Démoniak, Chapitre 15

Salut, on se retrouve pour la suite de Démoniak, en espérant qu'elle vous plaira.
 
Démoniak, Chapitre 15

 
Démoniak, Chapitre 15

Sa bombe heurta un mercenaire, le faisant voler en morceaux sanguinolents. Vector se jeta derrière la fontaine tandis qu'une rafale de vent de Clorn projetait du gravier un peu partout, inscrivant un profond trou dans le sol, là où le Roublard s'était trouvé quelques instants auparavant.
Clorn lança une nouvelle rafale qui ouvrit le portail en fer forgé d'une telle force qu'il vola dans la cour et écrasa un soldat allié. Les mercenaires, Blakril, Clorn et Xeyril entrèrent aussitôt par la brèche et se mirent à massacrer les combattants. La flèche de la Harponneuse de Thomas Rave transperça trois mercenaires qui s'avançaient en file indienne et qui s'écroulèrent sans un cri. La Gardienne du Steamer soigna les blessés qui rampaient vers elle et se redressaient aussitôt, se jetant de nouveau dans la mêlée.
La Harponneuse élimina un dernier mercenaire et disparut, remplacée par une Tactirelle postée à la brèche qui repoussa la plupart des soldats ennemis, bien que certains arrivaient à passer. Vector dégaina un pistolet. Assisté d'Epsylon il se jeta sur Xeyril, tandis que Blakril était au prise de plusieurs guerriers et que Clorn affrontait Zirila.
Le Démon électrique tenta d'abattre Vector mais il esquiva habilement et lança une bombe qui explosa au visage de Xeyril, l'envoyant s'écraser sur la fontaine représentant un chevalier chevauchant une dragodinde. La pierre se fissura, Xeyril secoua la tête et replongea vers eux. Espylon n'était pas très efficace contre Xeyril qui pouvait facilement contrer son eau en l'électrifiant ce qui risquait de blesser le Démon Soleil et Vector. Cependant, Epsylon offrait une diversion efficace qui permettait au Roublard de préparer ses bombes.
Il lança une dernière bombe et fit un signe à Epsylon. Le Démon se jeta aussitôt sur Xeyril qui électrifia son corps, blessant son assaillant. Epsylon força Xeyril à se diriger vers les bombes et le poussa contre elles, s'écartant au même moment.
- DERNIER SOUFFLE s'écria Vector. Puis il fit exploser les bombes.
Xeyril eut le temps de leur lancer un regard d'horreur avant de se faire souffler par l'explosion. Il ne resta plus rien du démon, Vector et Epsylon furent projetés sur la statue de la fontaine qui s'effondra, il y avait un petit cratère là où se trouvait Xeyril.
Epsylon et Vector poussèrent un cri de joie mais Blakril, rendu fou de rage par la mort de son compagnon, cessa de jouer avec ses adversaires et trancha la gorge de trois soldats d'une seule feinte.
Il se rua sur eux, Epsylon se servit de l'eau de la fontaine pour former une bulle autour de Blakril, le bloquant.
- Prépare de nouveau tes bombes hurla-t-il. Je ne pourrais tenir très longtemps, fais vite !
Vector saisit une bombe et la lança en direction de la bulle d'eau puis s'agenouilla, fouilla son sac et se mit à en fabriquer une nouvelle avec rapidité.
- Je suis très vulnérable à cause de Dernier Souffle précisa le Roublard, protège moi bien.
Epsylon acquiesça. Au même moment, Zirila fut projeté contre un mur du manoir qui s'écroula avec fracas. Toute la partie gauche de la bâtisse s'affaissa avec un craquement sonore tandis que Clorn se tournait vers Epsylon et d'une rafale de vent, le projetait au sol. Epsylon fut contraint d'annuler la bulle. Il était maintenu au sol par Clorn, Blakril, le regard flamboyant, l'observa avec haine et s'approcha, tenant son épée faite d'obscurité devant lui.
