Renaissance, Chapitre 3

Salut à tous, comme prévu, voici aujourd'hui le troisième chapitre de Renaissance. Âmes sensibles s'abstenir!
 
Résumé du chapitre précédent:
Deux mois après la désastreuse aventure vécue par Victoria et son équipe à Bonta, Arty s'entretient avec Darken qui consent enfin à révéler l'emplacement du véritable antivirus au chef d'Alpha. Seulement, le Zobal doit aller lui même sur l'île et ordonne à être assisté de Victoria et Sincyr, son gardien de cellule.
Victoria part donc en compagnie de son équipe et quelques nouveaux vers une île mystérieuse où Isaac doit les mener à l'antidote...
Une nuit, la Bourgade de Frigost est attaquée par Lunix, Seifer, leurs hommes et des zombies que le démon est parvenu à contrôler. Lunix tente de tuer une famille, mais il est arrêté par Casper qui se révèle être le fils d'Osamodas. Peu de temps après, ce dernier s'échappe en compagnie de la mère, du fils, d'une infirmière et d'Arty, en direction du château de Missiz Frizz...


Renaissance, Chapitre 3


Renaissance, Chapitre 3
Cela faisait déjà plus d'une heure que l'avion était parti, ayant parachuté le groupe d'explorateurs sur une île mystérieuse et sans nom où prétendait Isaac, l'antivirus était caché. Déjà une heure qu'ils marchaient à travers une jungle chaude, humide et peu accueillante, où diverses créatures bizarres ne manifestaient aucune peur de ces nouveaux venus, se contentant de les dévisager avec curiosité ou hostilité. Ori Macguy avait déjà été attaqué par un énorme serpent, d'au moins dix mètres qui s'était enroulé autour du frêle Xélor, menaçant de lui briser les côtes. Cependant, en s'y mettant tous, sauf Darken qui évidement, refusait d'aider, ils avaient réussi à libérer le pauvre maître du temps qui s'était empressé de jeter le reptile dans une autre... dimension.
Victoria était déjà lasse de ce paysage verdâtre, cette chaleur qui collait ses cheveux impeccablement coiffés à son visage en sueur, sueur qui dégoulinait dans ses yeux et sur son nez... Sans compter la présence d'Isaac qui l'agaçait plus que tout et la rendait irritable. Le Zobal se contentait de guider le groupe, les accompagnant de sarcasmes, de blagues salaces. De plus, il faisait preuve d'un sexiste qui révoltait même Monique Tagoule qui s'était empressée de lancer une maladresse sur lui, ce qui le faisait trébucher sur une racine ou se prendre un arbre très souvent, au grand contentement du groupe qui éclatait tout le temps de rire. Les dents serrées, Isaac ne parla plus avec Monique, se contentant de lancer des piques à Erika ou Victoria.
 - C'est vraiment pratique, si tu savais, disait-il à Gauthier, elles sont si naïves que tu peux leur faire faire tout ce que tu veux, crois-en mon expérience avec Laura. D'ailleurs, elle était toujours au petits soins, autant pour me repasser le linge que pour me contenter au lit...
