Démoniak, Chapitre 11


 Salut à tous on se retrouve pour la suite de Démoniak, on arrive enfin à la moitié de l'histoire et à partir du chapitre 12 tout va vraiment commencer à se précipiter ! Bref vous aurez un chapitre tous les 10 jours jusqu'au 17ème inclus. Ensuite il y aura une attente plus longue mais les 5 derniers chapitres sortiront en 5 jours (1/jour). Je suis actuellement en train d'écrire le chapitre 16 donc j'ai une confortable avance !
 
Voilà bonne lecture et n'hésitez pas à laisser un com !
 
Démoniak, Chapitre 11

 
Démoniak, Chapitre 11


Ils étaient à leurs trousses. Casper serra la main de Carmen, ils n'étaient plus très loin de la place du port de Madrestam où se dressait le Zaap qu'ils devaient prendre.
- Tourne à droite ! hurla une voix derrière le jeune Osamodas.
Tenant toujours la main de Carmen il bifurqua sur le coté et pénétra dans une ruelle sombre, suivit d'Unik, Arkan, Khin Fernus, Réfaïm et Mernox. Il eut le temps de voir Zirila, Epsylon Harvey Feymer et Thomas Rave continuer tout droit vers la place, poursuivis par des mercenaires ennemis et des Démons Lune.
Carmen poussa un soupir de soulagement et Unik vint rejoindre Casper.
- Nous devons rejoindre le zaap, déclara-t-il. Cependant ça aurait été du suicide de foncer tous en même temps. Les autres vont nous ouvrir une brèche et nous les rejoindrons. En attendant nous ne devons surtout pas nous faire repérer. En avant !
Casper approuva d'un signe de tête et commença à traverser la ruelle, suivit de près par Carmen, Khin et Unik. Les Démons Soleil avançaient à reculons derrière eux, attentifs au moindre geste d'un potentiel ennemi.
Unik s'arrêta brusquement, une lueur d'inquiétude dans les yeux. Tous les Démons Soleil s'étaient figés, Casper, intrigué, observa Unik qui se retourna lentement. Un léger bruit de pas se faisait entendre, l'ombre se mouvait bizarrement, formant une sorte de distorsion dans l'air, tandis que de la fumées noirâtre s'avançait vers eux. Une forme humaine dont le visage était dissimulé par un capuchon apparut lentement, comme survenu de l'obscurité elle-même. Casper vit des dents blanches et des lèvres se retrousser en un sourire victorieux. Les yeux d'un bleu pâle de Blakril se posèrent sur chacun d'eux, leur lançant un regard glacé.
- Eh bien, eh bien, où croyiez-vous aller comme ? ça dit-il d'une voix froide. Vous pensiez pouvoir me fausser compagnie ? En vous dissimulant dans l'ombre ?
Il éclata d'un rire moqueur et caressa l'ombre qui circulait autour de son corps. La fumée s'évanouit entre ses doigts.
- Mais l'obscurité est mon alliée...
Casper s'aperçut avec horreur qu'il ne pouvait bouger, les volutes sombres de Blakril le bloquait fermement. Il semblait que ses compagnons ne pouvaient pas bouger non plus.
- Tu sais, Unik. Je dois avouer que tu as réussi à me surprendre. Tu es plus malin que je ne le croyais finalement. Je t'ai sous-estimé. Cependant, cette fois, tu es coincé. Je vais prendre un malin plaisir à tuer chacun de tes amis sous tes yeux. Oh mais j'oubliais... c'est vrai que tu te fiches de la vie de tout le monde.une
Il continua de ricaner en s'approchant dangereusement de Réfaïm qui était le plus proche de lui. Une épée sembla se former à partir de l'ombre dans ses mains, il observa la lame d'un air nonchalant.
- Oui... Je vais tous vous massacrer jusqu'au dernier. La guerre est terminée, Unik. Tu as perdu, ainsi que tous les Démons Soleil. Lunix a déjà envoyé Orion se débarrasser de Darken. Échec et mat.
- Orion ? demanda Unik en haussant un sourcil.
- Surprise ! Eh oui, Lunix a trouvé le moyen de ramener quelques anciens à la vie. Orion est de nouveau parmi nous... Même si il n'est plus ce qu'il était autrefois. La mort l'a changé. Bref, vous avez perdu, Unik. Nous avons retrouvé notre Dieu, la lutte est devenue inégale, vous avez perdu beaucoup trop des votre pour pouvoir encore espérer nous résister. Et je vais afficher un nouveau record au compteur en éliminant quatre nouveaux Soleil. Solix, Vezol et Geryon ne m'ont pas suffit !
Il éclata d'un nouveau rire dément et leva son épée.
- Adieu, Réfaïm !
Il plongea son épée vers la poitrine du démon corbeau qui ferma les yeux mais la lame n'atteignit jamais sa cible. Blakril fut soudain projeté en arrière par une force invisible. Il heurta une poubelle dans un grand bruit métallique.
- Wirnox ! hurla-t-il.
La fumée qui maintenait Casper se dispersa soudain, le libérant de son emprise.
- On y va ! S'écria-t-il.
Saisissant la main de Carmen, il continua de courir, jetant un bref regard en arrière. Blakril lançait des coups de son épée immatérielle dans le vide, espérant toucher Wirnox. Il y eut soudain un bref jaillissement de sang et le Démon Lune poussa une exclamation de victoire.
- Je t'ai eu !
Cependant la diversion de Wirnox avait marché. Casper, Carmen, Khin et les Démons Soleil débouchèrent sur une grande rue qui menait à la place où le zaap, environ deux cents mètres plus loin, brillait de son bleu élégant. Ils coururent de toutes leurs forces dans sa direction, poursuivis par Blakril et des mercenaires qui jaillissaient de chaque ruelle.
Casper vit Zirila qui faisait éclater le sol, une cinquantaine de mètres devant lui, Espylon, Harvey Feymer et Thomas Rave les rejoignirent, tentant d'entraver la progression des ennemis. Unik prit la tête du groupe et dépassa Zirila qui lui emboîta le pas. Ils étaient suivis de près par Epsylon et Thomas. Une distance d'environ vingt mètres les séparaient de Casper et des autres. Harvey ralentit volontairement pour gêner ses ennemis. Casper vit, du coin de l'oeil, Tyfon apparaître et lever les mains en direction de Harvey. Une bourrasque heurta le Sram de plein fouet et le fit valser contre une maison. Un craquement sinistre retentit et le Sram tomba sur le coté, son cou formant un angle étrange.
