Renaissance, Chapitre 4

Salut à tous, Renaissance en avance comme promis, pour les 2-3 lecteurs de l'histoire ! 
Sur Dofus je viens d'achever les quêtes d'Otomaï, j'vais enfin pouvoir restat le Zobal, mais j'viens de m'apercevoir que je vais probablement devoir diamanter quelques sorts et ça m'fait chier, c'est vraiment trop cher...
Bref, voici Renaissance :D
 
Résumé du chapitre précédent : 
Victoria, son équipe et Darken progressent rapidement vers l'antivirus mais sont attaqués par un démon mystérieux, Lunix, qui a déjà tué Monique Tagoule plutôt cruellement et s'en est pris à Victoria. La capitaine se sent bizarrement attirée par Sincyr, le Crâ aux cheveux sombres qui exerce un contrôle sur la jeune femme.
Pendant ce temps, Casper fait la connaissance de Carmen Ir, l'infirmière qu'il a sauvé et de Lana Nal, la mère de l'enfant.


Renaissance, Chapitre 4
Darken déposa la capitaine dans la tente de cette dernière, suivit d'Erika qui observait les plaies béantes de sang avec inquiétude.
 - Que s'est-il passé ? demanda-t-elle, laissant un regard suspicieux à Isaac.
 - Lunix... le démon qui veut ma mort, il l'a attaquée mais je suis arrivé à temps. Il a aussi tué Monique Tagoule et son cadavre n'est pas beau à voir...
 - Un démon ! Mais comment allons-nous faire ? Il va nous massacrer !
 - Je te signale que j'en suis un également, pourtant un jeune Éniripsa de seize est parvenu à me vaincre. Il n'est pas notre préoccupation première pour l'instant. Là, nous devons nous occuper de Victoria.
La médecin hocha la tête et s'approcha du corps ensanglanté de Victoria. Elle appliqua des bandages le long de ses bras et de ses jambes, après avoir désinfecté les blessures. Après quoi, elle la couvrit de couvertures, déclarant qu'elle avait besoin de repos.
Darken sortit de la tente. Tous les soldats le dévisageaient en silence, stupéfaits qu'il ait pu sauver leur capitaine.
 - Quoi ? lança sèchement le démon, leur lançant un regard noir.
 - Elle va bien ? Et pourquoi l'as-tu sauvée ? s'enquit Gauthier Nervey, très pâle.
 - Elle s'en sortira. Je ne suis pas cruel, je n'allais pas la laisser se faire... brutaliser par un taré.
Ils haussèrent les sourcils, abasourdis.
 - Je n'ai rien contre les humains, il fallait juste que je fabrique un portail vers votre monde...
 - Alors pourquoi avoir libéré le virus et détruit toutes nos familles ? questionna Ori Macguy avec hostilité.
 - Les humain ne m'auraient jamais laissé faire, donc j'ai... réglé ce détail. Mais bon, de toute façon j'ai échoué et pour l'instant, je n'ouvrirai pas de nouveau portail avant un moment. D'un, car j'ai un démon surpuissant sur le dos, de deux car je suis privé de magie pendant dix ans, car j'en ai trop utilisé d'un coup. Bref, je ne suis pas votre ennemi.
Ils semblaient toujours soupçonneux, aussi, il s'éloigna d'eux en soupirant. Ils le gonflaient, à être toujours sur son dos. Bien sûr, c'était justifié, mais il commençait à en avoir marre. Darken appréciait Victoria, c'était l'une des raisons pour laquelle il était intervenu. Puis comme il l'avait dit, il n'était pas cruel. Il avait semblé dément et sans pitié, lorsqu'il avait tenté d'ouvrir un accès vers la Faille, presque sept mois plus tôt, cependant, c'était la puissance de la magie qui l'avait rendu comme ça. Il en avait ignoré Laura, alors qu'il avait toujours affectionné la Féca, qui lui vouait un amour passionnel. Il regrettait même les paroles crues qu'il avait lancé à Victoria et Erika, la veille.
Il voulait se préserver, ne pas révéler qu'il n'était en fait pas une grande menace. Si les humains continuaient de le craindre, ce serait parfait.
Le jeune James Ex revint dans l'esprit du Zobal. Sous la rage et l'influence de la magie démoniaque, il n'avait pas pu retenir le coup qui fut mortel pour le jeune homme. Lorsqu'il s'était éveillé, il avait été très triste, lorsque Victoria était venue le rejoindre, pleurant de chagrin, ses yeux haineux fixant le visage mutilé de Darken.
« Il est mort par ta faute, tu l'as tué sans aucune pitié, et maintenant, tu n'éprouves aucun remord. Tu as détruit un nombre incalculable de vie, tu as même manipulé une femme qui t'aimait plus que tout, juste pour ta satisfaction personnelle. Tu es un monstre égoïste et tu m'as arraché mon amour, je te le jure que je te le ferais payer, le jour où le virus sera anéanti, je te poignarderai le c½ur, tout comme tu as poignardé le mien. »
Ses mots avaient attristé le démon qui n'avait su que dire. Répondre qu'il avait agi sans vraiment s'en apercevoir n'aurait servi à rien, ça n'aurait pas ramené James. L'esprit du jeune Éni, il le savait, était perdu dans un monde parallèle où allaient toutes les âmes tuées par sa lame noire. Il ne connaîtrait même pas le repos, après avoir vécu une vie ponctuée de souffrance. Par la faute d'Isaac.
Il comprenait enfin qu'il avait réellement détruit des vies, ne leur prenant pas seulement leur corps, mais aussi leur âme.
Darken serra les dents et se redressa. Il devait parler au second, ils approchaient du Lac Meano.. et de la monstruosité qui l'habitait... Il fallait à tout prix traverser le lac pour récupérer l'antidote et une chose était sûre. Tout le monde ne survivrait pas.