 - Ferme la sale pervers avant que je t'en colle une ! cria Erika, offusquée.
 - Oh, du calme le trou... marmonna le démon avec un grand sourire.
 - Le quoi ?
Le poing de Gauthier et la baffe d'Erika propulsèrent Darken à terre. Victoria éclata de rire, cependant également outrée par l'attitude de son ennemi envers les femmes.
 - Bon, arrête un peu, Isaac, et montre nous le chemin, je ne compte pas passer ma vie sur cette île, d'un, c'est pas bon pour mes cheveux, de deux, j'en ai déjà marre de toi, et de trois, les bêtes sont vraiment méchantes ici dit la capitaine d'un ton sévère, coupant des herbes hautes à l'aide d'une machette à moitié rouillée.
Le Zobal marmonna mais continua sans rien ajouter. Quant à Gauthier, il rayonnait, il commençait à retrouver Victoria telle qu'elle était avant la mort de James, il lui sourit gentiment. Elle hésita un instant et le lui rendit, avec plus de timidité.
Timidité ? Depuis quand était-elle timide ? Elle avait l'habitude de croquer les mecs ! Sauf James qu'elle avait vraiment aimé. Ce n'était pas comme un de ces relations qu'elle avait l'habitude d'avoir, souvent pour s'afficher. Elle secoua la tête.
Ils débouchèrent dans une grande clairière sombre, le soleil commençait déjà à descendre dans le ciel.
 - Stop, cria Victoria. On s'arrête ici et on fait un camp pour la nuit, ça ne sert à rien de continuer, nous ne verrons rien dans l'obscurité.
Ses soldats se mirent à l'action, dépliant les tentes en riant avec leurs collègues. Seul Isaac restait un peu en retrait, ne dépliant pas sa tente, observant la lune qui apparaissait déjà dans le ciel, pourtant encore un peu ensoleillé.
 - Tu ne déplies pas ta tente ? demanda la capitaine, installant sa propre pyramide de toile sur le sol, non loin, entre celle d'Erika et de Sincyr.
 - Pourquoi donc ? Je n'ai guère envie de dormir sans voir les étoiles, sauf si tu m'invites dans ton lit, auquel cas je te rejoindrai à toute vitesse fit le démon avec sarcasme.
 - Imbécile...
Elle acheva son ½uvre et rejoignit Harvey qui tentait de faire un feu. En trois minutes, de la fumée s'élevait du bois, suivie par une petite flamme qui le rongea.
Une demi-heure plus tard, les compagnons, excepté Darken, discutaient allègrement autour du feu. Sincyr régalait le groupe de récits fantastiques, mettant en ½uvre quatre enfants qui tentaient de survivre dans une forêt peuplée de démon.
 - Alors Nate décapita l'homme-lion d'un coup d'épée et sauva sa belle, avant de rejoindre ses amis qui l'attendaient, à l'arrière du quatre-quatre...
 - N'importe quoi ! s'offusqua Isaac qui écoutait en silence en fronçant les sourcils. Comment quatre gosses pourraient vaincre une armée alors qu'à moi-même je n'en ferais qu'une bouillie...
 - C'est une histoire inventée à la minute...
 - Et alors, tu pourrais quand même respecter mon peuple ! Et c'est qui ce Darkcyss qui s'échappe en hurlant devant la fureur de Nate et son épée lumineuse ? N'importe quoi, tu nous détruis notre dignité !
