Démoniak, Chapitre 18

Salut à tous, comme vous avez pu le constater, j'ai arrêté la publication de Démoniak (mon RP pour les nouveaux) depuis quelques mois et il y a une raison à cela : j'ai perdu tous mes fichiers puisque mon ancien ordinateur est mort. Après une longue hésitation, j'ai finalement eu envie de réécrire la fin. Évidemment, il y aura des choses qui changeront par rapport au texte original, c'est même certain, je ne me souviens pas de tout et je n'ai plus le scénario sous les yeux. Cependant les grandes lignes de l'histoire sont toujours gravées dans ma tête et je peux sans souci reproduire la même fin. Ce qui changera, ce sera l'écriture du contenu et il manquera peut être aussi certaines choses, en effet c'est difficile de se rappeler exactement les passages que j'ai fait. Je sais que dans ce chapitre 18, il doit y avoir autre chose en plus du duel entre Victoria et James, cependant impossible de m'en rappeler et ça aide pas... Donc je vais improviser, en essayant, comme prévu, de finir en 22 chapitres. Bonne lecture ! N'oubliez pas que les anciens chapitres se trouvent sur l'article d'intro, catégorie "le coin RP de Phire" !
 

 
Chapitre 18 : La confrontation des amants
 
Victoria
 
Elle tenait la poignée de Sanguine qui lui semblait si légère. Comme une extension de son bras. Une brise provenant de la fenêtre ouverte passa sur ses bras, soulageant un très court instant la douleur des coupures. Elle sentait parfaitement le sol sous ses pieds, les jambes écartées, légèrement fléchies, prête à bondir. Elle sentait l'odeur de propre que répandait la pièce, mais aussi, celle, métallique, du sang qui coulait des cadavres des bourreaux. Et aussi du sien. Elle passa la langue sur ses lèvres et ferma les yeux un court instant, elle souhaitait déjà oublier la vision de son mari, l'épée levée, qui s'apprêtait à la frapper. A la tuer.
Elle rouvrit les yeux et darda son regard dans celui de James. Peur, amour, haine, méfiance, tendresse. Comment pouvait-elle se résoudre à se battre contre lui ? Lui transpercer le coeur de sang froid. Lui, qu'elle aimait depuis qu'elle avait dix-sept ans. Avec qui elle avait fait un enfant. L'homme de sa vie, qu'elle avait déjà perdu une fois, puis retrouvé. Ce serait comme se transpercer elle-même, comme déchirer sa propre âme. En serait-elle capable ? Et lui ? Serait-il réellement capable de la tuer sans hésitation ? Juste pour assouvir sa soif de haine et de vengeance ? Était-il vraiment le mal incarné ? Était-il entièrement contrôlé par Taman ?
Un bruit froissé. C'était l'étoffe du costume de Namarov qui avait bougé lorsqu'il avait croisé les mains devant son visage. Ses yeux bleus glacés fixaient le couple, tour à tour. James. Victoria. James. Victoria. Ce psychopathe devait se demander lequel des deux allait attaquer en premier. Lequel des deux aurait assez de haine dans son c½ur pour tuer l'autre. Et elle savait qu'au fond de lui-même, Namarov espérait la victoire de James. Sinon, sa vie risquait d'être écourtée. Et ce n'était bien évidemment pas dans ses plans. Oui, ça se voyait dans sa façon de se tenir. Namarov était le maître de ce jeu d'échec. Il contrôlait les pions, comme le roi et la reine. Le roi blanc Darken, le roi noir Lunix. Uniquement de simples pièces dans les mains du grand manipulateur. et James et elle, qu'étaient-ils ? Peut être des fous. Ou des cavaliers. Néanmoins, un simple fou peut renverser la partie. Un simple cavalier peut faire plier l'ennemi et vaincre le roi adverse. Quelles étaient les intentions de Namarov ? Vaincre les blancs ou les noirs, puis écraser ceux qui restent ? Que voulait réellement cet homme ? La domination absolue comme tous les psychopathes dans les films ? La vie éternelle ? Ça semblait pourtant être autre chose. Oui il voulait être le maître. Le maître de quoi ? Il semblait évoluer dans un jeu stratégique, déplaçant ses pions à sa guise, n'hésitant pas à sacrifier qui que ce soit dans l'unique but de gagner. Peut être était-ce cela, la réponse. Il jouait à un jeu. Et n'aimait pas perdre. Car ici, le game over, c'était la mort.
 
