Infectés : Chapitre final

Voilà enfin la fin d'une oeuvre que j'ai commencé il y a déjà 7 mois, une histoire qui m'est venue en tête suite à un rêve pour le moins bizarre. Dix longs chapitres (et un prologue) que j'ai pris plaisir à vous écrire.
Je remercie tous ceux qui m'ont lu pour les encouragements, et leur critique. En particulier Olf qui est certainement le plus grand fan d'Infectés.
Sans plus parler, je vous laisse apprécier ou non ces lignes. Voici enfin la fin d'Infectés. C'est de loin le chapitre le plus long, 10 pages en comptant le résumé, donc bon courage !
 
Infectés : Chapitre final
Infectés : Chapitre final

 
Infectés : Chapitre final

Dans un laboratoire où ont lieu diverses expériences biologiques, un accident a lieu. Crocabulia, la reine des Dragoeufs qui a été victime des scientifiques est libérée par un homme mystérieux et répand la mort dans le laboratoire.
Deux ans plus tard, le monde est ravagé. Ceux qui ont été mordu par Crocabulia sont devenus des morts-vivants, dénués de conscience et d'âme, ne vivant qu'avec un seul besoin : celui de manger.
L'infection se propage sur tout le monde des douze, seules les îles sont épargnées.
James, un jeune Éniripsa et Célia, sa meilleure amie qui est une Sram échappent de peu à des créatures et sont sauvés par un groupe de survivants lourdement armé, dirigé par un Roublard du nom de Ryko Rateur.
L'un d'eux est infecté et est abattu par Victoria Tomik, une Éniripsa.
Le groupe utilise une voiture pour fuir Bonta et s'arrête au manoir Alpha où se réunissent quelques survivants.
James et Célia sont amenés devant Dame Alpha, la chef, qui les informe que le lendemain, ils feraient parti d'un groupe qui retournerait dans le laboratoire où tout a commencé.
Le groupe est constitué de James, Célia, Victoria, Ryko, Laura Ticide ou Dame Alpha, de Jean Caisse, un Sacrieur et d'Arty Chaud, Sram et bras droit de Laura, supposé être un traître.
Ils sont rejoints devant le laboratoire par Thomas Reuto, un Sadida expert en informatique et Isaac Harien, un Zobal très mystérieux.
Ils pénètrent dans le laboratoire mais sont très vite séparés.
Jean est tué lors d'un éboulement qu'il a provoqué pour sauver Arty, Victoria, Ryko et James. Peu de temps après, Thomas est également dévoré par des zombies.
Cherchant l'antivirus, Arty et son groupe arrivent dans une salle où un homme est grièvement blessé.
Ils sont alors rejoints par Célia, Isaac et Laura.
Le survivant, un laborantin du nom de Johnny Stérique raconte les événements qui se sont déroulés dans le laboratoire et accuse donc Laura d'être une traîtresse.
Ryko pointe son arme sur la jeune femme et est à deux doigts de tirer mais il est froidement abattu par Isaac, qui se révèle être celui qui a libéré Crocabulia.
Isaac et Laura s'échappent avec le virus, en laissant cependant un échantillon au reste du groupe qui l'inocule à Johnny, dont la transformation en créature cesse.
Alors qu'ils repartent, James est infecté. Il est emmené dans les vestiaires et reste auprès de Victoria qui s'est tordu la cheville et ne peut donc pas bouger aisément.
Arty, Johnny et Célia partent à la recherche d'un antivirus qu'ils ne trouvent malheureusement pas.
Alors que tout espoir s'est envolé, Johnny administre son sang à James, stoppant l'infection. Le scientifique a en effet l'antivirus dans son organisme et il peut être transmis.
Les alliés s'échappent du laboratoire grâce aux égouts où ils manquent être tués par Crocabulia.
Ils retournent à la Maison Alpha où se cachent Casper Méable, un Osamodas et Ashlinn Éhair.
Tous ensembles, ils partent en direction du port d'Amakna d'où ils prennent un bateau appelé L'Espoir.
Le navire est attaqué pendant la nuit par des morts-vivants et coule à cause d'une explosion dans la cale.
James et Victoria se réveillent le lendemain sur l'île de Moon. Les autres ont disparu.
Après avoir exploré l'île, ils découvrent le cadavre affreusement mutilé de la capitaine de L'Espoir et sont capturés par des Kannibouls.
James est séparé de Victoria et retrouve au campement ses amis, en plus de Jordan Nuaire, second de la défunte capitaine, Gauthier Nervey, un matelot et Casper.
Ils sont emmenés dans une clairière où au centre est érigé un totem.
Célia est enchaînée au totem, Moon, le singe légendaire apparaît et ne semble pas convaincu par la jeune fille.
Le chef des Kannibouls va pour la tuer, seulement James se libère et vole au secours de Célia. Il blesse également Moon à la cuisse qui ne peut plus s'enfuir.
Après une discussion avec le singe, James brise le marteau de Moon, libérant l'esprit de l'animal emprisonné par les Kannibouls.
Suite à la torture d'un cannibale, Arty apprend qu'un engin volant est caché sur l'île et le trouve. Tous partent ensuite pour Frigost.
Pendant ce temps, Isaac et un groupe de mercenaires se rendent sur Sakaï où ils vainquent N et l'obligent à leur jurer fidélité.
Isaac, qui contrôle les zombies et à présent en possession d'une armée assez puissante pour détruire chaque créature de Frigost.
James, Arty, Célia, Victoria, Johnny, les matelots, Ashlinn, Casper et Moon se rendent alors sur Frigost.
James et Johnny sont enfermés et le bras du scientifique est amputé, pouvant malencontreusement infecter quelqu'un.
Le groupe se rend ensuite au château du comte Harebourg, et réussissent à le convaincre de les aider.
Suite à cela, une terrible bataille a lieu. Le comte est tué, Johnny se transforme en mort-vivant et est abattu.
James tue ensuite N.
Célia s'est sacrifiée pour James pendant la bataille, le garçon est donc très triste, et plein de haine.
A présent, il ne songe qu'à venger sa meilleure amie... l'heure de la confrontation a sonné.
 
