couvrit le bruit de la bataille. 
Aussitôt, tout le monde se figea, y compris les hordes de démons. 
Tous se tournèrent vers ce son si incongru, si inattendu dans ce chaos sanglant.
A quelques dizaines de mètres du carnage se trouvait une silhouette enveloppée d'une armure blanche étincelante. Il s'agissait vraisemblablement d'un homme d'après sa carrure. Son visage était invisible à cette distance mais sa tête était couverte d'un casqué surmonté d'une plume de cygne. Dans sa main gauche il tenait une longue lance tout aussi éclatante que le reste de sa tenue. Il était accompagné de ce qui ressemblait à une armée.
- Impossible, souffla Quol. C'est...
- Nero la Légende. acheva Ninor qui avait l'air abasourdi.
L'homme en blanc lança un cri de guerre et abaissa sa lance en direction des démons. Son armée chargea et s'élança à toute vitesse. Leurs pas rapides foulaient le sol en émettant un nuage de poussière.
Tout sembla trembler autour de Darken, il entendit un cri de rage et de frustration et soudain un immense choc lorsque les démons de Néro la Légende heurtèrent ceux de Vorcar.
Ce fut une véritable hécatombe. Les corps pleuvaient vers le sol en hurlant. Les soldats de Néro ne manquaient aucun coups, l'armée démoniaque fut bientôt désordonnée. 
Vorcar semblait avoir totalement disparu et ses démons n'avaient plus aucune directive.
Certains essayèrent de s'enfuir mais l'armée de Nero avait formé un cercle autour d'eux, ils se firent massacrer.
Il n'y avait aucune pitié. Les supplications étaient bientôt éteintes, remplacées par un cri de douleur, puis le silence. En quelques minutes, tout fut terminé.
Pantelant, Darken tomba à genoux dans la poussière. Il était épuisé.
Quol et Dante l'imitèrent, seul Ninor resta debout. Tous fixèrent l'homme à l'armure immaculée qui marchait lentement vers eux, tandis que ses soldats achevaient les derniers blessés.
Il s'arrêta à deux mètres d'eux et retira son heaume.
Il avait des cheveux d'un noir de jais qui tombaient dans sa nuque, un nez droit, une mâchoire carrée. Il était parfaitement rasé, et le seul détail qui permettait de ne pas le confondre avec un humain était ses yeux d'un doré profond. Il les regardait d'un air bienveillant.
Il planta sa lance dans le sol terreux.
- Bonjour Darken.
Il adressa un signe de tête aux autres.
- Bonjour Nero.. Merci de ton aide, répondit Darken. Pourquoi ?
Nero prit du temps pour répondre, il regardait fixement Darken, enfin il eut un petit sourire.
- Tu es mon roi, et non pas Vorcar. Je n'aurais pas été un très bon vassal si je t'avais laissé dans cette situation.
- Qu'en est-t-il vraiment ? 
Encore une fois, Nero resta silencieux un moment. Il prit une grande inspiration.
- La situation est très compliquée dans la Faille. Plus que tu ne le crois, Darken. Il faut choisir ses alliés avec soin. Une résistance se met en place pour renverser la dictature de Vorcar. Ton arrivée était une occasion désespérée pour nous de trouver un allié solide. Un appui qui permettrait à beaucoup de démons de faire enfin un choix sur le camp à prendre. 
Cette réponse prit Darken au dépourvu.
- Je ne suis pas revenu pour ça, Nero.
Ce dernier haussa un sourcil.
- Pourquoi alors ?
Darken hésita. Pouvait-il lui faire confiance ? Après tout il les avait sauvés...
- Car je dois tuer Lunix. Les Démons Lune ont envahi un monde qui n'est pas le nôtre, et c'est en partie de ma faute. Je dois les arrêter.
- Je vois. Cependant...
Encore un silence. Nero semblait hésiter.
- Une fois que ce sera fait, promets moi de revenir. Nous devons au moins discuter de la situation. Beaucoup d'événements se sont enchaînés depuis la mort de ton père. Le soulèvement gronde, Darken. Tu permettrais de mettre un terme à cette histoire. Un terme à Vorcar. Il conduit notre monde au désastre. Il doit être renversé. Cependant il a encore beaucoup de fidèles. Sans l'appui du peuple... Nous n'y arriverons pas. Et le peuple sera de ton coté.
Ce fut au tour de Darken d'hésiter. Il avait toujours voulu fuir la Faille. Le monde où il avait grandi, et que pourtant il trouvait tellement hostile et étranger. Voulait-il vraiment y retourner ? Le devait-il ? 
"J'ai des devoirs envers les miens aussi, les douziens ont besoin de moi, mais pas éternellement."
- Je reviendrai.
Nero acquiesça.
- Je viens de déclarer ouvertement la guerre à Vorcar en ayant attaqué son armée et en vous ayant aidés. Le conflit va se généraliser très rapidement et je ne bénéficierai plus de l'effet de surprise. Reviens vite Darken, ou la Faille en subira les conséquences. Je vais rester avec vous jusqu'à ce que vous partiez. Dites moi juste l'endroit que je dois couvrir.
- Ici en fait, un portail vers le monde des Douze sera ouvert d'ici peu.
- Très bien, bonne chance à vous tous.
Nero leur adressa un signe de tête et disparut parmi ses hommes.
- On dirait que c'est un joyeux bordel dans ce monde, marmonna Dante.
- Et encore, tu n'as pas vu la grande révolution de 672, ou les émeutes de 817, dit Quol avec un sourire.
- On est en quel année pour vous là ?
- 2548.
Dante l'observa avec des yeux ronds et se mit à le bombarder de questions sur l'histoire des Démons.
Darken se désintéressa de la discussion et s'assit sur le rebord de la fontaine. Il ne leur restait plus qu'à attendre en priant pour que Vector parvienne à ouvrir le portail vers la tour de Victor Namarov.


