Démoniak, Chapitre 17

On se retrouve pour le 17ème chapitre de Démoniak ! Nous sommes à présent sur la dernière ligne droite, puisqu'il ne reste que 5 chapitres. Ces chapitres ne sortiront pas tout de suite, mais comme je vous l'ai dit, lorsqu'ils arriveront, sortiront sur cinq jours au total. Fin bref, d'abord, je vous invite à lire ce 17ème chapitre ! Bonne lecture :) !
 
Démoniak, Chapitre 17

 
L'obscurité. Il n'y avait que la pénombre et le noir qui l'entouraient. Et la chaleur. Une chaleur étouffante, il sentait la sueur couler le long de son dos, une douleur sourde lui électrisait le bras et l'épaule, il se sentait oppressé de toute part, un sentiment de claustrophobie l'envahit, il sentit la panique arriver mais il la chassa, le calme qui le caractérisait tant reprit le dessus. Il inspira profondément et se mit à réfléchir. Comment se sortir d'ici ?
Déjà, dégager son bras. Il tourna la tête vers la droite et grimaça, son bras était coincé sous un gros rocher, et la douleur continuait d'affluer comme par vague qu'il s'efforçait d'ignorer. Il tenta de distinguer quelque chose dans l'obscurité mais les ténèbres étaient trop épaisses. Il tenta de lever la tête mais heurta une surface dure et un peu de poussière s'abattit sur son visage.
Il laissa retomber sa tête et eut un sourire ironique. Lui, Orion, le grand Dieu des Démons Lune, coincé sous un immense amas de rochers avec comme seule alliée l'obscurité silencieuse. Il aurait dû être avec ses hommes en train de mener la guerre contre les Démons Soleil, il aurait dû être en train de traquer Darken afin que l'obscurité règne...
« Tu veux toujours continuer cette petite guerre futile ? dit soudainement une petite voix dans sa tête. N'avais-tu pas pris conscience de ton amitié avec Darken, qui était plus importante que tout ? Plus importante que cette guerre inutile ? »
Orion serra les dents. Bien sûr que si. La vérité s'imposait à ses yeux et semblait le comprimer de toutes parts. Joras, Lunix, Blakril... Ils avaient tous raison, il était faible, il l'avait toujours été, il avait toujours eu cette envie d'éviter de faire le mal, cette envie de se libérer de ce joug, de cette prison qu'était son rôle de Dieu Lune...
«  Faible ? Est-ce de la faiblesse que d'être ce que tu es ? Tu es le Dieu Lune, mais tu es aussi le maître de la Loyauté. Ta loyauté a-t-elle vraiment failli, tout ce temps ? »
- Je n'ai jamais trahi les Démons Lune ! s'écria Orion. Je suis celui qui a hérité du pouvoir le plus stupide, mais je ne les ai jamais trahis !
« Tu ne les as jamais trahi car ta loyauté n'a jamais été pour eux. »
La vérité, de nouveau s'imposait à lui. Il comprenait. Il avait suivi une mauvaise voie, il avait fait de mauvais choix, mais jamais il n'avait été capable de tromper son ami.
«  As-tu vraiment raté le c½ur de Darken, il y a sept ans, lors de cette bataille à Bonta ? Ou l'as-tu fait volontairement ? »
Oui.. Oui... Il n'avait pas raté le c½ur de Darken. Il n'aurait jamais pu le rater. Il était bien trop précis, méticuleux. Loyal.
«  Tu l'as épargné, tu t'es laissé vaincre car déjà, tu comprenais en qui allait ta loyauté. »
- Je ne l'ai jamais trahi murmura Orion... Mais Natalia je l'ai tuée...
Une erreur. Il avait voulu ne pas trahir sa cause, il avait voulu faire son devoir, il avait choisi un mauvais chemin.
- Ma loyauté...
« Va envers Darken, ton meilleur ami, celui que tu considères comme un frère, termina la petite voix dans sa tête »
- Mon ami... comme mon frère... murmura Orion. Je l'ai abandonné... Je l'ai laissé seul, je l'ai fait souffrir...
« Il est encore temps de te racheter »
- Je ne peux plus le laisser se battre seul... Je dois l'aider.
Orion posa sa main gauche sur la roche, très proche de son visage.
- Je ne mourrais pas ici, seul, oublié de tous, sous un tas de gravats. J'aiderai mon ami, je lui serai loyal. Je rétablirai l'équilibre avec lui.
Il poussa un cri de rage et un rayon surpuissant sortit de sa paume. Il y eut un bruit assourdissant, une grosse explosion et une pluie de roche et de terre vola tout autour de lui. Il put enfin libérer son bras, loin au dessus de sa tête, le ciel luisait de centaines d'étoiles. Il fit frémir ses ailes, elles se libérèrent, il prit impulsion sur le sol et s'élança dans les airs. Le vent frais cingla son visage, il ferma les yeux à ce doux contact, il fit quelques cercles dans les airs puis s'arrêta. Ses ailes battaient pour le laisser voler sur place, loin au dessus de la montagne, éventrée, qui laissait voir un tas de rochers au dessous de ses pieds.
- Je suis le Dieu Lune ! hurla-t-il dans la nuit, la tête tournée vers la lune qui brillait et semblait gigantesque et imposante. Et je rétablirai l'équilibre avec mon ami !
Il se tourna vers le nord, et fonça, prenant la direction de Bonta. Il savait que tout se terminerait très bientôt.