 - En fait, ce Darkcyss, comme tu dis, c'est toi, mais dans une histoire.
Les soldats éclatèrent de rire, tandis que le concerné se renfrognait et s'allongeait en grommelant.
Victoria observait Sincyr avec attention, le Crâ était étonnement beau, ses cheveux noirs et courts bien coiffés avec du gel, tandis que ses yeux bleus marines pétillaient de malice.
Il croisa son regard, et elle se sentit fondre... il était si beau. La tentation irrésistible d'aller se blottir dans les bras du jeune homme traversa l'esprit de la capitaine, pensée qu'elle chassa avec difficulté.
Lui, il continuait de la contempler, une expression bizarre sur le visage, un demi-sourire, victorieux, semblait-il, tandis que ses yeux dévoraient le corps parfait de la jeune femme. Elle ressentit une étrange chaleur dans le ventre et s'empressa de détourner les yeux, se joignant à Erika qui déclarait, avec vigueur que les prix des vêtements étaient beaucoup trop cher à la bourgade et qu'elle avait hâte que le virus soit détruit, afin que les soldes de Bonta puisse reprendre et qu'elle puisse s'acheter des petites culottes, soutif et débardeurs à prix cassés.
Tous les regards convergèrent vers elle au son du « petite culotte », Victoria leva les yeux au ciel. Les mecs étaient décidément tous pareils...
La soirée s'acheva dans la bonne humeur. La capitaine remarqua que Thomas l'avait regardée avec insistance tout le long du repas, aussi, elle le prit à part.
 - Que se passe-t-il ? chuchota-t-elle, observant le Steamer dans les yeux.
 - Peut être que ça ne me regarde pas, mais méfie-toi de Sincyr, il a l'air bizarre. J'ai vu comment il t'a regardée... la convoitise, c'est mauvais en général.
 - Tu délires, Thomas... Il n'y a rien entre lui et moi.
 - Sauf que lui, il voudrait qu'il y ait quelque chose. Je te préviens juste, reste sur tes gardes.
 - De quel droit me dis-tu ce que je dois faire !?
 - Du calme ! C'est simplement une recommandation, tu t'intéresses à qui tu veux.
Les yeux du Steamer se détournèrent lorsqu'il dit cette phrase, mais l'inquiétude et la... douleur qu'ils reflétaient n'échappèrent pas à l'Éni qui posa une main douce sur le bras de son ami.
 - Ne t'inquiète pas, d'accord ? Tout va bien, je pense qu'on devrait aller dormir, il se fait tard.
 - Bien sûr, bonne nuit capitaine.
 - Bonne nuit.
Intriguée, Victoria entra dans sa tente, se dévêtit, ne gardant qu'un T-shirt et un shorty et se coucha, poussant un soupir d'aise. Avant de se coucher, elle releva son haut, observant d'un ½il critique son corps. Cela faisait plus de trois semaines qu'elle était rentrée de mission de Bonta, où elle s'était blessée, et déjà, elle ne ressentait plus aucune douleur. Elle passa un doigt sur la mince cicatrice, où la peau avait été arrachée, frissonnant.
Enfin, elle se mit au lit et s'endormit en quelques instants, épuisée de la journée.

