Stories, Darken, Chapitre 1

Bonsoir tout le monde, on se retrouve déjà alors que ça fait seulement un jour que j'ai posté l'article 200 qui a plu à beaucoup de monde ! Donc merci à tous pour vos commentaires et comme promis, je sors la première Stories, à savoir celle de Darken.
Avant de commencer, je vais vite fait vous faire le portrait de ce fameux personnage :) !
 
Stories, Darken, Chapitre 1

Nature : Démon et classe : Zobal ? Dans le RP, chaque démon peut prendre une apparence humaine et celle que Darken utilise est le Zobal...
La catégorie est disons... l'importance du personnage dans le RP d'origine, et aussi sa force.
 
ça ira probablement de C ou B à S ^^' Donc, Darken est un personnage principal de l'histoire et il est très puissant, vous m'suivez ? Non ? Bon ben passons à une brève biographie de Darken.
 
Son apparence humaine est celle d'un Zobal normal mais il a des yeux gris.
Dans Infectés il joue le rôle de l'antagoniste principal (le méchant) et on apprend qu'il est un démon seulement à la fin lorsqu'il tente d'ouvrir un portail, dans le monde des Douze, vers la Faille où vivent tous les démons. Seulement il est arrêté par James Ex (protagoniste principal) qui meurt en abattant le Zobal.
 
Dans Renaissance, Darken, aussi appelé Isaac Harien est enfermé dans une prison de la Bourgade de Frigost. Il accepte d'aller chercher le véritable antivirus au Necros qui a transformé les habitants du monde des Douze en zombis. En échange, Arty (l'un des protagonistes principal) devra l'aider à tuer Lunix, un Démon Lune.
Après diverses péripéties sur une île inconnue, Darken et l'équipe qui l'accompagnait ramène l'antidote mais Bonta est attaquée par Orion, le Dieu démon Lune, plus grand ennemi de Darken. On apprend alors que ce dernier est impliquée dans une guerre éternelle entre la Lumière et l'Obscurité et qu'il est le chef des démons Soleil. Suite à une confrontation, Orion est tué, les onze Lune restant s'enfuient et le monde des douze prospère de nouveau.
 
Donc découvrez dès à présent l'histoire de Darken, comment a-t-il accédé au rang de Dieu Démon Soleil, comment a-t-il sombré dans la folie, causant massacres et meurtres en tous genres. Et enfin, voyez comment il a réussi à s'infiltrer dans le monde des Douze pour y répandre le virus...
Découvrez l'histoire de Darken !
 
Stories, Darken, Chapitre 1

 
  Je m'étais toujours demandé à quoi été vouée mon existence. Après tout, qu'étais-je, dans ce monde si vaste, à part une vulgaire fourmi seule et perdue, loin des siens ?
Étant enfant, on m'avait toujours répété que je devais être fort, que je ne devais pas montrer mes sentiments, en effet, j'étais un démon et en tant que tel, je devais inspirer la crainte, donc devais sembler froid, cruel. C'est ainsi que chaque âme innocente était transformée, manipulée jusqu'à n'être convaincue que des idéaux de la nation démoniaque et donc, être totalement anéantie, rongée par le mal...
  Les Démons Lune et Soleil ont toujours existé, cependant, j'étais destiné à être le dernier d'entre tous, et avec moi mourraient ces deux ennemis naturels qui forment l'équilibre parfait de la lumière et l'obscurité. Pour la survie de notre monde, il était nécessaire que ces deux entités s'affrontent dans une lutte éternelle où il ne devait y avoir aucun gagnant. Mon destin était donc de conduire la Faille à l'anéantissement.
  Tout le monde connaissait mon destin, aussi, on me vouait une haine éternelle, bien des tentatives de meurtres avaient été commises, mais je m'en étais toujours tiré. À présent, j'étais sous la protection personnelle des gardes de mon père, le maître de la Faille. Bien que connaissant l'avenir sombre que j'étais censé apporter, il avait toujours fais preuve de bienveillance à mon égard. Pas d'amour, non, ce sentiment n'existait pas dans notre monde et moi, j'étais convaincu que c'était ce qui avait provoqué notre échec, bien des années plus tôt, lorsque nous avions envahi le monde des Douze. Oui, l'amour qu'éprouvaient les humains pour leurs proches avaient décuplé leurs forces,  chacun se battait pour sauver un être cher, et chacun s'était battu durement...
  Nous, démons, qui observons les humains depuis la fin de la guerre étions en totale incompréhension devant ce sentiment inconnu. Aucun n'en avait jamais éprouvé, aucun sauf... moi.
 
