Renaissance, Chapitre 8

La semaine est vraiment passée vite, j'ai l'impression que ça fait 2-3 jours que j'ai posté Renaissance. Et je dois déjà vous mettre la suite... J'ai perdu mon avance confortable de 8 chapitres écris à l'avance, étant donné que j'en suis toujours au chapitre 9 que je devrais terminer assez vite. J'essayerai d'en finir avec le chapitre 10 avant mon départ en vacances qui va durer 10 jours mais ça risque d'être assez compliqué, donc vous risquez de devoir attendre quelques jours de plus, surtout que mon cousin va venir passer une semaine chez moi à partir du 20 et que j'ai des trucs IRL de prévu, ainsi qu'IG où Chou', Thi' et moi avons pas mal de boulot pour stuffer l'énu, l'éni et le Panda. Chou' ayant pas mal de sous, son personnage est très bien stuffé avec notamment un mode 1/2 CaC. Là il vient de partir pour deux semaines de boulot et n'est pas sur d'avoir le net, donc pour savoir si il reprendra le blog, vous verrez bien vers la fin du mois !
 
Bon sans plus attendre je vous mets cette suite... explosive...
 
Résumé du chapitre précédent :
Darken, après avoir conduit l'équipe dans un grand bâtiment retrouve le virus qu'il cache dans un sac "dimensionnel". Là, ils sont attaqués par Phirana, la sirène maudite habitant les lieux qui parvient à tuer Ori MacGuy. Les survivants parviennent à échapper à la sirène et restent derrière la bulle protectrice où Darken les ramène un à un. Victoria n'ayant plus assez d'oxygène pénètre dans la cité et affronte la sirène qu'elle parvient à éliminer, mais ayant reçu des blessures graves.
Pendant ce temps, Casper s'échappe avec Carmen et doit prévenir Missiz Frizz, en effet, Seifer se dirige mystérieusement vers Brâkmar.
 