- Va-t-en, Vector marmonna Epsylon. Tu dois t'échapper, tu es notre seul espoir de réussite... Dégage de là !
Vector lança un regard à Epsylon, lui adressa un bref salut de la tête et courut dans le manoir. Il retrouva très vite Unik qui aidait Zirila à se relever. Le stratège portait un arc dans une main.
- Aujourd'hui, nous n'abandonnons pas nos alliés déclara-t-il d'un ton sans réplique.
Vector le regarda un instant dans les yeux, puis fut ramené à la réalité par les cris des soldats.
- Vite, ils vont avoir Epsylon !
Unik décocha une flèche mais fut trop lent à réagir : Blakril transperça la poitrine d'Epsylon qui s'écroula au sol, sans vie. Les derniers soldats se retranchèrent derrière Unik, Zirila et Vector, qui furent rejoints par Thomas Rave dont la Tactirelle avait fini par être détruite. Il ne lui restait qu'une Harponneuse.
- C'est terminé Unik, tu es mort ! lança Blakril.
Il se jeta sur eux, suivit de Clorn et des mercenaires. Unik leva son arc et tira. La flèche alla se ficher dans la tête de Blakril qui trébucha et tomba au sol, sa capuche glissant de son visage.
- Zirila, dit simplement Unik.
Zirila se posta devant lui, posa les mains au sol et poussa un hurlement d'effort.
Le sol s'affaissa sous les Mercenaires, ils tombèrent dans un trou immense en criant d'horreur. Clorn se servit du vent pour rester en équilibre dans les airs et rattrapa le corps de Blakril avant qu'il ne tombe dans l'immense faille.
Le démon obscur reprit connaissance, arracha la flèche et la lança dans le précipice.
- Ce n'est pas terminé ! hurla-t-il.
Mais Unik avait déjà décoché une flèche. Elle toucha Clorn en plein dans la gorge, il lâcha Blakril et les deux Démons Lune tombèrent dans un long hurlement, ils n'entendirent pas de bruit pouvant confirmer qu'ils avaient heurté le sol.
- Clorn et Blakril ne sont pas morts déclara Unik en rangeant son arc dans son dos. Le seul moyen de tuer un démon supérieur est de lui transpercer le c½ur. Nous ne ferons que les retarder, mais ça nous permettra de nous rendre à Bonta.
Vector opina et observa les survivants : Trois soldats dont un grièvement blessé, Thomas Rave à peine essoufflé, Unik et Zirila qui s'était écroulé, livide, sur le sol.
- Il est...
- Oui murmura Unik. Il s'est sacrifié pour nous sauver. Cet effort le tuerait assurément... Mais nous sommes débarrassés des mercenaires... nous devons nous rendre à Bonta au plus vite.
- Oui.
Les trois soldats restèrent au manoir, pour s'occuper, entre autres, du blessé. Seuls Thomas, Vector et Unik prirent la direction de Bonta, les lieux étaient silencieux
- Je ne pensais pas que nous aurions la moindre chance contre Blakril et son armée... marmonna Vector. Zirila les a décimé, pourquoi ne pas s'être servi de son pouvoir plus tôt ?
- Nous ne voulions l'utiliser qu'en dernier recours, expliqua Unik en lançant un regard à Vector. J'aurais préféré éviter la mort d'Epsylon... peut être que si j'étais venu plus tôt, nous aurions eu une chance.
- Vous savez très bien que votre place n'est pas au combat, répliqua Thomas d'une voix douce.
Unik acquiesça, une mince lueur passa dans ses yeux. Il secoua la tête et se détourna des deux hommes.
- Bien, nous devrions être à Bonta dans les temps déclara-t-il, mais nous serons peu... Je ne sais pas de quelle manière nous allons pouvoir te faire infiltrer la tour.
- Nous trouverons un moyen.
- Oh mais... déclara Thomas Rave.
Unik et Vector se tournèrent vers lui.
- Vous n'irez pas jusque Bonta.
Et avant qu'ils ne puissent esquisser le moindre geste, Rave leva un pistolet et tira deux coups en direction de Vector.