 
*
 
  Le soleil pâle et malsain se leva tard, ce matin-là. De jour en jour, la nuit devenait plus longue et bientôt, elle recouvrirait totalement la Faille, balayant toute trace des derniers vestiges de végétaux, et de petits animaux diurnes qui avaient réussi à survivre jusque-là. Leur résistance m'avait toujours fasciné et lorsque j'étais enfant, j'avais passé de longs moments à les observer, émerveillé par la façon dont ils arrivaient à tirer profit de la désolation ambiante.
  Cependant, aujourd'hui, le c½ur lourd, j'en observais un qui se tortillait sur le sol en émettant des petits couinements, tandis que la vie quittait lentement son corps faible.
Je poussai un soupir et m'éloignai de ce spectacle pitoyable, m'approchant de l'immense château de pierres sombres de mon père. Il se faisait vieux et aujourd'hui était un grand jour. Oui, il allait me transmettre ses attributs de Soleil. Il était leur chef, à ces fameux Démons Soleils, chef d'une éternelle lutte contre ceux se vouant corps et âme à la Lune, symbolisant l'obscurité, la noirceur.
« Tout ce que veulent les démons » pensai-je ironiquement... D'ailleurs je me demandai souvent à quoi servait cette lutte, pourquoi vouloir maintenir un équilibre entre l'ombre et la lumière alors que nous étions des créatures de l'obscur ?
  Je chassai mes pensées parasites lorsque le garde en faction devant la porte du château me salua avec respect. Je lus malgré tout une lueur de haine dans son regard, il n'oubliait pas que j'étais celui qui indubitablement, conduirait son monde à l'apocalypse.
  Un rictus ironique déforma mes lèvres tandis que j'entrai dans l'immense hall, au sol dallé de noir et de blanc. Des tableaux représentant d'immondes créatures, ancêtres valeureux du Soleil étaient accrochés un peu partout... Comment des choses aussi abjectes pouvaient représenter la lumière ?
  Moi même, je voulais m'éloigner le plus possible de cet aspect repoussant, aussi, je conservais toujours mon apparence humaine, attribut héréditaire que possédait chaque démon, depuis environ trois ou quatre générations. En effet, si on devait envahir de nouveau le monde des Douze, quoi de mieux que rassurer nos ennemis en conservant une apparence frêle et identique à la leur.
De toute façon, je trouvais leur corps beaucoup plus beau et fin que le notre, en particulier celui des femmes, qui lorsqu'il était soigné devenait un véritable chef-d'½uvre. C'était pour moi ce qu'il y avait de plus beau. Je m'étais d'ailleurs souvent surpris à en contempler via le miroir qui nous permettait d'espionner le monde humain. Moi je me fichais de collecter des renseignements, tout ce qui m'importait était une femme, d'une élégance rare que je scrutais depuis des années déjà. Une femme dont je ne savais qu'une chose : son prénom.
 Natalia, un nom de toute beauté n'est-ce pas ? Cependant, je l'observais de plus en plus et ça, mon meilleur ami, l'avais remarqué. Au début, des simples absences, nous nous voyions de moins en moins, puis quasiment plus du tout, puisque j'étais complètement obsédé par cette jeune femme. Un jour il m'avait surpris, alors que j'admirais Natalia. Le regard d'Orion s'était alors voilé, son visage assombrit et il avait quitté la pièce sans un mot, d'une démarche légèrement vacillante. Il avait semblé soudainement malheureux et... résigné...