Harebourg


Tout était silencieux dans le hall de la Clepsydre. Ce silence semblait tellement... étrange, aux oreilles de Harebourg. Lui qui avait vécu de longues années enfermé entre ces murs, parmi le vacarmes de tic tac des horloges, du craquement du plancher sous les pas des Sinistros. Ses jouets, qu'il avait créé suite à la glaciation de Frigost, rongé de chagrin, tentant éperdument d'oublier sa famille en ne s'arrêtant jamais de travailler.
Ses petites merveilles en somme.
Des cadavres de Cuirassés et de Sinistros jonchaient le sol. Les défenses de la Clepsydre s'étaient activées automatiquement dès l'instant où Klime et son armée avaient franchi la porte ronde.
Harebourg se demanda fugitivement si le Cordonnier était parvenu à s'en sortir mais il chassa aussitôt cette pensée éphémère. Klime était bien trop déterminé pour se faire arrêter par de simples sbires.
Tandis que le Comte enjambait délicatement le corps d'un Grodruche et se dirigeait vers les escaliers, il ne put s'empêcher de songer au passé, tant ces lieux le lui rappelaient. 
Sa femme. Ses enfants.
Missiz.
Pourtant il ne ressentait aucune haine. Aucune colère. Juste un profond chagrin. De la résignation peut être ? Mais accepter son destin était-ce de la résignation ? Ou du courage ? Du bon sens ? Quand plus aucun choix n'était possible, ne pas se battre vainement était-il dénué de sens ? Ou était-ce lâche ?
Des questions sans réponses qui se bousculaient dans son esprit. 
Cependant il savait que son plan était en place. Il était plus qu'un Comte, il était un génie. C'était son génie créatif qui avait fait prospérer l'île de Frigost. Et qui l'avait faite sombrer. 
Un sourire amer étira ses lèvres.
Son être n'était-il désormais que de chagrin et de regrets ? Alors qu'il voulait tant se racheter, tant apporter un espoir à Frigost, au monde entier ? Se haïssait-il ? Ou avait-il appris à accepter celui qu'il était ?
Harebourg continuait de grimper lentement les marches, dans ce silence oppressant. 
Il se dirigeait vers son destin. Vers le destin de tout le château de la Clepsydre. De l'île de Frigost peut être.
Le Comte se surprit à songer à la Garde du jour sans Fin. Sa discussion avec Darwin Chester lui revenait en mémoire.
Ils étaient assis autour d'une table, dans l'une des tours du château. Le vent glacial s'insinuait par les meurtrières en sifflant bruyamment. Mina Spirite se reposait toujours.
Chester et Gessé observaient intensément Harebourg qui leur avait demandé de s'asseoir et d'écouter attentivement. Il venait de leur expliquer son plan, il se tut et il lui sembla même que le vent se calma.
- Nous n'avons aucun autre choix, n'est-ce pas ? demanda Chester d'une voix sombre - légèrement tremblante. 
Le Comte acquiesça sans un mot. 
Ness Gessé se leva brusquement.
- J'ai besoin de sortir, dit-elle d'un ton assez brutal, quoique légèrement effrayé.
Elle sortit de la pièce, courant presque.
Harebourg crut entendre le soupçon d'un sanglot.
- Elle s'y fera, dit Chester après un petit temps de silence. Tout comme moi.
- Pour Mina.. commença le Comte.
- Je la réveillerai et lui annoncerai, ne vous en faites pas. 
- Est-ce vraiment le choix idéal de réveiller quelqu'un pour lui annoncer sa mort prochaine ?
Un sourire amer étira les lèvres de Darwin Chester.
- Ce serait plus cruel qu'elle ne se réveille jamais je pense. Sans avoir eu la possibilité de nous dire au revoir.
Harebourg acquiesça.
- Je vous remercie de votre aide, Darwin. Sans vous je n'aurais pas vaincu Nileza.
- Oh je pense que si. Si vous êtes réellement capable de faire ce que vous me dites... Vous vous en seriez débarrassé d'une pichenette. 
Harebourg ne répondit pas. Il se leva et Darwin Chester l'imita.
Après une brève hésitation, le Crâ tendit sa main au Comte qui la serra avec un bref hochement de tête.
- Je ne pensais pas dire cela un jour, mais je respecte vos actions et votre choix, dit Chester en lui lâchant la main. Je vous souhaite bonne chance.
- Adieu Darwin. Dites à Ness et Mina que je les remercie pour tout. Et que je suis profondément désolé.