Renaissance, Chapitre 8

Thomas ne se souciait pas de la poitrine dénudée de Victoria, il s'en fichait vraiment complètement, tout ce qu'il voulait, c'était qu'elle reste vivante. Sans arrêt, il veillait sur ses blessures, les nettoyant, changeant les bandages. Darken voulait s'éloigner du lac Meano avant de soigner complètement la jeune femme. Ils avaient repris les quatre-quatre, Darken seul dans l'un, Gauthier qui conduisait, assisté de Harvey tandis que lui-même surveillait sa capitaine qui avait la tête posée sur ses genoux.
La menace omniprésente de Lunix le terrifiait, il savait que le démon attendait, guettait le moment où il pourrait les surprendre et les tuer. Cependant, peut être que l'état de Victoria le dissuaderait de lui faire du mal. Thomas en doutait, au contraire, il en profiterait pour la torturer dans des souffrances terribles. Le Steamer se promit de veiller sur la jeune fille et de donner sa vie si cette dernière était menacée.
«  Quoi qu'il arrive, pensa-t-il avec férocité, elle survivra, même si je dois en mourir ! »
Les quatre-quatre accélérèrent considérablement leur avancée, puisqu'au début de l'expédition, ils étaient à pieds.
Thomas caressa les cheveux bruns et trempés de sueur de Victoria. Il détailla la courbe gracieuse de ses lèvres puis de son nez. Ses joues étaient d'une pâleur extrême, elle émettait parfois un gémissement étouffé, se tortillant. Le Steamer s'était pris d'affection pour la jeune femme. Il appréciait son caractère, sa façon d'être. Et bon, c'était un mec après tout, donc son corps aussi, quand même. Cependant, il n'était pas amoureux d'elle. Elle était plutôt comme une petite s½ur à qui il était très attaché et qu'il voulait protéger. Depuis le début, il avait veillé sur elle et avait aussitôt remarqué que Sincyr était un type louche. Il ne s'était pas trompé. Cependant, il ne comprenait pas Gauthier, qui se confiait beaucoup à lui. Le Pandawa avait commencé à aimer la jeune fille peu après la mort d'un certain James avec qui la capitaine avait une aventure. Gauthier avait succombé au charme ravageur de Victoria qu'elle exerçait sans s'en rendre compte. Mais pourquoi ne voulait-il pas tenter de sortir avec elle ? Quelle importance avait donc son corps, beaucoup plus humain qu'il le croyait ? Cela n'était pas une barrière, Thomas en était convaincu. Plus tard, il parlerait sérieusement à son ami, pour l'instant il ne se préoccupait plus que de sa s½ur de c½ur.
Quittant le visage tantôt apaisé, tantôt défiguré d'une grimace de douleur de Victoria, il reporta son attention au ciel noir dépourvu de nuage visible à travers la vitre. La nuit était claire et paisible, seulement troublée par les deux véhicules qui avançaient à toute vitesse en faisant cracher leur moteur.
Lunix ne s'était toujours pas manifesté, accentuant l'angoisse de Thomas et de ses compagnons. Que pouvait donc mijoter le démon ? S'imaginant ce que son ennemi avait pu faire à Erika, le Steamer frissonna. La pauvre avait dû longuement souffrir. Peut être était-elle encore vivante, expliquant l'absence de Lunix. Peut être qu'il continuait ses jeux pervers sur elle. Thomas ne l'espérait pas, la doctoresse ne méritait pas ça...
Tandis qu'il fixait le paysage à travers une fenêtre, une grande explosion retentit en face du quatre-quatre. La voiture dans laquelle se trouvait Isaac venait d'exploser et n'était plus qu'une carcasse calcinée qui roulait en tonneau vers eux !
Gauthier donna un violent coup de volant, évitant de peu le véhicule qui continua sa route dans un arbre. Le Pandawa conduisait à présent à l'aveugle dans un immense champs aux herbes si hautes qu'il ne voyait plus rien.
Harvey hurla et sortit une petite mitraillette, puis descendit sa fenêtre et tira vers l'arrière du quatre-quatre. Thomas se retourna assez pour apercevoir une silhouette sombre qui leur fonçait dessus. Cependant, elle ne correspondait pas à celle de Lunix. Celle-ci était beaucoup plus fine pour être le démon. Mais des ailes noires, immenses battaient, propulsant le corps visiblement démoniaque vers l'auto à une vitesse folle. Avec horreur, le combattant reconnut Erika. Son sourire habituel avait disparu, remplacé par un rictus cruel, ses yeux étaient devenus noirs comme de l'encre, ainsi que ses cheveux. Elle était recouverte d'une longue robe qui voletaient derrière elle. Elle tendis un bras griffus et s'accrocha à l'arrière du véhicule. Sachant qu'elle était devenue comme l'était Sincyr, une créature n'obéissant qu'à l'Obscurité, Thomas dégaina un pistolet et tira, faisant voler la vitre arrière en éclat et transperçant une épaule de la démone.
Elle poussa un hurlement de douleur inhumain mais poursuivit sa course. Elle passa le bras à l'intérieur et désarma le Steamer, le griffant profondément au torse en passant.
 - TOURNE ! hurla ce dernier en ressentant une vive brûlure traverser la plaie.
Gauthier obéit et réussit à retrouver la route.
 - Merde, y a l'autre devant ! s'écria Harvey en tirant dans le pare-brise en direction de Lunix qui attendait tranquillement, bien campé sur ses deux jambes.
 - On s'en tape, fonce dedans, il sera bien obligé de se pousser, ordonna Thomas à Gauthier, dont les yeux exprimaient la peur, mêlée de fureur.
Le Pandawa fonça sur le démon et celui-ci, après un instant d'hésitation se jeta sur le coté tandis que le quatre-quatre continuait sa route.
La dernière balle du chargeur de Thomas atteignit Erika en pleine tête. La Roublarde heurta le sol dans un nuage de poussière tâchée de sang. Elle était définitivement morte.
Harvey et Gauthier poussèrent un hurlement de joie.
Poussant un soupir de soulagement, Thomas se rassit et reposa à nouveau la tête de Victoria sur ses genoux. Il lui caressa à nouveau les cheveux. Ce geste l'apaisait.
 - Et Isaac, vous pensez qu'il est vivant ? demanda soudain le conducteur, qui ne décélérait pas.
 - Impossible marmonna Harvey. Personne ne peut survivre à une telle explosion, pas même un démon, aussi puissant soit-il. Il est mort et il ne reste que nous quatre. En plus, vu l'état de la capitaine, nous pouvons dire que nous sommes trois. Ses chances de survie sont très minces...
 - La ferme, Harvey, elle s'en sortira. Quant à Darken c'est dommage, je commençais à l'apprécier, mais bon, ça évitera qu'il détruise le monde plus tard.
Thomas écoutait les deux homme se chamailler dans un état second. Il était épuisé. Il leur annonça qu'il allait se reposer un peu, et qu'ils le réveillent dans une heure ou deux puis se cala confortablement. Il vérifia machinalement le pouls de Victoria avant de s'assoupir. Il émit un cri étranglé et sentit son corps se glacer. Il ne le sentait plus.


Renaissance, Chapitre 8

Au début, elle n'avait ressenti que la douleur cuisante de ses blessures, qui ne lui laissait jamais de repos. Elle s'était vaguement entendue hurler, tandis que Thomas s'affolait autour d'elle en observant son flanc et son épaule. La brûlure n'avait pas cessé, même lorsqu'elle avait senti les mains du Steamer lui appliquer un bandage. Mais elle le savait, seul un puissant Éniripsa très doué aurait pu la soigner, et ils n'en avaient pas sous la main. L'idée de mourir, au départ, avait fait peur à la jeune fille. Après tout, elle avait encore tant à faire sur ce monde. Elle voulait respecter la promesse faite à James, vivre longtemps, être heureuse, avoir le bonheur d'enfanter... Mais maintenant, elle avait compris qu'elle ne connaîtrait jamais ça. Jamais elle ne serrait son bambin contre elle, entourée des bras massifs de l'homme qu'elle aimait. Non, tout ce qui l'attendait était un vide éternel, silencieux et gris, où son âme défaillirait au bout de quelques années. Cependant, elle avait encore l'espoir de se retrouver auprès de James et de vivre son amour avec lui pour toujours, mais elle savait qu'il était enfermé sur les rives de la Rivière Oubliée, avec toutes les victimes de Darken et sa lame noire. Hors, elle allait mourir assassinée, certes, mais pas de la main du démon.
Elle finit par ne plus être consciente, faisant des rêves insolites, entendant parfois le chuchotement de Thomas, puis des hurlements et des tirs. Enfin, elle se sentit partir loin, son esprit vagabondant vers le monde des morts, une unique larme roulant sur ses joues. Elle se retrouva dans une immense pièce blanche, dans laquelle elle ne voyait strictement rien à part... du blanc et elle courut afin de trouver une sortie, une porte, mais elle ne trouvait jamais de murs. Après un long moment d'angoisse elle finit par s'allonger sur le sol et s'endormit, épuisée.
 