James attendait toujours, ils s'observaient. Elle le connaissait par coeur. Il la connaissait par coeur. Elle devinait chacune de ses faiblesses. Lui aussi. Elle comprenait sa fatigue à la vue de l'infime et minuscule goutte de sueur qui roulait sur sa tempe. Il sentait la peur de sa femme en voyant le très léger tremblement qui secouait son bras. Et dans leur coeur à tous les deux, ils sentaient que la confrontation était proche. Dans quelques instants. Quelques secondes. Oui dans quelques secondes, le duel commencerait. Un duel à mort. Un duel où il ne pouvait n'y avoir qu'un seul gagnant. Un gagnant qui ressortait à jamais meurtri. L'âme ravagée par la perte de l'être qu'ils aimaient plus que tout au monde. Non. Pas celui que j'aime le plus, pensa Victoria. Je n'ai pas le droit de perdre pour celle que j'aime plus que tout. Lyna. Pour toi, j'y arriverais. Pour toi, je le tuerai. Et pardonne moi. Pardonne moi de devoir tuer mon mari. Ton père. Pardonne moi de te priver de lui. Je n'ai pas le choix. Pour toi.
 
Ils s'élancèrent l'un vers l'autre exactement au même moment. Le pas de l'un calibré sur le pas de l'autre. Taman et Sanguine se heurtèrent dans un même geste. Une mèche de cheveux cacha un instant les yeux de Victoria. Mais elle n'avait pas besoin de ses yeux pour combattre. Combattre James c'était comme combattre son ombre. Et pour reproduire les mêmes mouvements que son ombre, il n'y a pas besoin de yeux. Elle prévoyait ce qu'il allait faire, c'était pareil pour lui. Comment vaincre son alter ego ? Son âme soeur ? Cela semblait impossible.
 - Intéressant, chuchota Namarov, qui a avait perdu son sourire ironique et suivait avec une grande attention le duel. Très intéressant.
Victoria ressentait une haine intense envers cet homme. Bien sûr, il n'était pas responsable du revirement de James, mais il essayait de le plonger encore plus dans le chaos. Il voulait en faire sa marionnette, un pantin dénué de sentiment, sans âme, qui lui obéirait au doigt et à l'½il, sans se poser de question, qui accomplirait pour lui ses sombres besognes, et appliquerait la terreur voulue par son maître. James serait celui qui agirait au grand jour, celui haït par le monde, tandis que Namarov apparaîtrait comme un bienfaiteur paisible. James était son masque. Victoria ne pouvait le tolérer. Son mari n'était pas un pantin. Elle l'avait connu lorsqu'il avait seize ans, qu'il était innocent, horrifié par le monde qui l'entourait. Celui qui se trouvait en face d'elle, maniant une lame maléfique, avec une étincelle meurtrière dans son regard n'était pas celui qu'elle avait épousé.
"Et si il était déjà perdu ?"
 