- On y est presque ! hurla Epsylon qui tendait les deux bras de chaque coté et envoyait des murs d'eau sur les mercenaires qui tombaient, leurs hurlements recouverts par les vagues qui les submergeaient.
Carmen commençait à faiblir, Casper l'obligea à continuer en l'encourageant d'une voix saccadée. Un point de coté commençait à le faire souffrir et il avait du mal à garder son souffle. Il s'attendait à ce que les volutes de fumée de Blakril l'atteignent d'un moment à l'autre...
Unik, qui avait atteint le zaap se jeta à l'intérieur, suivit d'Epsylon et Zirila. Thomas s'arrêta pour tirer une rafale en direction d'un groupe de mercenaires puis plongea à son tour. Casper et Carmen allaient enfin y arriver, lorsqu'une explosion retentit soudainement. Le zaap vola en éclats, les deux amants plongèrent au sol tandis qu'une pluie de morceaux de pierres volaient tout autour d'eux. Un mercenaire fut soufflé par l'explosion et heurta avec force la porte d'une maison qui vola en éclats et disparut à l'intérieur de la bâtisse.
Casper se releva, aidant Carmen. La plupart des mercenaires avaient été propulsés par l'explosion du zaap, Khin Fernus se releva lentement, une main sur sa tempe d'où du sang poisseux coulait. Arkan se rapprocha de Mernox et Réfaïm. Les survivants se regroupèrent. Blakril semblait inconscient, allongé sur le sol, sa capuche avait glissé révélant ses cheveux sombres. Tyfon se relevait lentement avec un grognement de douleur, mais déjà, d'autres ennemis arrivaient au loin.
- On doit y aller dit Arkan d'une voix grave, en direction des quais, on doit trouver un bateau. Vite !
Des Pandawas ou autres soldats survivants suivirent Casper, Carmen, Khin et les Démons qui coururent vers les docks. Il n'y avait qu'un seul bateau en vue. Mernox le désigna du doigt et ils se précipitèrent vers le navire, un élégant voilier possédant trois mâts, mais pourvu d'un moteur. Une passerelle était abaissée et un homme s'y trouvait, leur faisant un signe de la main, tandis que des silhouettes indistinctes s'activaient à bord.
- Allez ! hurla Casper.
Ils approchèrent de la passerelle, Casper lut distraitement le nom, Le Vengeur, puis grimpa, tirant Carmen derrière lui. Il passa devant un homme aux épaules massive, plutôt grand dont les cheveux étaient cachés par un bandana rouge au tissu usé et s'arrêta sur le pont où des Pandawas et soldats s'entassaient déjà, tandis que des matelots les dirigeaient vers la cale.
Mernox, Arkan, Réfaïm et Khin rejoignirent Casper tandis que les retardataires montaient finalement à bord. L'homme au bandana fit signe à quatre marins aux muscles des bras saillants qui firent remonter la passerelle à l'aide de cordes. Ensuite il se tourna vers le groupe de Casper et se dirigea vers eux sans un sourire, se contentant d'un bref signe de tête.
Casper dévisagea Carmen longuement.
- Attends moi dans la cale, je te trouverais. Trouve-toi un endroit tranquille d'accord ?
L'infirmière hocha la tête et embrassa le jeune homme.
- Rejoins-moi vite.
Elle lui sourit et disparut dans les profondeurs du navire.
Casper se tourna vers l'homme au bandana qui était resté silencieux, tandis que le navire commençait à s'éloigner rapidement de Madrestam.
- Je suis le capitaine Ombre, se présenta-t-il. J'ai vu l'explosion d'ici, assez impressionnant, j'espère que vous n'avez pas eu trop de pertes.
- Pas mal, tout de même, mais une grande partie de nos hommes sont toujours en vie répondit le fils d'Osamodas.
- Très bien. Je dois emmener mon navire sur l'île d'Otomaï, j'ai quelques petites affaires à mener là-bas et des colis à livrer. C'est très important et je ne peux me permettre de m'arrêter en chemin. Je vous y déposerai et vous pourrez prendre un zaap pour rentrer à Bonta où vous devriez être en sécurité.
- Bien, dans combien de temps nous y serons ?
- Le voyage devrait prendre un peu moins de quatre jours, nous devons contourner le continent par la cote sud expliqua le capitaine Ombre d'un ton indifférent.
- Quatre jours ! s'exclama Casper avec horreur. C'est impossible ! Nous devons rejoindre Unik à Bonta bien avant ! Il va se faire écraser sinon !
Le capitaine demeura impassible.
- Je ne peux me permettre de faire la moindre escale, il est essentiel que j'arrive à Otomaï dans le délai prévu. Je suis désolé, la guerre entre les démons ne me concerne pas.
Casper poussa un juron et se mit à réfléchir intensément. Il ne remarqua pas Khin qui observait les lieux avec curiosité et leva les yeux, se figeant de stupeur.
- Ne pouvons-nous pas rejoindre le continent à l'aide d'un canot ? demanda Casper avec amertume.
- Je ne peux laisser aucun passager descendre déclara le capitaine Ombre d'une voix doucereuse. Ce serait bien trop dangereux, de plus, pas plus de quatre ou cinq hommes pourraient monter à bord d'un canot, les Démons Lune vous cueilleraient dès que vous toucheriez le rivage et vous seriez bien en peine de leur résister à cinq.
Casper réfléchissait furieusement, tandis que les Démons Soleil, voyant Khin paniqué, levaient également les yeux. Un éclair de stupeur passa dans leur regard mais il firent comme si de rien était.
- Ne pouvez-vous donc pas accélérer pour rejoindre l'île plus vite ? interrogea Casper avec fureur.