Un clapotement familier l'éveilla, elle entendit même un coq chanter. Elle se réveilla en sursaut, le c½ur battant.
Elle avait cinq ans et se trouvait dans sa maison de campagne, à quelques kilomètres des premiers remparts de Bonta. Ses parents étaient des paysans moissonnant le blé et l'orge, avant de le revendre aux boulangers ou à diverses entreprises. Bien qu'elle possédait un corps de très jeune enfant, elle conservait ses pensées habituelles. Elle sauta de son lit et observa avec stupeur ses petits pieds, puis ses bras, son torse dépourvu de seins. Elle sautilla de joie et sortit de la chambre comme une furie, descendit une salve d'escaliers et se retrouva dans une grande cuisine.
 - Bonjour ma chérie ! dit la voix chaleureuse d'une femme aux longs cheveux blonds et épais et au visage souriant qui serra Victoria contre elle.
 - Maman... murmura la jeune fille, aux bords des larmes.
Le sourire de sa mère s'évanouit.
 - Que t'arrive-t-il ?
Victoria éclata en sanglot et serra sa mère contre elle. Qu'est ce qu'elle lui avait manqué ! Elle avait été privée de ses parents suite à l'attaque des morts-vivants qui avaient manqué de la tuer, elle aussi, mais elle avait bien heureusement été sauvée par Ryko Rateur. Elle resta collée aux jambes de Mme Tomik pendant longtemps, savourant ce contact qui lui avait tant manqué. Enfin elle se dégagea et sourit faiblement.
 - Tu es sûre que ça va ? Tu veux manger quelque chose ?
 - Oh oui, ça va !
Victoria s'assit et se jeta sur le bol de céréale que sa mère venait de lui donner. Soudain, un grand Iop aux cheveux bruns, quelque peu grisonnants pénétra dans la salle avec un grand sourire pour sa famille. Il fit virevolter sa femme et l'embrassa, avant d'appliquer un baiser doux sur les joues de sa fille.
Victoria était aux anges, elle avait retrouvé sa famille, enfin, il ne manquait que James qui n'avait que quatre ans à cette époque. Elle sourit intérieurement à cette idée.
Soudain le décor devint flou et elle se sentit arrachée à cette vie si paisible.
 