Renaissance, Chapitre 4

« Tu m'as promis de ne pas abandonner, continue de te battre, je t'en supplie, fais le pour moi... »
«  Mais comment faire ? Je n'arrive plus à rien, je ne connais que la souffrance, le monde entier semble me trahir... »
«  Fouille dans ton c½ur, et tu découvriras la vérité. Beaucoup de personnes autour de toi ne sont pas celles que tu crois... maintenant je dois te laisser mon amour, au revoir. »
«  Non James, ne m'abandonne pas ! »
Victoria se réveilla en sursaut, réveillant une grande douleur dans ses bras et ses jambes. Le souvenir de l'attaque de Lunix et du sauvetage de Darken lui revenait en mémoire. Elle serra les cuisses au rappel de la cruauté du démon sombre, qui était à deux doigts de la... elle préférait ne pas songer au mot. Jamais personne ne l'avait traitée ainsi, mais le désir sauvage de Sincyr lui faisait penser à Lunix. Le garçon était-il vraiment mauvais, comme le croyaient Thomas et Gauthier ?
Elle se redressa et s'aperçut soudain qu'elle était à l'arrière d'un quatre-quatre. Elle avait les pieds sur les genoux d'Erika qui dormait profondément. À l'avant, elle reconnut les cheveux hirsutes de Thomas qui conduisait, et les bandelettes qui enveloppaient le crâne d'Ori Macguy. Les deux hommes étaient en grande conversation, sur le Boufbawl apparemment, qui avait toujours lieu à la bourgade de Frigost, à défaut de Bonta, Amakna, Astrub et Brâkmar.
La capitaine se demandait où ils avaient dégoté le véhicule mais sans un mot pour ne pas alerter ses compagnons, elle se rallongea, posant la tête sur un coussin confortable.
Où se dirigeaient-ils donc sur cette île maudite ? Combien de temps s'était écoulé depuis l'agression ? Pourquoi Darken l'avait-il sauvée ? Que de questions sans réponses, ce qui agaçait profondément Victoria.
La voiture s'arrêta subitement, Victoria ferma étroitement les yeux, elle avait envie qu'on la dorlote encore un peu, puis de toute façon, elle ne se sentait pas de marcher, vu l'état de ses jambes.
Elle entendit le bâillement d'Erika et sentit qu'on la soulevait avec douceur. Reconnaissant la voix de Thomas, elle résista à l'envie d'ouvrir les yeux pour savourer la vision du visage parfait du jeune homme. Il la porta pendant que les autres montaient le campement, puis il la déposa à l'intérieur d'une tente, sur une couche relaxante. Elle sentit qu'il lui caressait doucement les cheveux, avant de sortir sans faire de bruit. Là, elle ouvrit les yeux et se cala plus confortablement. Elle fouilla dans un sac près d'elle, en sortit un miroir et faillit pousser une exclamation en observant son reflet.
Des grands cernes soulignaient ses yeux émeraudes, ses cheveux bruns, ternes, pendaient misérablement autour de son visage, sales de transpiration et de poussière. Des griffures enlaidissaient ses joues lisses.
 - Quelle horreur, murmura-t-elle, interdite
 - Pas vraiment... même dans cet état, tu restes magnifique lança une voix derrière elle.
Elle se retourna, Sincyr se tenait à l'entrée de sa tente. Ses beaux cheveux noirs encadraient son visage souriant. Cependant, il y avait une certaine froideur dans son regard. Elle crut apercevoir une lueur rougeoyante dans les yeux sombres.
À nouveau, le corps de la jeune fille s'emplit de désir à la vue de Sincyr, elle tenta de se contrôler.
 - Que veux-tu ? demanda-t-elle, d'un couinement.
Elle se maudit, ne pouvait-elle donc pas garder son sang-froid devant ce mec ?
Il se raidit une demi-seconde, avant de s'asseoir près d'elle.
 - Je voulais juste voir comment tu allais.
L'odeur enivrante du jeune homme, un mélange de savon à la menthe et de parfum envahit les narines de Victoria qui inspira longuement. Sincyr lui saisit la main.
 - Je dois te dire quelque chose d'important, dit-il en la fixant dans les yeux.
 - Oui ? murmura-t-elle d'une voix enjôleuse.
 - Je crois que je suis dingue de toi... dès l'instant où je t'ai vue...
 - Oh, la ferme !
Elle embrassa furieusement le garçon, portant immédiatement les mains sur son torse musclé, elle oublia la douleur dans ses bras et ses jambes, qui sembla s'évaporer. Alors qu'il lui retirait son tee-shirt, elle s'aperçut avec stupeur que les blessures avaient disparu.
