Démoniak, Chapitre 8

Oui, je sais, cette suite a vraiment mis beaucoup de temps à sortir, les rares lecteurs du RP, veuillez m'excuser (peut être que ce serait plus motivant si y'avait d'autres personnes qu'Owerms et Largen qui commentaient, même si je sais qu'il y a plus de monde qui lit)
J'espère néanmoins que ça vous plaira, j'ai trouvé ça pas trop mal et comme je l'ai dit à Owerms toute à l'heure, je trouve que je me suis vraiment amélioré. Bon, en même temps il faut dire que je lis beaucoup, en ce moment je suis sur "La cinquième Vague", un livre vraiment énorme. J'en profite pour dire que je pense lancer une troisième et ultime saison des "Tops" mais pas tout de suite. En tout cas je ferai :
- Top blog
- Top livre
- Top jeux
- Top Youtubers
 
Voilà, ce n'est vraiment pas pour tout de suite mais ça fait quelques mois que je pense à vous les faire.
Sinon on se retrouve ce soir pour le résumé des 32ème et des 16ème et dès la fin du match des quarts de finale pour la suite. bonne lecture et à ce soir :) !
 
Démoniak, Chapitre 8

 
Démoniak, Chapitre 8

 
Victor Namarov se tenait debout, les mains croisées dans le dos. Il observait, du haut de son imposant building, les voitures qui fourmillaient au sol, des centaines de mètres plus bas. Elles grouillaient tels des insectes. Les gens rentraient probablement chez eux, en effet, il était déjà plus de dix-neuf heure, et chacun s'empressait de retrouver sa femme et ses enfants qui les attendaient sagement à la maison, prêts à dîner dès l'arrivée du père de famille.
Namarov tourna les yeux vers la muraille nord de Bonta. C'est là que se trouvaient les faubourgs, les quartiers pauvres, il y avait même un début de bidonville qui rongeait les rempart. La pollution émettait une petite brume jaunâtre qui empoisonnait lentement mais sûrement chaque individu de ce quartier de la ville, faisant apparaître des maladies anciennes et qui réduisait peu à peu la population à néant.
Namarov se détourna de ce spectacle navrant. En vérité, il n'en avait rien à faire, en effet, pourquoi s'inquiéter pour ces gens ? Lui même possédait une grande fortune, il avait bâti un véritable empire, depuis la disparition du virus Necros. En effet, il possédait une grande marque de divers médicaments, la plupart contre l'anxiété, voire même la dépression. Le nom de son entreprise était Medinight Corporation, elle possédait son bâtiment principal à Bonta, où se trouvait Namarov, mais officiait également à Frigost, Brâkmar, Amakna, Astrub, et toutes sortes de villages, y compris celui de Pandala. Après avoir gagné des millions grâce à ses médicaments, Namarov avait décidé d'étendre son empire dans diverses catégories : informatique, télévision, journaux, agriculture, et armement. Il avait, à présent, l'une des entreprise les plus importantes du monde des Douze, sa fortune était estimée à plusieurs milliards et elle possédait environ soixante pour cent des ressources mondiales. En gros, elle gouvernait le monde.
Les divers gouvernements étaient corrompus depuis longtemps, Namarov avait acheté leur silence, il contrôlait à présent chaque ville, il surveillait chaque habitant. Rien de lui échappait, il était le maître incontesté, mais cela, personne ne le savait. Il préférait agir dans l'ombre et ne pas se révéler au grand jour. Ce n'était pas son genre.
Il attendait quelqu'un, il observa son reflet dans la vitre. Âgé d'une quarantaine d'années, son corps bien entretenu était enveloppé dans un costume noir qui coûtait une fortune. Il avait des épaules carrées, un torse imposant. Son visage semblait avoir été taillé dans du roc : menton carré, lèvre fines, une mince ligne. Un nez droit sur lequel reposaient des lunettes de vue rectangles qui protégeaient de leur verre des yeux bleus pâles. Il avait des cheveux blonds coupés mi-long, qui tenaient à l'arrière de son crâne grâce à un gel qui les faisaient paraître mouillés. Ils tombaient sur sa nuque. La coiffure ne souffrait d'aucune imperfection, aucun épis rebelle, ni de mèche tombantes.
Il sourit, observant le vin rouge qu'il faisait tourner dans son verre à pied en cristal. Oui, décidément, il n'en avait rien à faire de tous ces gens qui mourraient dans les rues. Lui, il était en haut de l'échelle et bientôt, eux disparaîtraient tandis que son règne serait bientôt total et définitif.
Trois coups furent frappés à la porte, puis quelqu'un entra sans attendre la réponse.
Namarov retourna à son bureau, qui tournait le dos à la fenêtre et s'assit, dévisageant son invité. Il lui fit signe de s'asseoir et attendit que son hôte prenne la parole.
- Bonjour, M. Namarov, je suis content de vous retrouver. Je me nomme Phirefox et je suis envoyé par notre maître, Lunix, comme vous le savez probablement.