  Mes pensées se dissipèrent alors que j'arrivai devant la grande double porte en bois noir sur laquelle étaient sculptés des visages agonisants, la bouche grande ouverte. Charmant n'est-ce pas ?
Avec un soupir d'appréhension je frappai trois grands coups et pénétrai dans la pièce.
Elle était immense, aux coins octogonaux. Des vitraux cachés par de longs rideaux noirs protégeaient les lieux du pâle soleil et seul un mince rai de lumière parvenait à s'engouffrer dans l'obscurité, révélant au fond de la salle un grand trône à l'aspect sinistre sur lequel une silhouette semblable à une poupée de chiffon était avachie.
  La voix gutturale de mon père parvint à mes oreilles. Elle semblait faible.
 - Approche mon fils...
Il fut interrompu par une violente quinte de toux. Il mit plusieurs minute à s'en remettre, pendant ce temps, moi, je m'approchai lentement, une once de tristesse me traversant lorsque je vis le vieux démon.
  Il avait adopté sa constitution humaine, aussi, des rides parsemaient son visage buriné, ses yeux, larmoyants à cause de la toux, profondément enfoncés dans leurs orbites luisaient, une longue cicatrice courait sur sa joue droite. Je me contentai de l'observer gravement le temps qu'il reprenne ses esprits. Enfin, haletant il se redressa dignement et son regard perçant me transperça, il reprit :
 - Je me fais vieux, tu le sais et il est temps pour toi de me succéder, je ne peux plus veiller sur mon peuple aussi bien que je le faisais avant, aussi, demain, tu reprendras le flambeau et deviendra le nouveau chef des nations. Avec toi, Douze démons Soleil et treize Lune seront nommés et une nouvelle ère commencera. On dit que tu es destiné à détruire notre monde, moi, je pense que c'est faux, tu apporteras l'équilibre parfait dont nous rêvons depuis des milliers d'années...
  Il s'interrompit un instant, essoufflé à cause de la maladie.
 - Le monde entier croit que la lumière, symbolisée par le Soleil et l'obscurité, par la lune s'affrontent afin que l'une des deux prenne le pouvoir un jour. Cependant, chacun des camps ne veut qu'une chose : la paix et l'équilibre. La seule chose qui diffère est la manière d'y arriver et la Lumière ne tolère pas les agissements de l'Obscurité, aussi, 13 défenseurs ont été créés par les deux ennemies, et ces fameux défenseurs doivent se battre, afin que le statut quo soit conservé entre les deux. Moi, je pense que tu unifieras l'ombre et la lumière, afin d'enfin, créer un monde dans lequel il n'y aura plus de guerre, dans lequel la paix régnera. J'ai voulu essayer de maintenir cette paix mais j'ai échoué, aussi, je transmets tous mes espoirs en toi, mon fils et je sais que tu y parviendras...
Bouleversé, j'avais la gorge nouée, ne pouvant parler. Je ne me sentais pas prêt à prendre sur mes épaules tout ce qu'avait bâti mon père et ses ancêtres... J'avais peur de le décevoir, de ne pas être à la hauteur et de conduire mon peuple, comme tous le disaient, au néant.
 - Une dernière chose, continua le roi. Il faut que tu saches que ce n'est pas en détruisant ton ennemi que tu feras revenir la paix, cependant tu seras probablement contraint de l'affaiblir, et peut être devras-tu détruire ton meilleur ami, pour le bien de notre monde.
Mes pensées se tournèrent aussitôt vers Orion. S'il devenait mon ennemi, aurais-je la force et le courage de l'affronter ? J'en doutais.
 - Bien, je t'ai tout dis. Demain, vingt-six démons seront élus Soleil ou Lune, toi, tu seras le chef de la lumière et mon successeur, montre-t'en digne.
 