Ce fut une douce caresse sur son ventre qui la réveilla. Elle ouvrit les yeux, et émerveillée, aperçut le visage de Sincyr, qui se pencha aussitôt, l'embrassant sur les lèvres. Au début surprise, elle finit par rendre le baiser du jeune homme avec passion, fureur, c'en était presque sauvage. Les mains du Crâ parcourait le corps de la capitaine qui soupira. Elle avait l'impression que sa peau était brûlante, ultra-sensible. Ils se dévêtirent lentement, pour tout dire, Victoria n'avait presque rien à enlever. Leurs corps nus se pressaient l'un contre l'autre, doucement. Le plaisir submergea la jeune femme...
 - Victoria ?
Elle se redressa en sursautant. Gauthier observait les amants, abasourdi. Elle se couvrit du mieux qu'elle put tandis que Sincyr lui faisait barrage de son corps.
 - Qu'est ce que tu fais là ? demanda le Crâ avec agressivité, toute trace de douceur et de tendresse disparue de son visage tordu par un rictus mauvais. Il fit peur à l'Éniripsa.
 - C'est à toi de me dire ça, gronda Gauthier avec fureur. Comment oses-tu entrer dans sa tente comme ça ? J'ai cru que tu lui voulais du mal !
 - Tu vois bien que non ironisa Sincyr, ricanant. Je doute que ça lui provoque de la douleur, au contraire.
 - Ferme la !
Victoria rougit complètement, puis s'énerva.
 - Sincyr, sors d'ici.
Ce dernier se tourna vers elle, surprit.
 - On se voit plus tard, précisa-t-elle.
Marmonnant, il rassembla ses affaires et sortis de la tente en lançant un regard assassin à Gauthier qui observait Victoria avec une peine mêlée de fureur.
 - Pourquoi tu as fait ça ! Il est dangereux, tout ce qu'il veut de toi, c'est ton corps ! Ça se voit dans ses yeux, il est louche, crois-moi ! Tu ne dois pas l'approcher...
 - Ça suffit maintenant hurla la capitaine, toujours cramoisie, de honte et de fureur. Vous me tenez tous le même discours ! Mais pourquoi vous vous mêlez de ma vie ! Je sors avec qui je veux ! Tu ne comprends donc pas que je veux l'oublier ? Que j'ai mal ? Cette perte est la plus horrible de toute ma vie et je dois la combler ! Mais qui es-tu pour vouloir m'empêcher d'être avec Sincyr ? QUI ? Et POURQUOI es-tu si incompréhensif, pourquoi t'intéresses-tu toujours à mes activités ?!
Il observait la jeune fille avec tristesse.
 - Car je suis ton ami et que tu es la personne qui est la plus chère à mon c½ur. Je ne veux pas qu'il t'arrive quoi que ce soit... tu comptes pour moi. Je comprends que tu souffres, mais je veux t'éviter des peines. Je ne veux pas que tu te donnes à n'importe qui, surtout si l'homme en question ne vaut pas mieux que la pire ordure de la planète.
Sur ces mots, il sortit de la tente. Enroulant le drap autour de son corps, Victoria le suivit en courant. Dehors, il pleuvait. L'eau tombant à grosses gouttes trempa la jeune femme en quelques secondes.
 - Attends !
Il se retourna, une douleur immense dans le regard.
 - Je dois savoir, murmura-t-elle en s'approchant du Pandawa. M'aimes-tu ?
Il l'observa longuement, sans rien dire, avant de cracher les mots, comme s'il regrettait de devoir les dire
 - Oui. Je t'aime plus que tout au monde, mais que les sentiments soient réciproques ou pas, notre amour est impossible.
 - Pourquoi ? demanda-t-elle, la voix brisée.
 - Tu es une femme, une humaine. Moi j'ai le corps d'un animal.
Et il s'éloigna, la laissant sous la pluie qui ruisselait sur ses cheveux, son visage, le drap qui collait à son corps, se mêlant aux larmes de désespoir qui coulaient de ses yeux verts.
Elle retourna dans sa tente, se débarrassa du drap et ne prit même pas la peine de se sécher, se jetant nue sur son matelas.
 - Oh James, je ne sais plus quoi faire sanglota-t-elle, je t'aime encore, et j'en aime d'autres en même temps... Suis-je vraiment amoureuse de Sincyr ? Et si ils avaient tous raison, qu'il était mauvais ? Et Gauthier, le fait qu'il soit un Pandawa, cela change quelque chose ? Sans compter Thomas... il est si gentil avec moi... je ne peux pas aimer trois personnes à la fois, j'aurais tellement voulu tous les oublier, ne vivre qu'avec toi...
La peine de Victoria explosa, sanglotant, gémissant, elle se recroquevilla sur elle-même, ignorant le froid qui taraudait son corps et la fièvre douloureuse. En cet instant elle oublia tout, ne pensant plus qu'à son amour perdu. Elle n'avait toujours pas fait le deuil, et n'y arriverait probablement jamais. Elle n'aimait ni Sincyr, ni Gauthier, ni Thomas, elle serait incapable d'éprouver à nouveau de l'amour.
Submergée de pensées accablantes, négatives, elle ne fit pas attention à Thomas qui la couvrait d'une large couverture et passait le reste de la nuit à la bercer contre lui, jusqu'à ce qu'elle s'endorme, épuisée.