Le président de Medinight observa Phirefox avec dédain. C'était un simple Sram, tout du moins en apparence. Car il possédait de la chair sur les os, et le foulard sur lequel une tête de mort était tissée indiquait qu'il s'agissait d'un Roublard. Intéressant. Les Démons Lune étaient donc capables de prendre l'apparence de plusieurs disciples de dieu à la foi. Namarov quant à lui avait décidé de ne choisir aucun des douze dieu, il ne vénérait personne et de ce fait, n'avait aucun pouvoir particulier. Il s'agissait d'un simple humain qui pourtant, était l'être le plus important du monde des Douze.
Namarov se demandait pourquoi Lunix avait choisi ce Roublard pour s'entretenir avec lui. Qu'est ce que Phirefox avait de particulier ? La seule chose notable que parvenait à discerner le président, c'était la lueur rusée qui brillait dans les yeux du démon.
- Des nouvelles de Pandala ? demanda simplement Namarov qui remplit un autre verre de vin qu'il tendit à Phirefox. Et de la Montagne des Koalaks ?
Le Démon prit le verre et but un gorgée, sans savourer l'arôme du grand vin. Cela fit grimacer Namarov.
- Nous avons réussi à percer les défenses du pont de Pandala, et à détruire le village. De plus, les Fantômes sont parvenus à traverser le pont de Grobe, malgré la perte de leur chef qui est mort en tuant Patawaii, le Grandapan. Les fantômes ont ensuite décidé de se retirer de la bataille. Lunix a ordonné une exécution de ces lâches et l'un des Démon Lune s'en occupera. Cependant Casper Méable, le fils d'Osamodas a réussi a s'enfuir avec des guerriers Pandawa et des alliés. Nous allons les intercepter très bientôt et en finir avec eux définitivement, mais par précaution, je vous demanderai de surveiller tous les lieux où ils seraient susceptibles d'aller : Astrub, les marécages et également le port de Madrestam.
- Très bien, ce sont de bonnes nouvelles dit Namarov d'un ton sans réplique et sans manifester une quelconque joie. Et les Koalaks ?
- Votre espion nous a transmis un rapport récemment. Tout s'est passé comme il l'a prévu et lorsque j'ai reçu le message, ils étaient en train de pénétrer dans la tour de Skeunk. Il m'a dit qu'il y avait eu un mort, mais ce n'était pas quelqu'un d'important. Nous n'avons pour l'instant plus aucune nouvelle, il doit être extrêmement prudent pour ne pas se faire remarquer expliqua Phirefox qui finit son verre et le reposa.
Les deux hommes s'affrontèrent du regard un moment, puis le démon finit par détourner les yeux et se cala confortablement sur son siège, tandis que le président de Medinight restait droit et fier.
- Mais je ne suis pas venu parler de cela avec vous, Namarov. Il est temps pour vous d'entrer en scène. Libérez vos hommes, prenez le contrôle de chaque ville et éradiquez enfin la misérable Bourgade de Frigost. Il est temps de donner le coup de grâce à nos adversaires. Darken n'a rien vu venir, nous l'avons trompé avec aisance, et Unik également. Nous avons été bien plus malins qu'eux. Il faut à présent en finir le plus vite possible. Le garçon nous amènera les épées et Lunix pourra enfin prendre le contrôle et en finir définitivement avec les Soleil. Le règne de l'obscurité arrive enfin.
- N'oubliez pas le rang que vous m'avez promis se contenta de dire Namarov. Si vous tentez de me tromper, je pourrai très bien soutenir vos ennemis. Je vous déconseille de tenter de me jouer un mauvais tour, même si je ne suis qu'un simple humain.
- Ne vous inquiétez pas ! Nous tiendrons nos engagements, vous aurez ce que vous désirez, mais en retour, ne nous décevez pas. Et vous savez qui est notre principal ennemi humain. Il est peut être isolé mais vous devez le tuer. Il pourrait fournir une aide bien trop précieuse à nos adversaires et renverser la situation.
- J'ai déjà prévu quelque chose pour l'éliminer répondit Namarov.
Les deux hommes se levèrent en même temps. Phirefox serra la main du président de Médinight et quitta le bureau.
Namarov, de nouveau, observa à travers la fenêtre. Aucun sourire n'étira ses lèvres mais il jubilait. Bientôt, chacun de ses adversaires serait tombé, il serait seul à régner. Il ne comptait bien évidemment pas coopérer avec Lunix, dès qu'il aurait obtenu profit, il éliminerait les Démons Lune.
Il sortit un téléphone portable et composa un numéro. Une voix grave lui répondit :
- Oui ?
- Préparez le bateau. Il est temps d'en finir avec notre cible. Ne me décevez pas, Ombre.
- Bien.
Il raccrocha et tapota ensuite les touches de l'appareil, il écrivait un message qu'il envoya.
Et tandis que Darken, James, Victoria et tous les autres faisaient face à Skeunk, quelque chose vibra dans la poche de Léon Dulé. C'était le signal. Il sourit, tout allait enfin se terminer très rapidement.