- Non, répondit Ombre d'un ton sans réplique.
Khin se mit à tirer discrètement sur la manche de Casper qui l'ignora.
- Très bien alors, nous allons rejoindre la cale et... Quoi Khin !?
Le fils d'Osamodas se tourna vers le Sadida qui leva le doigt, Casper suivit son mouvement. Il sentit son sang se glacer. En haut du plus grand mât dont les voiles étaient gonflées par la force du vent un drapeau se balançait au gré des bourrasques. Un drapeau noir comme la nuit, marqué d'un N rouge à l'aspect sinistre.
- Des... pirates ?
Ombre ricana tandis qu'un cercle de pirates se rapprochait d'eux. Arkan leva aussitôt un pistolet qu'il dirigea sur la tempe du capitaine qui n'esquissa aucun geste, se contentant de rire avec mépris.
- Tu en as mis du temps à le remarquer, Méable dit-il avec froideur.
Casper saisit aussitôt le marteau de sa ceinture, Khin leva ses deux sabres, Réfaïm et Mernox se mirent en position d'attaque, une lueur bleue brillant dans les mains du maître de la Glace.
Ombre ne semblait pas tenir compte du pistolet, il continua de parler de sa voix froide, désintéressée.
- Ce n'était pas le plan prévu, cependant c'est aussi bien. Vous auriez dû tous vous retrouver à Bonta où un piège mortel vous attendait. Quelque part tu as eu de la chance de te retrouver ici Méable, ça t'aura fait gagner du temps.
- Quel piège ? demanda Arkan avec fureur. Parle ou je te transperce la tête !
Le capitaine ricana d'un rire sans joie.
- Des troupes alliées des Démons Lune, contrôlées par Victor Namarov vous attendaient au zaap de Bonta. Tous ceux d'entre vous qui l'ont passé sont morts.
Casper sentit ses entrailles se glacer. Zirila... Thomas Rave... Epsylon... Unik. C'était un grande perte. Il ressentit de la fureur contre le stratège qui avait tant insisté pour sacrifier des troupes afin que Casper et lui-même survivent et il s'était fait avoir dans un piège puéril...
- C'était le sort qui vous était réservé à vous aussi, cependant le zaap a explosé. Je n'en connais pas la raison, peut être que quelqu'un vous a aidé, ou peut être qu'il ne s'agit que d'une coïncidence. De toute façon, cela n'a aucune importance, au lieu de mourir à Bonta, vous périrez sur ce bateau reprit Ombre.
Arkan poussa une exclamation incrédule.
- Au cas où tu ne l'aurais pas remarqué, c'est TOI qui a une arme pointée sur la tempe. Tu vas tout de suite nous laisser partir.
Ombre eut un nouveau rire froid.
- Et alors ? Admettons que tu me tues. Quelles seront vos chances de vous sortir d'ici ? Mon corps n'aura même pas le temps de toucher le sol que mon équipage vous aura déjà éliminés.
Casper vit les trois Démons Soleil échanger un regard et hocher imperceptiblement la tête.
Tout se déroula très vite. Ombre se baissa soudainement, Arkan tira et la balle alla se loger dans l'épaule d'un pirate qui s'écroula sur le sol. Réfaïm plongea sur Khin et Casper qui tombèrent tous au sol et tandis qu'Arkan se baissait, Mernox leva les bras autour de lui et gela tous les pirates du premier rang qui les entourait. Arkan se releva, tira dans un corps figé qui éclata en morceaux et se fraya un chemin en tirant une épée, tailladant tous les pirates qui se trouvaient devant lui. Casper balançait son marteau au hasard, suivant Khin. Ils formaient une file indienne qui se dirigeait vers l'arrière du navire.
- Il y a un canot hurla Arkan à l'avant de la file. Dépêchez-vous !
Casper invoqua un Craqueleur derrière lui pour entraver ses adversaires et courut à toute vitesse. Mernox gelait le sol sous les pirates qui tombaient en avant en hurlant. Arkan fut le premier à atteindre le canot. Il sauta à l'intérieur, suivit des deux démons Lune. Khin et Casper se retournèrent mais les pirates étaient à cinq mètres, patinant sur le sol gelé sans pouvoir les atteindre. Ils levèrent des mitraillettes. Casper plongea et resta sur le sol en bois tandis que les balles sifflaient autour de lui. Arkan resta à couvert quelques instants puis brandit son épée avec laquelle il trancha les cordes qui retenaient le canot au navire. Il tomba à l'eau et heurta la mer avec fracas, soulevant une gerbe d'eau qui trempa complètement Casper qui se mit à trembler : l'eau était glaciale, en descendre.
Le navire filait déjà, Casper eut le temps de voir la silhouette de Ombre se pencher et leur lancer, d'une voix railleuse :
- Nous nous reverrons Méable ! Je sais que tu vas venir sauver ton amie ! Fais vite, je ne pourrais pas retenir mes hommes longtemps !
Et il se retourna et disparut accompagné du rire de ses hommes.
Casper serra rageusement le poing.
- Nous devons les poursuivre s'écria Khin. On ne peut pas laisser nos alliés et nos amis entre les mains de ce fou furieux !
Mernox et Réfaïm approuvèrent d'un hochement de tête et se tournèrent vers Arkan et Casper.
- Qu'allons-nous faire à présent ? Nous sommes suffisamment proches des côtes pour rejoindre le continent mais c'est très risqué, les Démons ont probablement envoyé des troupes les surveiller dit Arkan d'un ton neutre.
Il se tourna vers Casper.
- Tu as une idée, fils d'Osamodas ?
Casper réfléchit intensément, se prenant le visage dans les mains. Le bruit des vagues avaient un coté apaisant qui calma sa panique et son stress, il prit une profonde inspiration : une idée lui était venue.
- Oui. Nous allons rendre visite à un vieil ami.
- Un ami ? s'étonna Réfaïm.
- Exact. Cap sur l'île de Moon.
Ses compagnons parurent surpris mais ils ne dirent rien.
Casper eut un sourire, il savait qu'il bénéficierait de l'aide dont il avait besoin.
 