                                                                     *
 
Le ciel était voilé, sombre, grisâtre, comme mon c½ur.
Chaque instant était douloureux, pas une simple douleur physique, évidemment, mais jusqu'à mon âme qui était complètement déchirée.
Je circulais tel un automate à travers l'immense église de la Bourgade qui servait d'infirmerie depuis la fin de la bataille.
Les Givrefoux étaient retournés dans la Crevasse Perge, suivis par les créatures des Larmes d'Ouronigride.
Les Gloursons étant plus mal en point avaient décidé d'accepter les soins des humains.
Les relations entre les deux peuples étaient plutôt timides mais petit à petit, les liens se consolidaient.
J'espérais avec espoir que petit à petit, ils apprendraient à se faire confiance mutuellement et qu'ils pourraient développer un commerce et de l'entraide.
Les humains adoraient le miel des Gloursons tandis que ces derniers raffolaient des poiskailles grillés et avaient besoin de vêtement chauds.
Bref, les problèmes entre les créatures de Frigost et les humains se résolvaient peu à peu suite à une bataille sanglante.
Arty qui avait perdu un bras pendant la bataille avait fini par le retrouver en plusieurs morceaux. Heureusement, plusieurs Shamansot (on pensait la race des mansots disparue) étaient apparus et avait soigné le Sram ainsi que de nombreux blessés, accélérant rapidement les guérisons.
Je passais devant des lits, un peu à l'écart où étaient entreposés les morts.
J'observais avec tristesse Casper, agenouillé devant Ashlinn, sa main pâle reposant dans celle de l'Osamodas.
Jordan Nuaire avait également été tué, achevé par Gauthier Nervey d'une balle dans la tête suite à de multiples morsures d'infectés. Le Pandawa se trouvait à présent un peu à l'écart de Casper, son ami, sa tête entourée de bandages ainsi que son bras droit, rabattu sur sa poitrine.
Je sortais de l'ambiance étouffante de l'église, tandis que la neige s'engouffrait dans le hall et que le vent me giflait le visage.
Rabattant ma capuche, je rejoignis la mairie, juste en face de l'église qui semblait bien frêle et délicate à coté du grand monument.
Victoria m'attendait dans l'entrebâillement de la porte.
Elle avait une triste mine, des grandes cernes soupesaient ses paupières lourdes de fatigue, tandis que ses beaux yeux verts étaient emplis de tristesse.
 - Comment vas-tu ? murmura-t-elle d'une voix douce.
 - Ça... ça va... Arty a des nouvelles d'Isaac ? demandai-je en entrant dans le hall de la mairie.
 - Oui, il l'a localisé et à propos de ça, il désire te voir...
 - Où est-il ?
 - Je t'y emmène.
Victoria me conduisit dans la grande maison. Nous traversâmes une salle chaleureuse où brûlait un feu apaisant dans une cheminée de pierre. Des sofas moelleux s'étalaient un peu partout, encadrant des tables basses en verre surchargées de magazines divers.
Nous grimpâmes une volée de marches jusqu'au premier étage. Victoria s'arrêta devant une lourde porte en bois, frappa trois coups secs et entra. Je la suivis.
Arty était penché sur une carte, en compagnie de Missiz Friz qui avait retiré les bandages autour de son visage, dévoilant une étonnante beauté.
Elle était très pâle, faisant encore mieux ressortir ses yeux bleus foncés. L'un deux était entouré d'une glace qui ne fondait jamais, ce qui rendait un côté bizarre à son visage.
Son nez était fin, en pointe et des longs cheveux blonds pâles encadraient sa tête, s'arrêtant aux épaules.
Elle se tourna vers nous et nous décocha un sourire compatissant tandis qu'Arty nous accordait un bref regard avant de replonger sur sa carte.
Une carte du monde des douze, visiblement, mais plus centrée dans la région de Brâkmar et Vulkania.
 - Je ne sais pas pourquoi Isaac s'est autant éloigné de Frigost, et autant rapproché d'une ville infectée, mais visiblement il s'est arrêté depuis plusieurs heures.
Nous le cernons. Nous allons envoyer une équipe de Frigostiens dont je ferai parti pour l'arrêter. Ensuite nous l'enfermerons et l'interrogerons. Il pourrait nous révéler des choses utiles.
 - Je veux en être déclarai-je en fixant le Sram dans les yeux.
Il soutint longuement mon regard, avant d'enrouler la carte et de la ranger dans une poche intérieure de son manteau.
 - Hors de question. Il y a eu trop de morts inutiles dans cette guerre, et nous allons envoyer des professionnels. Toi, Victoria, Gauthier et Casper resterez ici.
 - Non, je veux venir. Par sa faute, j'ai tout perdu. Mon foyer, ma famille, ma vie et maintenant, ma meilleure amie. Je ne veux pas que ça continue et tant pis si j'y laisse la vie. Mais je veux faire partie de vos hommes et combattre Isaac. Je dois venger toutes ses morts moi-même.
 - Je répète que tu n'iras pas.
Missiz Friz posa une main douce sur l'épaule d'Arty qui sursauta.
 - Tu ne peux pas le contrôler, dit-elle d'une voix douce, et tu dois respecter ses choix. Peut être que la vengeance le motive, et même si ce n'est pas bien, tu dois le laisser faire.
S'il a envie de combattre, tu ne peux l'en empêcher.
Arty allait protester, ouvrant la bouche. Mais il la referma et se laissa tomber sur une chaise.
 - Bien, d'accord.
 - J'en suis aussi ! fit Victoria d'une voix forte en m'attrapant la main et la pressant doucement.
Il est mon ami, et je ne veux pas qu'il lui arrive quoi que ce soit, je dois veiller sur lui. C'est la tâche qu'on m'a imposé lorsqu'il est venu au manoir Alpha.
Arty hocha la tête.
 - Bien alors allons-y. Nous partons dans une heure.
 