Démoniak, Chapitre 8
Skeunk se dressait devant nous. Ses cheveux roux et sales qui d'après les récits, étaient bien coiffés tombaient devant ses yeux verts et cruels. Son nez était fin et adapté à son visage et sa bouche était étirée en un rictus cruel. Ses ailes de démon, déchirées, pendaient dans son dos, elles semblaient sans vie. Son pantalon bouffant blanc était troué et tâché de noir, son torse maigre se discernait à travers le veston vert froissé et ses mains fines étaient cachées par des gants violets à moitié troués. Il faisait pitié, mais une étrange aura se dégageait de lui, violette, maléfique. Il parla de sa voix traînante.
- Je vous souhaite la bienvenue dans mon repaire, je m'excuse de l'accueil quelque peu froid, mais je n'ai pas l'habitude de recevoir de la compagnie autre que mes Sadidettes et généralement, mes... visiteurs ne vont guère plus loin que le bassin empoisonné... Comment êtes-vous parvenus à passer ? Une quelconque ruse démoniaque, peut être ?
- En effet. Nous, démons, sommes immunisés contre vos charmes, et nous avons pu retenir certains des nôtres répondit Darken avec calme, contemplant avec fureur le visage de l'Éniripsa fou.
- « Certains » ? Cela signifie que la totalité de votre groupe ne se trouve pas devant moi ? Je suis content d'apprendre que mes pièges sont efficaces. D'ailleurs il faudra que je songe à améliorer la salle des champignons, vous êtes passés trop facilement.
Il avait dit ça sans changer son ton, avec une froideur étonnante. Il semblait n'avoir aucune réaction, comme s'il se moquait de notre présence. Quant aux Sadidettes, elles n'avaient pas bougé, elles semblaient pétrifiées. Leur regard vide fixait Skeunk et leur bouche demeuraient fermées. Je frissonnai et sentit Victoria qui se pressait contre moi. Je la serrai contre mon corps, tenant ses mains.
Skeunk se mit à parler de sa voix caressante et traînante, mais j'avais l'impression d'entendre des murmures dans mon crâne. Je secouai la tête.
- ...Que vous aimeriez entendre mon histoire. Bien sûr, on a déjà dû vous la raconter, mais pas de mon point de vu déclara Skeunk, sans changer de ton, ni d'expression de visage.
«  Ne m'ignore pas James... Tu sais qui je suis... tu ne peux pas te débarrasser de moi... Je continuerai de hanter ton esprit »
Oh oui, je savais qui me parlait. Il s'agissait de Taman, l'épée maléfique de Darken. C'était d'ailleurs improbable. Comment l'épée pouvait-elle me murmurer des choses, alors que le démon l'avait détruite devant moi, dans la Faille ? C'était tout simplement impossible, improbable. La seule réponse que je voyais, c'était qu'un fragment de l'âme de l'épée se trouvait en moi et qu'en me ressuscitant, Darken avait également sauvé l'épée. Un ricanement retentit dans mon esprit.
« Très pertinent, James. En effet, Darken m'a détruite, seulement la noirceur que j'ai laissé en toi me permet de subsister... Le Dieu Soleil ne se doute de rien, mais évidemment tu ne vas pas l'avertir... »
« Pourquoi ferais-je ça ? pensais-je Après tout il trouverait peut être un moyen de te détruire définitivement et je serai enfin débarrassé de toi.. »
« Tu ne le feras pas James.. tu ne me dénonceras jamais à Darken car tu ne le veux pas. Au fond de toi tu sais ce que dont tu as envie... Ce dont tu rêves... Tu ne peux pas m'échapper, tu ne peux pas échapper à mes pensées, à ce que je veux et... à ce que tu veux toi... »
Ce dont je rêvais ? Qu'en savais-je exactement ? Que voulais-je de plus que ce que j'avais déjà ? L'amour de ma femme, ma fille merveilleuse que l'on avait fait dans la passion, loin du chaos et la haine voulue par Taman. Je ne voulais rien de plus, j'étais heureux...
« Ne te mens pas à toi-même James Ex, tu sais ce que tu veux réellement au fond de toi. La même chose que moi... depuis que mon emprise a heurté ton c½ur, tu ne veux plus que cela... le pouvoir, la force... L'obscurité »
Non. Je n'étais pas un méchant, je ne voulais pas faire le mal. Je devais aider Darken à arrêter Lunix. Mon devoir était de protéger ma famille.. L'obscurité... Elle avait un coté tentateur, elle semblait si puissante. Si... irrésistible.
Je secouai la tête tandis que les paroles de Skeunk devenaient floues. Mes coéquipiers étaient concentrés sur les paroles de l'Éniripsa, personne ne me prêtait attention.
« TU NE PEUX RESISTER JAMES ! Je l'ai décidé ! J'ai voulu cela depuis le début, je suis resté cachée, j'ai attendu mon heure mais à présent je suis prête et toi aussi ! Il est temps que nous nous révélions au grand jour... Il n'y a pas que Saan ici. Non Skeunk possède bien plus qu'il ne veut le faire croire. Il détient la plus puissante des épées de Sang, Lueur n'était qu'une broutille à coté de celle-ci. Il possède Sanguine, forgée jadis par la déesse Sacrieur en personne, elle n'est pas loin de nous, tu dois t'en emparer ! »