- Je le ferai.
Les pensées de Harebourg stoppèrent net lorsqu'il s'arrêta devant la trappe qui menait au sommet de la Clepsydre. Il était temps d'affronter son destin. Et de tuer Klime.
Il poussa la trappe. Le blizzard le fit vaciller lorsqu'il grimpa à l'échelle et qu'il se redressa. 
Des flocons de neiges tourbillonnaient autour de lui, il observa la vue aux alentours, les pics neigeux de Frigost qui se dressaient, à moitié masqués par la neige. Et son regard s'arrêta sur une silhouette immobile qui lui tournait le dos.
- Je t'attendais, Harebourg cria la voix de velours de Klime qui peinait à surmonter le hurlement du vent. Je savais que ces traîtres me vendraient. Que tu viendrais réclamer ta vengeance.
- Je ne viens pas pour me venger Klime. Je viens pour sauver l'île de Frigost.
Un éclat de rire secoua le Cordonnier, qui se retourna lentement. Il tenait un objet ovale et brillant entre ses mains recouvertes par des gants épais. Son nez pointu frémissait, un éclat de victoire s'animait dans ses yeux cupides.
Il ne pouvait retenir un sourire qui découvrait ses dents blanches.
- Tu vois Harebourg ! Tu ne peux m'arrêter ! La puissance du Dofus des Glaces va te balayer comme un insecte ! Tu ne peux rien contre moi ! RIEN !
Le Cordonnier s'approcha lentement, savourant déjà sa victoire imminente.
- Pas même cet idiot de Lunix arriverait à me stopper ! Il pensait régner sur le monde des Douze grâce à quelques stupides épées quand moi j'ai la toute puissance d'un Dofus derrière moi ? Il se prosternera devant moi ou sera exécuté, comme le reste des démons ! Et tu sais ce qui est le pire, Harebourg ? C'est que si tu avais été un peu moins sot, un peu plus réfléchi, tu serais à mes cotés, tu serais mon lieutenant comme moi j'ai été le tien. Mieux que ça, tu serais mon exécuteur ! Mon assassin personnel ! Tu peux toujours l'être si tu reviens à la raison.
Encore une fois seuls le chagrin et le vide étreignaient le c½ur de Harebourg.
- C'est moi qui ai perdu la raison Klime ? Je ne suis pas un sbire.
Les traits du visage du Cordonnier se contractèrent.
- Je fus ton sbire ! Et tu n'imagines pas quel fut mon déshonneur ! Au début c'était plaisant bien sûr, le Cordonnier personnel du plus grand génie de tous les temps ! Cependant je me suis vite rendu compte de la réalité : Je n'étais qu'un sbire, qu'un objet que tu manipulais pour créer ta Clepsydre. TU as récolté tous les honneurs pendant que je pourrissais dans l'ombre ! 
- Exprime ta ranc½ur Klime, il ne te reste que quelques instants.
Le Cordonnier poussa un hurlement de rage et tendit le Dofus des Glaces en direction de Harebourg.
Un jet glacial d'une blancheur immaculé surgit du Dofus en émettant un sifflement cristallin. 
Harebourg l'esquiva in extremis, invoqua une épée-aiguille et fonça vers le Cordonnier.
Klime se servit du Dofus pour tenter de l'atteindre mais le Comte parvint à esquiver chaque jet glacial, si il se faisait toucher il serrait immobilisé. Il ne fallait pas que ça arrive.
Presque arrivé au corps à corps, Klime changea de tactique. Il se servit du Dofus pour créer une épée glaciale dont il se servit pour attaquer. 
Sa botte fut parée par Harebourg, aussitôt le gel se propagea sur sa lame, il rompit le contact et recula d'un bon mètre.
Des jets glaciaux l'aspergèrent aussitôt et le Comte dut rouler au sol pour les esquiver, puis lancer une fuite. Sa position soudainement changée déstabilisa un instant Klime mais il se reprit aussitôt et de nouveau, se lança dans la mêlée. 
Harebourg parait chaque coup, cependant il sentait que son épée n'allait pas tenir longtemps et finirait gelée et inutilisable. Il devait en finir vite.
Nouvelle salve de coups. Klime n'était pas une fine lame, mais ses capacités étaient décuplées grâce à la puissance du Dofus des Glaces. Harebourg sentait son emprise glaciale qui peu à peu, possédait l'esprit du Cordonnier sans qu'il ne s'en rende compte.
"Les Dofus sont dangereux, ils n'ont jamais apporté que malheur et désolation".

