Renaissance, Chapitre 7

Je poste Renaissance assez tardivement, n'ayant pas pu me connecter de toute l'après-midi, vous m'en excuserez, mais bon au moins je ne vous ai pas fait patienter un jour de plus ! Déjà le chapitre 7, ça va beaucoup plus vite qu'avec Infectés que j'écrivais et postais si-tôt écrit, sauf que là, j'ai 8 chapitres d'avance donc bon. En revanche, vous risquez d'attendre parfois plus longtemps pour les chapitres finaux, puisqu'ils ne sont toujours pas écris. En effet, je ne sais toujours pas comment tourner la fin, mais je veux quelque chose à la hauteur de la fin d'Infectés, qui saura vous mettre en haleine pour une suite plus que probable...
 
Bref, cessons la parlotte et voici ce qui vous intéresse...
 
Renaissance, Chapitre 7
Renaissance, Chapitre 7

Fascinée par l'immense immeuble de pierres, vieux comme le monde et richement décorée, Victoria toucha une longue colonne qui s'élevait à plus de dix mètres. Le sol était fait de marbre, les murs étaient striés d'or ou d'argent. Le tout laissait une impression majestueuse, la capitaine se sentait complètement dominée par le gigantesque édifice.
Ils pénétrèrent religieusement à l'intérieur, ils débouchèrent dans un grand hall au fond duquel se dessinait une immense statue d'une femme d'une magnifique beauté, seins nus qui observait devant elle avec assurance et détermination.
La beauté des lieux était ternie par l'épaisse poussière qui couvrait le sol. Ils s'approchèrent d'un comptoir incrusté dans le marbre et le contournèrent. Darken les menait au c½ur du bâtiment, marchant lentement, observant autour de lui avec insistance. Il semblait nerveux.
Enfin, ils s'arrêtèrent au centre d'une immense salle, devant la même statue que l'accueil, en beaucoup plus petite, de la taille d'une humaine d'environ un mètre soixante-dix. Sauf que cette fois elle était complètement nue. Victoria observa un instant son corps avec une jalousie passagère puis reporta son attention sur Isaac qui s'était agenouillé devant la sculpture, ses mains passant sur les pieds de pierre jusqu'à appuyer sur un petit bouton qu'elle n'aurait jamais remarqué, sans une inspection minutieuse.
La statue se déplaça sur la côté sans un bruit, dévoilant une petite trappe que Darken ouvrit. Il en sortit une grosse mallette qu'il ouvrit en saisissant un code. À l'intérieur, il y avait des centaines de petites seringues contenant un liquide rougeâtre. Le Zobal sortit une nouvelle valise, et encore une autre, une dizaine !
 - Voilà, dit-il d'une voix flûtée. Tous les antivirus, à partir de l'un d'eux je pourrai en fabriquer d'autres et guérir totalement le monde des douze. Par contre, je vous déconseille de vous l'injecter si vous n'êtes pas infecté par le Necros, vous mourriez en vingt minutes dans d'atroces souffrances. Et je suis certain de l'authenticité des effets. L'antivirus détruit complètement le Necros et rend au corps infecté le plein pouvoir, tout en guérissant chaque plaie et en étoffant un peu le corps, puisqu'il risque d'être amaigri.
- C'est vraiment du bon boulot Isaac, le félicita Thomas avec un sourire. Notre monde va enfin être libéré de ce fléau !
 - Oui, encore faut-il ramener l'antidote. Victoria, une fois de retour à la berge, tu contacteras Missiz Frizz pour qu'elle nous envoie un avion sur le champ, nous devons vite partir d'ici.
La jeune Éniripsa approuva d'un signe de tête.
Isaac sortit un curieux sac à main, très petit. Cependant, il entra un bras complet dedans et sembla l'étirer légèrement. Alors, sous les regards médusés de ses compagnons, il y fourra les dix mallettes qui semblaient tenir sans difficulté dans le petit sac. Darken se mit alors à le pétrir, jusqu'à ce qu'il ne fasse que la taille d'un minuscule porte-monnaie et le rangea dans une poche.