Démoniak, Chapitre 17

Blakril s'extirpa avec difficulté de la crevasse, précédé par Tyfon. Il se hissa à la surface et resta allongé un moment, respirant l'air frais à grandes inspirations. Sa capuche avec glissé sur son visage, il passa une main dans ses cheveux noirs puis la glissa sur sa joue où il sentit du sang craquelé. Il s'agenouilla au moment où Tyfon se laissait tomber sur le sol, haletant.
- Unik nous a bien eu grommela Blakril en lançant un regard vers l'entrée du manoir.
Zirila, Thomas Rave, Vector et Unik semblaient avoir disparu.
- Rave est toujours avec eux, il a dû saisir une occasion pour les éliminer répliqua Tyfon.
- N'en sois pas si sûr, Unik est très intelligent, il a peut être trouvé un moyen de s'en sortir.
Ils se remirent debout avec un grognement.
- Planque toi ! Quelqu'un vient ! chuchota soudainement Tyfon.
Ils se cachèrent derrière un petit muret et observèrent les deux silhouettes qui approchaient.
- Ce sont Clorn et Yaune dit Blakril après un instant de silence.
Tyfon et Blakril se levèrent et allèrent à la rencontre de leurs compagnons : ils semblaient épuisés, étaient couverts de sang et de blessures.
- Que s'est-il passé ? demanda Blakril de sa voix glaciale en observant Clorn se laisser tomber sur le muret, un main sur le c½ur.
- Namarov, expliqua Yaune. Il nous a trahi. Il a éliminé Phirefox et nous a chassé de Bonta, nous n'avons rien pu faire, ils étaient trop nombreux, on a un peu résisté mais nous avons été contraints de prendre la fuite, autrement nous aurions été massacrés.
- L'enfoiré ! grogna Blakril. Je savais qu'il était louche et qu'on ne devait pas se fier à lui, Lunix a eu tort de lui faire confiance !
- Je suis d'accord approuva Yaune en s'asseyant à coté de Clorn.
Il y eut soudain un bruit semblable à une rafale de vent, l'air sembla se tordre devant eux et Lunix apparut, Une plume noire s'échappa de ses ailes sombres et tomba au sol. Il haletait et tenait Maan, l'épée d'Orion dans une main.
- Maître ! s'écrièrent les quatre Démons Lune d'une seule voix.
Lunix leva la main pour les faire taire.
- Je n'ai pas pu me montrer plus tôt, déclara-t-il après avoir reprit son souffle. Darken et Orion étaient plus forts que prévu, j'ai dû m'échapper en vitesse, mais utiliser mon sort de téléportation deux fois en l'espace de peu de temps m'a épuisé. Je n'ai pas pu aller aussi loin que je voulais et j'ai été attaqué par une horde de Koalak.
- Vous avez été mordu, maître ? demanda aussitôt Blakril.
- Non, répondit sèchement Lunix, je leur ai échappé mais j'ai dû traverser toute la montagne des Koalaks à pieds, et lorsque je suis arrivé au zaap du village des éleveurs, il était éteint. J'ai marché jusqu'ici pendant deux jours, la traversée de la montagne m'ayant pris un bon moment aussi.
Il eut une petite toux et accepta la bouteille d'eau que Tyfon lui tendait.
- J'ai entendu pour Namarov, reprit Lunix. Alors comme ça il a voulu m'avoir hein... N a bien intercepté James et récupéré Sanguine et Taman ?
- Non maître, N travaillait pour Namarov expliqua Clorn d'un ton hésitant. Il a amené James jusqu'à la tour de Namarov, et James avait Sanguine et Taman.
Lunix poussa un juron.
- Donc Namarov détient deux épées et Darken une...
- Qui comptez-vous attaquer ? demanda Blakril. Unik s'est enfui et nous n'avons aucune idée de l'endroit où se trouve Darken. De plus, aucune nouvelle de Thomas Rave, il s'est peut être fait repérer, ou alors il a réussi à éliminer Unik, mais j'en doute.
Lunix sembla réfléchir quelques instants puis il eut un petit sourire.
- Nous allons attaquer la tour Namarov. Il a osé me défier, il est temps pour lui d'en subir les conséquences.
Blakril, Tyfon et Yaune affichèrent un grand sourire, quant à Clorn, il semblait hésitant.
- Peut être que nous devrions laisser Darken se charger de Namarov dit-il lentement. Ça nous permettra d'éviter de perdre des troupes bêtement.
Lunix lança un regard perçant à Clorn. Il demanda, d'une voix basse, menaçante :
- Serais-tu en train de contredire mes ordres ?
Clorn rougit légèrement mais ne baissa pas les yeux.
- Non, bien sûr que non, mais je disais que peut être...
Lunix lui flanqua soudain le poing dans l'estomac, Clorn se plia en deux avec un petit grognement.
- Ne fais plus jamais de remarque murmura Lunix à l'oreille de Clorn, sinon je te transperce le c½ur. Compris ?
Clorn tourna son visage vers Lunix et l'observa avec haine.
- J'ai dit : compris ?
- Oui, répliqua sèchement Clorn.
- Bien.
Lunix se tourna vers les autres Démons Lune.
- Alors direction Bonta, nous allons réunir les humains qui nous restent et en finir avec Victor Namarov.