Démoniak, Chapitre 11

 
Il entendait les autres haleter derrière lui, tout proche. Il avait atteint le zaap, il plongea à l'intérieur, suivit d'Epsylon, Zirila et Thomas. Unik sentit soudain une immense secousse et un bruit assourdissant. Il fut expulsé du zaap et heurta rudement le sol dallé de Bonta. Il essuya le sang de sa lèvre qu'il avait mordu par mégarde et se releva. Il s'immobilisa aussitôt.
Ils étaient entourés par des dizaines de miliciens armés de mitraillettes ou de fusils à pompe. Deux hommes s'avancèrent à travers les soldats qui leur laissèrent un passage.Du coin de l'½il, Unik vit Zirila, Epsylon et Thomas se redresser. Il soupira intérieurement. Il avait commis une erreur.
Unik reporta son regard sur les deux hommes, l'un était petit, il se tenait à moitié avachi et avait une démarche traînante, tandis que l'autre était un grand blond aux épaules carrées et aux traits rudes qui au contraire de son compagnon, se tenait droit et fier, fixant son regard d'un bleu glacé derrière des lunettes rectangulaires sur les quatre prisonniers.
- Phirefox, dit Epsylon avec mépris. Et Namarov.
Unik hocha légèrement la tête. Il n'était pas très surpris de voir Namarov, il se doutait bien qu'une personne importante à Bonta travaillait pour les Démons Lune et Namarov était en tête de liste.
Les deux hommes s'arrêtèrent devant eux. Phirefox arborait un large sourire triomphant qui tranchait nettement avec le visage impassible de Namarov qui se contentait de dévisager froidement chacun des Démons et Thomas.
- On dirait que tu as fini par commettre une erreur, Unik, s'exclama Phirefox d'un ton euphorique. Cela prouve bien que je suis le plus malin des deux.
Unik esquissa un sourire mais ne dit rien, il ouvrit et ferma sa main trois fois, puis se tint parfaitement immobile.
- Nous avons le général le plus dangereux des Démons Soleil continua Phirefox dont l'expression triomphale continuait de déformer les traits. C'est terminé, nous allons les exécuter, ainsi Orion et les autres pourront en finir avec Darken, marquant une fin à cette lutte puérile que nous mène la Lumière.
Namarov avait attentivement observé Unik pendant que Phirefox parlait, il finit par prendre la parole.
- N'attendons pas une seconde de plus déclara-t-il d'une voix douce, mais menaçante. Nous ne devons prendre absolument aucun risque inutile.
- Vous avez raison, approuva Phirefox, surexcité. Mon rival a fini par tomber grâce à ma ruse !
Namarov eut une expression fugitive sur le visage qu'Unik ne manqua pas. Il semblait être agacé par Phirefox, comme si il mettait en doute ses capacités.
Unik sentait qu'il fallait se méfier de cet homme, il semblait très dangereux avec ses expressions froides et réservées, il lui faisait bien plus peur que Phirefox ou même Lunix.
- Préparez-vous ordonna Namarov aux miliciens de son ton glacial. Ne leur laissez aucune chance.
Epsylon, Thomas Rave et Zirila tournèrent un regard désespéré vers Unik qui restait impassible.
- Tu as perdu, Unik ! s'exclama Phirefox. C'est terminé pour toi, les Démons Lune ont définitivement gagné.
Une lueur narquoise passa dans les yeux de Victor Namarov qui continuait de fixer Unik avec intensité.
- Namarov dit Unik d'une voix douce, mais audible. Nous nous reverrons, vous me semblez être un adversaire redoutable.
Namarov inclina légèrement la tête.
- Ça me semblait trop facile, je pensais bien que vous aviez une ruse pour vous sauver répondit-il d'un ton sans réplique.
Phirefox dévisagea les deux adversaires, incrédule.
- Quoi ? Quoi ? Qu'est ce que vous racontez, Namarov !? Il est fichu.
Unik sourit.
- Non. Tu sais bien que je prends toujours mes précautions, Phirefox.
Le Démon Lune le fixa avec stupeur, puis sursauta violemment. Il commençait à comprendre.
- Non... Impossible ! GARDES ! TUEZ LES IMMÉDIATEMENT !
Mais avant que les miliciens puissent esquisser le moindre geste, les prisonniers avaient disparu tandis qu'un sourire se peignait sur le visage de Namarov. Il avait enfin trouvé un adversaire à sa hauteur, semblait-il.
 