 - Un sac dimensionnel, expliqua-t-il. Les objets se trouvant à l'intérieur sont en fait dans une autre dimension que je peux étirer ou rapetisser à l'infini.
Un bruit de pas le coupa, il fronça les sourcils.
Le groupe se retourna et s'immobilisa, ébahi.
Une magnifique femme, manifestement la réplique exacte des statues se tenait là. Elle n'était vêtue que d'une courte jupe en parti transparente, qui moulait ses formes, sa poitrine était à l'air libre.
Ses longs cheveux blonds soyeux tombaient en cascade, jusqu'au bas de son dos, caressant l'ondulation de son corps. Ses yeux bleus, couleur d'une eau claire fixaient chaque homme avec intensité, ses lèvres parfaites recourbées en un sourire enjôleur. À part Darken et Victoria, tous fixaient tour à tour ses seins parfaits, puis son visage splendide, le désir se peignant dans leurs yeux.
Ils avancèrent comme des automates vers elle mais elle leva la main. Ils s'arrêtèrent aussitôt.
 - Bienvenue dans ma demeure, dit-elle d'une voix envoûtante dont même Victoria avait du mal à résister.
Elle n'avait jamais été intéressée par les femmes, mais celle-ci semblait différente. Cependant, elle résistait à la tentation bien plus vaillamment que les autres abrutis qui avançaient en bavant vers elle.
Isaac n'avait toujours pas bougé.
 - C'est Phirana, souffla-t-il à Victoria, d'une voix quasiment inaudible, que seule la jeune femme entendit. Elle est dangereuse, on doit les sortir de là !
Elle caressa la tête du premier mec qui se présenta à elle, soit Thomas et l'embrassa sur le front. Il s'immobilisa avec raideur, fixant les yeux bleus de la magnifique sirène.
 - Souhaitez-vous rester avec moi dans ma ville ? reprit-elle avec douceur, embrassant à présent Harvey. Je pourrai combler tous vos désirs...
Darken et Victoria eurent du mal à ne pas avancer vers elle. Phirana semblait frustrée de leur résistance.
 - Pourquoi ne venez-vous pas me rejoindre ? Vous aurez tout ce que vous voulez, je vous comblerai de tous les plaisirs possibles et inimaginables, vous serez les plus heureux au monde... rien qu'avec moi..
Victoria émit un gémissement involontaire, tant la voix la tentait, elle ressentit à nouveau une chaleur dans son ventre... et avança lentement vers la sirène.
 - Non ! murmura Isaac.
Mais elle ne l'écoutait pas et continuait d'avancer, fascinée par le corps de la sirène, si parfait. Jamais elle n'en aurait un semblable, la jalousie qu'elle avait ressentie précédemment refit surface, brisant le charme, cependant, elle continua d'avancer, dégainant un long couteau qu'elle cacha dans les plis de ses manches.
 - C'est ça, magnifique jeune femme, d'une beauté exceptionnelle, au corps gracile, parfait, rejoins moi...
À nouveau, la tentation envahit l'esprit de Victoria, mais elle la repoussa, se concentrant sur le corps de Phirana pour résister. « pff, elle peut avoir n'importe quel mec comme elle veut ! »
Enfin, la capitaine arriva à la hauteur de la sirène, qui était à peine plus grande qu'elle. Là, elle sortit son poignard mais Phirana, vive comme l'éclair esquiva et donna un coup de poing dans le ventre de Victoria.
Le coup d'une étonnante puissance envoya la jeune fille à cinq mètres où elle atterrit lourdement sur le sol, le souffle coupé.