 
*
 
  Le vent fouettait mes jambes, faisant claquer le tissus de mon pantalon. J'étais habillé luxueusement dans une tunique brodée aux couleurs de la lumière : le jaune et le blanc. Les deux couleurs formaient des entrelacs compliqués, représentant l'astre du jour. En face de moi, une marée de démons sous apparence humaine portait une longue robe noir, une lune d'argent marquée sur la poitrine. Les fervents de l'obscurité.
  Moi seul portait une telle tenue, les autres prétendants, qui n'allaient pas tarder à devenir Soleil ou Lune étaient habillés d'un simple pagne brun clair. Tous semblaient jeunes, pas plus de dix-sept ans en âge humain.
  Nous nous trouvions tous dans une grande arène circulaire. Les spectateurs silencieux dans les gradin, formaient deux masses distinctes, séparées par des gardes vêtus d'armure et armés de lance à l'aspect menaçant.
  Moi-même me trouvait au centre de l'arène, au coté de mon père qui malgré son affaiblissement, conservait les épaules haute et l'air déterminé.
Il prit la parole :
 - Aujourd'hui, il est temps d'élire vingt-six nouveaux jeunes Lune et Soleil. Vingt-six enfants qui peut être, actuellement sont amis, mais demain deviendront des rivaux, et ce, pour l'équilibre de notre monde.
  En disant cela, il avait fixé chacun des cinquante visages qui lui faisaient face. Je baissai les yeux vers le sable blanc de l'arène... j'étais tellement angoissé à l'idée de devenir le Dieu Soleil que mes genoux tremblaient. Je me ressaisis tant bien que mal et croisai le regard ironique de Lunix, mon plus grand rival. Nul doute qu'il serait choisit comme Dieu Lune, étant donné sa malveillance et sa méchanceté gratuite...
 - Bien, il est temps d'énoncer les Treize Démons Lune, grogna mon père en ouvrant une enveloppe.
Il déplia une feuille et la parcouru du regard.
 - Le Maître de l'ombre, celui qui donc, peut la manipuler à sa guise sera Blakril !
Un jeune homme mince aux yeux sournois s'avança et afficha un large sourire victorieux. Son arrogance et sa façon de se mouvoir d'un air supérieur allaient très bien avec son nouveau titre.
 - Le Maître du vent, capable de produire des tornades ou même des blizzards sera Clorn !
Le suivant n'avait aucune expression sur le visage. Seuls ses yeux gris et froids trahissaient son excitation : ils brûlaient d'une lueur sauvage et satisfaite.
 - Le Maître des Végétations, capable de faire pousser une forêt sera Franboiz !
Ça allait lentement, déjà dix démons Lune avaient été appelés... L'excitation me saisit, je connaîtrais bientôt le nom de mon adversaire final !
 - Le maître de la Lune et de son pouvoir sera Lunix !
Je fus abasourdis. Premièrement mon rival ne serait pas Dieu Lune, et deuxièmement, je fus surpris qu'un tel pouvoir fut accordé à un simple disciple du Dieu ! Comment étais-ce possible ? Pourquoi le Dieu Lune ne bénéficiait-il pas du pouvoir de la Lune ?
Et enfin, le plus important :
 - Le Dieu Lune, qui réunit le pouvoir de tous ses alliés, en plus de son attribut personnel sera Orion ! 
  J'eus l'impression que le monde tournait à toute vitesse autour de moi. Je faillis tomber à genoux mais Graal, le conseiller de mon père me retint d'une poigne de fer en me lançant un regard sévère.
Non ! C'était impossible ! Mon meilleur ami devenait mon pire ennemi en l'espace d'une minute, comment cela se pouvait-il !?
  Lunix tremblait de rage et Orion s'avança, résigné. Il semblait aussi surpris que moi et il m'adressa un regard suppliant.
 - Bien, maintenant que les Démons Lune et leur dieu ont été annoncés, il est temps de passer à ceux du Soleil.
Les noms s'enchaînaient, je n'en connaissais aucun, de toute façon, j'étais bien trop choqué pour y prêter attention.
 - ... Et le Dieu Soleil qui réunit le pouvoir de tous ses alliés en plus de son attribut personnel sera Darken, mon fils qui me remplace dès aujourd'hui.
Un tonnerre d'applaudissements retentit. Dans un état second, je fus escorté à l'intérieur du château de mon père, de là, on me fit signer un tas de paperasse et je dus prêter allégeance en tant que nouveau Dieu Soleil, mais également roi des démons.
Lorsque le soir arriva enfin, et après avoir refusé les dizaines d'esclaves femelles que le contremaître me présentait, je pus aller m'étendre sur mon lit, sensiblement plus grand et confortable que l'ancien.
J'essayai de faire le vide dans mon esprit mais ce fut totalement impossible, trop de questions sans réponses et de pensées se bousculaient dans mon crâne, aussi, je fis appeler une servante.
Elle ne tarda pas à arriver et s'inclina très bas, son nez toucha le sol couvert d'un tapis moelleux. Gêné, je lui ordonnai de se relever.
 - Mademoiselle, pouvez-vous demander à mon conseiller d'organiser une rencontre, demain après-midi avec le Dieu Lune ? Nous devons discuter de nos projets personnels. Merci.
Elle sembla surprise du ton que j'adoptai, sans doute n'avait-elle pas l'habitude d'être si bien traitée, après tout, notre peuple n'était pas connu pour ses manières...
Une fois qu'elle fut partie, je retournai dans mon lit après m'être dévêtu et laissai mes pensées vagabonder vers Natalia. Cela réussit à m'apaiser et je sombrai dans un profond sommeil empli de rêves fantastiques.
 