Alors qu'il continuait à la déshabiller, l'expression du visage de Sincyr changea. Ses yeux emplis de désirs devinrent rouges, cruels, sa bouche se tordit en un rictus pervers, ses cheveux devinrent encore plus sombre. Elle avait l'impression de voir Lunix.
Horrifiée, elle ne put rien faire lorsqu'il la plaqua au sol et s'approcha, lui soufflant son haleine fétide en pleine figure. Elle tenta de se dégager, il la gifla violemment, puis se remit à déchirer ses vêtements.
«  tous les démons ne pensent qu'à ça ou quoi... »
Elle lança un regard près d'elle et trouva un long couteau. Elle s'en saisit et transperça l'épaule de Sincyr d'un geste sec. Il hurla de douleur et se releva d'un bond, emportant la tente avec lui. La pluie se mit à tomber, trempant le corps à moitié nu de Victoria. Sincyr se redressa et retira la lame en grognant.
Tous les membres de l'équipe coururent pour l'arrêter, mais il produisit une onde de choc qui les propulsa à plusieurs mètres, excepté Victoria.
La jeune fille saisit sa machette et fonça vers Sincyr qui bloqua aisément le coup, le renvoyant avec toute sa force.
Le choc fit trembler les bras de la capitaine, mais elle continua d'attaquer, de feinter, telle une experte d'escrime. Elle réussit à taillader le bras du garçon, qui ignora complètement la blessure et envoya son poing.
La lèvre supérieure de Victoria se fendit, le sang s'en écoula. Couverte de boue, elle s'avança à quatre pattes vers un fusil à pompe. Sincyr gagnait du terrain, il hurlait. Son cri était inhumain, bestial.
«  Il est possédé! » pensa la jeune fille qui saisit l'arme.
Malheureusement, l'homme démoniaque donna un coup de pied dans les mains de Victoria qui lâcha prise sur son seul moyen de défense. Il cria à nouveau. Des ailes noires déchirèrent son dos, couvrant la capitaine de sang, des griffes remplacèrent ses ongles, des longues cornes poussèrent sur son front.
Ses yeux flamboyants se posèrent sur Victoria, il leva son long couteau... et fut propulsé par un coup surpuissant contre un arbre qui se renversa. Darken se tenait à nouveau devant Victoria, la protégeant une nouvelle fois.
 - Il a été infecté par de la magie démoniaque, on ne peut plus rien pour lui ! s'écria le Zobal. Je suis obligé de le tuer, sinon il va tous nous massacrer !
Sincyr se relevait déjà, et s'élançait sur Isaac qui lui planta le pique de son coude droit dans le torse. L'hémoglobine gicla abondamment, tandis que la lame noire de Darken apparaissait dans les mains de ce dernier. Le coup qu'il donna fit plier le couteau en deux.
Sincyr planta l'arme déformée dans l'½il gauche d'Isaac qui hurla de douleur, avant de couper le bras de son ennemi, de son épée sombre. Darken saisit Sincyr à deux mains, et apparemment, sans difficulté, lui déchira la poitrine en deux. Se retenant de vomir, Victoria, à travers le sang voyait le c½ur noir de Sincyr qui battait, avant qu'Isaac ne s'en saisisse et l'arrache, avant de l'éclater en refermant le poing.
Sincyr observa sa poitrine, ahuri. Son corps changea subitement, redevenant humain. Complètement nu, il devint mince, ses cheveux se teintèrent de blond, ses yeux sombres furent bleus clairs, avant de se révulser. Il tomba sur le sol, saisit d'un unique spasme, puis son corps s'immobilisa.
Isaac reprit son apparence humaine et se tourna vers Victoria, haussant un sourcil devant son corps uniquement vêtu de sous-vêtements, et couvert de boue et de sang. La jeune femme tomba à genou sur le sol et se mit à pleurer. Darken se précipita près d'elle et chose inattendue, la pris dans ses bras, la berçant doucement.
 - Je croyais que je l'aimais, sanglota-t-elle, mais ce n'était qu'une illusion, un sortilège, j'avais tort, comme d'habitude. Je n'en peux plus, je ne veux plus me battre.
 - Bats-toi pour James, murmura Isaac. Cesse de penser à tes erreurs, oublie les, et pense à l'avenir. Je vais réparer les miennes, l'antivirus arrêtera l'épidémie, et tu pourras vivre une vie normale et heureuse ! C'est ton dernier combat Victoria, alors n'abandonne pas !
 - Merci...
Elle s'endormit dans les bras du démon qui leva la tête vers le ciel grisâtre, la pluie coulant sur son visage mutilé.
 - Ces complications ne cesseront donc jamais... ?