 
                                                                         *
 
Assis sur un lit d'une chambre de la mairie, j'observais d'un ½il vitreux Victoria qui enfilait ses bottes.
Elle ramena ses cheveux en arrière et les attacha, avant de s'asseoir doucement près de moi et de poser la main sur ma cuisse, ce qui me fit sursauter.
 - Tu sais... je suis vraiment désolée... et... nous la vengerons. Je te le promets. je... je ferai n'importe quoi pour que tu sois heureux parce que... parce que...
 - Parce que tu m'aimes soufflai-je.
Incapable de parler, son visage s'embrasa, elle hocha la tête et baissa les yeux.
Ma main effleura son visage, caressa lentement sa joue. Elle frissonna. Son regard rencontra le mien, et je me perdis dans ses merveilleux yeux émeraudes.
Mon pouls s'accéléra, nos visages se rapprochèrent lentement, comme au ralenti.
Enfin, nos lèvres se rencontrèrent tandis que nous fermions tous les deux les yeux de plaisir. Ma main parcouru son dos et le caressa tandis que les siennes me caressaient les cheveux.
Au début timides, nos langues finirent par se lier.
Notre baiser fut long, passionné et enfin, à bout de souffle, nous nous écartâmes l'un de l'autre.
Je l'observais avec amour, je lus dans ses yeux une immense joie. Moi je me sentais coupable, malgré ce moment de bonheur. Ma meilleure amie venait de mourir en se sacrifiant pour moi, et moi j'embrassais une autre fille...
 - Tu sais, elle aurait voulu que tu sois heureux, murmura Victoria en me fixant avec sincérité.
C'était vrai, même si Célia m'avait aimé plus que tout, elle n'aurait pas voulu que je reste dans le passé, que je ne fasse que de penser à elle qui ne pouvait plus me parler. L'idée de ne plus la revoir m'était insupportable. Mais celle de ne jamais retrouver le bonheur l'était aussi.
Ne pensant plus à rien, je me penchais à nouveau vers la jeune fille.
 
 
                                                                     *
 
J'observais le ciel étoilé à travers une fenêtre de notre avion qui filait à toute vitesse en direction de Brâkmar. Dans une demi-heure, nous y serions.
Notre groupe était constitué d'une dizaine de soldats expérimentés en plus d'Arty, Victoria et moi.
Gauthier voulait nous rejoindre mais trop blessé pour combattre, il avait dû abandonner l'idée et rester auprès de Casper qui se morfondait toujours sur le corps d'Ashlinn.
Mes pensées ne cessaient d'aller à Isaac qui avait tout détruit, et qui nous avait attiré dans un immense piège. Je repensais à toutes les souffrances qu'avait vécues Célia. Lorsque j'avais failli mourir infecté dans le laboratoire, lorsque L'Espoir avait coulé, quand elle avait été utilisée comme sacrifice humain par les Kannibouls, quand elle avait su que les sentiments qu'elle avait pour moi n'étaient pas réciproques...
J'enrageais de tout cela, je n'avais qu'une seule envie : Plonger Lueur dans le corps d'Isaac, le faire souffrir autant que mon amie avait souffert.
Je fus soudain pris d'un violent mal de tête et tombai à genoux.
Victoria apparut près de moi, paniquée, mais je la repoussai et vomis sur le sol.
Je m'essuyai ma bouche d'un geste, ma gorge était amère, un mauvais goût persistait, même après avoir bu dans la gourde que me tendait Arty.
 - Que t'arrive-t-il ? s'enquit le Sram en fronçant les sourcils.
 - Je... je ne sais pas.
 - Mmmm...
Il s'éloigna tandis qu'un soldat passait pour nettoyer.
Je m'assis sur un banc, Victoria en fit de même et constata, après m'avoir étudié du regard :
 - Tu est tout pâle, tu est sûr que ça va ?
 - Oui,oui...
Je me remémorai soudain les paroles de Quentin Telo concernant l'antivirus. Je fus pris d'un frisson de peur... le virus progressait-il à nouveau en moi ?
 - Je reviens, dis-je à Victoria qui acquiesça en m'observant avec inquiétude.
Je me retirai dans une petite salle où je fermai la porte à clef, après m'être assuré que personne ne me suivait.
 