Il se rendait désormais compte de l'emprise négative que le cadeau de Jiva avait eu sur lui. Le plongeant lentement dans la folie, le paroxysme de sa démence atteignant son apogée lors de la disparition de sa famille. Tous ces meurtres à cause d'un ½uf de glace...
Le regard de Klime, habituellement vert, blanchissait de plus en plus. Le bleu clair, presque blanc, remplaçait lentement ses pupilles. Harebourg devait en finir rapidement. Il fallait que le Cordonnier meure avant qu'il soit totalement contrôlé par la puissance frénétique du Dofus qui pourrait anéantir l'île de Frigost toute entière...
L'épée aiguille se brisa dans les mains du Comte et Klime lui porta un coup à la hanche.
Harebourg sentit un froid glacial envahir ses veines tandis que le sang giclait de la blessure. La douleur surgit alors, vive, cinglante, mordante.
Il tomba à genoux.
Klime poussa une exclamation de victoire et sa lame se porta à la gorge du Comte. 
- J'ai GAGNÉ ! hurla-t-il comme un dément. GAGNÉ Harebourg ! C'est terminé ! Le gel va s'insinuer dans ton corps et te changer peu à peu en statue de glace. C'est assez ironique n'est-ce pas ? Finir comme ta propre famille que tu as été incapable de sauver !
Harebourg leva le bras vers Klime et lança un Rayon Obscur, le jet de magie passa à coté de l'épaule gauche du Cordonnier qui n'avait esquissé aucun geste pour l'éviter. 
- Pathétique. Vraiment. Tu crois que quelques petits sorts ridicules peuvent m'atteindre ? Tu crois être plus fort qu'un Dofus, misérable petit Comte ?
Klime tenait toujours le Dofus des Glaces calé dans le pli de son coude, il laissa tomber l'épée gelée sur le sol sur lequel elle éclata en petits morceaux très fins.
- Ta fin est venue Harebourg, cependant en conservant ton corps dans la glace, je maintiendrais le sort qui nous rend immortels, toi, moi.. Hazieff, ce pleutre. Je te promets de le retrouver et de lui régler son compte, ne t'en fais pas.
Alors le Comte Harebourg éclata de rire. Non pas du rire fou auquel Klime et les anciens lieutenants étaient habitués. Ni celui qu'entendaient les aventuriers qui tentaient de lui dérober le Dofus des Glaces, jadis, avant de se faire massacrer par ses Sinistros. Non. Un rire sincère, un rire qui aurait pu sortir de la bouche de n'importe quelle personne amusée.
Klime en fut surpris. Choqué même.
- Que...
- Il y a quelque chose que tu n'as pas vraiment saisi, Klime. Hazieff a déjà un pied dans la tombe. Tout comme toi... et moi.
- Que veux-tu dire ? interrogea le Cordonnier d'une voix glacée. Tu vas tenter de me vaincre par la ruse ?
- Le Dofus des Glaces n'a qu'un maître, Klime...
Hazieff posa sa choppe sur le bois usé de la table, son regard était scotché sur le visage de Harebourg. Qui avait enlevé son chapeau.
- Comment...
- En t'éloignant de l'influence du Dofus, ses effets se sont amoindris, et tu as vieilli, de façon plus lente que n'importe quel humain, mais vieilli quand même. Tous ceux qui ont été exposés au Dofus, c'est à dire Klime, Nileza, Missiz, Sylargh, les Gardes du Jour sans Fin, toi et moi n'ont pas vieilli à cause du Dofus. Lorsque je suis mort, tué par Nail, le Dofus est resté au chateau que tu avais quitté depuis longtemps, contrairement aux quatre autres et aux Gardes. C'est pour ça que tu as l'air si vieux par rapport à nous et que moi...
 - Et donc ? Que va-t-il se passer si le Dofus est détruit ?
- Tous ceux qui ont été sous son influence mourront de vieillesse. Prématurément, sans aucune chance d'en sortir.
- Donc pour détruire Klime...
- Je dois anéantir le Dofus. Tu comprends ce que cela implique. C'est pour ça que je suis venu te voir. Pour que tu t'y prépares.
- Que je me prépare à mourir ? Cela fait longtemps que j'attends ça Harebourg, mon existence a été bien trop longue. Remplie de bien trop d'erreurs.
Un silence s'étira entre les deux hommes. Le Comte remit son chapeau en place.