*
 
 
  Le lendemain je fus réveillé aux aurores par une servante apeurée. Écarlate, je refusai qu'elle me fasse la toilette et me réfugiai dans la salle de bain luxueuse pour prendre une longue douche chaude qui chassa la fatigue et le stress des dernières heures.
  J'avais du mal à m'habituer à la richesse des lieux, tout d'or et de pourpre, bien trop tape à l'½il à mon goût. Les murs étaient recouverts de tapisseries ou de tableaux représentant la gloire de mes ancêtres, soit des massacres d'innocents au nom du Soleil, le sol de marbre était brillant et multitude de miroirs étaient accrochés ça et là, reflétant mon visage crispé.
  La matinée fut d'un ennui extrême, je dus assister à de multiples conférences où tous les nobles de la Faille venaient me prêter serments et fidélités et m'offraient des cadeaux prestigieux et inutiles.
Certains semblaient mielleux, et grâce aux cours de politique que j'avais reçu, étant plus jeune, je savais qu'il fallait particulièrement s'en méfier. On m'avait aussi dit de faire des alliances avec de potentiels ennemis, si je pouvais en tirer profit, à condition de surveiller le-dit ennemi.
  D'autres nobles décidèrent de me déclarer la guerre et gardant mon sang-froid, je dus préparer des plans de batailles dès le premier jour, ce que je trouvais totalement inutile. D'après les espions, le comte qui me menaçait ne possédait qu'une armée d'environ cinq cents hommes et n'avait conclu d'aucune alliance avec des tiers personnes. Pour ma part, j'avais environ cent-mille soldats, donc ce n'était qu'un détail mineur à régler. Mon père y avait souvent été confronté et m'avait révélé que généralement, les démons lui annonçant la guerre étaient devenus fous, ou en avaient assez de leur longue vie mais voulaient mourir en brave sur le champ d'honneur. D'ailleurs, en parlant de mon père, Graal, son ancien conseiller mais à présent le mien m'avait avoué que mon géniteur avait acheté une villa loin de la capitale et vivait une retraite paisible en compagnie de ses servantes préférées, jusqu'à ce que la mort vienne le cueillir et il savait très bien que ce ne serait plus très long.
L'après-midi se révélait plus prometteur, je devais rencontrer mes douze compagnons Soleil, pour décider de mon bras-droit et afin qu'ils se présentent, et ensuite, une confrontation que je redoutais allait avoir lieu : J'allais rencontrer le Dieu Lune, soit Orion, mon meilleur ami.
  À midi, un formidable dîner en l'honneur de l'abdication de mon père et de mon nouveau titre fut organisé. Un goûteur testa chaque aliment et ne tomba pas foudroyé à mon plus grand soulagement. Je pus me détendre un peu. Les plats furent excellents : pommes de terre sautée garnies d'une sauce onctueuse, des côtes de b½uf grillées à point, du porc au caramel, et même du bouftou importé du monde des Douze, garnit d'une sauce au vin rouge.
Les différents desserts étaient au niveau, des tartes aux pommes, poires et abricots, des moelleux au chocolat au c½ur fondant au caramel salé, des fruits que l'on trouvait dans les régions les plus humides de la Faille, et ce que je préférais : du Manano, un genre de milk-shake à la banane et au chocolat.
  Je mangeai à satiété mais ne me goinfrai pas non plus, sentant le regard de tous les nobles sur moi dès que je baissai les yeux sur mon assiette.
Au bout de deux heures où la moitié des convives s'en alla, la démarche chancelante à cause du vin, je pus enfin me retirer dans ma suite, où je pouvais me reposer une heure avant d'enfin rencontrer mes compagnons Soleil. J'attendis sans trop d'impatience, assis sur mon lit, le regard fixé à travers la fenêtre ouverte, observant sans la voir l'immense forêt dépourvue de feuille à chaque arbre qui s'étendait, répandant son ombre sinistre telle un spectre maléfique, devant la ville que je gouvernais, à présent. Mes pensées allèrent à Natalia, mais je dus très vite retrouver la réalité : la rencontre approchait.
 