Démoniak, Chapitre 17

Mon nom est Taman. Mon histoire est longue, très longue, elle remonte à des siècles, des millénaires, je suis aussi ancienne que le vrai dieu Démon, celui qui dort d'un profond sommeil sans fin, caché à jamais dans la Faille, ce monde si vaste que j'ai tant parcouru dans la main de mon maître. Mon maître... Je suis la seule à connaître son nom, à tout connaître sur lui, jusqu'aux secrets les plus sombres de son âme, et c'est normal, car je sur une partie de son âme... Il m'a créée, il m'a insufflé la vie en arrachant une partie de son âme elle même, une partie de lui-même.
Quel était son but lorsqu'il avait fait ça ? Je n'en avais pas la moindre idée, il m'a créée vers la fin de sa vie mais ne m'a jamais parlé. Au début je n'étais pas vraiment consciente, j'étais comme une sorte d'esprit errant, je ne me rappelais que des bribes de mon existence, des instants sanglants lorsque je mordais la chair de mes adversaires.
Puis il disparut, subitement, la haine si forte, intense, qui m'accompagnait quotidiennement disparut, tandis que ma conscience se renforçait de jour en jour. Pendant une très longue période, j'ai été inactive, mon maître avait disparu, des mains étaient passées sur moi, on m'avait jeté dans une pièce sombre à l'abri des regards, on m'avait enfermée car on me craignait. Puis j'ai fini par avoir une véritable conscience, je me souvenais de chaque journée, la haine qui habitait mon maître m'avait été transmise, je ne le sentais plus, mais je savais que j'étais une partie de lui, que je le représentais. Je n'arrivais pas à comprendre dans quel but il m'avait créée alors que j'y réfléchissais chaque jour, après tout, seule dans le noire, je ne pouvais pas faire grand chose d'autre. Je n'étais qu'une conscience dans une épée, il m'était impossible de bouger, j'étais donc enfermée, mais les prisons ne sont jamais éternelles, n'est-ce pas ?
La suite de mon histoire viendra plus tard, un jour, lorsque quelqu'un voudra l'entendre. Pour l'instant, j'ai un adversaire à affronter, N m'observe, ou il observe plutôt le corps de James que je contrôle. Je ne peux voir le corps de mon hôte mais je sais qu'il a changé, qu'il est plus sombre, qu'il dégage une aura maléfique. Oui, je suis Taman, je suis maléfique, ils pensent savoir comment me vaincre ? Mais comment vaincre l'âme du plus puissant démon qui ait jamais foulé cette terre ?
N eut un rictus ironique.
- Tu penses que c'est en laissant le contrôle à ton épée que tu pourras me vaincre, James Ex ? Quelle naïveté. Je suis invincible.
Un éclat de rire me secoua, à travers la bouche de James. Un rire mauvais qui n'avait rien à voir avec le jeune homme. Quoique... Les esprits faibles, j'arrivais toujours à les manipuler totalement, à les soumettre à ma volonté. Pour James, c'était différent. Je n'en avais pas besoin, il acceptait de partager son corps avec moi, il n'était pas ma victime, il était mon complice.
Je m'observais à travers les yeux de James, ma lame noire brillait d'une lueur maléfique, une aura violette se dégageait d'elle, similaire à celle que produisait la peau de mon hôte. J'étais magnifique... Un ouvrage délicieux...délicat... une énigme pour les forgerons, une merveille, aucune épée ne m'égalait, aucune...
- Ne baisse pas ta garde, Taman ! me hurla N en attaquant avec Sanguine.