 
                                                                         *
 
Brâkmar apparut, grande, majestueuse, sombre. Elle était comme à son habitude entourée de lave. Il me semblait apercevoir deux silhouettes solitaires qui nous observaient.
Était-ce Isaac et Laura Ticide ? J'en étais convaincu.
L'avion se posa sur le sol aride des landes de Sidimote dans un bruit sourd. Une porte s'ouvrit à l'arrière de l'appareil et je suivis les soldats en dehors, imité par Victoria et Arty.
Je vis de nouveaux les deux silhouettes et à mesure qu'elles approchaient de nous, leur identité se confirma.
Laura Ticide, habillée d'une longue robe verte, ses cheveux noirs libres tombant en cascade dans son dos approchait en balançant ses hanches, les deux mains posées sur un katana assorti à sa robe. Deux pistolets pendaient à sa ceinture, un fusil à pompe était fixé dans son dos. Elle semblait redoutable.
Isaac, quand à lui n'était vêtu que d'un pantalon en toile, sa longue épée à la pointe recourbée accrochée dans son dos.
Un masque de classe recouvrait son visage et lui donnait une apparence neutre.
Il écarta les bras lorsqu'il parla :
 - Nous voilà aujourd'hui bien loin de Frigost, n'est-ce pas ? Vous vous demandez certainement pourquoi m'être arrêté ici ? Vous le découvrirez très bientôt, peu avant de mourir !
Il éclata de rire.
 - Laura, occupe les pendant que je commence le rituel.
«  Le rituel ? Quel rituel ? » pensais-je en dégainant Lueur qui brilla de mille feux.
Arty s'approcha de moi et me tendis une dague au pommeau incrusté de saphirs.
 - Prends en soin, c'est ma meilleure lame. Et fais-en bon usage !
Je saisis la dague et la rangeais machinalement dans une poche intérieure.
Les dix soldats, Victoria, Arty et moi nous approchions lentement de Laura qui ne semblait pas inquiète et qui tripotait machinalement le ruban accroché au pommeau de son katana.
Alors qu'un soldat, dégainant une matraque s'élançait, elle se courba gracieusement et lui lança trois couteaux sortis de nul part qui se fichèrent dans le crâne de l'homme avec un bruit mat. Il retomba lourdement sur le sol, soulevant un nuage de poussière.
Les autres soldats coururent d'un même mouvement vers Laura qui lança aussitôt une immunité : les attaques rebondirent sur un bouclier invisible tandis qu'elle tranchait la gorge de trois hommes d'une seule attaque.
Ce fut une véritable hécatombe. Aucun ne fut épargné, et malgré leur professionnalisme, ils succombèrent les uns après les autres. Bientôt, un tas de corps entourait la Féca à peine essoufflée qui essuya négligemment son arme sur un cadavre.
 - Et maintenant, mon cher second, je te propose de savoir, enfin, lequel d'entre nous est le meilleur, déclara-t-elle en riant.
Cette fois, ce fut elle qui attaqua Arty qui bloqua avec ses dagues.
Le Sram se fendit agilement pour atteindre le bras de Laura mais elle fit un bond en arrière, esquivant le coup.
D'un geste nonchalant, elle désarma le Sram qui ne se retrouva plus qu'avec une seule dague.
Il sourit. Et devint invisible.
 - Immunité ! hurla Laura.
Elle ajouta un glyphe enflammé derrière elle et émit un grognement de satisfaction en entendant le cri de douleur d'Arty.
 - Les Srams sont trop prévisibles...
Pendant ce temps, j'observais Isaac qui tenait un petit livre entre ses mains et lisait à voix basse, chuchotant furieusement afin de terminer la lecture le plus vite possible.
Arty réapparut avec un juron en esquivant des attaques naturelles que Laura jetait à toute vitesse, il lança un piège mortel qui éclata près de Laura qui fut propulsée à cinq mètres.
Arty courut à toutes vitesse vers la Féca qui se relevait en essuyant du sang sur ses lèvres.
Elle dégaina son fusil à pompe et tira en direction du Sram qui invoqua un double et s'en servit de de bouclier.
Il le lança ensuite sur Laura qui l'esquiva de peu.
Arty leva le poing et d'un geste calculé, assomma son ennemi.
Il se frotta la main avant d'ajouter :
 - Il semblerait que de nous deux, je sois le plus fort...
Isaac poussa soudain un cri de victoire tandis qu'une faille dévoilant un autre monde s'ouvrait peu à peu au dessus de lui, émettant des éclairs et produisant un bruit sourd qui me transperça les tympans.
 - Qu'as tu fais, espèce de malade ?! s'écria Arty en s'approchant de Victoria et moi qui étions pétrifiés de terreur.
 - Tu crois vraiment que j'étais assez fou pour tenter une attaque à Frigost pour une simple vengeance ? Que j'ai détruit le monde à cause de mon virus pour avoir une armée ?
Oh non, j'avais un meilleur plan depuis le début... ne me reconnais-tu donc pas, Arty ?
Isaac porta une main à son masque et d'un geste lent, le retira.
Son visage apparut alors. Ses cheveux noirs avec des reflets rouges lui tombaient devant les yeux. Ses yeux, gris, étaient froid, avec une étincelle de fureur et de victoire dans les pupilles. Une longue cicatrice courait de son ½il droit à son menton. Mis à part cette horrible déformation, son visage était plutôt beau.
Arty poussa une exclamation de surprise :
 - Darken... ?
 - Moi-même en chair et en os ricana Isaac en éclatant de rire. Voilà des années que j'ai vaincu Rushu et ses Shushus, son monde est désormais le mien et mon peuple y vit. Seulement ils sont perdus sans leur dieu, et je dois les faire venir dans ce monde afin qu'ils puissent vivre tranquillement...
Leur dieu ?
 - Je devais ravager ce monde pour ne plus avoir de résistance, que je puisse l'envahir tranquillement. Donc, lorsque le monde a enfin évolué, j'ai pratiqué une série de tests sur Crocabulia. Je cherchais un moyen de tous vous exterminer et c'est là que l'idée m'est venue...