  Une demi-heure plus tard, le c½ur battant et les jambes flageolantes, je poussai la double porte élégamment décorée de la salle du conseil. Au centre, au tour d'une grande table ovale étaient assis les douze Démons Soleil, sous l'apparence d'êtres humains qui me dévisageaient avec méfiance et sans se cacher. Un peu gêné, je m'assis sur la place qui m'était réservée, au bout de la pièce, me raclai la gorge et restai silencieux un instant. Voyant que personne ne prenait l'initiative de parler, je me lançai, non sans appréhension.
 - Hum... et bien salutation à tous...
Des marmonnements me répondirent. Encourageant.
 - Comme vous le savez... nous sommes à présent unis pendant mille longues années afin de tenter de conserver un équilibre entre l'ombre et la lumière... Ou plutôt, nous devrons essayer d'appliquer un équilibre...
Mes paroles eurent l'air de faire mouche, les visages se firent aussitôt moins moqueurs. Ils devinrent méfiants, et pour certains, dubitatifs.
Un homme aux cheveux rouges et au yeux verts étincelants, soit Solix, le maître du pouvoir destructeur du soleil prit la parole :
 - Créer un équilibre ? Que voulez-vous dire, maître ? N'est-il pas instauré depuis des milliers d'années, ce fameux équilibre ?
La plupart des Soleil approuvèrent les paroles de Solix d'un mouvement de tête approbateur. Ils étaient accrochés à mes lèvres, impatients de recevoir ma réponse.
 - Peut-être que je me trompe, cependant, je suis convaincu que non. En effet, depuis la nuit des temps, l'ombre et la lumière s'affrontent dans une lutte qui semble éternelle, et cette lutte est orchestrée par les Démons Lune et nous-mêmes. Et voyez l'état de notre monde actuellement ! Les forêts dépérissent, les animaux se meurent un à un, même les plus solides, les cours d'eaux et les océans se tarissent et le désert recouvre peu à peu la planète ! Je suis convaincu, comme l'était mon père avant moi que si les deux forces opposées s'unissent, alors tous ces problèmes seront réglés et notre environnement pourra de nouveau prospérer !
Certains semblaient troublés par mes paroles, d'autres me regardaient comme si j'avais perdu la tête. Seuls Arcan, le maître des profondeurs et Solix semblaient plus ou moins d'accord.
 - Quelle preuve peux-tu nous apporter concernant cela ? demanda Quol avec calme. De plus, pourquoi, selon toi, notre monde devrait être vivant et verdoyant alors que nous sommes des créatures faites pour la destruction ?
  Ses paroles m'énervèrent et je m'enflammai aussitôt. Me levant d'un bond et tapant du poing sur la table, je m'écriai :
 - Si nous étions des créatures vouées à saccager tout sur son passage, crois-tu vraiment que nous aurions des édifices aussi finement sculptés et des lois assez proches de celles des humains, race considérée comme la plus intelligente du Krosmoz ? Pourquoi, sous le prétexte totalement erroné que nous devons absolument tout anéantir, avons-nous l'obligation de vivre dans un environnement gris, froid et dépourvu de vie ? Si notre nature était réellement la destruction, penses-tu que nous serions tous en train de discuter, assez véhément, j'en conviens, autour de cette table ?
Je m'interrompis pour reprendre mon souffle et fusillai du regard l'ensemble de la tablée.
 - J'ai été élu en tant que Dieu Démon Soleil, je n'ai pas demandé ce rôle, mais je ne vais pas le renier non plus ! Vous êtes censés être mes conseillers, mes alliés, donc je vous demande de vous comporter en tant que tel. Cependant, à présent, si l'un de vous n'est pas d'accord avec ce que je propose et n'est pas capable de donner des contre-arguments valables, alors il peut quitter ce conseil sur le champ. Maintenant, j'ai un autre rendez-vous d'une importance capitale, donc je vous laisse méditer sur ces paroles. Bonne journées messieurs.
Furibond, je sortis de la pièce à pas rapides et espacés, une main ne tarda pas à se poser sur mon épaule. Je me retournai et reconnu Quol qui semblait assez mal à l'aise.
 - Je ne voulais pas vous vexer, maître Darken... Seulement vous devez comprendre qu'on nous a toujours appris à n'avoir aucun sentiment, à tout détruire sur notre passage et à ne semer que mort et désolation... Changer ces principes, certes, peu reluisants que l'ont nous a forcé d'assimiler sera très compliqué et vous devez le tolérer. Mais... je pense pouvoir dire au nom de tous les nôtres que... nous marcherons à vos côtés.
Souriant intérieurement, je m'apaisai aussitôt et serrai la main du démon.
 - Merci. Je vous retrouve prochainement... Orion m'attend et ce ne sera pas simple de négocier afin d'éviter des hostilités. Je ferai de mon mieux.
  Avec un signe de tête en guise d'au revoir, je m'éclipsai le plus rapidement possible et après avoir parcouru quelques couloirs déserts, je me laissai glisser contre un mur, soufflant longuement.
La rencontre avec mes compagnons Soleil avait été éprouvante alors qu'ils étaient des alliés. Comment serait celle avec Orion ? J'appréhendai énormément ce moment. Rien que de devoir me confronter à mon meilleur ami me fichait une boule au ventre qui ne semblait pas d'humeur à s'en aller.
  Le c½ur au bord des lèvres, je finis par me relever et me contemplai un instant devant un miroir.