*
 
Ils atterrirent violemment sur une pelouse fraîchement tondue et humide. Des flocons de neige se mirent à tomber lentement, disparaissant dès qu'ils touchaient les épaules d'Unik qui se redressait.
Zirila, Epsylon et Thomas Rave semblaient abasourdis, à genoux dans l'herbe, ils se palpaient tout le corps, étonnés d'être toujours en vie et loin de Bonta.
- Nous sommes au manoir Darken expliqua Unik en détournant son regard qui s'arrêta sur une masse informe.
Wirnox était allongé sur le coté, comme recroquevillé, ses yeux étaient grand ouverts, sans vie. Ses cheveux bruns ébouriffés secoués par le vent tombaient sur son front. Il avait une apparence banale, grand et mince. Un mot avait glissé de sa main. Unik se pencha et le ramassa.
 
Ce fut un honneur de combattre à tes cotés.
 
Un sourire triste étira les lèvres d'Unik. Wirnox était mort en les sauvant tous, sachant que le fait de transporter quatre personnes le tuerait sur le coup. L'amertume envahit Unik. Il avait perdu un précieux atout, il avait abattu une précieuse carte.
- Wirnox... murmura Zirila.
Lui et Epsylon portèrent le cadavre, se dirigeant vers l'entrée du manoir, leurs pas crissant sur le gravier de l'allée. Thomas et Unik leur emboîtèrent le pas, silencieux.
- Et maintenant ? demanda Thomas sans regarder Unik.
- Les Démons ne tarderont pas à comprendre que nous nous trouvons ici répondit le stratège. Ils possèdent deux cerveaux très brillants. Je dois avouer que Namarov est très intelligent. Il a analysé la situation en très peu de temps, il a compris avant tous les autres ce que je ferais, et il savait que rien ne pourrait arrêter Wirnox. Phirefox est loin en dessous de Namarov et moi, car il est un combattant en plus d'un stratège. Bref, Namarov dira à Phirefox de nous envoyer les Démons Lune, au moins pour vérifier. Nous devons organiser nos défenses en attendant que Darken prenne contact avec nous.
Thomas approuva d'un hochement de tête.
- Vous avez entendu ce qu'a dit Phirefox. Il a parlé d'Orion.
- C'était prévisible. Le corps d'Orion a été placé volontairement dans la prison. Contrairement à ce que Lunix peut croire, son évasion était totalement voulue, nous avons cependant dû faire vrai pour que Lunix n'ait aucun soupçon. De plus, la mort de Kalogan fut très bénéfique, c'était un Démon extrêmement dangereux.
- L'évasion voulue ? Que voulez-vous dire ?
- J'expliquerai en temps voulu, ce n'est pas le moment.
- Très bien.
Thomas n'insista pas mais Unik remarqua qu'il brûlait de curiosité.
Il soupira et se dirigea vers le manoir, son cerveau commençant déjà à analyser diverses stratégies.
Tout commençait à se précipiter. Le dénouement était proche.