Renaissance, Chapitre 3
Cela faisait déjà quatre heures qu'ils étaient arrivés au château de Missiz Frizz, après avoir roulé toute la nuit. Des dix milles habitants de la bourgade, seul un tiers avait réussi à prendre refuge sur le mont Torideau. L'attaque avait été fulgurante, dévastatrice, Casper se souvenait encore de la lueur effrayée dans les yeux de la mère qui serrait son fils, tentant en vain de le protéger contre Lunix.
Là, le fils d'Osamodas avait été obligé de dévoiler sa véritable identité afin de protéger la petite famille, mais ce n'était plus qu'une question de temps pour qu'il doive à nouveau affronter le démon. Et à ce moment là, il ne bénéficierait plus de l'effet de surprise, ses chances de l'emporter en serait donc réduites.
Soupirant, il se dirigea vers l'infirmerie. Les deux femmes et l'enfant qu'il avait sauvés s'y trouvaient, probablement en état de choc, mais en bonne santé.
Lorsque la mère le reconnut, elle fondit dans ses bras en sanglotant des remerciements. Son c½ur se serra lorsqu'il constata qu'elle ne devait pas avoir plus de vingt-cinq ans. Si jeune pour avoir eu si peur et assisté à la mort de son mari. En la détaillant un peu, il remarqua également que c'était une Zobal, mais dépourvue de masque.
 - Comment vous appelez-vous ? demanda l'Osa en lui caressant maladroitement le dos.
 - Lana. Lana Nal... Je vous remercie encore pour nous avoir sauvés, mon fils et moi... je vous dois la vie.
 - C'est normal, ne vous inquiétez pas, je n'ai fait que mon devoir.
Lana hésita, puis déclara, avec crainte.
 - Oui, mais lorsque vous avez affronté le démon, je n'aurais jamais cru que vous puissiez vous en sortir, il semblait si fort...
 - Il l'était, mais je l'ai eu par surprise.
Elle parut songeuse, mais elle sourit à son sauveur.
 - Je vais aller voir mon fils,je vous remercie encore, vous êtes quelqu'un de bien... au revoir !
Il observa longuement les longs cheveux blonds de Lana qui s'éloignait jusqu'à ce qu'elle disparaisse. Il se retourna et se cogna contre une jolie rousse qu'il attrapa par la main avant qu'elle ne s'étale. Il reconnut avec stupeur l'infirmière qu'il avait sauvé la veille.
 - Désolée... je voulais aussi vous remercier, vous m'avez sauvé la vie... je vous en serai redevable toute ma vie...
 - Ne vous inquiétez pas, ce n'est rien.
 - Je suis Carmen Ir, et vous ?
 - Casper Méable, dites, on pourrait se revoir ?
Les mots s'étaient échappés des lèvres du jeune homme sans qu'il ne puisse les retenir. Il était fasciné par la beauté de Carmen, son visage en forme de c½ur, ses cheveux roux, pas trop longs lui allaient à merveille, soulignant des yeux verts qui lui rappelaient vaguement ceux de Victoria. Son nez était fin, et sa bouche légèrement pulpeuse, faite pour les baiser. Casper ne préféra pas baisser les yeux vers le corps splendide de l'infirmière.
Un sourire fleurit sur le visage de cette dernière.
 - Bien sûr ! Avec plaisir !
 - D'accord, euh... vous connaissez un restau dans le coin ?
 - Pas du tout 
Un rire cristallin lui échappa, Casper résista à l'envie de caresser sa joue.
 - Bon bah demain, 20h ? on devrait trouver quelque chose de sympa.
Elle approuva d'un signe de tête, puis se haussa sur la pointe des pieds et appliqua un baiser sur la joue de l'Osa, avant de s'éloigner, balançant les hanches.
Hypnotisé, il se retourna lentement, une main sur sa joue humide et s'éloigna en sifflotant, un sourire sur le visage.