C'était son premier jour de collège. Il y en avait trois à Bonta, dont un privé et elle était dans ce dernier. Elle observait avec angoisse le haut portail et la bâtisse à l'aspect peu accueillant.
Un jeune garçon la poussa et elle reconnut avec stupeur James, qui n'avait que dix ans.
 - James, mais que...
 - Comment connais-tu mon nom ? s'étonna-t-il, perplexe en observant Victoria de bas en haut. Et qui es-tu ? Je ne t'ai jamais vue en ville !
 - Heu, quelqu'un me l'a dit... Je m'appelle Victoria, c'est normal que tu ne me connaisses pas, j'habite à la campagne.
 - Ah, ça explique tout. Toi aussi tu es angoissée par la rentrée ?
 - Un peu, oui... Mais tu vas dans ce collège, tu n'as que... euh, tu as l'air bien jeune pourtant !
 - J'ai sauté une classe expliqua-t-il avec suffisance. Peut être que nous serons ensemble cette année ! Bon je te laisse, je vois des amis, à bientôt Victoria.
Il s'éloigna en courant et rejoignit un Sacrieur et un Xélor qui riaient et montraient la jeune Éni du doigt.
Comment se faisait-il qu'elle avait déjà croisé James avant de l'avoir sauvé, bien des années plus tard ? Elle comprit soudain. Il avait dû la bousculer et s'excuser, puis ils ne s'étaient plus jamais adressé la parole, ce qui expliquait pourquoi elle ne se rappelait pas. Hors, là, en le reconnaissant elle lui avait parlé, dans le passé, ça ne s'était probablement pas passé ainsi...
La vision se brouilla de nouveau et elle atterrit dans un nouveau lieu.
Elle avait quatorze ans et se trouvait devant une large place animée où un bal avait lieu. Elle était vêtue d'une robe de soirée, assez courte, de talons et une fleur blanche coiffait sa chevelure brune qu'elle portait jusqu'à la moitié du dos à cette époque.
 - Tu viens ?
Elle se retourna vers un grand Féca aux dents blanches, aux cheveux noirs et aux yeux charmeurs. Avec un petit rire, elle reconnut le mec pour lequel elle craquait à l'époque, qui avait bien évidemment trois ans de plus qu'elle. Comme le trois quart des filles de cet âge, elle préférait les hommes paraissant plus mûrs.
Acceptant la main qu'il lui tendait, elle se laissa entraîner dans la fête, oubliant tous ses soucis et n'hésitant pas à l'embrasser – le premier mec qu'elle embrassait, soit dit en passant !
Elle faisait tout comme l'époque, elle s'arrêta même au bar derrière lequel un Pandawa s'agitait, servant diverses boissons. Elle commanda un cocktail non alcoolisé et s'adossa au comptoir. Tournant la tête, elle reconnut à nouveau James.
 - James !
L'Éniripsa tourna machinalement la tête vers elle. Il semblait plutôt malheureux.
 - On se connaît... ?
 - Nous nous sommes croisés à la rentrée de sixième, expliqua la jeune fille. Comment vas-tu ?
 - Pas top. Tu as bonne mémoire, car je ne me rappelle pas de toi !
 - Euh ouais, tout le monde me le dit. Pourquoi tu ne vas pas bien ?
 - Ma meilleure amie... disons que...
Il s'interrompit et désigna la piste de danse d'un mouvement de tête.
Victoria reconnut avec stupeur Célia qui dansait langoureusement avec un Iop, lui arrachant parfois un baiser passionné... Ainsi, James était amoureux de Célia à cette époque...
 - Oh, je comprends... Ses sentiments envers toi changeront quand elle s'apercevra de qui tu es vraiment, crois-moi...
James éclata de rire. La vision changea à nouveau.
Elle sanglotait dans les bras de Ryko qui la réconfortait doucement, dans sa chambre du manoir Alpha.
 - Ne t'inquiète pas, petite, je sais que c'est difficile pour toi... Mais je te promets de toujours veiller sur toi. Tes parents sont sûrement mieux là où ils sont...
 - Mais ils ne sont pas avec moi ! S'écria-t-elle, incapable de s'empêcher de le dire et sortant comme une furie de la pièce.
Elle ferma les yeux. Lorsqu'elle les rouvrit, elle se trouvai immergée dans une rivière, nue. Elle savait qu'elle n'était plus dans ses souvenirs, car elle ne reconnaissait pas ce paysage. Elle appliqua une main sur son épaule. La blessure avait disparu, la peau était indemne.
 - Je me sentais obligé de te montrer ces visions qui m'ont amusé. J'avais complètement oublié t'avoir bousculé un jour, à une rentrée de classe !
Victoria se retourna, n'éprouvant aucune gêne du fait de sa nudité. Quelle importance de toute façon ? Elle était immergée jusqu'au menton.
James se trouvait un peu plus loin, de l'eau jusqu'à la taille ( et mince!) , laissant voir son torse légèrement musclé et ses ailes noires brillantes de milliers de gouttelettes d'eau.
Victoria se précipita dans ses bras et poussa un cri de joie en s'apercevant qu'elle pouvait vraiment le toucher. Elle l'embrassa tendrement, longuement. Enfin, elle avait retrouvé son amour perdu !
Elle se détacha légèrement du jeune homme et posa une main sur son torse, soupirant de bonheur.
Cependant, une question lui taraudait l'esprit.
 - Et les autres visions, c'est toi ?
 - Non, celles-ci ont été émises par ton subconscient. Tu devais probablement ressentir le besoin de revoir tes parents et Ryko.
 - Tu as assisté à toutes les scènes ?
 - Oui, mais je ne contrôlais jamais mon corps, je n'étais qu'un... esprit qui était là en simple spectateur, expliqua-t-il avec un léger sourire au souvenir de Victoria à cinq ans.
 - Ah... Pourquoi suis-je ici, James ? Vais-je pouvoir vivre ici avec toi éternellement ?
La réponse fut brève.
 - Non.
 - Comment ça non ?! s'étonna Victoria
 - Tu n'es que de passage. Je retiens ton esprit un instant afin de te parler, mais lorsque je le relâcherai, tu retrouveras ton corps. Il n'est pas encore temps de mourir pour toi, mon amour, expliqua James.
 - Non, je veux rester, la vie est si compliquée là-bas !
Le visage de James se durcit :
 - Tu n'as rien à faire ici ! N'oublie pas ta promesse, Victoria... Tu y es presque, je le sens, je le sais, je le vois dans ton c½ur. Tu ne dois surtout pas abandonner si près du but. Nous serons réunis bien assez tôt, tu sais.
 - Je peux te faire sortir d'ici ! Isaac me l'a dit, il faut qu'il me transperce avec son épée pour m'envoyer dans ce monde, puis il nous rejoindra et grâce à notre amour, pourra nous renvoyer dans la réalité. Il y a une solution, James ! dit la jeune fille, presque avec supplication.
 - C'est bien trop dangereux ! Et si ça ne marchait pas, tu serais coincée ici à jamais !
 - Je m'en fiche, tout ce que je veux, c'est être avec toi !
Un silence s'installa entre eux.
 - Ne tente pas ça, Victoria. Je n'en vaux pas la peine, et je ne veux pas qu'il t'arrive le moindre mal... Maintenant je vais relâcher ton âme, il est temps que tu retrouves ton corps. Adieu mon amour...
 - James, non !
Elle se sentit expulsée de la Rivière Oubliée et ouvrit subitement les yeux, sur le visage angoissé de Thomas
 - Elle est vivante ! s'écria-t-il.
La capitaine se redressa, ne ressentant plus aucune douleur. Ses blessures avaient disparu. Elle couvrit sa poitrine et observa les alentours. Elle se trouvait sur un petit lit grisâtre dans une cabine assez grande. Elle observa le ciel à travers un hublot. Le ciel était noir.
 - Que...
 - Tu es restée inconsciente pendant quarante-heures, et tu es morte pendant douze heures. Là nous venons de partir de l'île, nous avons l'antivirus. Je me demande encore comment tu as pu te réveiller après un décès si long...
 - Isaac ! Je dois parler à Isaac ! s'écria la jeune femme en pensant aussitôt à James, ignorant complètement les paroles du Steamer.
 - Impossible murmura Thomas avec amertume.
 - Et pourquoi ?
 - Il est mort.