Oui, créer un virus, qui plus tard anéantirait le monde... Donc, j'ai « malencontreusement » injecté une dose trop forte dans l'organisme de Crocabulia. Une substance qui la rendrait folle, un esclave sous ma volonté et dont la maladie était transmissible. J'ai dû brouiller les pistes, j'ai donc enfermé tous les laborantins avec Crocabulia, puis j'ai fait croire à Johnny Stérique et Marc Page que c'était le virus que nous avions créé qui était responsable de la mutation et ces deux idiots m'ont cru... J'ai ensuite attendu des années, après m'être fait oublier de Johnny et Marc, avant de mettre mon plan a exécution. J'ai donc ordonné à Laura de divertir Johnny et Jeannot Stalgique, le garde. Je me suis faufilé derrière lui, je l'ai tué, puis j'ai ouvert la porte retenant Crocabulia. Ensuite, je l'ai appelée, elle était très contente de me voir... je lui ai ordonné de tuer tout le monde, sauf Laura puis je me suis éclipsé. Laura et moi avons quitté le laboratoire en sachant que nous détruisions le monde. Je lui ai ensuite ordonné de partir de Bonta et de se lier d'amitié avec toi, tout en répandant le bruit que tu étais un traître, sévissant pour des terroristes. Il fallait que les gens ne te fassent pas confiance, que personne ne sache que Laura était en réalité ma véritable alliée. Puis deux ans plus tard a eu lieu l'expédition dans le laboratoire. Je voulais m'y rendre rien que pour te revoir mon cher Arty... puis également pour plusieurs choses...
Il passa nerveusement ses doigts sur sa cicatrice, la faille au dessus de lui ne cessait de grandir.
 - Alors j'ai pris part à cette expédition en faisant croire à Thomas Reuto que je voulais prouver que tu étais un ennemi. Là, lorsque nous nous sommes séparés, j'ai été cherché un prototype de l'antivirus, un qui ne marchait que temporairement et qui un jour, finissait par être vaincu par le vrai virus qui ne s'appelle pas Nova, en passant, mais, Necros. Bref, Crocabulia m'avait avoué qu'elle n'avait pas tué Johnny mais seulement contaminé, alors, j'ai décidé de vous donner le prototype de l'antivirus en sachant que vous guérirez Johnny. Je me suis ensuite éclipsé avec Laura et Célia en laissant Reuto mourir, après tout, il fallait le moins de témoin possible... Ensuite lorsque Johnny vous a avoué la trahison de Laura, j'ai tué Ryko Rateur puis me suis enfuit en compagnie de mon cher bras droit et du prototype de l'antivirus, tout en vous laissant un échantillon. Je ne m'étais pas trompé, vous avez soigné Stérique et vous êtes partis du labo avec un peu de retard, d'après mon espion qui vous a vu ressortir d'une bouche d'égout. Là encore, heureusement que j'ai dit à Crocabulia de vous laisser en paix, sinon vous auriez été tués dans des sous-sols puants...
 - L'invisibilité nous a protégé d'elle contra Arty d'une voix menaçante.
 - Elle voit à travers toutes les illusions depuis que je l'ai infectée... Bref, vous êtes ensuite partis sur le navire L'Espoir que j'ai fait couler pour vous retarder, mais mes plans ne se sont pas passés correctement. Vous avez gagné Frigost grâce à une machine volante ce qui m'a obligé d'accélérer mes intentions. Par la suite j'ai attaqué, vous faisant toujours croire que ce n'était qu'une affaire de vengeance. En réalité je voulais me débarrasser de Harebourg, Phire et N.
Phire était trop avide de pouvoir pour que je le laisse vivre. Je l'ai donc envoyé attaquer Johnny pour que ce dernier le tue, mais vous avez attaqué Phire qui a tué l'amie de James. Dommage, j'aimais bien cette Sram. Cette bataille avait également pour but de toujours vous faire croire que j'en voulais à l'Obsidiantre qui soit disant, aurait tué ma famille. Il n'en est rien et j'ai joué un jeu dangereux. Si vous aviez répété mes paroles au monstre, il vous aurait démenti mes propos...
Il eut un sourire cruel.
 - Je savais cependant que tu serais très en colère, James. Tu as tué Johnny avec Arty, puis peu après que N ait tué Harebourg, tu as vaincu l'Éliatrope.
C'était parfait, tu as détruit le seul qui aurait pu me vaincre en arrêtant le temps et N, qui était de plus loin le plus puissant sur le champ de bataille. Mais tu l'as eu par surprise.
Bref, avec cette bataille j'ai réussi à vaincre mes adversaires les plus dangereux et je suis partis, en compagnie de Laura jusqu'ici où j'ai ouvert une faille vers mon monde. Pourquoi Brâkmar ? Car c'est certainement le lieu le plus propice pour faire revenir des Démons. Un territoire désolé... sans aucune trace de vie...
Évidemment je savais que vous reviendrez pour m'affronter, alors j'ai fait en sorte de ne pas brouiller les pistes et à présent vous allez assister à la fin de votre monde, et au début de mon règne.
Isaac, ou Darken, peu importe, éclata de rire. Deux piques orangés transpercèrent la peau de ses avant-bras, il grandit légèrement, jusqu'à atteindre une taille d'environ deux mètres et sa peau devint grise tandis que ses yeux s'assombrissaient légèrement avant de devenir écarlates.
 - Comment peux-tu être en vie ? cria Arty en levant ses dagues. Je t'ai tranché la tête il y a des années !
 - Et bien, le seul moyen de me tuer est de plonger une lame dans mon c½ur, donc je me suis reconstitué de moi-même. Ensuite j'ai pris l'apparence d'un Zobal pour que tu ne me reconnaisses pas et j'ai fait croire à Laura que c'était l'Obsidiantre qui m'avait infligé cette blessure...
Une faille s'ouvrit soudain, près de Laura, et s'agrandit, révélant de la lave en son fond.
La Féca glissa et se raccrocha à un rocher, luttant pour ne pas tomber.
 - Isaac ! hurla-t-elle d'une voix désespérée, viens m'aider !
Il ne lui accorda pas même un regard et se tourna vers la faille qui grossissait de plus en plus, révélant un monde désolé, où des milliers de créatures courraient à toute vitesse.