Renaissance, Chapitre 3
Lorsque Victoria se réveilla, tôt le lendemain, les souvenirs de l'horrible soirée vécue la veille lui revinrent à l'esprit, et elle dut se retenir de pleurer, les dents serrées. Tachant d'oublier Gauthier et Sincyr, elle remarqua qu'elle était toujours nue et en profita pour faire sa toilette, avant de mettre des vêtements adaptés à la chaleur de la jungle. Elle observait le reflet de son visage sur un petit miroir. Des cernes soulignaient ses yeux, elle avait maigri, ses joues s'étant creusées. Elle fit la moue.
 - Faut que je me reprenne, sinon je vais devenir aussi plate qu'une planche à repasser, murmura-t-elle, défiant son reflet des yeux.
Elle soupira longuement, accrocha un pistolet à sa ceinture, cacha un couteau dans sa botte et mit la machette dans son fourreau, avant de sortir de sa tente. La pluie avait cessé, remplacée par un soleil resplendissant. Le camp était désert, tout le monde dormait encore. Le feu de la veille avait complètement disparu, le bois noirci trempé d'eau.
Une envie de se soulager irrépressible saisit soudain la jeune femme, qui s'empressa de s'éloigner du camp, à la recherche d'un endroit isolé. C'est là qu'elle vit le corps... Nu, sanguinolent, elle reconnut le visage terrifié de Monique Tagoule. Son ventre était ouvert, ses entrailles à moitié dévorées. Ses bras portaient les traces de morsures terribles, des doigts manquaient à ses mains. Une de ses jambes avait disparu, seuls ses os, rongés étaient posés à coté d'elle.
Victoria fut saisie d'un haut-le-c½ur et vomit, sans pouvoir s'en empêcher. Elle s'essuya la bouche du revers de la main et s'éloigna en chancelant.
Elle se sentit soudain plaquée contre un tronc d'arbre, la poitrine oppressée par une force terrible.
Un démon l'observait, les yeux emplis de désir et de cruauté. Son visage était sombre comme la nuit, son corps puissant, des ailes étaient repliées dans son dos.
Victoria hurla, la créature la giffla avec tant de force, que l'arrière de son crâne heurta le bois. Elle sentit du sang couler dans sa nuque, tandis que le regard du monstre parcourait son corps.
 - tu vas subir le même sort, sauf que je vais mieux m'amuser avec toi...
Les mains du démon se posèrent sur les épaules de la jeune fille, les griffes arrachant la peau et le tissus du débardeur. La douleur était horrible, lorsqu'elle commença à s'évanouir, un nouveau coup la réveilla aussitôt.
 - Oh non, j'adore que mes victimes restent consciente...
Les pensées du démon assaillirent l'esprit de la jeune fille, lui faisant voir ce qu'il allait lui faire. Elle émit un gémissement de peur et d'horreur, tandis qu'il continuait de griffer sa peau
Elle ne put retenir un cri de douleur quand il lui transperça le bras gauche et se mit à boire son sang avec fureur. La langue râpeuse de la créature contre la blessure était semblable à la brûlure de milliers de poignards qui s'enfonçaient dans son corps.
 - Je suis Lunix murmura l'agresseur, la voix vibrante de plaisir. Je veux que tu connaisses mon nom avant de mourir...
Ses mains descendirent le long des jambes de la capitaine, entaillant la peau, arrachant le pantalon. Le sang coulait sur le sol, elle savait qu'elle allait longuement souffrir avant de mourir... ses vêtements étaient complètement arrachés, il ne lui restait que ses sous-vêtements... Les griffes remontèrent les cuisses, continuant de meurtrir la chair...
 - Lâche la ! s'écria une voix, derrière eux.
Lunix se retourna d'un coup, tandis que Victoria glissait sur le sol, à moitié inconsciente.
Isaac faisait face au démon noir, une lueur furieuse dans le regard, il avait repris son apparence démoniaque.
 - C'est à moi que tu en veux, laisse-la donc, sale malade !
 - Darken... Enfin nous nous retrouvons... Mais ce n'est pas aujourd'hui qu'aura lieu notre confrontation. Je prendrai ta place, c'est certain, mais tu ne m'empêchera pas de tuer chaque humain, de les briser physiquement... ou détruire leur âme. Je suis beaucoup trop puissant pour que tu puisses espérer m'anéantir, à bientôt, mon cher dieu
Il prit appui sur le sol, laissant une marque puis s'envola , ses ailes noires dépliées coupant les branches qui tombèrent au sol avec un bruit sourd.
Darken prit Victoria dans ses bras, redevenant humain, tachant de ne pas la blesser. Il la tint avec douceur et retourna au camp, où les soldats qui venaient de s'éveiller observèrent le démon maléfique qui tenait entre ses bras, avec une douceur infinie, une humaine blessée à qui il avait brisé la vie.