Les épées s'entrechoquèrent dans une nouvelle et violente salve de coups. Victoria essuya la sueur sur son front du revers de la main et se concentra sur le combat. Elle ne devait pas s'égarer dans ses pensées. Cela pourrait être fatal.
- Le meilleur adversaire que j'ai jamais eu, hein... chuchota James d'une voix douce.
- Le dernier. répondit Victoria sur le même ton.
- Tu peux encore renoncer, répliqua-t-il en se redressant bien droit, prenant appui sur le pommeau de Taman. Tu peux encore déposer cette épée, et nous pouvons encore vivre une vie heureuse, en sécurité. Lunix... Darken... Cette guerre entre les Lunes et les Soleils... Nous pouvons l'oublier. Être en paix. Avec notre fille. N'est-ce pas ce que tu veux ?
- Bien sûr que c'est ce que je veux. Mais si vivre dans la paix implique d'abandonner mes amis, ceux qui m'ont soutenue lorsque j'en avais besoin, ceux qui m'aiment, alors je préfère encore mourir. Je ne suis pas une lâche.
- Je n'en suis pas un non plus, souffla James à mi-voix.
- Tu renies tout ce qui t'as amené ici. Cela fait de toi un lâche.
Le visage de James s'assombrit. Il baissa légèrement la tête et fixa sa main qui tenait Taman dont la lame continuait d'émettre une lueur sombre et malsaine. Un léger tremblement secoua ses épaules. L'ébauche d'un sourire sculpta ses lèvres. Il se mit à rire doucement.
- Je ne suis pas un lâche. Je suis l'homme le plus puissant du monde des douze. Je suis le seul capable de protéger Lyna. De te protéger toi. Et je n'hésiterais pas un seul instant à arracher le coeur de "ceux qui ont fait ce que je suis" pour vous sauver. Même si cela fait de moi un lâche. Un monstre. Ou tout ce que tu veux.
- Tu ne vaux pas mieux que Lunix, au final ! s'écria Victoria.
Elle ressentit de la douleur en prononçant ces paroles. Mais elle savait qu'elles étaient vraies. Elle l'avait compris. Plus rien ne pouvait sauver James. Il avait définitivement sombré. Elle n'avait plus le choix. Elle ne devait plus se retenir. Elle devait livrer le combat de sa vie. Et transpercer le c½ur de son mari. 
Victoria se redressa à son tour, une lueur nouvelle brillait dans ses yeux. Le défi. L'amour. La haine. La peur. Le courage. Ses doigts se resserrèrent plus fermement autour de la poignée de Sanguine.
- Alors tu as fait ton choix, dit-il d'une voix tremblante de rage.
- Il semblerait.
Il la défia du regard. Il baissa les yeux.
- Je t'aime.. murmura-t-il.
- Je te hais, répondit-elle.
 
Ils se jetèrent l'un sur l'autre.
 
 
Vector
 
Zirila, Unik et Vector se trouvaient en face de l'immense tour de Medinight Corporation, la demeure dite inviolable de Victor Namarov, qui semblait tenter de percer les nuages. Même en levant la tête au maximum, Vector n'arrivait pas à apercevoir le sommet.
Jamais ils n'arriveraient à percer les défenses d'un tel bastion, et encore moins en suffisamment de temps. Car le temps leur était compté. Dans seulement quelques heures, la magie démoniaque de Darken aurait totalement rongé Vector.
Il observa ses mains, totalement devenues noires. Sa peau émettait un étrange halo sombre. Il se sentait partir de plus en plus, comme si il était dans un état second, son corps lui semblait résistant et puissant, renforcé par le pouvoir du Dieu Soleil, mais il le ressentait de moins en moins, il perdait le contrôle lentement mais sûrement.
- Vector, tu m'entends ? demanda Unik dont la voix semblait sortir des profondeurs de l'esprit embrumé du Roublard.
Le stratège l'observait avec inquiétude. Il savait lui aussi qu'il ne restait que peu de temps.
- Dans une heure il sera midi, nous devons agir vite, déclara Zirila en consultant sa montre. Si Vector n'atteint pas le sommet de la tour avant cette heure, tout espoir sera perdu. Sans Darken et Saan, nous n'avons absolument aucune chance de remporter la victoire.
- Je le sais bien, répliqua Unik avec colère. Mais je n'ai pas d'idée. On me qualifie de génie, mais je ne trouve pas la moindre PETITE idée pour nous permettre de rentrer incognito dans cette tour.
- Me faire capturer... murmura Vector.
Il tenta de se redresser, mais faillit tomber sur la route, et Zirila le retint.
- Attention, nous ne devons pas nous faire remarquer !
Mais les passants qui marchaient à vive allure d'un air affairé ne leur accordaient aucune attention.
- Te laisser capturer serait une mauvaise idée, finit par dire Unik après un instant de réflexion. Tu serais emprisonné trop longtemps, et la sécurité serait renforcée. Ils seraient méfiants, et Zirila et moi ne pourrions alors pas nous introduire dans leur base. Non, c'est beaucoup trop risqué.
- Seule solution ! souffla Vector, qui prit appui sur Zirila.
Ce dernier ne dit rien et continua de soutenir vaillamment le Roublard. De toute façon il n'avait pas le choix, c'était sur cet humain que reposait leur unique espoir.
"Quelle ironie, songea Vector. Ce sont les Démons aux capacités supérieures qui nous ont toujours dominé qui dépendent d'un vulgaire humain..."
 