Je sentais la puissance maléfique de Taman entrer dans chaque coin de mon corps. Mes yeux s'obscurcirent. Curieusement, je ne me débattais pas. L'épée maléfique avait raison. C'était ce que je voulais, elle m'avait corrompu. J'étais assoiffé. De pouvoir, de puissance... Mais était-ce si mal ? Ne pouvais-je pas me servir de Taman pour aider Darken à vaincre Lunix ? Je prendrai ensuite la place des dirigeants de ce monde avec Victoria... Oui. Nous allions bientôt vivre dans le mieux qu'il puisse y avoir. Je décidais de partager mon corps avec Taman.
J'en étais toujours le maître, ça oui, elle me laissait le contrôle, mais elle m'aidait, elle m'indiquait les gestes à faire. Je sentis la magie ténébreuse infiltrer mes veines, une aura violette s'éleva une demi seconde autour de moi. Toute cette puissance était délicieuse, je me sentais invincible. Taman apparut soudainement dans ma main, son éclat maléfique semblait briller d'une joie sombre. Elle était de retour pour se montrer au grand jour.
Ce fut le vieux qui remarqua le premier. Malgré sa fascination de Skeunk, Marcus Aimbot tourna les yeux vers moi. Il croisa mon regard glacé et aperçut Taman, dans ma main. Il ouvrit des grands yeux stupéfaits.
- James que...
Sans lui laisser le temps de finir sa phrase, je lui décochai un Mot Vampirique. Le sort arracha ses vêtements et sa peau au niveau de la poitrine. Le sang gicla et le corps fut projeté en arrière. Il s'écrasa contre le mur et retomba mollement au sol tandis que tout le monde se tournait soudainement vers moi. Je croisai le regard de Darken. Il avait compris. Il l'avait toujours su, dès qu'il m'avait retrouvé dans la Faille pour me libérer. Je ne restai pas là. Taman me soufflait de partir, elle m'indiquait la direction de Sanguine, l'épée de la déesse. Je courus à toute vitesse. Quol, le démon, voulut s'interposer. J'eus un sourire sadique. Il pensait m'arrêter ? Il n'était qu'un insecte, un pion. Un pion n'arrête pas un roi. Je murmurai un mot pour l'immobiliser, il se figea et me lança un regard horrifié. Je sentais l'envie de tuer de Taman s'insinuer en moi, mais je refusai de l'éliminer... Non, faire durer. Je voulais faire durer.
- Mot de Frayeur. murmurai-je avec amusement.
Quol heurta le mur du trône et ne se releva pas. Suivant les indications de Taman, j'ouvris une porte dérobée et sans un regard en arrière, la franchis. Je me trouvais dans un long couloir qui s'inclinait vers la droite à une quinzaine de mètres. Je continuai de courir, serrant l'épée maléfique dans la main droite. Elle me guida à travers un long dédale.
« C'est curieux, je n'arrive pas à sentir Saan dit Taman dans ma tête avec un grognement. Je ne suis pas capable d'apercevoir sa lumière. Dommage, ça aurait été un gros atout de l'avoir. Tourne à gauche. »
Aucune importance, l'épée de Darken ne m'intéressait pas, elle servait la lumière, hors mon c½ur était rempli d'ombre. J'eus un petit ricanement sarcastique. Comment pensait-il pouvoir rétablir l'équilibre ? L'Ombre et la Lumière ne coopéraient jamais. Il en avait toujours été ainsi et cela ne changerait jamais.
J'entendis la petite exclamation d'excitation de Taman.
« C'est ici ! »
J'étais face à une porte en bois plutôt discrète, entourée de deux autres plus imposantes. Elle était d'un bois brun sombre, à moitié pourri et les gonds grincèrent lorsqu'elle pivota.
J'étais dans une salle circulaire plongée dans l'obscurité, la seule lumière provenait du rectangle de la porte qui dessinait mon ombre au sol dallé de pierre noire. J'avançai à l'intérieur, mes pas résonnant et se répercutant sur les murs en un petit écho. Il y avait une petite table au centre, rectangulaire et les contours d'une arme tranchantes luisaient dans le noir. Je saisis le pommeau entouré d'un tissu rouge qui devait être coûteux. La lame incurvée était noire et pleine de reflets allant du rouge au bordeaux. Je la passai sur un doigt, elle était très tranchante et le sang coula. Il fut aussitôt aspiré par Sanguine qui brilla légèrement et sembla émettre un frémissement dans ma main.
« Avec Sanguine et moi tu seras invincible déclara Taman avec satisfaction »
Invincible ? Pouvais-je prétendre une telle chose ? Je n'en étais pas sûr, en tout cas, j'étais confiant, je me sentais tellement fort... rien ne pourrait m'arrêter. Pas maintenant. Pas encore. Je ressortis de la salle sans refermer la porte.
« Je vais te conduire à la sortie, nous allons devoir faire un détour et repasser proche de Skeunk et des autres. Nous risquons de les croiser. »
« Peu importe. Personne ne peut m'arrêter »
Et je courus dans la direction que m'indiquait Taman, un sourire aux lèvres. Je contrôlais tout.