Il me renvoya l'image d'un jeune homme blond au teint mat, cependant, on pouvait apercevoir une lueur de conviction et d'assurance dans le fond de mes yeux.
Je me remis en route. Il était temps d'affronter mon meilleur ami qui était aussi le pire ennemi que j'aurais, tout le long de ma vie.
Il m'attendait tranquillement dans le salon privé. La tête tournée vers la fenêtre dévoilant le soleil couchant, la moitié de son visage était plongée dans l'ombre.
 - Bonsoir, Darken, déclara-t-il sans se retourner, baissant les yeux vers une pomme qu'il s'amusait à lancer et rattraper.
 - Bonsoir Orion répondis-je avec méfiance, tendu, en approchant lentement.
Je me tint à coté de lui et posai les coudes sur le rebord de la fenêtre, observant son visage insondable. Il semblait étonnement calme et confiant, alors qu'hier, il avait semblé déboussolé et anxieux. Le précédent Dieu Lune l'avait probablement briefé...
 - Tu sais pourquoi on doit se rencontrer, dis-je doucement, fixant à mon tour le ciel orangé.
 - Oui... pour convenir sur différents points, et être censés à apprendre à se connaître. Mais on sait tout l'un de l'autre, n'est-ce pas, Darken ?
Son ton me mit mal à l'aise. Il semblait cacher quelque chose. Un demi-sourire se dessina sur ses lèvres.
 - Que désires-tu de moi, mon ami ?
L'ironie avec laquelle il avait prononcé le dernier mot me blessa. Pensait-il qu'il n'y avait plus aucun lien entre nous ?
 - Les adversaires ne sont pas forcément ennemis, tentai-je avec espoir. De plus, nous pourrions être alliés plutôt que bêtes noires.
 - Ce que tu proposes-là est très intéressant fit remarquer Orion avec un sourire moqueur. Mais je ne vois pas comment le Soleil et la Lune pourraient être alliées alors que tout les différencie. Peut-être as-tu la bêtise de croire une entente possible entre nos deux camps ?
Le ton froid et indifférent qu'il adoptait me déstabilisait. À croire que tout était un jeu pour lui. Je ne le reconnaissais plus.
 - Tu sais très bien, tout autant que moi que l'ombre et la lumière doivent être unies, et non en querelles permanentes à cause des erreurs commises par nos ancêtres m'écriai-je.
 - Quelles erreurs ? Celle de confiner une lutte destructrice en des guerriers qui auraient tout le loisir de s'affronter, mais pas en détruisant tout sur leur passage ? Je trouve au contraire que ce fut une excellente idée afin de préserver le monde, railla-t-il en souriant.
 - Mais ces guerriers peuvent devenir alliés et ensemble, faire régner une paix complète  continuai-je, hurlant presque.
 - CELA NE PEUT PAS ÊTRE ! explosa-t-il, le teint rougit par la colère. Ce ne sont pas nous, de simples gamins sur cette planète si vieille et ces traditions si anciennes qui changeront la donne ! Nous sommes des plus communs et ne révolutionneront pas ce monde !
 - Et pourquoi pas ? Crois-tu qu'il y a des personnes plus aptes que nous à tenter ce que tu crois être l'impossible ? Nous nous devons d'essayer !
Nous reprîmes tous les deux notre souffle, haletant, s'observant furieusement. Orion reprit, d'un ton un peu plus adoucit :
 - Je te connais trop bien, Darken, et j'étais sûr que tu voudrais esquiver la guerre...
 - Et moi je ne te reconnais plus ! criai-je, au bord des larmes.
Je devais reprendre contenance, sinon je passerai pour un faible et n'aurais plus aucune autorité... impossible, des larmes de rage coulèrent le long de mes joues.
 - Ne m'interromps pas... tu es pitoyable... je disais donc, que j'étais certain que tu ne voudrais pas combattre, aussi, j'ai fait en sorte.. que tu finisses par accepter. Tu n'aurais jamais abandonné aussi facilement, aussi j'ai dû employer des moyens radicaux... Mais je ne regrette pas.
 - De quoi parles-tu ? Demandai-je, soudain terriblement angoissé.
 - Va dans la chambre où tu loges et tu trouveras des réponses.
  Je sortis aussitôt en trombe de la pièce. Je courus le plus vite possible à mes quartiers, à l'autre bout du palais. Après avoir dévalé les marches quatre à quatre, je me retrouvai devant le couloir menant à ma suite, étonnement silencieux, froid et lugubre, alors que je veillai toujours à ce qu'une lumière brille en cet endroit.
  La gorge serrée, le c½ur battant d'appréhension, j'avançai lentement, ne pouvant m'ôter cet étrange sentiment de malaise qui accompagnait mes pas.
Mon ombre déformée s'étendait sur les murs, le bruit étouffé de mes pas était à peine audible, sans doute ma respiration effrénée était plus sonore. Je m'arrêtai devant la porte entrouverte menant à ma chambre et l'ouvrit tout doucement. Elle s'ouvrit en grinçant, agrandissant au passage la lumière de la lune qui s'engouffra à l'intérieur de la pièce. Je la parcourus lentement. Mon instinct me soufflait de rejoindre la chambre à coucher... je tournai donc très lentement la poignée et ouvrit. La pièce était plongée dans une pénombre totale, seul un mince halo de lumière s'engouffrait entre les rideaux mal fermés et éclairait le lit. Je m'approchai lentement et semblai discerner une silhouette allongée, qui ne bougeait pas.
  Debout devant le corps, je n'osai pas regarder son visage mais fini inéluctablement par baisser mes yeux vers lui. Et mon c½ur s'arrêta de battre.