J'espère que ça vous a plu, je trouve quand même, personnellement, que c'est très différent d'Infectés ! Voilà, la suite dans une semaine :) !



Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.156.39.245) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Visiteur

    15/12/2013

    tu deduis plutot pas mal^^
    ossa-calme

  • Dark-phire

    14/12/2013

    Visiteur wrote: "Comment oses tu critiquer le sort laisse spirituel des osa. Bilan j'arrete la lecture de ce rp maintenant a cause de sa ( et du fais que j'ai faillis me faire assassiner par ma femme hier^^) mdr
    Ossa-calme
    "

    J'en déduis donc que l'idée ne lui a pas plu xD

  • Visiteur

    14/12/2013

    Comment oses tu critiquer le sort laisse spirituel des osa. Bilan j'arrete la lecture de ce rp maintenant a cause de sa ( et du fais que j'ai faillis me faire assassiner par ma femme hier^^) mdr
    Ossa-calme

  • Dark-phire

    11/07/2012

    OLF-94 wrote: "Ouf, tout trouvez ! Mais je n'aurais pas du le faire finalement.. Me suis fait griller par mon père (bah oui 2h49 du mat --') plus d'iphone pff je suis deg >.<'

    Il croisa son regard, et elle se sentit fondre... il était si beau. La tentation irrésistible d'aller se blottir dans les bras du jeune homme traversa l'esprit de la capitaine, pensée qu'elle chassa avec difficulté.

    Bref sinon, je m'était bien trompé, tu ne t'es pas tromper dans l'intro du chapitre 4 xD. À+..
    "

    :P bonne nuit !

  • OLF-94

    11/07/2012

    Ouf, tout trouvez ! Mais je n'aurais pas du le faire finalement.. Me suis fait griller par mon père (bah oui 2h49 du mat --') plus d'iphone pff je suis deg >.<'

    Il croisa son regard, et elle se sentit fondre... il était si beau. La tentation irrésistible d'aller se blottir dans les bras du jeune homme traversa l'esprit de la capitaine, pensée qu'elle chassa avec difficulté.

    Bref sinon, je m'était bien trompé, tu ne t'es pas tromper dans l'intro du chapitre 4 xD. À+..

  • Dark-phire

    07/07/2012

    Grostasbarbu wrote: "Allez bonnes vacances gros :)"

    Toi aussi !

  • Grostasbarbu

    06/07/2012

    Allez bonnes vacances gros :)

  • Dark-phire

    06/07/2012

    Grostasbarbu wrote: "1. Merci pour Darkcyss x)
    2. Quand j'y pense, si Casper est tellement fort, il avait qu'à faire laisse spirituelle à son amie ^^
    3. Lana Nas c'est mieux x)
    4. Y'a aucune meuf moche dans ton truc ou quoi xD
    5. Oui ça m'a très plu, et c'est différent d'infectés ! Vraiment ça gère :)
    "

    C'est nul laisse spirituelle :O
    Sympa Lana Nas xD
    Si y'avait Monique, go lire sa description ! xD

  • Dark-phire

    06/07/2012

    OLF-94 wrote: "OMG ! C'est quoi cette suite de malade 8). La j'ai rien a dire, j'attend. *_*"

    :P suite vendredi !

  • Grostasbarbu

    06/07/2012

    1. Merci pour Darkcyss x)
    2. Quand j'y pense, si Casper est tellement fort, il avait qu'à faire laisse spirituelle à son amie ^^
    3. Lana Nas c'est mieux x)
    4. Y'a aucune meuf moche dans ton truc ou quoi xD
    5. Oui ça m'a très plu, et c'est différent d'infectés ! Vraiment ça gère :)

Report abuse