- Je dois y aller. J'essayerai de ne pas avoir à détruire le Dofus. Néanmoins.. Il y a de fortes chances que je sois obligé d'en arriver là... Je te remercie pour tout Hazieff, au final tu auras été le meilleur d'entre nous. Celui qui aura compris bien avant moi les répercussions que nos choix pouvaient avoir. Je vais essayer de réparer mes torts.
- Tu y arriveras. Adieu Jaquemart.
- Adieu.
Klime était pantelant. Il commençait à comprendre. Tout cela... N'était qu'un piège.
- Pourquoi avoir tué Sylargh sans détruire le Dofus ? Et Nileza ? Pourquoi ne pas l'avoir directement anéanti ? Nous aurions tous été tués sans même avoir compris ce qu'il se passait...
- Je devais savoir si Sylargh et Nileza étaient véritablement impliqués. Et je voulais avoir à éviter de tuer des gens honnêtes qui ont voué leur existence à lutter contre nos agissements.
- Et au final...
Klime se tut, incapable de supporter la vérité.
- Si tu crois que je vais te laisser faire, tu te trompes ! J'AI le Dofus. MOI ! C'est à MOI qu'il obéit.
- Non.
Le Comte leva les bras et les dirigea vers Klime. Le Cordonnier fut aussitôt cloué sur place et le Dofus arraché à son étreinte. L'oeuf de glace vola jusque devant Harebourg.
- Non.. Tu ne peux pas !
Harebourg ignora totalement Klime. Il laissa le Dofus des Glaces voleter devant lui. Il sentait la blessure à sa hanche s'épandre de plus en plus dans son corps. Il ne lui restait que quelques minutes à vivre, déjà il sentait le froid qui l'envahissait. La blessure était mortelle. Il n'avait plus d'autre choix. De toute façon, ce choix était fait depuis longtemps.
Il retira son chapeau. Klime suffoqua, totalement impressionné. 
Harebourg avait le visage d'un jeune adulte, à peine plus d'un adolescent. Les effets prolongés du Dofus des Glaces avait empêché son corps de vieillir. Sa voix était grave, son esprit si vieux.. Et pourtant on aurait dit un gamin. Ses yeux étaient d'un bleu perçant et électrique, une légère cicatrice surmontait sa lèvre supérieure.
- Maintenant Klime, il est temps d'en finir.
- NOOOON hurla le Cordonnier. Je t'en supplie ne fais pas ça !
Un sourire étira la bouche juvénile du Comte Jaquemart Tocante de Harebourg. 
- C'est terminé.
Et d'une simple pensée, d'un simple ordre, le Dofus des Glaces explosa en une pluie très fine de neige et de glace.
Klime poussa un cri étranglé, les effets de la destruction du Dofus furent immédiats. Sa peau se fripa et il n'eut même pas le temps d'être mort qu'elle se détachait déjà de sa chair, qui suivit bientôt. Ses cheveux blanchirent prématurément, ses yeux se voilèrent, son corps se ratatina. Et en quelques secondes, il ne resta qu'un tas de poussière du Cordonnier, qui fut aussitôt balayé par le vent.
Harebourg se crispa également et tomba à genoux au sol. L'effet du temps serait plus long sur lui car son lien avec le Dofus avait été extrêmement intime. Mais il savait qu'il ne lui restait que quelques secondes à vivre.
Cependant il était heureux. Il avait accompli son destin. Il était revenu pour une raison, et avait réussi. Il retrouverait Missiz... Sa femme... Ses enfants... ou bien simplement un long sommeil sans fin ? Qu'en savait-il après tout ? Il ne gardait aucun souvenir de la mort.
Mais il était en paix.
Harebourg s'écroula sur le sol, un fin sourire étirait ses lèvres. Son visage commençait déjà à se rider. Il se dit ironiquement qu'il avait fini par ressembler à un vieil homme.
Il pensa fugitivement à Hazieff, le Volcanologue était probablement déjà mort. Pareil pour les Gardes du Jour sans Fin. 
"Tout a commencé avec moi, et tout se termine avec moi, hein..."
Sa dernière pensée fut pour Missiz, ensuite sa conscience s'éteignit.
Et bientôt, il ne resta plus rien de la longue histoire de Frigost, à part un vent glacial éternel, et une neige qui tombait sans fin sur les parois de la Clepsydre qui déchirait le ciel.
 