Démoniak, Chapitre 15
Recroquevillée sur une couchette, tremblant de froid, Victoria pleurait doucement. Sa fille lui manquait tant ! Elle espérait que Lyna allait bien, qu'il ne lui était rien arrivé de mal... et James... Pourquoi... pourquoi les avait-il trahis ? Pourquoi l'avait-il trahie elle ! Elle se serra un peu plus, frigorifiée.
L'air était glacial dans les cachots de la tour de Victor Namarov. Il n'y avait aucune fenêtre dans sa petite cellule, juste une couchette au matelas dur et inconfortable et des toilettes dans un coin.
Elle savait qu'elle se trouvait dans les sous-sols de la tour, vu qu'ils l'avaient descendue avec brutalité tandis que James et N partaient à la rencontre de Namarov. La porte en fer munie d'une petite grille restait fermée et depuis trois jours on ne lui avait apporté que de minces soupes et un pichet d'eau pour la journée.
Soudaine la porte s'ouvrit et James pénétra dans la cellule, suivi de près par N qui lança un regard froid à la jeune femme.
Elle n'eut même pas la force de hurler contre son mari, il s'approcha et se laissa tomber à coté d'elle. Il la prit dans ses bras avec douceur mais elle le repoussa, cependant trop faiblement pour qu'il lâche prise.
- Viens, Victor Namarov souhaite te rencontrer.
- Laisse moi murmura-t-elle d'une voix faible.
- Ne t'inquiète pas, tout ira bien. Lyna va très bien, elle est toujours à la maison, mais je te promets que tu pourras la voir bientôt.
Ma fille... je veux la voir tout de suite.
- Après avoir parlé avec Namarov protesta James d'une voix douce. Allez, viens.
Uniquement guidée par la perspective de voir sa fille, Victoria se leva docilement mais chancela aussitôt, James la prit dans ses bras et sortit de la cellule, à la suite de N.
Ils marchèrent une dizaine de minutes avant de sortir des cachots, prirent un ascenseur qui les transporta une cinquantaine d'étages plus haut et sortirent dans une grande et belle suite.
James déposa Victoria dans une salle de bain luxueuse au carrelage éclatant, munie d'une immense baignoire. Une jupe propre attendait, pliée avec soin.
James laissa Victoria qui s'appuya contre le lavabo, puis sortit de la pièce.
Elle se doucha un moment, savonnant ses cheveux avec délice. Elle se sentait un peu mieux, bien que tenaillée par la faim. Elle but au pommeau de la douche et leva le visage vers le jet d'eau savourant le contact de l'eau chaude. Elle finit par ressortir et s'habilla. Elle s'observa un moment dans le miroir, elle avait le teint pâle et ses yeux émeraudes étaient soulignés de cernes, mais la jupe d'un rouge sang lui allait bien.
Elle trouva de quoi se maquiller ce qu'elle fit aussitôt, elle ne voulait pas paraître faible devant Namarov. Elle se coiffa également avec soin, dégageant son visage.
James l'attendait à la sortie, il lui fit un sourire incertain et lui tendit la main. Elle la refusa, se contentant de se tenir à coté de lui, le sourire du jeune homme s'effaça légèrement.
- Conduis-moi à Namarov dit-elle à voix basse.
- D'accord, suis-moi.
Toujours accompagnés de N, ils commencèrent à marcher à travers la tour jusqu'à un nouvel ascenseur. Même si elle trébuchait parfois, Victoria refusait obstinément l'aide de James. N les observait d'un regard dédaigneux, ses yeux froids exprimant une haine profonde envers le garçon qui l'avait tué huit ans auparavant.
James ignora le regard insistant de N et continua de soutenir Victoria, malgré ses protestations, certes faibles.
L'ascenseur les conduisit au dernier étage, dans un somptueux couloir au sol recouvert d'un tapis moelleux, quelques portes se trouvaient sur les cotés, mais ils se dirigeaient vers une grande porte à deux battants.
N s'immobilisa et frappa trois coups. Il fit signe à James et Victoria d'attendre puis entra. Ils entendirent un bruit de voix étouffé, puis N ressortit.
- Entre, ordonna-t-il d'un ton froid à Victoria. Ex, tu restes ici, avec moi.
James lança un regard furieux à N mais laissa Victoria entrer. La jeune femme s'avança dans une grande salle bien éclairée : en face d'elle se tenait une immense baie vitrée, derrière, Victor Namarov, assit sur un fauteuil confortable, devant un bureau impeccable. Victoria lança un regard circulaire autour d'elle. La pièce était très bien rangée, le sol brillait et la peinture semblait fraîche.
- Venez me rejoindre, Mlle Tomik dit Namarov d'une voix suffisamment forte pour qu'elle puisse l'entendre.
Elle s'avança lentement, afin d'éviter d'être saisie de vertige et s'assit sur une chaise à l'aspect beaucoup moins accueillant que le fauteuil du président de Medinight Corporation. Elle plongea son regard dans les yeux bleus, froids et calculateurs de Namarov. Il l'observait d'un regard perçant qui lui donna l'impression d'être passée aux rayons X.
- Bienvenue dans mon humble demeure, déclara-t-il après un moment de silence. Veuillez me pardonner pour la médiocrité de votre logement jusqu'à présent, vous bénéficierez désormais d'un emplacement bien plus luxueux, situé proche de mes appartements où vous pourrez vous reposer en toute tranquillité auprès de James et de votre fille, Lyna. De plus, vous serez sous bonne garde, votre protection sera assurée entre ces murs.