Soudain, une explosion fit trembler le sol. Les gens dans les environs se mirent à hurler et à courir comme des dératés, partant dans toutes les directions, se bousculant, tombant, et n'hésitant pas à se piétiner pour s'enfuir;
"Du bétail humain pensa Vector avec amusement. Rien de plus que des bêtes sans honneur qui s'entretuent les uns les autres pour survivre quelques minutes de plus. Mais ne vous inquiétez pas, il ne reste que quelques heures avant la fin du monde."
Dans un concert de cris, d'explosions et de bruits de klaxon, un groupe fit son apparition. Vector ne les reconnaissait pas, il voyait flou, pas à plus de trois mètres, mais il entendit parfaitement les paroles empreintes de peur de Zirila.
- Les Lune ! Nous devons nous planquer ! Tout de suite !
Unik et Zirila soutinrent Vector du mieux qu'ils pouvaient et s'éloignèrent aussitôt de la rue principale, se cachant dans le recoin sombre d'une petite ruelle. Vector ne prêta pas grande attention au grand remue-ménage qui avait lieu autour de lui, il s'appuya sur le mur d'une bâtisse et se laissa glisser au sol, tandis que ses alliés démons inspectaient la tour et ses alentours avec grande attention.
- Là ! Ils arrivent ! dit Zirila à voix basse en désignant le bout de la rue avec son doigt.
Vector tenta de suivre son mouvement mais il voyait trop flou, et tout était brouillé. Il renonça.
- C'est parfait... murmura Unik.
Vector et Zirila le dévisagèrent avec stupeur. Un sourire de triomphe étirait les lèvres du stratège.
- Les Lunes vont nous ouvrir la voie ! Nous n'avons qu'à attendre qu'ils se faufilent dans la tour, puis nous y pénétrerons à notre tour.
- Combien... combien sont-ils ? demanda Vector avec difficulté - il avait de plus en plus de mal à respirer.
- Il ne reste plus beaucoup de Lune. J'aperçois Lunix.. Blakril, Yaune. Clorn. Et Tyfon. Il ne reste que eux, apparemment... 
- Ils sont seuls ?
- Non. Des mercenaires, beaucoup. Probablement ceux qu'ils avaient recruté sur Pandala.
- Na..Namarov n'a aucune chance.
- Je suis de ton avis. Il fallait une petite armée pour investir le repaire de Namarov, et Lunix l'a amenée.
- Lunix a récupéré Maan, intervint Zirila, qui observait le chef des Lune fixement. Il sera encore plus fort que prévu, nous allons devoir la jouer fine, et investir la tour sans se faire repérer. Que ce soit par les sbires de Namarov ou ceux de Lunix.
- Lunix arrivera-t-il à investir... la... la tour assez vite pour qu'on puisse s'y engouffrer à notre tour ? demanda Vector.
- Je ne sais pas. ça risque d'être serré.
- J'ai une idée, fit soudainement Unik, un nouveau sourire aux lèvres.
 