Cela sembla redonner leurs esprits aux hommes qui dégainèrent la même dague que leur chef et attaquèrent la sirène qui esquivait chaque attaque habilement. Elle poussa un cri mélodieux qui fit vibrer les tympans de Victoria qui cria de douleur. Ori Macguy se tenait les oreilles, d'où le sang s'échappait et hurlait de souffrance. Reprenant ses esprit et dominant son mal, il balança des Rayons Obscurs vers Phirana qui esquiva tout en riant. Elle griffa ensuite le Xélor, laissant trois marques sanglantes sur son torse. Il répliqua en faisant apparaître une aiguille, puis en la faisant tournoyer et en attaquant la sirène qui se baissa pour éviter le coup mortel. Elle hurla à nouveau mais Ori, à présent sourd ne ressentit aucune douleur et parvint à la blesser à la jambe, entaillant profondément la peau laiteuse et douce.
Phirana poussa un cri inhumain tandis que son visage changeait, perdant toute beauté, devenant violacé et plein de crocs, tandis que des griffes aussi longues que des poignards poussaient sur ses doigts.
Sa bouche se referma sur le bras d'Ori qui tenait l'aiguille, le transperçant de part en part. Le Xélor se téléporta et la balança contre la statue qui explosa sous le choc, tandis qu'il en rajoutait à l'aide d'une frappe qui brisa le sol sous la sirène. Le petit homme se déchaînait sur elle, lançant toutes ses attaques, mais elle se relevait toujours, plus furieuse qu'auparavant. Enfin, elle finit par reprendre son apparence humaine, toute blessure disparue et tomba à genou devant Ori qui allait l'achever. Jusqu'à ce qu'elle lève des yeux emplis de larmes vers lui.
Sous le choc, sa main trembla, il hésita, répugnant à l'idée de tuer une femme sans défense. Et Phirana en profita pour lui transpercer la poitrine d'une seule main. Le sang gicla, la sirène leva aussitôt le corps meurtri au dessus de sa tête et but avec avidité le liquide vital, dont l'odeur de fer atteignit les narines de Victoria.
Les cinq restants s'enfuirent en courant, tandis que Phirana, écarlate du sang d'Ori, à présent complètement nue, sa jupe n'ayant pas résisté aux assauts du Xélor les suivait lentement en balançant des hanches, son rire cristallin les suivant.
Ils déboulèrent à toute vitesse dans la rue et s'arrêtèrent à l'extrémité de la ville, à quelques centimètres de la barrière. Victoria se retourna, la sirène les suivait toujours, la tête du Xélor dans les mains, qu'elle balança par dessus son épaule. Malgré l'horreur de la situation, l'Éniripsa ne put s'empêcher de penser que son ennemie était diablement sexy. Remettant à toute vitesse leur masque, ils plongèrent et attendirent, derrière la barrière. Phirana s'immobilisa, une grimace peinte sur le visage tandis qu'ils l'observaient avec angoisse. Cependant ils étaient hors de danger, elle ne pouvait pas les suivre, en effet, elle était condamnée à vivre dans la cité pour l'éternité.
Darken fit signe à Victoria de s'accrocher à lui, cependant elle refusa et montra Thomas, Gauthier et Harvey du doigt. Le démon leva les yeux aux ciels, saisit le Sram et le Pandawa (étant donné le poids d'un Sram, il pouvait en porter deux) et partit le plus rapidement possible.
Victoria se retrouva seul en compagnie de Thomas qui observait Phirana avec des grands yeux. Risquant un regard vers la sirène, la capitaine constata qu'elle se trémoussait, répandant le sang sur sa poitrine, et vers son entrejambe...
L'Éniripsa et le Steamer se retournèrent d'un même mouvement en frissonnant. Trois-quart d'heures plus tard, Darken était de retour et se saisit de Thomas.
Il ne restait plus que trente-cinq minutes d'oxygène à Victoria. Elle n'avait pas le choix... elle pénétra dans la cité, affrontant Phirana du regard.
 - Et bien jeune fille, tu es piégée ? Mais pourquoi tu ne restes pas ? Avec moi tu connaîtras un plaisir que tu ne soupçonnes même pas, passe une nuit dans mes bras et tu ne voudras plus jamais partir...