- Vivre sous votre coupole ne m'intéresse pas... Laissez-moi partir, ma fille et moi, je ne vous suis d'aucune utilité, ici répliqua Victoria dans un souffle.
Namarov l'étudia du regard et se caressa lentement le menton.
- En vérité, il serait très imprudent de vous laisser repartir. Votre fille, votre mari et vous courez un grand danger, je suis capable d'assurer votre survie, ici, et je pense que la bonne santé de votre enfant est tout ce qui compte pour vous. Aussi je me vois dans l'obligation de refuser votre... demande finit-il par dire en choisissant bien ses mots.
Victoria éprouvait un certain agacement envers cet homme, mais ses paroles doucereuses qui semblaient bien plus impressionnantes que des menaces la forçait à lui témoigner un certain respect.
- Et de quel danger ma famille et moi avons nous besoin d'être protégés ? demanda Victoria, s'efforçant d'adopter un ton poli et dégagé.
Namarov lui lança un nouveau regard perçant mais accepta de répondre.
- James possède un bien que Lunix convoite. Évidemment, votre mari refusera de me laisser les épées Taman et Sanguine. Aussi, si je vous laisse fuir, Lunix pourrait se servir de vous comme otage et vous vous doutez bien que je ne céderai à aucun chantage de ce démon, même si de précieuses vies sont en jeu.
Il avait dit cela avec une froideur menaçante, Victoria se sentit effrayée. Un frisson lui parcourut l'échine. Il l'avait coincée.
- Je ne veux pas qu'il arrive quoi que ce soit à Lyna murmura-t-elle. Qu'exigez-vous de moi ?
Namarov relâcha légèrement sa posture droite, poussant son dos dans son fauteuil. Il se releva et s'approcha de la fenêtre, contemplant les rues de Bonta, des centaines de mètres plus bas.
- En vérité, j'aimerais que vous surveilliez James. Il ne doit pas être corrompu par Taman, aussi, veillez bien à ce que la haine de son épée ne le consume pas. Il pourrait devenir dangereux pour vous comme pour moi. Je prends de grands risques en le laissant si proche de moi, ça pourrait conduire à ma perte, aussi je souhaiterai être prudent. Très prudent.
Victoria fixa attentivement la nuque du président, son point faible serait donc James ?
- Je pense que vous connaissez aussi bien que moi les ravages que Taman peut causer reprit Namarov. Si elle arrive à prendre le contrôle total de l'esprit de James, vous comme moi serons perdus. James ne vous reconnaîtra même plus, il vous transpercerait le c½ur sans la moindre hésitation.
Victoria frémit.
- Que ferait Lyna sans vous ? Elle a besoin de sa mère tout comme de son père. Aidez moi à maintenir James en place, et vous la sauverez. De plus, je serais parfaitement capable d'assurer votre protection.
- Pourquoi ne tuez-vous tout simplement pas James ? demanda Victoria d'une voix brisée.
- Je préfère l'avoir en allié qu'en ennemi indiqua Namarov d'un ton vague.
- Très bien. C'est tout ce que vous voulez de moi ?
- En vérité... non.
Soudain, deux hommes pénétrèrent dans la pièce, en se retournant, Victoria eut le temps de voir James qui se débattait avec N pour entrer.
- Qu'allez-vous me faire ? interrogea-t-elle d'une voix qu'elle s'efforça de rendre assurée, mais qui trembla légèrement.
Elle regarda un scalpel à l'aspect particulièrement menaçant que tenait l'un des hommes en la regardant avec un petit sourire sadique.
- Aucun mal ne vous sera fait si vous acceptez de coopérer dit Namarov de sa voix froide. Cependant, nous allons vous mettre en place.
Les deux bourreaux immobilisèrent la jeune femme et l'attachèrent au bureau du président.
- Essayez de parler demanda-t-il avec un petit rire sec. Je n'aime pas que mes affaires soient sali.
Elle lui cracha au visage. Il se contenta de baisser légèrement un doigt et un scalpel entailla le bras de Victoria qui réprima un hurlement. Namarov s'essuya le visage avec l'aide d'un mouchoir, l'air indifférent.
- Vous allez me révéler quels sont les plans de Darken. Ses effectifs, ses secrets, je veux tout savoir sur lui. Évidemment, si vous acceptez de coopérer, aucun mal ne vous sera fait et vous pourrez repartir en pleine forme. En revanche, si vous refusez, vous savez ce qui vous attend.
- JE NE TRAHIRAI JAMAIS MES AMIS hurla Victoria avec fureur. JAMAIS VOUS M'ENTENDEZ ?
Elle poussa un hurlement lorsque l'un des bourreau plongea un scalpel dans sa cuisse et l'autre dans son ventre. Elle entendit un cri de rage derrière la porte et un bruit sourd.
- ILS VOUS TUERONT ! JE VOUS JURE QU'ILS VOUS TUERONT ! VOUS MOURREZ ICI ! cria-t-elle, pleurant de douleur.
Namarov approcha son visage très près de celui de Victoria.
- Votre seul moyen de vous en sortir est de tout me révéler. Et nous avons tout notre temps, Mlle Tomik.
Elle poussa un nouveau hurlement tandis que les lames des bourreaux entaillaient de nouveau sa peau.

