Infectés : Chapitre 6

Comment ça, déjà ? 
Oui oui, je carbure en c'moment. J'ai trouvé ce chapitre sympa, et vous verrez que la fin va laisser à James un choix crucial à faire. 
Bon j'vous spoil pas plus et vous mets ce magnifique chapitre (encore meilleur qu'Agatha Christie, t'as vu !) que vous attendiez tous.
 
Infectés : Chapitre 6
Infectés : Chapitre 6

J'entendais le bruit des vagues s'échouant sur le sable. L'eau toucher mon corps, puis repartir, je sentais la douceur du soleil sur mon visage.
J'ouvris les yeux, crachai de l'eau et me redressai vivement.
J'étais assis sur une vaste plage de sable blanc et fin, à une trentaine de mètres, une forêt épaisse et obscure s'étendait. J'étais sur une île, mais laquelle ?
Je tournai la tête et vis Victoria, évanouie. Couchée sur le ventre, dans l'eau, elle n'était vêtue que de son pantalon de combat, rien ne couvrait ses épaules et son dos.
Je me débarrassai de mon T-shirt trempé et tirai la jeune fille hors de l'eau, prenant bien soin de ne pas la retourner.
Je la laissai ainsi, je ne voulais pas troubler son intimité. Aussi, je m'aventurai près des arbres. J'arrachai des longues feuilles d'un large arbuste que je ne connaissais pas et retournai auprès de la jeune fille.
La, j'entourai sa poitrine et son dos d'une longue feuille et tentai de la faire tenir. Au bout d'un moment d'effort, je pus enfin soulever Victoria sans avoir une vue, splendide, certes, sur ses seins et la déposai, vingt mètres plus loin en bordure de la forêt.
Où pouvais-je bien être ? L'île du Minotoror ? Impossible, nous n'avions pas parcouru assez de kilomètres en direction de Frigost pour avoir dérivé si près de là-bas... Pareil pour Otomaï. Ce n'était pas Sakaï non plus, sinon on serait morts gelés... L'île des Wabbits ? Non, il n'y avait pas de forêt à cet endroit. Il ne restait plus qu'une explication et elle ne me plaisait guère.
Nous nous trouvions sur l'île de Moon, ce qui expliquait qu'il n'y ait aucun signe de vie quelconque.
Je soupirai et jetai un regard vers mon unique vêtement : un caleçon noir, trempé qui me moulait affreusement... Pff, la honte, heureusement que Victoria n'était pas réveillée.
Je m'entourai la taille de feuille en pensant que je devait ressembler à Torzon Dulaire, un explorateur fou qui avait décidé de vivre parmi les singes et qui disait les comprendre. Il était mort, dévoré par un tigre au bout de deux heures.
Victoria ouvrit soudain les yeux, cracha de l'eau et toussa.
 - Beurk, je déteste le goût de l'eau salée fit-elle avec dégoût.
Elle sembla remarquer ma présence et posa ses yeux verts émeraudes sur moi.
 - James ? J'ai cru t'avoir perdu !
Elle se jeta dans mes bras ce qui me surprit fortement. Elle n'était en général pas très démonstrative de ses sentiments.
Elle se détacha de moi, à mon grand regret, baissa les yeux sur sa poitrine et sourit.
 - T'es Mac Gayeuveur, toi !
Je ris jusqu'à ce qu'elle ajoute, ce qui me fit étouffer :
 - J'espère que tu m'as pas matée torse nu, quand t'as fait ton montage, ou que tu m'as pelotée !
Je toussai, rouge comme une pivoine et bafouillai un « non ».
Elle sourit :
 - T'inquiète, je déconne... Bon, on est où, là ?
Reprenant mon souffle et lui lançant un regard de reproche, je répondis :
 - Je pense que nous sommes sur l'île de Moon.
 - Probable. Tu sais où sont tous les autres ?
 - Non, quand je me suis réveillé, il n y avait que toi et moi.
Elle marmonna et se leva, grommelant contre son pantalon trempé qui lui collait au corps.
 - Nous devons faire sécher nos habits dit-elle en rougissant légèrement. Je propose qu'on aille dans l'eau et qu'on ne regarde pas dans la direction de l'autre.
Je hochai la tête et détournai la tête tandis qu'elle se déshabillait. Je l'entendis plonger dans l'eau.
 - Compte pas sur moi pour détourner la tête me lança-t-elle avec un éclat de rire.
Après m'être assuré trois fois qu'elle avait la tête bien tournée, je me débarrassai de mon caleçon trempé, l'accrochait sur une branche au soleil et rejoignis Victoria dans l'eau. À un certaine distance.
 - Dans deux ou trois heures, ça devrait être bon dit-elle, le corps immergé jusqu'au cou dans une eau assez profonde pour cacher son corps.
 