Dégoûtée, Victoria décida de gagner du temps.
 - Vous ne pensez qu'à ça vous, hein ? Et puis comment je pourrais manger, ici ? Puis j'ai besoin de soleil pour ma peau, je vais être moche après... les cheveux bruns ne vont pas bien avec la peau pâle contrairement aux blondes.
Phirana éclata de rire.
 - Il y a de quoi manger pour dix ans ici, même si je n'ai pas besoin de me nourrir... et ne t'inquiète pas, je préfère largement la peau pâle...puis concernant le fait que « je ne pense qu'à ça », tu dois savoir que le temps est bien long ici, et que je garde les désirs d'une femme de vingt-cinq ans...
 - Je vais dormir où ?
 - Dans mes bras, mon corps est confortable, tu sais.
Victoria rougit.
 - Je préfère les vrais lits, pour ne pas vous mentir. Puis nous allons nous sentir seules, ici !
 - Tu n'en auras pas le temps ricana Phirana en avançant doucement.
 - Heu... et comment je fais à prendre une douche ? Je ne veux pas être sale !
 - J'ai l'air d'être sale ? interrogea la sirène avec froideur, s'immobilisant. Il y a quand même des douches qui marchent, même si tu devras t'habituer à l'eau froide... mais ne t'inquiète pas, je te réchaufferai...
Elle était gravement atteinte, celle-la...
 - Je n'ai aucune expérience avec les femmes reprit Victoria en reculant autant qu'elle pouvait. 
 - Je t'apprendrai.
 - Oh puis mince, je ne veux pas de vous !
 - Ça changera avec le temps.
Victoria ne ressentait plus aucun désir, elle se sentait seulement agacée.
 - Mais vous êtes chiante à la fin ! Je ne veux pas... être votre jouet, vous allez continuer d'être seule !
 - Vraiment ?
Phirana était toute proche, sa poitrine toucha Victoria qui ne pouvait plus se reculer, sa bouche frôla celle de la capitaine.
Victoria la repoussa violemment, horrifiée, et dégaina sa dague.
 - Ne m'approchez pas ! hurla-t-elle avec vigueur.
Phirana l'observait, moqueuse.
 - Bon, alors si tu ne veux pas être mienne, alors tu mourras.
Elle reprit son apparence terrible et se jeta sur Victoria qui se jeta au sol. Les griffes entaillèrent l'épaule de l'Éni qui se relevait. Elle planta son couteau dans l'un des yeux de Phirana, puis déchira sa poitrine de long en large.
La sirène reprit son apparence humaine et s'observa d'un seul ½il, l'autre étant crevé. La blessure sur son torse était terrible, enlaidissement considérablement la beauté de son corps.
 - Non ! Espèce de petite sotte !
Elle se jeta vers Victoria, sans changer, seules des puissantes griffes apparurent le long de ses doigts fins, elle leva les bras, un sourire de triomphe sur le visage.
Une main transperça l'épaule de Victoria et l'autre son flanc, mais beaucoup moins profondément.
Hurlant de douleur, la jeune fille se dégagea avec difficulté de l'étreinte de la sirène, l'observa avec fièvre, tandis que la démone reculait d'un pas, surprise.
Une dague était plantée jusque dans son c½ur, elle observa la capitaine avec incrédulité et tomba à genoux. Son corps changea, devenant vieux, hideux, sa peau flétrit, devint grise et flasque avant de tomber en poussière, ne laissant que des os jaunâtres.
Victoria arracha le bas de sa combinaison de plongée, ignorant la douleur et s'appliqua un bandage improvisé autour du ventre, couvrant son flanc meurtri puis de l'épaule douloureuse et démise.
Elle s'assit et attendit le retour de Darken qui ne tarda pas à apparaître. Il observa avec stupeur les ossements puis s'approcha de Victoria, l'aida à mettre son masque puis la prit entre ses bras, parcourant le lac à une vitesse terrifiante.
 