 
 
La suite dans Démoniak Chapitre 21 : La fierté du père !

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.166.245.10) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Calme

    04/02/2018

    Petit passage depuis longtemps et je vois que tu as abandonné ton rp. Dommage

  • Itroshira

    27/06/2017

    C'est quand la suite ? Darkophage de sable

  • Merdirin le voleur

    18/06/2017

    J'attend toujours mes items Reine des voleurs Jérôme .

  • Dark-phire

    15/06/2017

    Itroshira wrote: "Histoire passionnante et bien rédigée. Je me demande réellement pourquoi ce fameux démon a agit ainsi. Tant de questions et d'hypothèses dans ma tête ! Tu as bien caché des indices dans ton style d'écriture, avec l'emploi notamment de quelques termes à caractère ambigüe... Allez la suite ! Allez la suite ! Non j'rigole j'ai rien lu du tout."

    fils de pute

  • Itroshira

    15/06/2017

    Histoire passionnante et bien rédigée. Je me demande réellement pourquoi ce fameux démon a agit ainsi. Tant de questions et d'hypothèses dans ma tête ! Tu as bien caché des indices dans ton style d'écriture, avec l'emploi notamment de quelques termes à caractère ambigüe... Allez la suite ! Allez la suite ! Non j'rigole j'ai rien lu du tout.

  • Visiteur

    09/05/2017

    allez ca fais un mois ^^ La SUITEEEEEEEEEEEEE
    Calme

  • Visiteur

    10/04/2017

    Ok mais ormis ce detail il n'y a rien a dire sur cette partie. Elle reste interessante (limite je pense que si tu avais moin la flemme tu aurais pu en faire une histoire a part mdr^^). Hate de lire la suite en tout cas
    Calme

  • Dark-phire

    09/04/2017

    Visiteur wrote: "Tres bon episode meme si au final je suis pour le moment un peux deçu de l'histoire de Harebourg car il n'apporte pas vraiment grand chose a l'histoire. Attention l'histoire est bien ecrit et interessante . Ce que je veux dire c'est que cette partie aurait été absente de Démoniak cela n'aurais pas changé grand chose et c'est cela que je trouve dommage (a moins que tu nous prepares un surprise). Sinon bon episode je trouve avec un rythme plutot cool.
    Calme
    "

    L'histoire de Harebourg avait été ajoutée APRES que j'ai terminé d'écrire le scénario, c'était juste un petit bonus en gros x) Donc ouais t'as raison c'est une partie qui servait "à rien" sinon étoffer un peu l'histoire.

  • Visiteur

    09/04/2017

    Tres bon episode meme si au final je suis pour le moment un peux deçu de l'histoire de Harebourg car il n'apporte pas vraiment grand chose a l'histoire. Attention l'histoire est bien ecrit et interessante . Ce que je veux dire c'est que cette partie aurait été absente de Démoniak cela n'aurais pas changé grand chose et c'est cela que je trouve dommage (a moins que tu nous prepares un surprise). Sinon bon episode je trouve avec un rythme plutot cool.
    Calme

Report abuse