Démoniak, Chapitre 8
Ce ne fut pas une surprise. Il l'avait toujours su, depuis le jour où il l'avait revu dans le monde des morts. Il l'avait compris. Celle lueur sombre... Oh il ne pensait pas que ce pouvait être Taman, il avait cru la détruire complètement. Il s'était trompé. L'épée avait survécu dans le corps de James et Darken l'avait sauvée lui-même en rendant la vie au garçon. Il était le responsable. Ses épaules s'affaissèrent légèrement. Il était le seul avec Skeunk et les Sadidettes à ne pas avoir bougé. Léon Dulé était agenouillé auprès du corps de Marcus Aimbot, Incar auprès de celui de Quol. Si ce dernier était en vie, juste étourdi, il en était pas de même pour Marcus. Léon ne parvenait pas à stopper l'hémorragie de la peau arrachée, de la chair à nue, entamée. Le sang giclait sur la veste du médecin. Il lui fallait un Éniripsa. Mais Victoria était en état de choc. Elle était tombée à genoux. Elle fixait l'endroit où James avait disparu, une larme ronde coulant le long de sa joue. Vector était agenouillé à coté d'elle, il tentait de la convaincre de le sauver. Darken les ignora, même Skeunk qui semblait amusé, assis sur son trône, ses doigts fins tapotant l'accoudoir.
Darken était responsable de tout depuis toujours. Il enchaînait les erreurs depuis qu'il était le Dieu Soleil.
Natalia.
Comment pouvait-il prétendre à défendre la liberté s'il n'était pas capable de défendre la femme qu'il aimait ?
Carly.
Comment tout pouvait reposer sur ses épaules alors qu'il était incapable de tenir une promesse ? En plus de son c½ur, il avait brisé Arty et Seifer. C'était sa faute si cette famille si soudée s'était déchirée, poignardée.
Laura
Il avait détruit cette femme, l'avait fait souffrir jusqu'au bout, se servant d'elle comme un jouet. Lorsqu'elle l'a compris, tout son monde s'était effondré, elle a préféré la mort, elle lui avait tout donné...
Maintenant James ?
Il l'avait tué. Il était contrôlé par Taman, mais il se souvenait de chaque mouvement. C'était sa faute si Taman l'avait possédé. Il avait été faible. Et sa faiblesse avait valu la vie du garçon et maintenant, son humanité. Il n'avait pas fait que le tuer. Il l'avait brisé, détruit, créé un véritable monstre endormi qui aujourd'hui, s'était éveillé. Il espérait que Victoria aurait pu contenir la fureur vengeresse de Taman, mais il s'était trompé sur toute la ligne et n'avait fait que la mettre en danger. Oui, sa vie était une succession d'erreurs, son peuple avait raison.
Il n'allait pas sauver le monde. Il allait le détruire.
« Comment tout peut reposer sur moi, je ne suis qu'un incapable. »
Il tomba à genoux. Il en avait assez de se battre. Il ne voulait plus le rôle pour lequel il était né. Il voulait juste fermer les yeux, tout oublier et démarrer une nouvelle vie. Il ne voulait plus penser à rien, ne plus songer à ces histoires de Lune, de Soleil, de Lumière et d'Obscurité. Il voulait s'allonger dans le noir et... attendre. Attendre quoi ? Il ne le savait pas. Mais il ne voulait plus se battre. Il était épuisé, à bout. Vaincu.
Marcus était mort. Il avait perdu trop de sang, Victoria n'avait rien fait pour lui, elle n'avait pas bougé. Impuissants, Léon, Vector, Incar et Quol étaient debout près du cadavre, fixant Darken et Victoria, deux silhouettes avachies sur le sol, ayant perdu toute envie de se battre, de continuer.
Skeunk éclata de rire.
- C'est comme ça que tu veux me vaincre Darken ? Tu es aussi brisé que le corps de ce vieil Énutrof ! Vous ne pourrez jamais rien contre moi ! Cependant vous fûtes une bonnes distraction, je dois l'avouer. Mais maintenant je vais en terminer avec vous, cette mascarade commence à m'agacer.
- LA FERME !
C'était Victoria qui avait hurlé. Elle s'était relevé. Ses yeux verts flamboyaient de rage et de chagrin mêlés. Elle pointa les bras vers Skeunk et hurla un Mot Interdit. Le musicien fut propulsé contre son trône qui vola en éclats et disparut derrière. La jeune femme se leva soudain et se mit à courir vers la direction qu'avait pris James.
- Non Victoria tu ne peux pas ..! commença Vector.