Laura, emplit de tristesse éclaboussa le sol de ses larmes, hésita et observa Darken avec haine. Puis elle lâcha prise, chutant dans la lave, en sachant que tout ce qu'elle avait vécu avec l'amour de sa vie qui l'avait manipulée depuis le début n'était que factice.
 - Il faut faire quelque chose ! criai-je, déstabilisé par le sol tremblant.
 - Il n'y a rien à faire souffla Arty. Il a gagné...
Ignorant le Sram, je m'élançai Lueur au poing, vers Darken, toujours tourné vers la faille.
Le démon se retourna au dernier moment et armé de son épée au bout courbé, para mon coup avec aisance.
 - Tu es sûr de vouloir faire ça, James ? dit-il d'une voix forte en me repoussant. Tu sais, le chagrin conduit à la colère, la colère mène à la haine. La haine à la folie, puis la folie te détruiras... tu ne peux me vaincre, abandonne, je te laisse une chance...
 - Je ne vous laisserez pas détruire le monde plus qu'il ne l'est déjà !
Guidé par l'épée de sang, je me lançai dans une série de coups rapides et violents qu'Isaac bloqua d'un geste nonchalant.
Je pivotai sur la droite et tentai une feinte qui atteignit sa hanche. Il grogna. Et attaqua.
Chaque coup qu'il donnait était tellement puissant qu'il me faisait vibrer les bras. Je tenais Lueur à deux mains, j'eus bientôt chaque membre ankylosé. Darken semblait dément, il ne se maîtrisait plus et ne semblait jamais se fatiguer. Moi j'étais déjà au bord de l'épuisement.
Du coin de l'½il, je vis Victoria s'avancer vers la faille et pointer les deux mains vers le monde des démons. Elle se mit à marmonner et un mince filet s'attaqua à la faille, la faisant rétrécir peu à peu.
Je vis Arty la rejoindre, résolu.
Darken ne remarquait rien, concentré sur moi. Son coup suivant fit voler sa propre épée en éclat. Il me balança un coup de poing qui me fit voler sur plusieurs mètres. Je m'écrasai lourdement sur un rocher et le souffle coupé, j'eus à peine le temps de rouler sur le coté qu'Isaac fracassait l'énorme pierre avec son genou.
Il sortis une seconde épée, de son propre bras. Elle était entourée d'une substance visqueuse et noirâtre mais semblait également très meurtrière. Mieux valait qu'elle ne me touche pas.
Lueur rencontra la lame sombre et son éclat sembla diminuer aussitôt.
Je parai du mieux que je pouvais, épuisé, je levai mon bras une énième fois pour un choc puissant.
Lueur éclata soudain en morceaux, se plantant dans le torse nu de Darken et dans mon bras droit.
Nous fûmes propulsés sous le choc, à deux mètres l'un de l'autre.
Légèrement essoufflé, Isaac, se releva et fondit sur moi.
Ses mains se refermèrent sur ma gorge, m'étouffant.
 - TU AS PERDU JAMES ! TU PENSAIS POUVOIR ME VAINCRE ? MOI ! LE DIEU DES DÉMONS ?
Je me rappelai de la dague que m'avait donné Arty.
Je lâchai les bras de Darken que je tentai de repousser en vain. Mes mains fouillèrent dans mes poches, des étoiles dansaient devant mes yeux.
Je dégainai la dague et d'un coup de désespoir, la plantait dans la gorge du démon. Je le transperçai ainsi plusieurs fois. Il se redressa en hurlant et je pus enfin respirer, haletant.
Je me relevai et plantai la dague dans son torse, plusieurs fois. Sa main se referma sur mon bras et d'un simple geste, me cassa le poignet.
Je hurlai de douleur et chutai sur le sol de terre des landes de Sidimote. Darken leva son épée et la plongea vers moi.
Elle me transperça la poitrine et se planta dans le sol. La douleur explosa tandis que le sang giclait.
C'était terminé, le démon allait m'achever, puis tuer Arty et Victoria qui tentaient toujours de refermer la faille.
Refusant de perdre, je mis toute mon énergie dans un dernier mot, un dernier espoir, désespéré, insensé...
 - MOT INTERDIT !
Le sort heurta la tête de Isaac. Une énorme explosion retentit, un nuage de fumée m'enveloppa, me faisant tousser.
Lorsqu'il se dissipa, Darken était à terre, évanoui, du sang gouttait lentement de sa bouche et s'écrasait sur le sol, répandant une petite flaque qui grossissait doucement.
La vision troublée, je vis Victoria courir vers moi, Arty marchant difficilement derrière elle.
Ils avaient refermé la faille, un soupir de soulagement passa dans mes lèvres, me déclenchant une nouvelle vague de souffrance dans l'abdomen.
 - James ! Non !
Elle s'agenouilla près de moi, m'embrassa et me couvrit de mots soignants, je l'observai tristement.
 - C'est... inutile... je veux que tu fasses une dernière chose pour moi... ne tuez pas Isaac, enfermez-le et questionnez-le, il a des choses à nous révéler, notamment comment détruire le virus. Je t'ai également laissé une lettre sur ton lit dans ta chambre à Frigost...
 - Non, non, non je refuse d'abandonner, je ne veux pas que tu meures, pas maintenant, pas si tôt !
Des larmes coulait le long de ses joues, je les essuyai et plongeai mon regard dans ses yeux émeraudes.
 - Je.. je ne veux pas que tu... Victoria, promet moi... de refaire ta vie, de ne pas penser à moi, de retrouver l'amour. Je veux que tu sois heureuse, pas renfermée sur toi-même. Je veux que tu meures vieille, entourée d'enfant, avec tout le bonheur du monde... pas sur un souvenir amer.
 - NON, JE REFUSE DE TE LAISSER MOURIR !
Elle m'appliqua un mot de reconstitution en retirant l'épée de Darken avec difficulté. Elle était profondément enfoncée dans le sol.
Mes chairs se refermèrent mais la vie continuait de s'échapper de mon corps. Je souris faiblement.
 - Trop tard, mais bien essayé... je... je t'aime Victoria.
 - Je t'aime...
Avec un dernier regard d'amour pour celle dont j'étais éperdument amoureux, je fermai les yeux et poussai un soupir apaisé, tandis que la douleur me quittai, ainsi que la vie.
 