Je parai le coup en levant négligemment le bras, un éclair de surprise passa dans les yeux de l'Éliatrope, je souris et ce fut à mon tour d'attaquer. Le sang gicla de son torse et il alla s'écraser contre le mur, Sanguine volant à travers la pièce. Je n'avais pas bougé le pied d'un seul millimètre, N se redressa en toussant, les yeux brûlant de rage.
- Tu ne peux me vaincre, dis-je de ma voix féminine qui rendait vraiment étrange, venant d'un homme.
- Je te détruirais, abomination de la nature !
- Ce n'est pas la nature qui m'a créée.
Je daignais faire un pas vers N, puis un autre. À chaque fois que j'avançais, il reculait. L'effroi se peignit dans ses yeux. Ma victoire était proche.
- Tu pensais avoir la moindre chance contre moi ? Tu pensais, toi, petit être insignifiant, que tu pourrais vaincre la créature la plus puissante, la plus ancienne du monde entier ? TU es naïf.
Le corps de James se flouta légèrement, je regardai au sol et vit une ombre féminine, mais lorsque je regardai mes mains, c'était bien celles de James.
- Je suis Taman. Et rien ne peut m'arrêter.
Je levai de nouveau ma lame et attaquai N, cette fois il para mon coup d'une main. Il fit apparaître un pic de glace dans la main gauche et d'un geste fulgurant, tenta de me transpercer, visant l'aisselle de James. Je fis un bond en arrière et me tins à deux main, me levant haut dans les airs pour le frapper d'un geste précis et mortel. Cependant il réussit à esquiver mon coup.
Les poings de N devinrent gelés, il poussa un cri de rage, ses yeux brillèrent d'un bleu intense, des flammes semblaient s'en échapper et il se jeta sur moi. Ses deux poings joints, il porta un terrible coup à la poitrine de James, je fus projeté au sol que je traversai. J'atterris un étage en dessous sur le bureau d'une secrétaire qui poussa un cri apeuré et s'enfuit en courant. N sauta du trou à l'étage supérieur, je roulai pour l'éviter tandis que le bureau volait en éclats, projetant des morceaux de bois un peu partout.
N lança son bras droit dans ma direction pour me porter un coup mais je lui bloquai le bras en le tenant d'une main ferme. Soudain, des pics de glace sortirent de la peau de N, je lâchai aussitôt prise avec un petit grognement de douleur, la main transpercée.
- Tu vas payer ça dis-je d'une voix sifflante.
N éclata de rire et se rua de nouveau sur moi, je sentis l'esprit de James se réveiller, sans pour autant tenter de me déloger. Il observait la scène à travers ses propres yeux, bien que son corps m'obéissait.
« N est trop puissant pour le vaincre de front dit-il. Tu devras utiliser une feinte, comme moi la dernière fois. .
Très bien. Et je fais quoi ?
Épuise-toi, et ensuite tu me laisseras le contrôle.
Euh... très bien. »
Je continuai donc de résister aux assauts de plus en plus violents de N. Je sentais que l'Éliatrope prenait de plus en plus de confiance, je reculais, il avançait. Nous avions inversé les rôles.
- Eh bien Taman ? Tu n'es plus aussi bavarde tout d'un coup ! cria N, la voix vibrante.
Il était convaincu de sa proche victoire.
- Je vais enfin avoir ma revanche, je suis invincible !