 
 
 Darken
 
L'attente devenait de plus en plus longues, à l'image du stress de Darken qui ne cessait de grimper. 
"Allez Vector, si tu échoues, nous sommes tous morts."
Attendre ainsi devenait dangereux pour Darken, comme pour ses alliés dans le Monde des Douze. 
Le Dieu Soleil connaissait son frère. Vorcar n'abandonnerait pas, il attaquerait de nouveau et pas seul, cette fois. Hors, malgré la vaillance de ses compagnons, Darken savait qu'ils ne pouvaient rien face à un bataillon de démons. 
Dante jouait distraitement avec ses pistolets, s'amusant de temps en temps à les brandir vers les rares oiseaux qui volaient dans le ciel violacé. Quol restait immobile, fixant le château de Vorcar sans un clignement de paupière. Darken fut surpris de voir Ninor l'observer avec insistance. Le Dieu Soleil haussa un sourcil interrogateur, et Ninor s'approcha de lui, s'asseyant en face.
- Que se passe-t-il ?
- Je me demandais.. commença le démon Lune d'une voix hésitante. Lorsque tout cela sera terminé... Je veux dire toutes ces guerres entre les Lune et les Soleil.. Lorsque Lunix sera vaincu. Me pardonnerez-vous ? 
Darken fut surpris par cette question. A vrai dire, il n'y avait pas pensé. Il n'avait jamais envisagé le futur depuis le début de la guerre contre Lunix. Il ne voyait que les combats, les morts. Sa mort.
Le pardon... pourrait-il pardonner à son ex-ennemi, qui en face de lui, semblait prêt à tout pour l'aider ? Oui. Il en était convaincu. Il ne voulait plus avoir à subir toutes ces morts. Toutes ces batailles futiles. Il voulait vivre dans un monde de paix.
Ninor le fixait avec intensité. Darken se contenta d'un hochement de tête, mais son regard était éloquent. 
Le démon Lune sembla soulagé. Il sourit et présenta sa main à Darken, qui la serra sans hésitation.
- Merci.
Ninor s'éloigna de Darken pour aller faire connaissance avec Dante.
Darken n'arrivait pas à imaginer le futur, il avait toujours vécu l'instant présent sans penser au lendemain. Qu'apporterait une victoire des Démons Soleil sur les Démons Lune ? La paix ? Mais une paix de combien de temps, avant qu'un nouvel être maléfique fasse son apparition ? C'était un cycle sans fin, le mal et le bien s'affrontaient dans une lutte éternelle. 
- Ce n'est pas le moment de penser à ça murmura doucement Darken pour ne pas être entendu de ses compagnons.
Quol se redressa soudain, attirant le regard de Darken. Le Démon Soleil plissait les yeux en direction du chateau, Darken suivit son regard et son sang se glaça.
Les grandes portes de la citadelle étaient ouvertes et des rangées de soldats démons en sortaient comme à l'infini. Il reconnut en première ligne, à quelques mètres de ses sbires, Vorcar et son armure noire étincelante qui semblait diriger son masque vers lui.
- Ce traître ne respecte même pas ses dettes déclara Ninor d'un ton rageux et indigné. 
- Nous avons beau être forts, ils sont beaucoup trop nombreux pour nous, marmonna Dante qui avait saisi ses deux pistolets.
- Mais nous ne nous laisserons pas faire, trancha Quol. Ce traître sans honneur mérite la mort, et je ne tomberai pas tant qu'il sera debout.
- Je m'occupe de mon frère, répliqua Darken. Vous allez devoir vous charger de son avant garde.
- Pourquoi c'est toujours toi qui garde le plus gros morceau maugréa Quol avec un petit sourire.
- Les avantages d'être le chef !
 