Démoniak, Chapitre 11

Darken et Dante desserrèrent leur étreinte. Le Dieu Soleil se tourna vers Quol et Vector.
- Ta jambe est guérie, Vector ?
Le Roublard acquiesça et se remit péniblement debout.
- Bien, nous devons nous remettre en route. Nous avons perdu suffisamment de temps avec Skeunk, nous devons retrouver Saan et les autres.
Cependant avant qu'ils aient pu s'avancer dans le boyau qui conduisait dans les profondeurs de la Montagne des Koalaks il furent arrêtés par une silhouette qui en sortait, essoufflée.
Incar se plia et se tint les genoux, reprenant son souffle. Il fut accueilli par des exclamations et serra la main de Dante avec gravité, ne posant aucune question.
Il se tourna aussitôt vers Darken.
- Maître, je l'ai.
Il trifouilla dans son dos et sa main saisit la garde d'une longue épée qu'il tira et fit passer à Darken.
- Saan dit-il simplement.
Darken saisit l'épée du soleil et contempla la longue lame légèrement courbée et dorée.
- Où.. ? commença-t-il.
- Dans une salle remplie de divers trésors, elle était posée dans un coin, Skeunk ne semblait pas y porter grande attention. Vous l'avez vaincu ?
- Oui nous avons eu beaucoup de chance, sans Dante j'aurais probablement été tué expliqua Darken. Des traces de Victoria, Léon et James ?
- Non, je les ai perdus et j'ai déambulé au hasard jusqu'à trouver l'épée, puis j'ai trouvé préférable de vous retrouver plutôt que de les poursuivre expliqua Incar.
- Tu as bien fait, mais ne perdons pas plus de temps, nous devons y aller !
Les Démons Soleil, Vector et Dante se retournèrent vers le boyau qui menait vers la trouée conduisant dans les landes de Sidimote mais avant qu'ils ne puissent esquisser le moindre geste, un bruit les interrompit, ils se retournèrent vivement. Quatre silhouettes s'approchaient d'eux, leurs pas résonnant sur le sol et se répercutant sur les murs. Darken sentit son sang se glacer en reconnaissant l'homme à leur tête.
Orion se tenait devant lui, suivit de près par Franboiz, Ninor et Joras, trois Démons Lune qui dévisageaient le groupe de Darken en silence.
Darken songea à Unik et prit une expression de stupeur horrifiée, imité par Quol et Incar. Vector fronçait les sourcils et Dante dévisageait le Dieu Lune avec curiosité.
Orion avait beaucoup changé. Ses cheveux autrefois d'un blanc éclatant qui ne lui donnaient nullement l'air d'un vieillard s'étaient assombris, devenant bruns et étaient beaucoup plus courts, s'élevant sur son crâne. Des poches sombres soulignaient ses yeux verts dépourvus de la moindre chaleur. Une estafilade barrait sa joue et une légère barbe commençait à prendre forme. Ses ailes de plume blanches semblaient mal en point, couvertes de sang par endroit, certaines plumes étaient grisâtres et froissées.
- Tu es surpris de me voir, Darken ? demanda-t-il avec un sourire satisfait, ignorant complètement Vector, Quol, Incar et Dante.
En réalité non, Unik avait exposé son plan à Darken, aussi, il n'était pas tellement surpris de le voir. En revanche, il se demandait quel rôle il allait réellement jouer...
- Je dois avouer que... oui, mentit Darken sans rougir. Comment...
- Comment ça se fait que je me trouve devant toi alors que mon c½ur a été transpercé par Tomik et mon corps placé en haute surveillance ? Lunix est venu me... récupérer et il m'a rendu la vie. Je ne t'expliquerai pas comment, de toute façon cela n'a aucune importance. Ce qui est important... C'est que nous sommes en face l'un de l'autre.
Orion accorda enfin un regard aux compagnons de Darken.
- On dirait que ce sera un combat équilibré dit-il avec un petit rire. Un démon vaut largement deux humains.
Orion ne se doutait donc pas de l'origine de Dante...
- Tu fais encore de telles erreurs alors que tu es déjà mort une fois ? répliqua Darken qui réfléchissait furieusement, Saan cachée dans son dos.
- Des erreurs ? s'étonna Orion. Ah... Oui, il est vrai que j'ai sous-estimé cette fille, cependant aujourd'hui elle n'est pas là. Ces deux-là ne feront pas le poids face à nous, tu peux en être certain.
- Tu ne comprends donc toujours rien contra Darken.
- Je comprends bien plus que tu le crois ! s'écria Orion avec colère. C'est toi qui te trompes, Darken, toi qui n'arrive pas à voir les choses, toi qui a tort sur toute la ligne.
Darken fixait les yeux d'Orion qui avaient semblé étinceler.
- Tu n'as pas toujours été comme ça murmura le Dieu Soleil. Autrefois toi et moi étions ami. Autrefois... tu étais bon.
Orion éclata d'un rire sans joie. Tous les regards étaient fixés sur lui.
- J'étais comme toi, autrefois, Darken. J'étais bien plus proche de toi que tu ne le penses dit-il d'une voix tellement basse que Darken dû tendre l'oreille pour l'entendre. J'avais les mêmes idéaux... Mais nous avons été séparés, et je me devais de donner ma loyauté à mon nouveau clan.
Les Démons Lune comme Soleil semblaient abasourdis, ils regardaient Orion comme s'ils ne l'avaient jamais vu. Certains avec stupeur, Joras, avec dégoût.
- Je savais bien que tu étais faible cracha-t-il en lançant un regard flamboyant au Dieu Lune.
Orion réagit immédiatement, son épée, Maan, siffla dans les airs et le sang gicla de la poitrine de Joras qui tomba sur le sol. Il essaya d'échapper à Orion qui leva de nouveau son épée mais il l'abattit avec force. La lame s'arrêta à quelques centimètres de la gorge de Joras qui respirait avec difficulté, regardant son maître avec épouvante.
- Ne me manque plus jamais de respect dit-il d'un ton empli de menaces. Je ne suis pas faible. C'est moi, et uniquement moi qui vous ai menés ici aujourd'hui. Sans moi, tu serais encore dans la Faille, en train de te ronger les sangs en tentant avec Phirefox, cet imbécile qui se croit intelligent, d'échafauder des plans pour éliminer les Démons Soleil. J'ai obtenu bien plus de résultats que toi, et Lunix serait seul sans moi.
Il se retourna vers Darken, l'étincelle de tristesse qui avait voilé son regard quelques instants auparavant avait totalement disparu.
- Maintenant, mon ami... Mon ami que je considérais comme mon propre frère... Il est temps de nous affronter, il est temps d'en finir avec cette guerre stupide.
Darken baissa la tête, l'espoir qui l'avait saisi quelques instants avait disparu.
- Il en est donc ainsi...
Orion et Darken se dévisagèrent, une lueur de défi dans le regard.
- Préparez-vous ! Dirent-il d'une même voix à leurs hommes.
Darken dégaina Saan, Orion ne semblait pas surpris, il brandit Maan. Les deux épées semblèrent étinceler, comme si elles s'étaient reconnues. Deux épées jumelles qui se battaient pour des causes différentes, deux épées jumelles qui seraient bientôt séparées à jamais car bientôt, l'un de leur propriétaire allait tomber au sol et ne plus jamais se relever.
Le même sourire apparut sur le visage des Dieux Démons et d'un même geste, ils se jetèrent l'un sur l'autre.
Ils y eut soudain un bruit terrifiant, on aurait dit qu'un ouragan s'abattait sur la pièce, le rugissement des rafales de vent qui étaient apparues soudainement firent voleter les cheveux de Darken qui se couvrit la main des yeux tandis qu'une silhouette sombre apparaissait au milieu de la pièce, pile entre les deux camps.
Les ailes de plumes aussi noires que celles d'Orion étaient blanches se détendirent, le visage caché dans l'ombre de Lunix se redressa.Un sourire de victoire fendit son visage, dévoilant ses dents blanches taillées en pointe, une lueur de triomphe brillait dans ses yeux jaunes.
- Allons, allons, mes amis, vous n'allez pas vous battre maintenant ! dit-il d'un air théâtral en faisant un tour sur lui-même, son regard accrochant chaque personne présente.
Son rire mauvais retentit, il écarta les bras et fit face à Darken.
- Alors voilà, tout va se terminer maintenant, n'est-ce pas Darken ?
Le Dieu Soleil le fixa sans comprendre.
- Qu'est-ce qui va se terminer ?
Lunix éclata de rire.
- Ta stupide résistance, ta rébellion illusoire que tu me mènes. Mais Darken, tout vient de se terminer, voyons ! Tu ne comprends donc pas pourquoi Orion et toi êtes réunis ici ? Tu ne comprends pas pourquoi Taman a attendu ce moment pour prendre possession de James ? Elle a fui, car elle a été la seule suffisamment intelligente pour comprendre ce que je préparais. Et c'était une très bonne initiative de sa part ! En vérité, elle vous a tous sauvés...