 
Renaissance, Chapitre 4

Seifer observait les trois prisonniers avec attention. Il y avait deux hommes et une femme. La femme était une civile, plutôt grosse, des boucles brunes pendant devant ses yeux bruns terrifiés.
 - Elle, elle servira de nourriture aux zombies déclara le Roublard d'un ton nonchalant.
Elle se mit à gémir et sangloter, lui demandant pitié. Il se contenta de la gifler, avant de passer au détenu suivant. Grand, musclé, les yeux verts et haineux, il avait des courts cheveux gris.
 - Papy fait de la résistance, ricana Seifer. Faites en un soldat, il pourrait toujours être utile.
Le vieil homme fut emmené de force, tandis qu'il couvrait Seifer d'injures. Ce dernier observait le dernier prisonnier. Un Sacrieur, visiblement un soldat. Son bandeau usagé empêchait quelques mèches sombres et rebelles de tomber devant des yeux bruns.
 - Comment t'appelles-tu ?
 - Mac Xatak grogna le Sacri en crachant au visage de Seifer.
Celui-ci sortit un mouchoir blanc de sa poche et s'essuya le visage, sans s'énerver.
 - Emmenez-le devant la caméra, nous avons notre homme.
Il suivit les gardes qui entraînèrent Mac dans une salle voisine et l'installèrent de force sur une chaise, sur laquelle il fut enchaîné. Une caméra filmait la pièce. Seifer s'approcha d'une table où étaient disposés différents instruments de torture. Un point rouge s'alluma. La caméra filmait.
 - Bien bien bien, déclara le Roublard en souriant, puisque personne ne veut m'indiquer où se trouve le passage vers le Château de Missiz Frizz, je vais être contraint de torturer à mort, puis de tuer un malheureux chaque jour. Je vais commencer par un certain Mac Xatak, un Sacrieur !
Seifer saisit un scalpel, s'approcha de Mac et lui planta dans l'½il. Le Sacrieur hurla longuement. La douleur devait être insupportable. Parfait. Le scalpel entailla le nez, puis s'enfonça dans le second ½il. Mac était à présent aveugle.
Seifer s'appliqua à faire souffrir sa victime un maximum, il la brûla avec des cigarettes, lui balança de l'acide sur les jambes, lui ouvrit le ventre et s'amusa avec ses intestins, puis lui brisa le nez avec une bouteille en verre.
Mac était agonisant sur sa chaise, n'émettant qu'un gargouillis horrible. Seifer l'acheva d'une balle en pleine tête.
 - La prochaine vidéo sera une femme se faisant dévorer par des morts-vivants, puis des enfants qui vont jouer entre eux à un jeu macabre. Il feront tourner un pistolet. Le canon s'arrêtera sur l'un d'entre eux, et celui qui a fait tourner l'arme devra éliminer l'autre. Ou mettre fin à ses jours. J'espère sincèrement, que toi mon frère, mon cher Arty, tu arrêteras ce massacre, car tu ne connais pas les limites de ma cruauté. Je ne m'arrêterais que lorsque je saurais où est votre cachette et crois moi. J'ai beaucoup de prisonniers déclara le Roublard d'une voix froide.