Un coup de poing me fit valser contre une photocopieuse qui se renversa, projetant des feuilles blanches sur le sol. Je crachai du sang et me mis à genoux, et cette fois, un coup de pied m'envoya contre un bureau qui tomba avec moi, balançant un écran d'ordinateur contre le mur qui se fissura en grésillant. Haletant, je me relevai lentement. N fit apparaître un nouveau pic de glace, me donna un autre coup de pied et avant que je ne puisse esquisser le moindre geste, transperça l'épaule de mon hôte.
Je hurlai de douleur, l'épaule de James était en feu.
- TU VOIS ? TU VOIS ? JE SUIS INVINCIBLE !
« laisse moi le contrôle. »
J'abandonnai donc le corps de James, je ne pus plus qu'observer par ses yeux. James était agenouillé au sol, une main sur l'épaule, ma lame avait glissé loin de nous. James lâcha son épaule et baissa la main lentement. N s'approcha, son visage à quelques centimètres de celui de James, une expression de victoire tordait sa bouche.
Tout se déroula en une fraction de seconde. N levait son pic pour achever James mais ce dernier réagit à une vitesse fulgurante. Ses doigts s'étaient refermés sur une dague pendue à sa ceinture, il leva le bras rapidement. La lame transperça N sous le menton et elle ressortit par l'orbite droit de l'Éliatrope, le sang jaillit et un terrible gargouillis passa dans la gorge de N. Il s'écroula, inerte.
James eut un petit rire et se redressa. Il me ramassa.
- N est trop prévisible, mais très fort. Donc le seul moyen de l'avoir est d'être imprévisible.
Il enjamba le corps sans vie et se dirigea vers l'ascenseur pour accéder à l'étage supérieur. Une fois arrivé dans les quartiers de Namarov, il ramassa Sanguine et se dirigea vers la porte menant au bureau du président général d'un pas rapide. Il ouvrit la porte à la volée. Victoria était allongée sur une table de torture, le corps couvert d'estafilades sanglantes, deux bourreaux étaient penchés sur elle, ainsi que Namarov, qui parlait à l'oreille de la jeune femme. Plus que la vue de sa femme blessée, ce fut ses larmes qui rendit James fou de rage il courut vers les deux bourreaux, trancha la tête de l'un et transperça la poitrine de l'autre. Namarov recula de Victoria, James l'ignora et se pencha à coté de sa femme.
- Ma chérie... ma chérie, qu'est ce qu'ils t'ont fait... parle moi !
- Je...
Victoria fondit en larmes et repoussa James.
- LÂCHE MOI ! hurla-t-elle.
Je sentis la tristesse de James, il recula, choqué. Il lança un regard brûlant de rage vers Namarov qui observait la scène avec un petit sourire satisfait.
- Tu comprends que je devais te tester, James. Je devais voir jusqu'où tu serais prêt à aller pour elle. Tu dois comprendre qu'il me faut un moyen de pression sur toi, je ne peux pas me permettre de te laisser aller librement.
- JE POURRAIS VOUS TUER IMMÉDIATEMENT ! s'écria James qui fixa de nouveau Victoria qui sanglotait, toujours étendue sur la table.
- Mais tu ne le feras pas. Car tu sais très bien que je peux assurer votre protection à tous les deux. Grâce à moi, ta femme et ta fille vivront en paix, elles vivront bien, ne manqueront de rien et seront en sécurité. Tu ne veux pas prendre le risque de ne plus avoir cette protection, n'est-ce pas ?
James lança un regard brûlant de haine à Namarov.
- N'est-ce pas ?
- Oui... murmura-t-il en détournant le regard.
Namarov pencha légèrement la tête.