 
 
 
 
                                                                         *
 
 
 
Arty s'écroula dans la jungle obscur. Ils allaient les rattraper !
 - Cours ! Hurla-t-il à Célia qui disparut entre les arbres.
Le Sram se retourna et un coup de poing l'expédia au pays des songes.
Célia courait de toute ses forces. Arty et elle avaient été les plus longs à se faire attraper car ils avaient pu se cacher grâce à l'invisibilité. Seulement, son sort devait se recharger pendant cinq heures et à présent, seul ses talents d'espionne pourrait semer ses poursuivants.
Elle invoqua un double et l'envoya vers l'Ouest, espérant ainsi tromper ses poursuivants.
Elle fit une dizaine de pas en avant puis suivis les traces du double en prenant bien soin de marcher sur les empreintes visibles sur le sol terreux.
Ses pieds nus lui faisait mal. Avec Arty, Johnny, Ashlinn (qui avait miraculeusement survécu à sa chute), Casper, Gauthier et Mina, ils s'étaient cramponnés à un énorme morceaux de L'Espoir qui flottait. De là, ils avaient dérivés jusqu'au sud de l'île de Moon. Essayant un moyen de fabriquer un radeau afin de retourner à Madrestam, une vingtaine de Kannibouls leur étaient tombés dessus et grâce avec des fléchettes trempées dans du somnifère, avaient aussitôt endormis Johnny, Ashlinn, Casper et Mina.
Gauthier Nervey n'était pas allé bien loin non plus.
Bref, maintenant il ne restait qu'elle.
Célia se jeta dans un buisson et s'y cacha, tentant de reprendre son souffle.
Une dizaine de Kannibouls passèrent en courant au bout de deux minutes. Ils n'aperçurent pas la Sram.
Soulagée, la jeune fille se releva prudemment en observant minutieusement les environs. Pas de trace d'un quelconque poursuivant.
Elle s'éloigna en direction de la plage et sortit un foulard bleu sur lequel étaient représentées des fleurs de lys. Elle l'accrocha à un arbre, bien en évidence et s'éloigna.
Alors que soulagée, elle s'apprêtait à sortir de la jungle, une masse sombre apparut et avant qu'elle ne puisse faire quoi que ce soit, d'un coup d'un long marteau, l'assomma.
 
 
 