Dans un état second, Victoria se laissa tomber sur la berge. Thomas, Gauthier et Harvey se précipitèrent vers elle en hurlant. Un brouillard s'était installé devant ses yeux.
 - Dénude-la jusqu'à la taille ! s'écriait Gauthier d'une voix lointaine.
Elle ne fit pas attention au soins prodigués par les garçons, au fait qu'elle était seins nus devant eux, sa respiration se faisait haletante, tout lui semblait lointain.
 - Vite, il faut faire vite ! criait-on.
Elle ne ressentait même plus la douleur, mais fermant les yeux, elle s'évanouit.


Renaissance, Chapitre 7

Casper se réveilla, collé contre Carmen qui dormait paisiblement. Déjà trois jours qu'ils étaient enfermés et ils n'avaient toujours aucune nouvelle de Seifer ou de secours. Le Roublard était-il en train d'envahir les Larmes d'Ouronigride ? Avait-il déjà attaqué le château de Missiz ?
Cela faisait déjà deux jours que Casper songeait à leur possible libération à Carmen et à lui. Il ne supportait plus d'être enfermé ici, malgré la douce présence de l'infirmière. Un plan s'était forgé dans sa tête. Il devrait évidemment compter sur la naïveté des gardes et la chance, aussi, il pria Écaflip pendant de longues heures, même si un défunt ami à lui, Fearouney, un jeune éca était mort suite à une Roulette et un Odorat particulièrement inefficaces qui l'avaient littéralement bloqué devant trois monstres de Grobe.
Évitant de songer à Fearouney, Casper se leva et observa le visage endormi et tranquille de Carmen pendant un bref instant, enfin, il se leva et hurla, à l'attention du garde, un certain Erik Héha d'après les nombreuses conversations qu'avaient eu les gardiens, dans les jours précédents. Ce fameux Erik était un Iop plus occupé par les globes fessiers de sa supérieure, Dame Damney que par ses deux prisonniers. Il passait son temps à charmer Damney, une Iop d'âge mûr qui semblait apprécier le jeu et roucoulait littéralement dans les bras puissants de Héha. Bref, Casper en avait plus que marre de ces deux êtres au cerveau sous-développé mais tentait toute de même de conserver des bonnes relations avec eux.
 - Qu'est ce que tu veux, Méable ? grogna le gardien, visiblement déçu de devoir quitter quelques instants Damney qui se trémoussait en lui lançant des regards aguicheurs.
 - Il faut que j'aille aux toilettes...
 - Aux toilettes ? Mais pourquoi faire ? T'en as dans ta cellule, non ?
 - Certes, mais ce n'est pas très noble de faire ça devant une jeune dame, tu n'es pas d'accord ?
Le Iop qui n'avait visiblement aucune hygiène corporelle se gratta la tête, l'air un peu perdu.
 - Bon d'accord, mais fais vite Méable, j'ai une belle tigresse qui n'attend que de me griffer et de me mordre, si tu vois ce que je veux dire, reprit Erik en lançant un regard enjôleur à Damney qui émit un petit gloussement de collégienne.
 - Merci !
Erik ouvrit la porte et conduisit Casper jusqu'aux toilettes. Comme le garde restait planté devant le jeune homme, à le regarder bêtement, ce dernier s'énerva.
 - Bon tu peux me laisser maintenant, je devrais le faire sans aucune aide « extérieure », à mon avis...
Erik s'éloigna en grommelant et referma la porte derrière lui. Casper se mit aussitôt à fouiller chaque recoin de la pièce, à la recherche d'une possible sortie. Il n'y avait rien qui aurait pu lui permettre d'exploiter une faille afin de s'échapper. Cependant, il s'y attendait. Suivant son plan à la lettre, il attendit patiemment derrière la porte que le garde s'impatiente et entre dans la pièce. Au bout de deux longues minutes, il entendit le premier hurlement de celui-ci.
 - Méable ! Tu fous quoi ! Sors vite d'ici avant que je ne m'énerve !
Évidemment, Casper ne prit pas la peine de répondre, il s'immobilisa et se prépara, tout son corps en alerte.
 - Méable sors immédiatement de cette pièce, ou je te fous au cachot pendant un mois entier s'écria Erik avec force.
Le garde se mit soudain à tambouriner contre la porte avec force et d'un coup d'épaule, finit par l'ouvrir. Déstabilisé par la vitesse à laquelle il avait pénétré dans la pièce, il chancela et Casper en profita pour lui décocher un formidable crochet droit, expédiant l'Iop dans les bras de Morphée.
Damney se mit à hurler en voyant le fils d'Osamodas pénétrer dans la pièce et l'observer d'un regard mauvais, l'arme de poing d'Erik braquée sur la femme.
 - Assis, ordonna Casper en désignant une table en bois, où des traces de déjeuner à moitié terminé étaient visibles. Et ne tente rien.
Saisissant le trousseau qu'il avait subtilisé à Erik, le jeune homme ouvrit la porte de sa cellule et se précipita pour réveiller Carmen. Dans les nuages, l'infirmière le suivit sans poser de question, observant vaguement Damney.
 - Comment pouvons nous sortir sans être repérés et où est parti Seifer, demanda Casper à la gardienne qui resta muette.
Elle l'observait avec fureur, les mains sagement posées sur la table, son regard baissant parfois vers sa matraque.