Vector et Léon s'élancèrent à sa poursuite. Un jet de lumière vert heurta le Roublard à la jambe qui s'affala sur le sol avec un grognement de douleur.
- Incar, Léon, retrouvez Victoria cria Quol. Maître, vous devez-vous ressaisir !
- A quoi bon... murmura Darken.
Skeunk s'était relevé. C'était lui qui avait blessé Vector. Ses yeux émeraudes ourlés de cernes noires étaient sombres, emplis de colère.
- Le jeu a assez duré ! dit-il, hors de lui, s'essuyant le sang qui coulait de sa bouche d'un revers de la manche.
Il fit signe aux Sadidettes de s'approcher de lui. Elles l'entourèrent et posèrent leurs mains sur ses épaules, son torse et son dos. Ils furent soudain caché par un dôme noir. C'était inquiétant.
- Maître je dois m'occuper de Vector. Retenez Skeunk. Nous ne pouvons pas abandonner maintenant, nous sommes près du but ! Lorsque nous aurons Saan, nous pourrons renverser le combat !
- Crois-tu que je suis vraiment celui qui doit vous sauver, ou penses-tu, comme les autres que je vais vous détruire ? demanda Darken en levant les yeux vers Quol qui fixait le dôme sombre avec inquiétude. Je n'ai fait que des erreurs, depuis le début. Je conduis le monde à sa perte, je ne veux plus empirer les choses. Je ne veux plus me battre pour une cause perdue d'avance.
- Cessez de dire des conneries ! s'emporta Quol dont l'angoisse augmentait à chaque secondes. Je pense que vous n'êtes pas là pour nous détruire. Je crois en votre cause, mais si vous cessez d'y croire, qui va encore vouloir vous suivre ? Nous sommes les seuls à pouvoir empêcher le monde de sombrer dans le chaos. Peut importe les erreurs passées. Ressaisissez-vous, n'y pensez plus, et sauvez ce monde, bordel !
- Je n'y arriverai jamais.
Quol flanqua une gifle à Darken. Dans la Faille, un tel geste serait immédiatement puni de mort. Cela fit l'effet d'une douche froide au démon.
- Vous êtes le Dieu Soleil, vous n'avez pas le droit de nous abandonner. Maintenant levez-vous, combattez ce fou d'Éniripsa. Si James a choisi de nous trahir, c'est son choix, et ce n'est pas votre faute. ALORS BOUGEZ-VOUS UN PEU ET SORTEZ-NOUS DE CE MERDIER !
Hagard, Darken leva les yeux vers Quol.
- Tu crois encore en moi ... ?
- Bien sûr que oui ! J'ai toujours cru en vous, ainsi que chacun de ceux qui vous soutiennent. Allez-vous abandonner tous ceux qui ont sacrifié leur vie pour votre cause ? Ceux qui n'ont pas hésité à mourir pour une liberté dont ils ne profiteront jamais ? Quoiqu'on en dise, la guerre, même pour une cause juste est une chose horrible et malsaine. Il n'y a pas de bataille pour de bonne raison. Mais nous avons fait ce choix, celui de mourir, s'il le faut pour nos générations futures. Il en a toujours été comme ça, depuis toujours. Nous faisons le mal pour répandre le bien. Alors ne laissez pas tous ceux qui ont péri mourir pour rien, vous saliriez leur mémoire et refuseriez votre destin. Votre fin ne sera pas sur ce sol, agenouillé à attendre la mort. Votre mort se fera sur un acte noble, juste, pour la liberté.
Oui. Il avait raison bien sûr. Il ne pouvait abandonner. Pas maintenant, pas encore, pas si vite. Son devoir était de continuer. Il sentit un frisson glacé lui parcourir le corps. Son destin était grand, il ne mourrait pas comme un lâche, la nuque baissée, attendant la sentence. Il ne périrait pas comme un paria, un simple combattant inutile, un pion dont on oublierai le nom en quelques minutes, dès lors qu'on aurait tourné la page pour lire le chapitre suivant. Non. Hors de question.
Il se redressa lentement, tête baissée et saisit son épée accrochée à la hanche. Quol eut un sourire de soulagement et se précipita auprès de Vector, assit, qui tenait sa jambe blessée d'où le sang coulait.
Le dôme dans lequel Skeunk et les Sadidettes se trouvaient toujours luisait d'une couleur violette malsaine et était parcouru de petits éclairs noirs. Soudain, il sembla se ratatiner sur lui même puis explosa, répandant un nuage de fumée gris à l'odeur nauséabonde qui imprégna l'air, piquant les yeux de Darken. Cependant il se dispersa bien vite, devant lui se dressait une silhouette immense. Skeunk. Une vision d'horreur. Darken déglutit. Il allait affronter une menace terrible cette fois. 