Il laissa le corps de Mac et sortit de la pièce, allumant une cigarette. Un homme roux s'approcha de lui.
 - Bonjour maître, votre message ne s'est pas fait attendre, nous venons de recevoir un appel de votre frère.
Il lui tendit un téléphone portable et s'éloigna en courant.
 - Espèce de monstre cracha la voix d'Arty dans le combiné. Comment peux-tu infliger pareil traitement à un humain sans aucun remord.
 - Tu es pourtant toi-même doué pour la torture. J'imagine que je t'ai surpassé. Cependant, je t'ai donné des bonnes idées ?
 - La ferme. Je te propose de régler ça autrement qu'un affrontement direct entre nos deux camps... juste toi contre moi. Dans un Duel Mortel.
 - Un Duel Mortel ? Qui serait ton second ?
 - Ça tu le découvriras au moment venu, si tu acceptes, bien sûr.
 - Bien, d'accord. Où est ce qu'on se retrouve ?
 - Le lac glacé, près de l'excavation. Demain, au coucher du soleil. Prépare-toi bien, mon frère.
Arty raccrocha. Seifer éclata de rire. Son frère allait enfin périr, après avoir échappé à son destin pendant des années...
 - Et en plus, c'est moi qui vais te tuer, si ce n'est pas magnifique, ça !
Il s'éloigna en jetant le portable par dessus son épaule et pénétra dans une grande salle où des centaines d'homme s'entraînaient avec fureur. Certains tapaient sur des punching-ball, d'autres s'exerçaient à l'épée, n'hésitant pas à blesser l'adversaire. D'autres faisaient cracher des mitrailleuses sur des cibles mouvante : des prisonniers.
Seifer sourit devant tant de cruauté et s'approcha d'un homme qui en affrontaient trois autres, armé d'une lourde hache.
L'arme tournoya et décapita un opposant. Le coup suivant trancha les deux derniers survivants en deux. Le guerrier poussa un hurlement de guerre, de victoire et éclata un crâne en l'écrasant avec sa botte ferrée. Il faisait penser à un vieux viking, ses cheveux grisâtres et sales encadrant un visage couturé, qui avait vu passer plusieurs batailles. Son corps était massif, une montagne de muscle.
Il se tourna vers Seifer et poussa un grognement.
 - Que me veux-tu ? dit-il d'une voix râpeuse en essuyant sa hache sur un cadavre.
 - Je vois que tu continues de réduire notre armée... je voulais te proposer un petit amusement, que tu n'as plus eu l'occasion de faire depuis un moment...
 - Quoi donc ?
 - Veux-tu être mon second lors d'un Duel Mortel ? Tu devras combattre à mes côtés et tenter de tuer nos deux adversaires... tu seras couvert d'honneur si je venais à mourir, et que tu sortais vainqueur.
L'excitation se lut dans le visage du vieux guerrier.
 - Quand aura lieu ce combat, et contre qui ?
 - Demain au coucher du soleil. Le combattant principal n'est autre que mon frère, Arty. Quant à son second, je ne connais pas son identité !
 - Enfin nous allons en terminer avec ce pleutre ! Je suis partant ! Demain nous en finirons avec nos ennemis !
 - En effet, ricana Seifer, en effet...
 