                                                                      *
 
 
- Nos vêtements doivent être secs, maintenant, déclara soudain Victoria après un long silence.
Elle s'assura que je ne la regardais pas et sortit de l'eau tandis que j'observai le soleil à l'horizon. J'attendais patiemment qu'elle se sèche et s'habille.
 - Tu peux y aller !
Je sortis donc rapidement de l'eau, et attendait un peu au soleil que l'eau sur ma peau s'évapore. Enfin, je pus remettre mes habits en poussant un soupir de soulagement.
 - Bon, nous devons explorer l'île et peut être tenter de retrouver les autres. Avec un peu de chance, ils se sont peut être retrouvés ici, avec nous.
Nous longeâmes la plage de sable blanc, les fins grains s'infiltraient entre nos orteils, nous avions le soleil dans les yeux.
Soudain, à une cinquantaine de mètres, éclatés sur les rochers, je vis un morceau gigantesque de L'Espoir quelque chose de brillant, attirait mon attention.
Je me précipitai vers les restes du navire, Victoria sur mes talons.
Je grimpai sur ce qu'il restait de la poupe et saisis l'objet brillant. Il s'agissait de Lueur, l'épée de sang.
 - Oh, fit Victoria, abasourdie. Quels sont les chances que ça arrive !? Retrouver son épée ainsi...
 - Ce qui est le plus bizarre c'est de retrouver un morceau du navire qui a coulé fis-je d'une voix anxieuse.
J'observai le ciel. Le soleil avait commencé à se coucher, il n'allait pas tarder à faire nuit. J'avais soif, j'étais affamé et fatigué de cette journée et avait hâte de me coucher.
 - Nous devons nous trouver un abri ainsi qu'à boire, avant qu'il ne fasse nuit déclara la jeune fille qui avait suivi mon regard.
J'approuvai d'un hochement de la tête.
 - Essaye de trouver de quoi faire un feu et du bois en plus, moi je tente de trouver de la nourriture et je vais chercher des grandes feuilles pour nous couvrir, cette nuit.
 - Bien chef !
Je fouillai la jungle des yeux et eut un sourire. Des cocotiers. J'hésitai. Mon épée pourrait me servir de hache et donc faire tomber l'arbre, mais cela risquait d'attirer l'attention de diverses créatures hostiles, en effet, l'île de Moon n'était pas réputée pour son hospitalité... Je pouvais aussi grimper à l'arbre, mais si je faisais un chute, je risquai de me casser quelque chose, voir de mourir...
Je m'approchai d'un cocotier et le secouai, la tête levée vers son sommet afin de prévenir toute chute de fruit.
Une demi-douzaine de noix de coco tombèrent tout autour de moi avec un bruit mat. Satisfait, je les calai dans mes bras et rejoignis Victoria qui avait dressé des longs bâtons dans le sable. Elle en avait également liés avec de la ficelle.
 - Où tu as trouvé de la ficelle ?
 - Sur l'épave de L'Espoir, pas très loin de l'épée de sang, pourquoi ?
 - Comme ça...
Je déposai les noix de coco près de la jeune fille, m'éloignai et partis à la recherche de feuilles assez grandes pour recouvrir le bois de la cabane et ainsi nous protéger du vent. Je fis pas moins de trois voyage, découpant à chaque fois avec Lueur.
Au bout d'une heure et demi, nous nous assîmes, épuisés à l'intérieur de notre habitation grotesque et poussâmes un soupir de soulagement.
Je trouai deux noix de coco avec mon épée et en tendis une à Victoria qui me remercia chaleureusement, affamée, assoiffée.
Je bus l'eau de coco avec empressement, chassant ma soif. Une fois terminé, je découpai les deux noix de coco et nous pûmes enfin manger, dans un silence méditatif.
 
 
Nous passâmes la soirée à grignoter, dans le silence, les yeux rivés sur le feu que nous avions allumé.
 - Tu sais, je repense souvent à Ryko, il m'a recueillie, aimée... et moi aussi j'ai appris à l'aimer, il était comme un père pour moi, et la... il ne sera plus jamais avec moi, murmura Victoria.
J'observai longuement son visage, ses yeux verts reflétant les flammes dansantes étaient embués de larmes. Ses lèvres tremblaient légèrement.
Je me remémorai le visage barbu et bienveillant du grand Roublard, ses yeux pétillants de malice, son grand nez rond... puis quand il avait été froidement abattu par Isaac Harien, d'une balle dans le dos tandis que nous tenions Laura en joug.
Je pris la jeune fille dans mes bras et lui chuchotai, à l'oreille :
 - Je suis désolé... tu sais, si tu as besoin de moi pour parler, ou pour toute autre chose, je suis là. Je suis ton ami, et je ne te laisserai jamais tomber.
Nos regards se croisèrent, nous nous dévisageâmes pendant de longues secondes. Nos visage se rapprochèrent lentement, elle ferma les yeux. Nos lèvres allaient se toucher et...
Un hurlement déchira soudain le silence, un cri de souffrance qui nous fit sursauter. Nous nous éloignâmes l'un de l'autre gênés. Je saisis Lueur et sortis dans la nuit noire, suivi de Victoria.
Une pluie torrentielle s'abattit sur nous, nous trempant nos vêtements que nous avions durement fait sécher, quelques heures plus tôt.
 - Ça semblait venir d'ici, remarqua-t-elle d'une voix angoissée en fouillant la jungle sombre du regard.
 - Allons, où est passé la jeune fille vaillante qui n'a peur de rien lui lançai-je, pour la taquiner.
Elle me jeta un regard agacé et sans hésiter, pénétra dans la forêt obscure, balançant les hanches.
Je la suivis avec un sourire mais restais méfiant, qui était donc le propriétaire de cette voix ? Une femme, indéniablement, mais qui ? Célia ? Je ne pouvais tolérer que ma meilleure amie meurt...
Lueur, mon épée de sang émettait une lumière qui nous éclairait sur un cercle de cinq mètres, environ.
 - Et bien, allons jouer les héros ironisa Victoria en repoussant ses mèches trempées par la pluie.
 