- De quoi parles-tu ? demanda Orion d'une voix glaciale. Le plan était que je vienne ici pour tuer Darken, afin de mettre fin à la guerre, pour qu'enfin, l'Obscurité règne sur ce monde et dans la Faille.
Lunix semblait beaucoup s'amuser, il eut un nouveau rire insupportable.
- Tu es si stupide, Orion... Tu n'arrives pas à comprendre ce qui se passe. Je n'en ai cure de la guerre entre les Démons Lune et Soleil ! Il n'y a qu'une seule chose qui m'intéresse... Je vais vous expliquer, mais je ne vais pas tout vous dire de moi-même, sinon ce ne sera pas drôle... Selon vous, pourquoi ai-je fait revenir N et Orion ? Pourquoi ai-je attendu autant de temps ? Pourquoi voulais-je que vous soyez tous réunis ici ? Et pourquoi la fuite de James et Taman me contrarie ?
Il dévisagea chaque personne mais personne ne répondit.
- Vous pensiez que ce qui m'intéressait chez James, c'était qu'il me serve ? Que je voulais revoir Orion pour retrouver mon dieu alors que je déteste être commandé ? Selon-vous, quel est le rappot entre James, Skeunk et vous, Orion et Darken ?
Darken continuait de réfléchir, il n'arrivait pas à comprendre l'intention de Lunix.
- Les épées murmura Quol, l'air sombre.
- Exact ! Les épées ! s'écria Lunix d'un air dément. Voilà ce que je voulais ! Les épées ! Et donc là vous commencez à comprendre pourquoi j'ai ressuscité Orion n'est-ce pas ? Car il possède Maan. Et que l'épée a disparu en même temps que son propriétaire, ça m'avait beaucoup... contrarié, à l'époque.
- Ce qui explique pourquoi tu as attendu tout ce temps dit Vector. Tu attendais d'avoir terminé la confection d'un.. sort.... d'une machine, je ne sais pas, qui te permettrait de faire revenir Orion à la vie afin de récupérer Maan.
- Très juste ! approuva Lunix qui avait l'air toujours aussi fou – il s'était mis à faire les cent pas dans la pièce – Oui, je voulais qu'Orion revienne uniquement pour son épée, car sans Maan, je ne pouvais pas affronter Darken. Cependant j'ai commis quelques erreurs en sous-estimant la surveillance des Démons Soleil qui ont pu remarquer que j'envoyais certains Démons Lune à Pandala. En effet, je voulais à tout prix séparer les Démons Soleil, et pour ça, quoi de mieux que de les obliger à faire deux choses : D'une part, leur faire perdre de l'effectif en prenant Pandala et d'autre part, obliger Darken à retrouver Saan. Car je savais que Darken était inquiet à propos de l'épée ! Il avait bien vu qu'il était loin de faire le poids face à Orion donc il s'est mis en quête de l'épée ! J'ai donc envoyé Orion à sa poursuite non pas pour que vous vous entre-tuiez, mais que vous soyez réunis !
Il marqua une pause, reprenant son souffle.
- En amenant Darken ici je réunissais déjà Maan et Saan. De plus, encore mieux, Taman et James les accompagnait, trois des quatre épées que je recherchais étaient donc réunies !
- Quatre s'étonna Dante. Quelle est la quatrième épée ?
- Sanguine. La première épée de sang créée, forgée par la déesse Sacrieur en personne ! Skeunk la possédait mais obnubilé par son Dofus qui avait finalement perverti son esprit, il n'avait pas pris garde à Sanguine, ni à Saan.
« En même temps j'affaiblissais les Démons Soleil à Pandala, cependant je devais surtout me méfier d'Unik, il fallait à tout prix que je l'abatte, il était le seul à pouvoir trouver un moyen de me contrer, je lui ai donc tendu un piège, aidé de Phirefox et de Victor Namarov. Namarov est mon allié, et ils ont tendu diverses embuscades, notamment à Bonta. Unik est piégé, donc je n'ai plus à me soucier de lui. Quant à Casper, je ne m'en soucie pas le moins du monde... »
Darken espérait qu'Unik avait trouvé un moyen de s'en sortir... Il devait à tout prix sortir de la Montagne au plus vite afin de contacter le stratège.
- Cependant alors que tout semblait parfait, alors que j'allais enfin en finir, j'ai eu un petit contretemps... Taman semblait avoir compris, alors elle a précipité les choses, a pris le contrôle de James, dérobé Sanguine et s'est enfuie.
- Comment le sais-tu ? demanda Ninor avec surprise.
- Léon Dulé est un espion qui travaille pour Victor Namarov et il m'a prévenu . Pour Sanguine, c'est facile à deviner. Je ne sens pas Sanguine ici, elle a disparu. J'imagine que James se dirige avec Sanguine et Taman vers les landes de Sidimote, heureusement, j'ai envoyé N pour l'intercepter, le tuer, et me rendre les deux épées... Cependant je ne suis pas sûr qu'il parvienne à le vaincre, Taman est terriblement puissante et son pouvoir sera multiplié par deux avec Sanguine.
- Donc ton plan est de rassembler les épées, dit Orion avec dédain. Tu veux nous tuer, James, Darken et moi pour les récupérer, mais après, qu'en feras-tu ?
- Je les fusionnerai alors la puissance dont je disposerai sera terrible, je pourrais balayer ce monde sans aucune difficulté et je deviendrai le nouveau maître, le nouveau DIEU ! LE DIEU DU CHAOS !
Il éclata d'un nouveau rire dément.
- Je réduirais les humains en esclavage, ils me supplieront de les épargner, les mères de les prendre à la place de leur fille... mais je serais sans pitié, je rendrai ce monde perfide, je le détruirais de l'intérieur et la noirceur, l'obscurité et la peur seront les seules choses qui resteront.
À la grande surprise de tout le monde, Orion éclata de rire.
- Et tu crois pouvoir nous vaincre, Darken et moi en étant seul ?
Joras eut un sourire méchant et rejoignit Lunix.
- Qui a dit qu'il serait seul ? Je vais l'aider. C'est lui mon vrai maître, toi tu n'es plus rien, et tu mourras aujourd'hui même avec ton ami !
Lunix se redressa et observa Orion.
- Je suis déjà suffisamment fort pour vous vaincre tous les deux et récupérer vos épées, ne t'en fais pas...
Soudain, à la grande surprise de Darken, Orion traversa l'espace qui le séparait des Démons Soleil, passa devant Lunix puis se retourna, à coté de Darken.
- Nous sommes peut être ennemis, lança-t-il au Dieu Soleil sans le regarder. Mais j'estime qu'aujourd'hui nous devons nous battre ensemble car on dirait qu'on a un malade à tuer. Ça ne me gêne pas, je n'ai jamais pu le supporter.
Il lança un regard à Franboiz et Ninor qui après un instant d'hésitation, se rangèrent à ses cotés, évitant le regard de Quol et Incar.
Lunix éclata d'un nouveau rire tonitruant.
- Ahaha, votre résistance est pitoyable. Je suis bien plus puissant que vous ne pouvez l'imaginer ! En sept ans, je n'ai pas uniquement cherché un moyen de ressusciter les morts ! D'ailleurs, je vais vous prouver que je n'ai besoin de personne.
Sans crier gare, il donna un violent coup de poing sur la tempe de Joras qui ricanait toujours à coté de lui. Le Démon s'écroula sur le sol avec un cri de douleur et lança un regard d'incompréhension à Lunix. Une petite poupée glissa de son manteau et tomba aux pieds de Lunix qui se baissa pour la ramasser.
Joras devint livide tandis qu'un sourire pervers étirait les lèvres de Lunix.
- Non ne fais pas ça ! hurla Joras en se mettant à genoux.
Et Lunix arracha soudain un bras à la marionnette.
Joras émit un hurlement effroyable tandis que son bras était arraché à son corps et volait à travers la pièce dans une effusion de sang. Il s'écroula sur le sol, secoué de haut-le-corps, hurlant de douleur.
Lunix laissa tomber la poupée sur le sol, lança un sourire satisfait aux visages pétrifiés d'horreur des Démons, de Dante et de Vector et écrasa les jambes avec son pied.
Les véritables jambes de Joras émirent un craquement sinistre et éclatèrent tandis que du sang jaillissait de sa bouche. Sa tête heurta le sol avec un bruit sourd, il émettait des borborygmes d'agonie, s'étouffant avec son sang. Lunix leva de nouveau les jambes et écrasa la tête de la poupée.
La tête de Joras explosa également, des morceaux d'os et de cerveaux salirent la botte de Lunix qui s'essuya d'un air nonchalant sur le torse de Joras.
- Pour faire bonne mesure... grogna-t-il.
Il sortit une épée du néant et la planta dans le c½ur qui s'était déjà arrêté de battre de Joras.
- On dit que le seul moyen de tuer un Démon est de lui transpercer le c½ur, donc je ne prends aucun risque déclara Lunix avec indifférence.
Il tourna son regard vers les visages horrifiés.
- Et maintenant, préparez-vous à affronter la mort !
Et il se jeta sur eux.
 