Avez-vous remarqué le point commun entre chaque chapitre ?
Article dofus demain !!
 



Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.156.39.245) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Dark-phire

    16/12/2012

    Team-TKL wrote: "C'est de la tuerie ! (C'est le cas de le dire :3)"

    Merci ^^'

  • Team-TKL

    15/12/2012

    C'est de la tuerie ! (C'est le cas de le dire :3)

  • Dark-phire

    16/07/2012

    Grostasbarbu wrote: "Salut, c'est le dialogue avec OLF dis moi xD
    C'est plus gore ce chapitre x)
    "

    disons qu'on s'apprécie.
    T'es de retour :D ?

  • Grostasbarbu

    16/07/2012

    Salut, c'est le dialogue avec OLF dis moi xD
    C'est plus gore ce chapitre x)

  • Dark-phire

    11/07/2012

    OLF-94 wrote: "Oui xD mais finalement j'avais trop envie en fait o_o' mais j'aurais pas du >.<'"

    :P

  • OLF-94

    11/07/2012

    Oui xD mais finalement j'avais trop envie en fait o_o' mais j'aurais pas du >.<'

  • Dark-phire

    11/07/2012

    OLF-94 wrote: "Hahaha, trouvez :

     - Ces complications ne cesseront donc jamais... ?

    :) :) :)
    "

    J'croyais que tu voulais pas faire des chapitres 2 à 4 :D ?

  • OLF-94

    11/07/2012

    Hahaha, trouvez :

     - Ces complications ne cesseront donc jamais... ?

    :) :) :)

  • OLF-94

    11/07/2012

    J'avoue :D en tout cas j'avoue que c'est pas mal. J'iraisi chercher tout sa hehe :D bon, j'arrête de flooder ^^' bonne nuit :p

  • Dark-phire

    11/07/2012

    OLF-94 wrote: "Ok ^^' bon si j'ai la foi, je chercherait les passages ou se mot est apparue juste pour le Fun haha :D sympa comme truc en tout cas ;) tu les remets plusieurs fois ou une fois ? ^^' se sera plus simple pour moi :D"

    Une fois, généralement, y'en a des vraiment pas simples à caser, genre extinction ou complication x)

Report abuse