 - N'y pense même pas, grogna Casper. Et réponds, je ne vais pas être patient et je compte faire payer beaucoup de monde pour la mort d'Arty. ALORS DIS MOI CE QUE JE VEUX SAVOIR !
Terrifiée, Damney se mit à sangloter, mais se décida enfin à donner quelques explications.
 - Il n'y a qu'un seul moyen de sortir sans être repéré, c'est de passer par le deuxième étage, où les caméras sont défaillantes à cause de la poussière et où il y a beaucoup d'angles morts. De plus, aucun garde ne circule dans cette partie de la forteresse, car tous les prisonniers sont aux quatrième et cinquième niveau. Une fois arrivés au premier étage, vous devrez être prudents, et sauter par la fenêtre du bureau des gardes. C'est la seule qui n'a pas de barreau. Ensuite... prenez une voiture, la mienne, mais ne me faites pas de mal, je vous en supplie...
 - Tu vois, t'en connais des choses... et Seifer, dans tout ça, où est-il allé ?
 - De ce que j'ai pu entendre, il s'est envolé avec toute son armée vers Brâkmar, en envoyant cependant une petite centaine d'hommes vers les Larmes d'Ouronigride...
«  Elle est vraiment bête, songea Casper, pour révéler les plans de son maître dans les moindres détails... cependant, pourquoi Seifer se rend-il à Brâkmar ? »
 - Bien merci, reprit le jeune Osamodas. Les clefs de ta voiture, et elle ressemble à quoi ?
 - Une décapotable rose, vous ne pouvez pas la manquer, expliqua-t-elle en lançant un petit trousseau de clef à son ennemi qui le récupéra au vol.
 - Bien, dans la cellule maintenant, et tâche de ne pas prévenir les gardes, ça risquerait d'être...funeste, pour toi.
Casper avait dit ça d'un ton froid qui l'étonna lui-même. Après que Damney fut entrée dans la cellule, il traîna le corps toujours évanoui d'Erik et le jeta au pied de la femme. Il referma derrière eux, et sans un regard, s'éloigna furtivement en compagnie de Carmen qui n'avait encore pas émis un seul son.
Suivant les indications de Damney, ils descendirent jusqu'au deuxième étage avec une extrême discrétion. Ils faillirent être repérés par un Sram, mais ils réussirent à l'assommer au dernier moment. Ils avancèrent ensuite plus tranquillement et une fois le premier étage atteint, leur parcours fut beaucoup plus compliqué. Ils devaient éviter les gardes qui patrouillaient par groupe de trois, les caméras qui n'avaient quasiment aucun angle mort et parfois même des Smilomouths qui reniflaient dans tous les sens.
Ils mirent une dizaine de minutes à trouver la salle des gardes, bien heureusement vide, Casper saisit quelques mitraillettes et en tendit une à Carmen, valait mieux être prudent. Il releva la fenêtre à guillotine et sentit aussitôt le froid lui mordre la peau. Un blizzard très violent s'était levé, transportant de la neige et cachant la vue à plus de trois mètres. C'était parfait pour se dissimuler.
 - Carmen, viens !
La jeune femme accourut auprès de Casper et observa avec inquiétude le sol difficilement visible, quelques mètres en dessous d'elle.
 - Tu es sûr que...
Une alarme retentit soudain, la coupant net. Des hurlements se firent entendre, tandis que des lueurs rouges dansaient sur les murs, produites par les sirènes.
 - Dépêche-toi !
Carmen, sans plus de questions se laissa glisser et retomba avec un bruit étouffé sur la neige, sans émettre de plainte, elle ne s'était pas blessée. Craignant beaucoup moins de se faire mal grâce à ses capacités de demi-dieu, Casper s'élança à sa suite mais fut stoppé net par l'irruption dans la pièce de Damney, Erik et une demi-douzaine de gardes.
 - Attrapez-le ! Le maître le veut vivant ! s'écria Damney en dégainant une longue dague.
Des tirs se mirent à pleuvoir en direction du fils d'Osamodas qui se jeta derrière un bureau épais. Des papiers volèrent dans la pièce, les balles sifflaient, trouant les murs, éclatant la vitre relevée.
Casper riposta avec un tir à l'aveugle avec les armes qu'il avait récupérées. Il entendit des hurlements de douleur, prouvant qu'il avait touché une cible, il eut un sourire satisfait.
« je dois sortir d'ici avant d'être complètement acculé » pensa-t-il avec angoisse.
Lorsqu'il entendit les ennemis recharger, il roula aussitôt vers la fenêtre et se jeta dans le vide.
Il atterrit près de Carmen qui l'observait avec frayeur et la prit aussitôt par la main, courant à travers le blizzard, à la recherche de la décapotable rose de Damney. Ils entendaient vaguement le bruits des balles derrière eux, et après une longue minute de recherche, finirent par trouver le véhicule. Casper démarra au quart de tour, et trouva très rapidement la sortie. Il fonça dans le portail qui s'ouvrit dans un bruit de ferraille, cabossant légèrement la voiture au passage et s'engagea dans une longue allée sinueuse, le pied sur l'accélérateur. Il devait au plus vite se rendre dans les Larmes d'Ouronigride et de là-bas, prévenir Missiz Frizz des plans de Seifer qui se dirigeait mystérieusement vers Brâkmar.