 
                                                                      *
 
Elle voulait mourir, le rejoindre, tout abandonner. C'était trop difficile, comment pouvait-elle vivre cela ? Tous ces moments de bonheur gâchés à cause d'un être immonde qui avait voulu semer le chaos. Elle hurla sa douleur.
Arty, sans un mot menotta Isaac et l'amena dans l'avion qui n'avait pas bougé suite à la bataille. Il jeta négligemment le démon qui avait repris son apparence de Zobal et revint vers Victoria.
Il souleva doucement le corps de James et suivi de la jeune Éni, l'amena dans le véhicule.
 - Nous devons retourner à Frigost.
Tout le long du voyage, Victoria resta auprès de James qui affichait dans la mort, une expression apaisée.
Les larmes de la jeune fille ne cessèrent de couler tandis qu'elle serrait contre elle le corps de son amour perdu.
Elle était dans un état second lorsque Gauthier Nervey l'arracha de James pour l'amener dans sa chambre. Le froid mordant de Frigost n'ébranla pas Victoria. Gauthier l'installa délicatement sur le lit où une lettre pliée en quatre l'attendait. Elle l'ignora et tenta de dormir.
Lorsqu'elle se réveilla, il faisait nuit. Un coup d'½il vers le réveil lui annonça 4h37 du matin. Prenant une grande inspiration, elle alluma une lampe de chevet et déplia la lettre de James. Elle commença à lire, tandis que des larmes coulaient sur son visage.
 
Ma chère Victoria,
 
Si tu lis cette lettre, c'est que je ne suis plus. J'aurais tant aimé pouvoir vivre ma vie avec toi, fonder une famille, être heureux après tous ces événements, malheureusement, il en est autrement.
Je ne regrette pas ces moments passés avec toi, même si nous étions préoccupés à survivre.
Ma mort était cependant inévitable. Tu as bien vu ce qu'il est advenu de Johnny. L'antivirus a cessé de faire effet sur lui, et moi-même à mon tour, je n'allais pas tarder à me transformer en un mort-vivant. L'antivirus était incomplet, pas assez puissant pour vaincre le Nova. Je ne sais pas comment je vais trouver la mort, mais je pense qu'elle sera préférable à ce qui m'attend.
Concernant Isaac, interroge le, il a beaucoup de choses à révéler et il pourrait vous être très utile, peu importe sa nature.
Ensuite, j'aimerai que tu me fasses une promesse, je voudrai que tu arrives à rétablir la paix dans notre monde, que tu trouves le véritable antidote et que grâce à toi, que la vie dans le monde des douze revienne peu à peu.
Au cas où ma mort serait foudroyante, et que je ne pourrai pas te parler, je te demande également de m'oublier et de refaire ta vie, vivre heureuse.
Voilà, je crois t'avoir tout dit.
Je t'aime.
James.
Infectés : Chapitre final


A Frigost, la paix revenait peu à peu. Les humains avait enfin conclu une paix avec les créatures de l'île et avait ouvert un commerce florissant. Missiz Friz avait même autorisé des humains à fouler les sols du château sur le mont Torrideau qu'elle avait hérité suite à la mort du comte Harebourg.
Isaac était interrogé chaque jour par Arty qui pour le moment, n'avait tiré aucune information du démon. Cependant, le Sram ne perdait pas courage et continuait, chaque jour à harceler Darken. Arty disait qu'il finirait par trouver le véritable antivirus, quoi qu'il arrive.
Gauthier Nervey et Casper Méable étaient à présent sous les ordres d'Arty qui avait refondé la maison Alpha dans la bourgade de Frigost. Les deux jeunes hommes s'entendaient comme des frères et étaient contents de pouvoir ½uvrer contre le mal dans le monde des douze.
James avait été enterré près de Célia, Victoria avait pensé que c'était ce qu'aurait souhaité le garçon.
Elle avait refusé d'assister à l'enterrement mais était retournée se recueillir sur la tombe le soir même.