A suivre dans Démoniak...

Casper et ses alliés sont poursuivis. Ils doivent s'échapper, ils ne peuvent envisager la retraite vers les Koalaks ou Astrub. Unik décide d'un plan que Casper refuse de suivre pour s'en sortir... Le héros acceptera-t-il ?
Harebourg se rend à son ancien château et rencontre Sylargh... La confrontation va bientôt commencer. La puissance du Xélor pourra-t-elle vaincre les Brikoléreux et leur maître ? Découvrez la suite prochainement dans Démoniak, Chapitre 9, L'armée du Brigandin.

Voilà pour cette suite, j'espère qu'elle vous aura plu, la suite en ligne dès qu'elle est écrit, ciao tout le monde et à ce soir :) !
 

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.156.39.245) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Dark-phire

    30/08/2013

    Kerrose wrote: "Je lis tes Rp depuis le début sans jamais me manifester, mais là je trouve que te chapitres sont de plus en plus réussis. Bravo.

    Kerrose, un joueur de Silvosse
    "

    Merci beaucoup :) :D

  • Kerrose

    30/08/2013

    Je lis tes Rp depuis le début sans jamais me manifester, mais là je trouve que te chapitres sont de plus en plus réussis. Bravo.

    Kerrose, un joueur de Silvosse

  • Dark-phire

    28/08/2013

    OLF-94 wrote: "Ce que j'en pense de James, et bien je savais bien qu'il allait revenir pendant un moment (donc temporaire, tu vas quand même pas le laisser comme ça :p) méchant vu les chapitre précédent."

    Pas sûr qu'il redevienne gentil ;)

  • OLF-94

    28/08/2013

    Ce que j'en pense de James, et bien je savais bien qu'il allait revenir pendant un moment (donc temporaire, tu vas quand même pas le laisser comme ça :p) méchant vu les chapitre précédent.