Voilà, ça vous a plu ? Je sais que ça devrait être déconseillé aux moins de douze ans m'enfin bon... Moi j'ai bien aimé ce chapitre x)... à partir du prochain, les plans de Seifer se concrétiserons, notre amie survivra-t-elle de ses blessures ? Vous le saurez dans le prochain chapitre :D !
 
J'ai failli oublier la blague carambar...
Qu'est ce qui peut être servi mais jamais mangé ? Une balle de tennis. Le niveau, cette année est très élevé mes amis !!!
 


Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.156.39.245) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Dark-phire

    16/12/2012

    Team-TKL wrote: "On comprend pourquoi elle veut pratiquer :p
    Ouais mais la il est juste magique *_*
    "

    Attend de voir la suite :D

  • Team-TKL

    16/12/2012

    On comprend pourquoi elle veut pratiquer :p
    Ouais mais la il est juste magique *_*

  • Dark-phire

    16/12/2012

    Team-TKL wrote: "Que je l'aime ce Casper il me vend du rêve
    Bap, pas besoin de déconseiller aux moins de 12 ans malgré la perversité de la sirène x)
    "

    N'empêche elle devait se sentir bien seule pendant tant d'années sous l'eau \o/
    Moi aussi je l'aime bien, même si dans Infectés c'était un personnage peu exploité ^^'