 
Prochainement, dans Démoniak...

Victoria, aidée par Léon Dulé retrouvent finalement James qui est accompagné par quelqu'un de bien connu de la jeune femme... Qui est cet homme ? Dulé va-t-il révéler sa trahison ?
Unik, au manoir, sait qu'une attaque des Démons Lune est imminente, il prépare donc ses troupes, mais fera-t-il le poids contre ses ennemis ?
Harebourg est sauvé par la Garde du Jour sans Fin. Que veulent-ils ? Sont-ils hostiles ou au contraire, ont-ils l'intention de l'aider pour vaincre Nileza ?
Quant à Lunix, il attaque Darken, Orion et leur groupe. Un duel dantesque se prépare, et l'un d'eux devra se sacrifier pour sauver les autres... Mais qui ?

Vous le saurez dans Démoniak, Chapitre 12, Le sacrifice du Démon.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.156.39.245) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Dark-phire

    04/02/2014

    Visiteur wrote: "N'as tu jamais penser à faire lire tes écrits à AG :o "

    ça m'a déjà traversé l'esprit, cependant mon RP s'éloigne de plus en plus de l'univers Dofus, il y a beaucoup de choses du jeu que je ne respecte pas (pour moi la période wakfu n'existe tout simplement pas), et en plus c'est bien trop long et gore pour qu'Ankama puisse trouver intéressant de publier ça ^^

  • Visiteur

    04/02/2014

    N'as tu jamais penser à faire lire tes écrits à AG :o

  • Visiteur

    03/02/2014

    Oo que la moitiée. Mais je ne vais jamais tenir moi^^
    Ossa-calme

  • Dark-phire

    03/02/2014

    Visiteur wrote: "Oo un episode assez gore et plein de revelation. Meme si j'avoue que je m'attendais a un truc avec les épées, je ne pensais pas que cela arriverais aussi vites.
    Ossa-calme
    "

    Le mobile de Lunix est connu très vite mais on est qu'à la moitié de l'histoire :) !

  • Visiteur

    03/02/2014

    Oo un episode assez gore et plein de revelation. Meme si j'avoue que je m'attendais a un truc avec les épées, je ne pensais pas que cela arriverais aussi vites.
    Ossa-calme

Report abuse