Renaissance, Chapitre 8

La grande cité ténébreuse les surplombait, telle une ombre immense dévorant les cieux. De la vapeur s'élevait du sol craquelé, strié de minces lignes de lave. Le ciel, ici éternellement obscurci était d'une couleur violacée, l'endroit était désolé, contrairement à Bonta qui jadis resplendissait de beauté et de lumière.
C'était la première fois que Casper voyait Brâkmar, il observait avec angoisse une immense tour de pierre. Au sommet, une grande statue représentant Rushu, l'ancien roi des démons était érigée. Un rayon noirâtre s'élevait vers les cieux, éclatant de noirceur et dont la puissance faisait vibrer le sol.
Les plans de Seifer commençaient à se concrétiser. Visiblement, il voulait reprendre l'idée de Darken et libérer les démons, pourtant, les paroles rapportées par Victoria n'avait jamais parlé d'un faisceau noir. Non, Darken avait simplement ouvert une faille en se servant de la puissance démoniaque qui hantait les parages de Brâkmar.
Missiz Frizz s'arrêta près de Casper, observant également avec inquiétude la tour.
 - Nous devons abattre cette tour... Je ne sais pas ce que manigance Seifer, mais ça a l'air grave, nous devons l'arrêter ! Je n'ai plus Arty pour contrôler les troupes, je dois donc le faire moi-même. Seifer n'est pas imbécile, il a sûrement placé des pièges et caché des troupes sur les remparts. Il est inutile d'en installer au sol, la ville pullule de zombies...
 - Nous allons foncer dans la gueule du loup ?
 - Nous n'avons pas d'autre solution, nous ne pouvons pas passer par les égouts, c'est bien trop dangereux...
 - Bien, je pars en première ligne.
Missiz le dévisagea de son ½il unique.
 - Fais attention à toi, je ne veux pas encore perdre un ami. Et prends Vector, Mika et Erin avec toi, ils te seront utiles.
 - Qui sont-ils ?
 - Vector est un Roublard, il est plutôt du genre discret, Erin est une Féca réputée pour avoir vécu quelques batailles et Mika est un ancien soldat de Darken qui s'est retourné contre lui et qui nous sert loyalement depuis huit mois. C'est un Iop particulièrement débile et macho, mais il est un très bon combattant.
 - Très bien, qu'ils m'attendent à la lisière du campement.
Casper s'éloigna à grands pas de la Xélor et déambula à travers les tentes. Ils étaient partis de Frigost voilà deux jours pour rejoindre Brâkmar afin d'arrêter Seifer. Cependant, l'ampleur de la tâche n'apparaissait que maintenant qu'ils étaient près de leur ennemi. De plus, Casper sentait une puissance aussi sombre que le c½ur du maître des Enfers. Il était convaincu que Lunix était retourné auprès de Seifer. Cependant, Lunix travaillait pour Seifer ou le contraire ? Ou chacun évoluait de son côté, chacun ayant sa propre ambition ?
L'air sombre, le jeune Osamodas pénétra dans une tente dans laquelle était assise Carmen qui finissait de mettre sa tenue d'infirmière. Il la prit dans ses bras et la serra contre son c½ur.
 - Je vais devoir y aller, ma chérie, murmura-t-il, la gorge serrée. Prends bien soin des blessés, mais ne fais pas de bêtises, ne t'expose pas au danger. Je ne veux pas te perdre, je connais la sensation de voir mourir un être cher. Et il est hors de question que ça se reproduise. Promet-moi de fuir, si tu vois que la bataille est perdue.
 - Je te le promets, dit-elle après un instant d'hésitation en l'embrassant.
Casper savait que ce baiser risquait d'être le dernier. À contrec½ur et la mort dans l'âme, il s'éloigna et rejoignit les trois soldats qui l'attendaient, à la lisière du camp.
Il serra la main de Mika Mikaze, une grand Iop aux yeux légèrement vides, qui fixait les... globes fessiers d'Erin Océross, une Féca d'une trentaine d'années aux cheveux bruns et courts. Le dernier, un Roublard adossé à un arbre mort rattrapa une dague qu'il lançait négligemment en l'air et serra la main de Casper avec force.
 - Hum... Bon, même si nous serons avec d'autres alliés, nous devrons éviter de nous séparer, déclara nerveusement le fils d'Osamodas. Nos chances de l'emporter sont minces, nous affrontons beaucoup à la fois, dont un démon surpuissant. Couvrez vos arrières, comme ceux de vos coéquipiers, veillez les uns sur les autres. Même si nous devons mourir, nous le ferons avec l'espoir au c½ur. Il est temps que le monde des douze refleurisse à nouveau, il est temps de prendre un nouveau départ et ensemble, d'éradiquer toutes les menaces !