 
 
Cela faisait plus d'une heure que nous marchions. Mes pieds nus me faisaient souffrir à chaque fois que je marchai malencontreusement sur une branche ou une pierre. Les grognements de Victoria, derrière moi, m'indiquait qu'elle avait les mêmes soucis.
La pluie continuait de tomber, ce qui m'épuisa bientôt, je n'avais pas dormi depuis qu'on était arrivés sur l'île de Moon.
Nous arrivâmes dans une clairière très fleurie, des fleurs de toutes les couleurs, il y avait des tulipes, des roses, des coquelicots et des centaines et des centaines de violettes ou de jonquille, ce qui constituait un ensemble assez tape à l'½il et coloré. Au centre de la clairière, se trouvait un grands totem, de cinq ou six mètres dont le sommet était représenté par une tête de singe. Une silhouette était accrochée à la base, la tête basse, ses longs cheveux longs cachant son visage.
Nous nous précipitâmes et nous arrêtâmes près du corps, figés d'horreur.
C'était Mina Stirite, son visage aux yeux vitreux, sans vie, exprimait l'horreur, la douleur. Sa forte poitrine, mise à nue avait été ouverte et on lui avait retiré son c½ur qui reposait, à moitié dévoré sur un socle de pierre.
Son corps était totalement nu, couvert d'estafilades en spirale. Une de ses jambes était également en partie arrachée et couvertes de morsures. Humaines.
Je me penchai pour vomir, dégoûté.
 - Quelle horreur, murmura Victoria. Qui a bien pu faire ça.. ?
 - Il n'y a qu'une seule sorte de cannibale, sur cette île, remarquai-je en m'essuyant la bouche.
 - Partons d'ici, j'ai un mauvais pressentiment...
Je ressentis soudain un picotement dans la nuque. Je la tâtai et retirai une petite fléchette.
La tête me tourna, je titubai et m'écroulais dans le sol de fleur, Victoria tomba également. Je sombrai très vite dans l'inconscience.
 
 
 
Lorsque je rouvris les yeux, tout me paru flou. Je ressentais une douleur dans mes bras et lorsque ma vision se fit plus nette, je pus constater que j'étais attaché à une sorte de croix en bois, grossièrement taillée.
 - Nous espérions que vous vous en sortirez, tous les deux déclara soudain une voix que je reconnus immédiatement.
 - Arty !? Que fais-tu ici ?
 - Nous avons été capturés par des Kannibouls qui nous ont amené ici. Puis ensuite ils sont venus nous chercher et nous ont amenés dans une clairière avec un grand totem où Mina Stirite était attachée, puis Moon est arrivé, l'a reniflé... Puis il est partit et les Kannibouls se sont jetés sur elle et...
 - Pas la peine d'en dire plus, j'ai vu son corps. Mais pourquoi font-ils ça ? Pourquoi l'ont-ils mise nue et l'ont recouverte de symboles ?
 - Je ne sais pas, mais en tout cas, Moon est venu, mais elle ne semble pas lui avoir plu.
 - Ils ne font ça qu'avec les femmes ?
 - Sûrement, car elles ne sont pas avec nous.
J'eus du mal à ne pas pleurer. Finalement, les larmes s'écoulèrent le long de mes joues. De toute façon, avec la pluie qui s'abattait toujours sur nous, ça ne devait pas se remarquer.
Victoria, Célia, et probablement Ashlinn... Étaient-elles tous condamnées ?
Je baissai les yeux et vis que j'étais recouvert d'un pagne de couleur marron, qui me collait au corps car il était trempé. C'était toujours mieux qu'un T-shirt et un caleçon, me direz vous...
Un grand Kanniboul squelettique au visage caché par un grand masque noir s'approcha de nous, suivis de deux de ses sbires.
Il leur parla dans une langue que je ne connaissais pas. Ils s'approchèrent de nous et à l'aide d'un couteau, trancha nos liens.
Je tombai dans la boue, ils me redressèrent brutalement et me firent avancer, Arty sur mes talons, une lance pointée dans le dos.
 