Démoniak, Chapitre 15
Victoria disparut dans le bureau de Namarov. Un peu inquiet, je me mis à faire les cent pas sous le regard goguenard de N.
- Tu sais James, nous avons des comptes à régler déclara l'Éliatrope au bout d'un moment d'un ton doucereux.
J'arrêtai de faire les cent pas et lui jetai un regard venimeux.
- Je n'attends que ça, que tu me défies, rétorquai-je, comme ça, je pourrais te renvoyer d'où tu viens.
Une étincelle de fureur passa dans les yeux de N mais je l'ignorai. Dans mon esprit, Taman s'agitait.
« Nous ne pouvons faire confiance à ce Namarov disait-elle. Cependant il sera toujours moins pire que Lunix... Si Lunix me met la main dessus, tu peux te dire adieu, et moi, je peux dire adieu à ma conscience... Nous devons à tout prix l'empêcher de nous atteindre. »
J'ignorai l'épée et tirai Sanguine, N s'agita, j'eus un sourire.
L'épée légendaire était très belle, sa lame rouge sang brillait d'un éclat sauvage, elle était légère dans ma main, je fis quelques moulinets avec, satisfait de la méfiance qui se peignait sur les traits de N.
- Fais attention avec ça, tu veux ? dit-il d'un ton qu'il s'efforça de ne pas rendre nerveux.
- Comme tu voudras.
Je remis Sanguine dans mon dos et m'assis, croisant les jambes. Les voix de Namarov et Victoria ne me parvenaient pas, tout semblait bien aller pour le moment.
Au bout d'un certain temps, deux hommes apparurent soudainement. Je sus aussitôt que quelque chose n'allait pas. Ils tenaient des armes tranchantes dans les mains et divers outils pendaient à leur ceinture. Avant que je ne puisse esquisser le moindre geste, N se rua sur moi et me plaqua contre le mur.
Les deux hommes entrèrent dans la pièce. Tout en me débattant, j'entendis un bruit de lutte, puis des cris de douleur. Je repoussai N et d'une voix étonnamment calme ordonnai :
- Laisse moi passer.
- Non. dit-il avec un petit sourire sadique.
Je m'approchai lentement de lui. Une colère froide m'envahit, puissante... Plus que de la colère. De la haine. Il esquissa un mouvement de recul mais se ravisa et m'observa avec un demi sourire.
- Laisse moi passer répétai-je d'une voix glaciale, menaçante.
- Crois moi que je suis navré mais...
Avant qu'il ne puisse terminer sa phrase, je bondis sur lui, et lançai Taman dans sa direction. N poussa un hurlement de rage et fit apparaître un bouclier de glace devant lui qui se fracassa sous la puissance de l'épée maléfique, mais néanmoins, parvint à le protéger.
N sauta dans un portail temporel qu'il avait créé et réapparut derrière moi. Vif comme l'éclair grâce à Taman qui me guidait, je me retournai aussitôt et parai, de Sanguine et Taman, les deux pics glacés de l'Éliatrope qui éclatèrent en morceaux et m'entaillèrent légèrement la peau. N profita de ma légère inattention due aux éclats de glace pour m'arracher Sanguine des mains, la lame de sang brilla d'une lueur sournoise tandis qu'il la faisait tournoyer avec un petit sourire satisfait.
- Tu ne peux me vaincre, James ! dit-il d'un ton assuré.
Sans répondre, je me lançai dans une nouvelle joute qu'il para sans difficulté apparente.
- Tu ne comprends donc pas ? Tu m'as vaincu grâce à un coup de chance la dernière fois, car je te sous-estimais, cette fois, je ne te laisserai pas tenir plus de deux minutes face à moi !
- Et tu me sous-estimes toujours murmurai-je, sans détourner le regard de ses yeux glacés.
N fit jaillir plusieurs portails de la main gauche et se jeta dans le plus proche. Il voyageait de portail en portail à une vitesse tellement grande qu'il en devenait flou, Sanguine n'était plus qu'une traînée rougeâtre.
Je ressentis soudain une vive douleur au bras droit, le sang gicla et je dus lâcher Taman. N réapparut subitement, Sanguine à la main, il écarta Taman du pied, saisit son épée à deux mains et sauta sur moi, la pointe vers ma poitrine. Je dus me jeter au sol pour éviter le coup, la lame s'enfonça dans la moquette, je rampai rapidement vers Taman, la saisis et me redressai, levant l'épée sombre à temps pour éviter une feinte qui m'aurait tranché la gorge. N et moi reculâmes et nous jaugeâmes du regard, haletant.
« laisse moi le contrôle ! » s'écria la voix de Taman dans mon esprit.
N m'était visiblement largement supérieur, son visage affichait déjà un sourire de victoire tandis qu'il faisait tournoyer Sanguine donc l'éclat sanglant devenait de plus en plus vif.
Elle goûterait de nouveau au sang, mais sur un cadavre, la prochaine fois.
« Tu dois me laisser le combattre » reprit Taman.
Conscient que Taman risquait de ne plus me laisser la liberté de mon corps, j'acceptai qu'elle prenne le contrôle. Je ne pus soudain plus bouger, mon esprit sembla être chassé dans un recoin sombre de mon cerveau et je sombrai dans un profond sommeil.