 - Bien dit ! approuva Vector Maune avec ferveur, approuvé par Erin.
 - BASTON hurla Mika en levant une énorme épée plus longue que Casper.
Un son de cor se fit entendre, et des milliers de soldats, dégainant épée ou fusil piétinèrent le sol poussiéreux des landes de Sidimote. Casper et ses alliés les suivirent en hurlant. L'Osamodas invoqua Fournaise et dégaina son marteau.
Il fut l'un des premiers à pénétrer dans Brâkmar, des centaines de soldats ennemis et de zombies se jetèrent sur eux. L'Osamodas faisait voltiger son marteau et brisait les os de ses adversaires, ressentant l'excitation du combat. Il continuait d'avancer rapidement vers la tour, il savait que tuer Seifer et détruire la statue était leur objectif primaire. Il jeta un coup d'½il derrière son dos et fut soulager de voir que Mika, Vector et Erin le suivaient toujours.
Au bout d'un quart d'heure de course, sautant au dessus des voiture retournées, ou des zombies tellement amaigris que leur jambes étaient trop maigres pour les porter et qu'ils devaient ramper, ils atteignirent enfin le pied de l'immense édifice.
Ils n'étaient que quatre, mais Casper avait confiance en son équipe. Il s'avança d'un pas résolu vers  une grande double porte en chêne qui s'ouvrit de l'intérieur, comme pour l'inviter à commencer l'ascension.
Ils pénétrèrent dans un hall silencieux, au sol dallé de noir et de rouge, des statues rouillée en morceaux sur le sol ou tenant encore contre le mur. Au centre de la pièce, il y avait un large bureau dont les feuilles moisies était recouvertes de poussière. Le lieu n'était pas accueillant. Un frisson parcouru le dos de Casper tandis qu'il levait les yeux vers le plafond qu'il n'arrivait pas à voir, tellement il faisait sombre.
Les quatre compagnons se dirigèrent vers une série de marche et se mirent à monter énergiquement des escaliers. Cela ne semblait jamais s'arrêter... vingt minutes, trente à monter...
Enfin, ils s'arrêtèrent devant une porte en or, une tête de dragon gravée en son centre les fixait d'un air menaçant, des flammes si bien réalisées qu'elles en semblaient réelles sortant de ses naseaux finement sculptés.
Casper poussa la porte et entra. Il faisait froid dans la pièce, un froid inhabituel qui s'insinuait jusque dans ses os. Avant même de le voir, il reconnut Lunix et son pas qui faisait trembler les murs et le sol.
Le démon apparut, il semblait très puissant, comme si la proximité du rayon noir le renforçait. Des longues cornes noires et or avaient poussé sur son crâne et s'élevaient en courbe, pointues.
 - Ainsi nous nous retrouvons, fils d'Osamodas ! lança-t-il d'une voix gutturale, avec satisfaction. Mais cette fois, tu ne vaincras pas, tu n'as plus l'effet de surprise et je suis bien plus puissant !
Sur ces mots, il s'élança vers Casper qui esquiva un coup mortel de peu, balançant son marteau dans les côtes de son adversaires qui poussa un hurlement de rage.
 - Vector, Erin, Mika, occupez vous de Seifer, arrêtez-le ! haleta Casper en se lançant à nouveau dans une série d'attaques complexes.
 - Oh non, ils n'iront nul part ! hurla Lunix en tendant les doigts vers la Féca, l'Iop et le Roublard.
Des minces fils dorés s'enroulèrent autour d'eux et les serrèrent de plus en plus, ils étaient piégés, et bientôt, ils seraient découpés en deux.
 - Roublardise !
Soudain, quatre Vector apparurent, un seul étant encore attaché. L'illusion se dissipa lorsque celui le plus proche d'une série de marches se mit à les monter quatre à quatre. Il était inutile qu'il tente de venir en aide à ses collègues, Lunix se serait aussitôt interposé.
Fournaise lança un jet de flamme vers Lunix qui n'ébranla même pas le démon qui se précipita vers le dragonnet et le saisit par les ailes, prêt à les arracher.
 - Fouet !
L'invocation disparue avant que le démon l'élimine. Il se retourna avec un hurlement de rage et fonça sur Casper. Il le heurta de plein fouet et continua sa course contre le mur qui explosa sous le choc.
Ils tombaient à présent, le sol était toujours loin et les adversaires ne s'en préoccupaient pas, continuant de se battre.
À une vingtaine de mètres du sol, Lunix pris soudain son envol et pris appui sur le torse de Casper. Tandis qu'il remontait en chandelle vers le ciel, l'Osamodas s'écrasa violemment sur le sol, l'éclaboussant de sang. Sa tête retomba sur le côté, un mince filet de sang sortant de sa bouche.