Que de suspens et je sais que ceux étant allés au bout m'insultent actuellement... cependant la suite n'est pas pour maintenant ! 
J'espère que ça vous a plu et je vous dis à la prochaine !
 
 

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.156.39.245) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Dark-phire

    16/12/2012

    Arielle wrote: "Han moi j'dit il a tuer Natalia ! Ou j'sais pas ! donne nous vite la suite. J'aurais du te jurer a la fin :D !
    En tout cas super super super chapitre Dyl !
    "

    C'est la première fois que tu commentes toi non :D ? J'essaye de faire vite mais j'ai pas trop le temps

  • Arielle

    15/12/2012

    Han moi j'dit il a tuer Natalia ! Ou j'sais pas ! donne nous vite la suite. J'aurais du te jurer a la fin :D !
    En tout cas super super super chapitre Dyl !

  • Dark-phire

    06/12/2012

    OLF-94 wrote: "Non mais qu'elle chapitre magnifique !
    Je me demande comment tu fais pour avoir une si grande imaginations o_o. Orion le meilleur ami de Darken o_o, pourtant quand il meurt, Darken ne pleure même pas sur son meilleure amis qui meurt, même s'il son amis, il devrait quand même pleurer ?

    Sinon, tu dit que Darken a cent mille soldat, mais ces soldats ressemble à des démons ? Si c'est le cas, ça veut dire qu'ils sont tous aussi puissants car se sont des démons. En tout cas, est vraiment bien les stories, surtout quand on fait des comparaisons avec Rennaissance ou Infecté =), vivement la suite, tu va le sortir dans environ combien de jours :D ?

    Tu devrais vraiment poster ton RP pour Afk #4, on sait jamais xD.

    #Largen
    "

    Une centaine d'année sépare ce premier chapitre de Renaissance, et maintenant Darken va haïr Orion... m'enfin gardons le suspens.
    Ouais 100 000 démons mais tous ont apparence humaine j'éclaircirais ça dans le prochain chapitre tu comprendras.
    J'essayerai d'ici une semaine mais j'promets rien.

  • OLF-94

    05/12/2012

    Non mais qu'elle chapitre magnifique !
    Je me demande comment tu fais pour avoir une si grande imaginations o_o. Orion le meilleur ami de Darken o_o, pourtant quand il meurt, Darken ne pleure même pas sur son meilleure amis qui meurt, même s'il son amis, il devrait quand même pleurer ?

    Sinon, tu dit que Darken a cent mille soldat, mais ces soldats ressemble à des démons ? Si c'est le cas, ça veut dire qu'ils sont tous aussi puissants car se sont des démons. En tout cas, est vraiment bien les stories, surtout quand on fait des comparaisons avec Rennaissance ou Infecté =), vivement la suite, tu va le sortir dans environ combien de jours :D ?

    Tu devrais vraiment poster ton RP pour Afk #4, on sait jamais xD.

    #Largen

  • Dark-phire

    05/12/2012

    OLF-94 wrote: "Mais quelle histoire mais quelle histoire mon dieu !!!!! C'est pas possible, tu m'étonne à chaque fois, c'est impressionnant cette sensation d'être Darken lui même. C'est...magique ? Je ne sais pas quoi dire, Orion est en fait le meilleur ami de Darken, j'arrive à me mettre à sa place, la déception qu'il peut avoir lorsqu'il apprend ça.. Comme si Fun sera mon pire ennemis du jour au lendemain, non ça fait trop mal c'est..à la fois rageant et surprenant, je..bref.. Il y aura combien de chapitre ?! 

    (édit : maintenant je sais combien il y en aura 8)) 

    Darken découvre son père mort dans sa chambre ? Ou découvre Natalia dans son monde ? Non, toutes ses questions sans réponse, j'attend la suite.. Chapeau encore une fois !

    ----

    La suite la suite 8) XD. Ah le résumé est cool, ça donne vraiment envie :) j'espère que les autres vont aimer !
    "

    bah c'est 3 chapitres par Stories xD
    ah suspens :D
    Merci pour tout :D

  • OLF-94

    05/12/2012

    Mais quelle histoire mais quelle histoire mon dieu !!!!! C'est pas possible, tu m'étonne à chaque fois, c'est impressionnant cette sensation d'être Darken lui même. C'est...magique ? Je ne sais pas quoi dire, Orion est en fait le meilleur ami de Darken, j'arrive à me mettre à sa place, la déception qu'il peut avoir lorsqu'il apprend ça.. Comme si Fun sera mon pire ennemis du jour au lendemain, non ça fait trop mal c'est..à la fois rageant et surprenant, je..bref.. Il y aura combien de chapitre ?! 

    (édit : maintenant je sais combien il y en aura 8)) 

    Darken découvre son père mort dans sa chambre ? Ou découvre Natalia dans son monde ? Non, toutes ses questions sans réponse, j'attend la suite.. Chapeau encore une fois !

    ----

    La suite la suite 8) XD. Ah le résumé est cool, ça donne vraiment envie :) j'espère que les autres vont aimer !

Report abuse