Prochainement, dans Démoniak...

Thomas a-t-il réussi à tuer Vector ? La mort de ce dernier entraînerait la défaite de Darken... mais qu'est-ce qui pourrait le sauver ?
Casper arrive à Otomaï avec Khin et les Démons Soleil. Ils rencontrent Otomaï qui leur explique où se trouvent Carmen et Ombre. Quels sont les plans du pirate ?
Tandis que Darken traverse la Faille, il se rappelle d'une ancienne prophétie... Lui et ses alliés sont arrivés à la fontaine, quand le roi de la Faille les attaque. Qui est-il ? Parviendront-ils à s'en débarrasser ?

Vous le saurez dans Démoniak, Chapitre 16, Le Roi de la Faille.

Le chapitre 16 arrivera demain, et le 17 après-demain, il est temps d'en finir avec Démoniak ! Cependant il y aura une petite pause entre les chapitres 17 et 18. Une fois le 18ème chapitre sorti, je rappelle qu'il y aura un chapitre par jour. La fin de Démoniak arrivera donc bientôt et marquera la fin des aventures de Darken, Victoria et James, en espérant qu'elles vous auront plu ! Voilà, ciao tout le monde !

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.156.39.245) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Dark-phire

    29/04/2014

    Visiteur wrote: "Sa devient de plus en plus violent cet histoire dis donc. Il faudrais penser a mettre le sigle interdit au moins de 18ans devant^^. J'aime bien cet épisode malgrés la fin qui nous laisse vraiment sur notre fin. Tu n'as pas le droit de couper comme cela en plein milieu d'un combat.C'est inadmissible je trouve :p
    Ossa-calme
    "

    Dommage que le combat ne reprend qu'au chapitre 17 :S

  • Visiteur

    28/04/2014

    Sa devient de plus en plus violent cet histoire dis donc. Il faudrais penser a mettre le sigle interdit au moins de 18ans devant^^. J'aime bien cet épisode malgrés la fin qui nous laisse vraiment sur notre fin. Tu n'as pas le droit de couper comme cela en plein milieu d'un combat.C'est inadmissible je trouve :p
    Ossa-calme

Report abuse