Renaissance, Chapitre 8


Tous ses espoirs de revoir James venaient d'être anéantis par une simple phrase. Thomas la regarda avec peine et s'éloigna lentement, sans mot dire.
Victoria s'assit lourdement sur son lit et résista à son envie de pleurer. Elle inspira longuement et se releva, elle avait besoin de décompresser.
L'avantage des gros avions, c'est qu'il y avait beaucoup de salles. Elle rejoignit celle où se trouvaient des haltères, des sacs pour frapper, et même des vélos d'appartement.
Sans prendre la peine de mettre des gants, elle frappa de toutes ses forces dans un sac pendant de longues minutes, hurlant sa rage et sa frustration, jusqu'à ce qu'elle dérape et s'arrache la peau sur la paroi de l'avion. Ignorant le sang qui coulait de sa main, elle régla le vélo et se mit à courir pendant de longues minutes, ignorant la douleur qu'elle éveillait un peu partout dans son corps, et la fatigue qu'elle commençait à ressentir. Elle ne s'arrêta que lorsqu'elle fut hors d'haleine et que son c½ur bondissait à toute vitesse dans sa poitrine. Elle ressortit alors et trouva une minuscule salle de bain dans laquelle elle prit une très longue douche, observant vaguement le mur carrelé devant elle tandis que l'eau ruisselait sur son corps.
Elle retourna finalement se coucher et s'endormit presque aussitôt.
Alors qu'elle faisait des rêves sans queue ni tête, comme très souvent, elle ressentit soudain contre son épaule une douce caresse. Effrayée, elle ouvrit les yeux et poussa une exclamation d'incrédulité.
 - Darken ! Tu es vivant !?
Le Zobal avait la moitié du visage partiellement brûlée, mais la peau se régénérait à vue d'½il. Comment avait-il réussi à monter dans l'avion ?
Il sembla lire dans les pensées de la jeune femme.
 - Mes ailes sont beaucoup plus rapide que n'importe lequel de vos appareils volant, expliqua-t-il dédaigneusement. Être un démon n'a pas que des désavantages !
Victoria sentit l'espoir revenir en elle, elle sourit largement. C'était la première fois qu'elle était heureuse de voir Isaac.
 - C'est formidable ! Tu vas pouvoir m'aider à libérer James !
Le sourire qui s'était dessiné sur le visage de Darken disparut.
 - Écoute... je... je t'ai menti, si je te tuai avec ma Lame, tu serais dans le même avancement que James. Bloquée à jamais.
 - Ça veut dire qu'on ne peut pas le sauver...se lamenta Victoria, en baissant les yeux.
 - Ce n'est pas ce que j'ai dit, répliqua le Zobal. Je peux le sauver, mais c'est moi seul qui doit accomplir cette tâche. Nous sommes en route vers Brâkmar, la dernière confrontation doit avoir lieu là-bas, et ils ont besoin de toi. Moi je vais sauver James, et je risque d'en avoir pour très longtemps, alors tu devras déposer mon corps à l'abri car mon âme en sera séparée. Cours sauver le monde, une fois de plus, moi je m'occupe de James.
 - Oh, merci ! s'écria la jeune fille en se jetant dans les bras d'Isaac qui surprit, se contenta de lui frotter maladroitement le dos.
Elle rompit l'étreinte et observa le Zobal dans les yeux, le visage baigné de larmes.
 - Tu as changé, dit-elle après l'avoir dévisagé longuement.
 - Tu es sûre que c'est si bon que ça...? c'est sympa d'être le méchant.
 - Je ne sais pas pourquoi tu as commis toutes ces horreurs dans ton passé. Là, ton bon côté ressort, et prouve que tu es quelqu'un de bien.
 - Peut être, avoua Darken, mal à l'aise. Bon je vais te laisser, je dois me préparer pour sauver ton amour...
 - Attends, pourquoi n'es-tu pas mort ? Gauthier m'a dit que ta voiture avait explosé.
Isaac haussa un sourcil dédaigneux.
 - Je suis un démon, ce n'est pas une petite explosion qui va me faire le moindre mal !
Son visage brûlé guérit soudainement et avec un clin d'½il, il s'éclipsa, laissant une Victoria heureuse, qui avait retrouvé de l'espoir et qui sait peut être ? La joie de vivre.


Ce chapitre est le plus long de Renaissance, comptabilisant 8 pages et demi contre 10 pour le dernier chapitre d'Infectés qui en fait en a autant que ce chapitre, puisqu'il y a le résumé général de la série.
J'ai beaucoup aimé ce chapitre pour ma part, je trouve que j'ai bien tourné les passages, mais ça ne reste que mon goût. J'espère que vous avez aimé, la suite jeudi prochain (je m'en vais vendredi), article dofus prochainement... see ya ! 
 
Edit : Article "personnages de Renaissance" mis à jour juste en dessous.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.156.39.245) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Dark-phire

    15/12/2013

    Visiteur wrote: "Moi je veux une photo de victoria. Discretemenr pour pas me faire tuer;-)
    Ossa-calme
    "

    XD

  • Visiteur

    14/12/2013

    Moi je veux une photo de victoria. Discretemenr pour pas me faire tuer;-)
    Ossa-calme

  • Dark-phire

    17/12/2012

    Team-TKL wrote: "Ma-Gi-Fique
    C'est magiquement magnifique quoi :3
    "

    Merci ^^'

  • Team-TKL

    17/12/2012

    Ma-Gi-Fique
    C'est magiquement magnifique quoi :3

  • OLF-94

    03/08/2012

    Ok ;) vivement jeudi prochain :D

    #Largen

  • Dark-phire

    03/08/2012

    OLF-94 wrote: "Omg j'espère que Casper n'est pas mort :S...