La troupe de Vorcar avait terminé de s'étirer, ils étaient peut être une centaine, voire plus. Tous de forme humaine, ils étaient équipés d'armures gris foncé, et de longues lances et hallebardes à l'aspect meurtrier. Certains brandissaient des haches aiguisées, mais aucun ne semblait armé d'une épée excepté leur roi qui leur hurlait des ordres incompréhensibles.
- Il a besoin d'une petite armée pour nous vaincre dit Dante d'un ton ironique.
Le bruit profond d'un cor retentit quelque part dans la cohorte de démons et ils se mirent à charger d'un seul coup, menés par Vorcar qui fut cependant très vite dissimulé par la masse.
- Préparez-vous ! cria Darken. Quol, retarde les !
Ce dernier obéit et des jets de lumière sortirent de ses mains. Ils formèrent une sorte de bouclier ovale qui s'étira à droite et à gauche tandis qu'il approchait des démons ennemis. Ils heurtèrent la lumière qui colla aussitôt à leurs armes. D'ici, Darken entendait les hurlements de frustration.
- Tu peux les garder ainsi combien de temps ?
- Pas plus de quelques minutes.
- J'espère que ce sera suffisant pour Vector...
- Il ne reste plus que trente minutes à Vector ! hurla Dante. Jamais nous ne tiendrons autant de temps de toute façon.
- Il le faudra bien, murmura Darken.
Irrémédiablement, la lumière collante de Quol s'affaiblissait et pliait de plus en plus vers le centre. La horde de démons poussait en hurlant. Des gouttes de sueurs apparurent sur le front du Démon Soleil.
- Pas plus d'une minute dit-il entre ses dents.
Dante leva ses pistolets vers la petite armée, Darken fit glisser son épée hors de son fourreau.
La lumière de Quol rompit soudainement et s'évanouit. Le Démon Soleil tomba un instant à genoux, mais se releva très vite, aidé par Ninor. 
Et les sbires de Vorcar fondirent sur eux.
 
 
Prochainement, dans Démoniak...
 
Quelle sera l'issue du duel entre Victoria et James ? Vector parviendra-t-il à ouvrir un portail vers la Faille avant que le pouvoir démoniaque ne le tue ? Darken parviendra-t-il à repousser son frère ? le Comte Harebourg doit rejoindre la Clepsydre afin de tuer Klime, quelles sont ses chances de réussir ?
 
Vous le saurez dans Démoniak, Chapitre 19 : Un coup au coeur.
 

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.156.39.245) if someone makes a complaint.

Comments :

  • X-D

    26/03/2017

    Cool j'att bien chapitre 19 :D

  • Visiteur

    01/03/2017

    tu m'etonne. Si jamais tu passe un jour par Brumaire passe faire un coucou meme si mon temps de jeu est bien plus rare. Ou qui sais avec la fusion des serveur
    Calme

  • Dark-phire

    01/03/2017

    Visiteur wrote: "tout relus de A a Z. J'espere que tu le reprendras un jour.
    Calme
    "

    Me faudrait de la motiv' xD

  • Visiteur

    01/03/2017

    tout relus de A a Z. J'espere que tu le reprendras un jour.
    Calme

  • Dark-phire

    25/02/2015

    Visiteur wrote: "norage potal :p"

    tg

  • Visiteur

    25/02/2015

    norage potal :p

  • Dark-phire

    24/02/2015

    Visiteur wrote: "J'avais compris vu ton message mdr.
    Ossa-calme
    "

    PD.

  • Visiteur

    24/02/2015

    J'avais compris vu ton message mdr.
    Ossa-calme

  • Dark-phire

    24/02/2015

    Visiteur wrote: "Je réagirais tjr à ce rp car je te fais suffisamment chier pour que tu le continue:-)
    Ossa-calme
    "

    ptin j'pensais que ct pas toi pd

  • Visiteur

    24/02/2015

    Je réagirais tjr à ce rp car je te fais suffisamment chier pour que tu le continue:-)
    Ossa-calme

Report abuse