  • Team-TKL

    16/12/2012

    Que je l'aime ce Casper il me vend du rêve
    Bap, pas besoin de déconseiller aux moins de 12 ans malgré la perversité de la sirène x)

  • Dark-phire

    28/07/2012

    OLF-94 wrote: "Super, merci des éclaircissement :-)
    N'oublie pas le résumé la semaine prochaine :p
    Oui je ne la rate plus :-) c'est assez drôle à vrai dire :) merci encore :D
    "

    Pas de quoi, et j'oublierai pas x)

  • OLF-94

    28/07/2012

    Super, merci des éclaircissement :-)
    N'oublie pas le résumé la semaine prochaine :p
    Oui je ne la rate plus :-) c'est assez drôle à vrai dire :) merci encore :D

  • Dark-phire

    28/07/2012

    OLF-94 wrote: "Cela faisait déjà deux jours que Casper songeait à leur possible libération à Carmen et à lui.

    Tien, Anais vas devenir ta nouvelle fan :D J'ai bien rigoler quand t'a parler de l'ecaflip mort dans le combat de grobe, sa m'a fait rappeler quelqu'un HAHA X)
    Passage de la fameuse sirène, un classic ^^ elle se transforme en poussière quand elle meurt hehe :D c'est du lourd OMG, par contre j'ai remarquer qu'il manquait un petit détail quand même. Elle se bat avec Victoria puis d'un coup la sirène à une dague planté mais tu ne dit pas que Victoria l'a fait o_o'
    Sinon, un peu faible le passage avec Casper :p mais c'était super ! Du jolie travail comme d'habitude ;)
    Ah j'oublais, tu as oublier le résumé :/ et la blague est pas trop mal xD
    "

    Ouais, elle était deg de "la mort de Johnny" dans le prologue d'Infectés xD.... oui référence à mon éca !

    Non c'était fait exprès la dague plantée sans que je le dise, en gros elle s'est jetée sur Victoria qui avait prévu le coup...
    Oui je sais le passage avec Casper ne me plait pas énormément, mais si j'avais mis le premier.... j'avais vraiment fait :
    il appelle le garde, l'explose, et ils s'échappent discrètement, ça en 1 page, c'était nul. la je voulais rajouter un truc mais je me disais que ça ferait trop.

    Je l'oublie tout le temps ce résumé xD...

    PS : tu la rates plus la phrase avec le titre :P

  • OLF-94

    28/07/2012

    Cela faisait déjà deux jours que Casper songeait à leur possible libération à Carmen et à lui.

    Tien, Anais vas devenir ta nouvelle fan :D J'ai bien rigoler quand t'a parler de l'ecaflip mort dans le combat de grobe, sa m'a fait rappeler quelqu'un HAHA X)
    Passage de la fameuse sirène, un classic ^^ elle se transforme en poussière quand elle meurt hehe :D c'est du lourd OMG, par contre j'ai remarquer qu'il manquait un petit détail quand même. Elle se bat avec Victoria puis d'un coup la sirène à une dague planté mais tu ne dit pas que Victoria l'a fait o_o'
    Sinon, un peu faible le passage avec Casper :p mais c'était super ! Du jolie travail comme d'habitude ;)
    Ah j'oublais, tu as oublier le résumé :/ et la blague est pas trop mal xD

  • Dark-phire

    28/07/2012

    Story-of-Tic wrote: "Bon, depuis le temps que j'entend parler de ton histoire je go mettre mes lunettes et je vais tout lire ! :p"

    Un total de 18 chapitres à lire, bon courage :P

  • Dark-phire

    28/07/2012

    OLF-94 wrote: "Magnifique chapitre encore une fois !!! J'attendais le chapitre 7 depuis ce matin mdr enfin d'hier matin^^. Je kif vraiment ton histoire :) vivement la semaine prochaine !

    #Largen
    "

    Merchi :D

Report abuse