 
Au bout d'un quart d'heure de marche, environ, nous atteignîmes à nouveau la clairière. Un corps nu et recroquevillé, couvert d'estafilade tremblait. Mina Stirite avait disparu.
Ils me firent asseoir à coté de Casper Méable qui avait la tête baissée, ses longs cheveux blonds trempés. Gauthier Nervey était près de Johnny qui regardai le chef des Kanniboul, un peu plus loin, d'un regard féroce. Je reconnus également avec surpris Jordan Nuaire, le second de l'ancien navire L'Espoir. Je le pensais mort.
Il n'y avait aucune trace d'Ashlinn, Célia et Victoria, ce qui me fit angoisser. Ce qui était obligé en revanche, c'est que l'une des trois jeunes filles était accrochée au totem.
Le chef des Kannibouls se plaça au centre de la clairière, tout près de la fille et clama, dans notre langue, cette fois :
 - Ce soir ! Ce sera le deuxième test de la déesse Étoile ! Notre bien aimé maître, Moon, va tester cette nouvelle femme, et déterminer si oui ou non, notre déesse peut revivre dans son corps !
 - Il est fou, murmurai-je.
Il releva le visage de la jeune fille et je reconnus avec horreur Célia. Elle me remarqua et détourna les yeux. Malgré la pluie, je voyais bien qu'elle pleurait. Et qu'elle avait peur.
 - LAISSEZ LA ! Hurlai-je en me relevant et en courant vers le maître Kanniboul qui n'esquissa aucun mouvement.
Je fus bientôt rattrapé par trois de ses semblables qui me replacèrent près de mes amis, avec un coup dans le ventre qui me fit plier en deux.
Pendant de longues minutes, rien ne se passa. Nous attendions, attendions. J'en vins à me demander si il y avait une chance que Célia puisse survivre.
Soudain, un éclair marron se faufila près de moi et s'arrêta près du chef Kanniboul. Je fermai les yeux, désespéré. Moon était arrivé.
Il s'approcha de Célia, la renifla longuement, écarta ses bras enserrés sur sa poitrine nue pour les examiner longuement.
Il poussa un long cri et tous les Kannibouls poussèrent un soupir déçu.
 - Non, murmurai-je.
Le chef Kanniboul s'approcha de Célia, un long couteau à la main, tout était perdu.
Puis je la vis, cette lumière dans l'obscurité, cet espoir quand on pensait que tout était terminé... Lueur était apparue, près de moi, brillant comme un soleil. Pourtant, je semblais être le seul à l'avoir remarquée.
Je la saisis, me retournai avec un hurlement et tranchai en deux les trois Kannibouls qui nous gardaient, d'un seul coup, d'un seul geste. Sans hésiter, je me précipitai vers Moon et le chef Kanniboul. Le petit singe me lança un regard surpris tandis que le cannibale brandissait un long sceptre.
J'entendis des bruits de lutte derrière moi. Johnny, Arty et Casper avaient saisi les lances des gardes morts et bataillaient à présent contre nos ennemis.
J'attaquai avec Lueur. À ma grande surprise (et aussi à celle du Kanniboul), la lame traversa le sceptre comme dans du beurre, et coupa le maître de l'épaule au bassin.
Son corps tomba à deux endroits différents en me couvrant de sang.
Moon me regardait avec curiosité et n'accorda pas un regard au corps chaud du cannibale.
Il fit soudain apparaître un marteau dans sa main et m'attaqua.
Le coup qu'il m'envoya me fit valser dans les airs, me cassant une côte ou deux.
Je me lançai un mot de régénération et curatif et me lançai à nouveau dans la bataille.
Moon esquivait ou paraît tous mes coups avec facilité. Il bondissait de partout.
J'esquivai également habilement son marteau, Lueur me guidait, telle une voix dans ma tête qui me chuchotai où je devais me placer, quand je devais attaquer ou défendre.