  • Dark-phire

    28/08/2013

    OLF-94 wrote: "Namarov, stylé. Il va se faire tuer par Lunix lui, en tout cas si j'étais un méchant comme lui, j'laurais sans doute fait x). 
    En tout cas description parfaite :o. 
    L'espion au Koalak ? L'enutrof dont j'ai oublié le nom ??! Vla le traître... 
    Léon Dulé... Pouaa j'ai déjà oublié son rôle 8) enfin je le saurais par la suite, vu que je commente dans l'ordre de lecture ^^. 

    Ah bah non, ce fou de James a tué marcus. 
    Bon sang, tant de chose qui se repose sur l'épaule de Darken. 
    Ça c'est du discours de film, chapeau ! 
    Et puis la fin, genre le mini trailer xD c'est énorme pffoui. Un peu court non ? 

    Bref, encore un chapitre énorme :D
    "

    Namarov tué par Lunix ? mmm peut être ! Je sais déjà qui meurt comment mais ça tu le sais déjà :P
    J'étais sûr que tout le mode penserait à Marcus mais...non. xD ! Initialement Léon je le voulais gentil mais j'ai préféré faire ça !
    Léon c'est le médecin du groupe :) !

    Ahah, t'en penses quoi de ce revirement de James :p ?
    Possible que ce soit court, 7-8 pages je dirais ^^'

  • OLF-94

    28/08/2013

    Namarov, stylé. Il va se faire tuer par Lunix lui, en tout cas si j'étais un méchant comme lui, j'laurais sans doute fait x). 
    En tout cas description parfaite :o. 
    L'espion au Koalak ? L'enutrof dont j'ai oublié le nom ??! Vla le traître... 
    Léon Dulé... Pouaa j'ai déjà oublié son rôle 8) enfin je le saurais par la suite, vu que je commente dans l'ordre de lecture ^^. 

    Ah bah non, ce fou de James a tué marcus. 
    Bon sang, tant de chose qui se repose sur l'épaule de Darken. 
    Ça c'est du discours de film, chapeau ! 
    Et puis la fin, genre le mini trailer xD c'est énorme pffoui. Un peu court non ? 

    Bref, encore un chapitre énorme :D

  • Dark-phire

    27/08/2013

    OLF-94 wrote: "Juste abuser ton histoire !!! Tu nous as sorti encore un magnifique chapitre !!

    Encore un nouveau méchant qui apparaît !
    Tu décris bien la trahison, en fait, tout les méchants se trahissent entre eux et chacun veut le pouvoir lol, ils vont s'entretuer à la fin ou quoi x) ?
    Si je comprends bien, Léon Dule est donc un ennemi alors, mais pourquoi il veut comme même soigner le pauvre Marcus alors que est un ennemi ?
    Tout le monde veut le pouvoir dans ton histoire, j'ai hâte de lire la suite !
    Et aussi c'est magnifique quand tu décris le désespoirs de Darken, tu as fait comme dans les vrais films x)
    Bref, vivement la suite :) !

    #Larg
    "

    J'adore trop Namarov :p !
    Il ne veut pas griller sa couverture, c'est bien pour ça qu'il veut le soigner, s'il n'avait rien fait, ça aurait paru suspect.
    Merci :) !

  • OLF-94

    27/08/2013

    Juste abuser ton histoire !!! Tu nous as sorti encore un magnifique chapitre !!

    Encore un nouveau méchant qui apparaît !
    Tu décris bien la trahison, en fait, tout les méchants se trahissent entre eux et chacun veut le pouvoir lol, ils vont s'entretuer à la fin ou quoi x) ?
    Si je comprends bien, Léon Dule est donc un ennemi alors, mais pourquoi il veut comme même soigner le pauvre Marcus alors que est un ennemi ?
    Tout le monde veut le pouvoir dans ton histoire, j'ai hâte de lire la suite !
    Et aussi c'est magnifique quand tu décris le désespoirs de Darken, tu as fait comme dans les vrais films x)
    Bref, vivement la suite :) !

    #Larg

  • Dark-phire

    27/08/2013

    Styx-X wrote: "Je l'ai pas lu :/ m'en veut pas mais je n'en ai lu aucun :3
    Donc jvais rien comprendre
    "

    Pas de souci x)

  • Styx-X

    27/08/2013

    Je l'ai pas lu :/ m'en veut pas mais je n'en ai lu aucun :3
    Donc jvais rien comprendre

Report abuse