La neige tombait dans les cheveux bruns de la jeune femme, ses larmes brillantes tombaient le long de ses joues pâles.
Elle observait la tombe, sous laquelle reposait James. Comment pouvait-elle vivre sans lui ?
Cependant elle repensait à sa promesse. Elle retrouverait l'amour, aurait des enfants, vivrait heureuse pendant longtemps, sans toutefois ne plus jamais penser au garçon. Elle trouverait également le véritable antivirus. Oui, elle tiendrait sa promesse.
Elle s'agenouilla près de la tombe et passa une main sur la pierre blanche et froide.
Elle murmura.
 - Je te promets que je le ferai. J'assisterai à la renaissance de ce monde. Pour toi.
 
Infectés : Chapitre final

 
Et voilà. Evidemment, cela appelle à une suite. Que vous aurez dans un mois jour pour jour ! Il n'y aura pas de vidéo en revanche... J'espère que vous avez aimé Infectés, Il y a des indices quant au nom de la prochaine nouvelle, mais je n'en dis pas plus... Voilà... sinon, je fous rien IG, donc pas d'article avant un petit moment...
Ciao !
 
Edit : 150ème article !!

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.156.39.245) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Dark-phire

    04/04/2013

    DecouvreurDeFail wrote: "Oups, autant pour moi x,x"

    :P

  • DecouvreurDeFail

    04/04/2013

    Oups, autant pour moi x,x

  • Dark-phire

    01/04/2013

    DecouvreurDeFail wrote: "Encore que fail : dans ce chapitre, tu ecris qu'Arty a tranché la tete de Darken, hors dans la stories de Darken, il y est clairement mit qu'Arty a juste mutilé Darken au visage !"

    Oui mais non. Dans Infectés Arty dit que c'est la DERNIERE fois qu'il l'a vu qu'il lui a coupé la tête, cependant, je n'ai jamais dit que dans Stories, c'était la dernière fois qu'Arty et Darken se croisaient.

  • DecouvreurDeFail

    01/04/2013

    Encore que fail : dans ce chapitre, tu ecris qu'Arty a tranché la tete de Darken, hors dans la stories de Darken, il y est clairement mit qu'Arty a juste mutilé Darken au visage !

  • Dark-phire

    27/07/2012

    kaylxx-team wrote: "De rien!!! Dès mon prochain article, t'aura droit à une bonne Pub!!! C'est vraiment génial tes RP^^ Du coup je me suis remis à écrire et c'est vraiment trop bon!!!
    xD
    Continue à nous faire rêver!!!
    "

    Merci beaucoup !

  • kaylxx-team

    27/07/2012

    De rien!!! Dès mon prochain article, t'aura droit à une bonne Pub!!! C'est vraiment génial tes RP^^ Du coup je me suis remis à écrire et c'est vraiment trop bon!!!
    xD
    Continue à nous faire rêver!!!

  • Dark-phire

    17/07/2012

    kaylxx-team wrote: "J'ai telkement kiffé!!!! C'est juste Énorme! Dur les conseils d'Ow (OLF), j'ai copié-collé les 10 chapitres sur mon ipod et j'ai lu les 4 premiers chapitres dans le train! La suite dans mon lit! ;p
    Tu est vraiment un auteur de Talent à savoir que la fin m'a deg quand James est mort :( Faire ressentir des émotions au Lecteur, sa c'est LE talent! Je pense faire un article sur ton roman, je ne raconterais pas l'histoire mais je pense mettre les liens vers chacun de tes chapitres pour leur faciliter l'accès! J'espère que ton nombre de lecteurs va s'agrandir! ;p

    Ah oui, je suis ton nouveau Fan!!! ;p
    "

    Merci beaucoup, ça fait toujours plaisir quand quelqu'un aime mon blog en rapport à mes RP. Puis, ça donne encore plus 'envie d'écrire !

    Merci encore pour tout !

  • kaylxx-team

    17/07/2012

    J'ai telkement kiffé!!!! C'est juste Énorme! Dur les conseils d'Ow (OLF), j'ai copié-collé les 10 chapitres sur mon ipod et j'ai lu les 4 premiers chapitres dans le train! La suite dans mon lit! ;p
    Tu est vraiment un auteur de Talent à savoir que la fin m'a deg quand James est mort :( Faire ressentir des émotions au Lecteur, sa c'est LE talent! Je pense faire un article sur ton roman, je ne raconterais pas l'histoire mais je pense mettre les liens vers chacun de tes chapitres pour leur faciliter l'accès! J'espère que ton nombre de lecteurs va s'agrandir! ;p

    Ah oui, je suis ton nouveau Fan!!! ;p

  • Dark-phire

    06/07/2012

    Grostasbarbu wrote: "Abracadabrante, c'est incroyable dans le sens ou un tas de trucs improbables s'enchaînent.
    La j'ai du relire deux fois pour comprendre toute l'histoire avec les virus et le monde parallèle car c'est bizarre ^^
    Normalement le mec devrait ouvrir la faille tout de suite quoi xd
    "

    Bah les méchants compliquent toujours les choses :P

  • Grostasbarbu

    06/07/2012

    Fin encore une foi c'est un détail, et ça aide pour la suite ^^

Report abuse