    Mais moi j'avais cru que Thomas était amoureux de Victoria^^.

    Et maintenant je suis convaincu que Isaac est du côté brâkmariens  car normalement il était mort sans l'explosion d'après Gauthier mais il est encore vivant sa veut dire que c'était un coup monté et a la fin je sais pourquoi im voulait rejeter victoria car il sais qu'il est toujours le méchant. Mais je sais pas pourquoi il dit qu'il va sauvé James.

    Sinon encore un chapitre kiffant et j'aime bien les chapitres long (enfin j'aime bien car on histoire est trop bien !)

    #Largen
    "

    Mystère mystère, est-il mort :D...?

    Et non ! ton frère est aussi tombé dans le panneau au début de la nouvelle, il ne s'aiment qu'en tant qu'amis !

    Tu verras sur Darken est méchant ou pas dans le prochain chapitre qui va vraiment TOUT révéler. ou presque !

    Merci pour tout :D !

  • OLF-94

    03/08/2012

    Omg j'espère que Casper n'est pas mort :S...

    Mais moi j'avais cru que Thomas était amoureux de Victoria^^.

    Et maintenant je suis convaincu que Isaac est du côté brâkmariens  car normalement il était mort sans l'explosion d'après Gauthier mais il est encore vivant sa veut dire que c'était un coup monté et a la fin je sais pourquoi im voulait rejeter victoria car il sais qu'il est toujours le méchant. Mais je sais pas pourquoi il dit qu'il va sauvé James.

    Sinon encore un chapitre kiffant et j'aime bien les chapitres long (enfin j'aime bien car on histoire est trop bien !)

    #Largen

  • Dark-phire

    03/08/2012

    OLF-94 wrote: "Ouf, suite jeudi prochain et l'ajout adoré la longueur. Je sais évidemment que c'est assez compliqué d'écrire autant mais bon merci beaucoup pour ce chapitre.

    Ils n'étaient que quatre, mais Casper avait confiance en son équipe. Il s'avança d'un pas résolu vers  une grande double porte en chêne qui s'ouvrit de l'intérieur, comme pour l'inviter à commencer l'ascension.

    Voilà le mot, et la phrase juste avant, ils étaient pas une centaine ? Tous mort ?
    Mika le Iop c'était pas le Iop trop lol qui disait à Laura : t'a vue mes tablettes ? PTDR

    Chapitre énorme comme tu le dit, le meilleur pour l'instant (enfin je sais pas, en réalité ils sont tous bon). Mais perso tu m'a fait rêver une fois de plus en racontant un flash bac (je sais pas si sa s'ecrit comme sa) de Victoria, c'est un des truc que je kif le plus dans des histoires, vraiment mais vraiment ! Franchement j'ai surkiffer c'est indecrivable =,)
    Je me disais bien qu'Erika n'etait pas morte. Enfin maintenant si xD
    Je me disais aussi que Darken n'allait pas mourir comme sa bêtement MDR. Le truc tranquille t'sais puis BOUM la voiture explose x))
    Fournaise c'est quoi comme sort ? L'invocation du dragonnet rouge ?? Je voit pas ^^'

    Non sérieux ce chapitre envoie trop du lourd :,) continue
    "

    Ils ont pris de l'avance sur les autres soldats en fait.
    Oui c'est lui, j'ai précisé que c'était un ancien partisan de Darken ;)

    flash-back, ça s'écrit comme ça xD...

    Fournaise c'est le nom du dragonnet qu'il invoque.

    Merci pour tout !

  • OLF-94

    03/08/2012

    Ouf, suite jeudi prochain et l'ajout adoré la longueur. Je sais évidemment que c'est assez compliqué d'écrire autant mais bon merci beaucoup pour ce chapitre.

    Ils n'étaient que quatre, mais Casper avait confiance en son équipe. Il s'avança d'un pas résolu vers  une grande double porte en chêne qui s'ouvrit de l'intérieur, comme pour l'inviter à commencer l'ascension.

    Voilà le mot, et la phrase juste avant, ils étaient pas une centaine ? Tous mort ?
    Mika le Iop c'était pas le Iop trop lol qui disait à Laura : t'a vue mes tablettes ? PTDR

    Chapitre énorme comme tu le dit, le meilleur pour l'instant (enfin je sais pas, en réalité ils sont tous bon). Mais perso tu m'a fait rêver une fois de plus en racontant un flash bac (je sais pas si sa s'ecrit comme sa) de Victoria, c'est un des truc que je kif le plus dans des histoires, vraiment mais vraiment ! Franchement j'ai surkiffer c'est indecrivable =,)
    Je me disais bien qu'Erika n'etait pas morte. Enfin maintenant si xD
    Je me disais aussi que Darken n'allait pas mourir comme sa bêtement MDR. Le truc tranquille t'sais puis BOUM la voiture explose x))
    Fournaise c'est quoi comme sort ? L'invocation du dragonnet rouge ?? Je voit pas ^^'

    Non sérieux ce chapitre envoie trop du lourd :,) continue

  • Dark-phire

    03/08/2012

    OLF-94 wrote: "Erf ! Je lirais demain :S"

    Pas d'souci x)

Report abuse