- J'imagine que tu as éliminé N, tu as donc eu une promotion, tu seras désormais mon exécuteur en chef. Tu conduiras mes troupes et fera quelques missions importantes pour moi, je pense que tu imagines que le poste est très bien rémunéré.
James ignorait complètement Namarov, il continuait de désespérément d'observer Victoria.
- Ma chérie... je le fais pour toi...
Victoria se redressa, les blessures qu'elle avait étaient douloureuses, mais superficielles.
Elle se tourna vers James, il recula, choqué, devant le regard de pure haine qu'elle lui lançait.
- Je te déteste, je te HAIS hurla-t-elle. TU AS TOUT GÂCHÉ TU AS FOIRÉ NOTRE VIE ! JE NE VEUX PLUS JAMAIS TE VOIR, JAMAIS ! TU SERS UN HOMME QUI M'A TORTURÉE, UN MALADE ! TU ES PIRE QUE LUI !
- Mais...
- TAIS-TOI ! Laissez-moi sortir d'ici.... LAISSEZ MOI SORTIR D'ICI 
- Je crains que pour votre propre sécurité, cela soit impossible, répliqua Namarov d'un ton aimable.
- JE M'EN FICHE DE MA SÉCURITÉ ! JE VEUX M'EN ALLER D'ICI AVEC MA FILLE ! OU EST-T-ELLE ? OU EST LYNA ?
- Lyna va très bien, Mlle Tomik...
Victoria attrapa soudain l'un des instruments de torture des bourreaux et le pointa sur Namarov qui sourit négligemment.
- Si vous me tuez, jamais vous ne saurez où elle est, non ?
- Victoria, ne fais pas ça dit James à mi-voix, en s'approchant de la jeune femme.
La main tremblante, Victoria continuait de menacer Namarov qui n'avait pas bronché, mais elle finit pas baisser son arme. James s'approcha d'elle, la désarma doucement et lui prit les mains.
- Écoute, nous allons vivre heureux désormais, je te le promets. Pardonne moi pour ce qui s'est passé avant je..
Victoria attrapa soudain Sanguine et recula, la lame de sang levée vers James.
- Vous allez me dire où se trouve ma fille, et me laisser partir, sinon je vous promets QUE JE VOUS TUE TOUS LES DEUX !
- Mais James ne vous laissera pas me tuer, Mlle Tomik. N'est-ce pas, James ?
James, tremblant, acquiesça et leva Taman vers Victoria.
- Je ne peux pas te laisser faire ça... Victoria, il peut nous protéger, nous pourrons vivre ensemble, en sécurité, et heureux, fais moi confiance !
Mais elle ne l'écoutait pas.
- Écarte toi, James, ou je devrais te tuer toi aussi.. ne m'oblige pas à détruire encore plus ma vie et celle de ma fille, je t'en prie.
Namarov éclata de rire.
- La confrontation des amants, intéressant !
James et Victoria se fixaient dans les yeux, James me leva, Victoria brandit Sanguine.
La confrontation des amants allait effectivement bientôt commencer.


La suite dans Démoniak, Chapitre 18 : La confrontation des amants.
 
A bientôt !

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.156.39.245) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Visiteur

    04/05/2014

    Bah j'ai pris le coup t'inquiete mdr. Et puis bon. Un peux de suspense ça fais pas de mal
    Ossa-calme

  • Dark-phire

    04/05/2014

    Visiteur wrote: "Rho la vache. Le roi des demon lune qui comprend enfin son bon coté. James vs Victoria. Namaroov qui va se faire tuer a un moment ou a un autre (si si c'est obligé:-)) jve la suite
    Ossa-calme
    "

    La suite qui tardera un peu :p !

  • Visiteur

    04/05/2014

    Rho la vache. Le roi des demon lune qui comprend enfin son bon coté. James vs Victoria. Namaroov qui va se faire tuer a un moment ou a un autre (si si c'est obligé:-)) jve la suite
    Ossa-calme

Report abuse