Je lançai un mot interdit qui atteignit le singe en pleine tête. La puissance du sort, habituellement relativement faible fut d'une puissance dévastatrice et envoya le singe s'encastrer dans un arbre.
Je ne criais pas victoire trop tôt et je fis bien. En effet, le Moon se dégagea et me lança un regard mauvais. Il se concentra et un double de lui apparut, ainsi que des totems qui jaillirent du sol.
L'un d'eux m'embarqua et je me retrouvai à son sommet, en équilibre instable, à trois mètres du sol.
Les deux singes, à peine identifiables à la couleur, en effet, l'un était plus sombre que l'autre grimpèrent également et se jetèrent sur moi.
Je lançai un mot de prévention tandis que deux coups de marteau m'envoyait sur le sol. Je sentis à nouveau un ou deux côte se casser mais n'abandonnait pas.
Je roulai sur le côté tandis qu'un totem s'écrasait à l'endroit où je me trouvais deux secondes auparavant. Les deux Moon se lancèrent sur moi.
 - FOUET ! hurla une voix.
Le Moon plus sombre disparu et le second atterrit près de moi, observant Casper qui venait de lancer le sort, anéantissant l'invocation.
Je me relevai et courus vers le singe qui se retourna vers moi. Je lançai mon épée qui lui transperça la jambe. Il poussa un glapissement de douleur, lâcha son marteau et s'écroula sur le sol.
 - Merci, haletai-je, sans toi j'étais foutu...
Il me tendit une serviette trempée et désigna Célia du regard, puis s'éloigna sans un mot pour aider nos amis contre les Kannibouls.
Je m'approchai de la jeune fille qui cachait pudiquement son corps et lui tendis la serviette. Puis je me détournai le temps qu'elle se couvre.
Enfin, elle me serra la main. Je me retournai, et avant que je ne puisse faire quoi que ce soit, elle m'embrassa. Je sentis tout son amour pour moi dans ce baiser. Pourtant, je ne fis rien mais ne fus pas surpris non plus.
Elle m'interrogea du regard.
 - Je... murmurai-je.
La souffrance apparut dans son regard quand elle comprit.
 - Tu l'aimes, n'est ce pas ?
Je ne répondis pas. Je m'en voulais de lui faire de la peine ainsi mais j'avais toujours vu Célia comme ma meilleure amie. Je n'avais jamais pensé qu'il puisse y avoir une relation amoureuse entre nous. Pourtant, le fait qu'elle m'aimait était indéniable. Comment n'avais-je pas pu le remarquer ? Toutes ces années où nous avions été ensemble tous les deux. Je n'avais jamais imaginé qu'elle puisse être amoureuse de moi. Et maintenant que je savais que je l'avais fait souffrir et espérer pendant des années me fit culpabiliser. Je voulais prendre la souffrance qu'elle avait, ressentir cela à sa place. Je ne voulais pas la laisser ainsi.
Tandis qu'elle pleurait doucement, je la pris dans mes bras et la serrai fort contre moi. Que pouvais-je lui dire ? Que j'étais désolé ? Cela n'arrangerait rien et ne la ferais pas cesser d'avoir de la douleur dans son c½ur. Cependant soulagé de l'avoir retrouvée, je fermai les yeux et pleurai avec elle.




Infectés : Chapitre 6



SPOIIIIIIIIIILLLLLLLLLLLLLLLL pour ceux qui n'ont pas lu !! SPOIL !!

-
-
-
-
-
-
-


Mais quel choix va faire James ? Célia ou Victoria ? Vont-ils réussir à sortir de l'île de Moon et rejoindre Frigost afin d'arrêter Isaac et Laura ? Et une fois là-bas, si ils réussissent, quels alliés pourraient les aider ?
Tout ça dans la suite !
Ps : Gros merci à Olf pour tous ces encouragements et félicitations !
Ps 2 : Ça fait 2 jours que le blog à un an. Et un compteur de visite pourri ! snif, j'suis mal aimé, personne ne se souci de moi... bon j'arrête le délire, à bientôt !






 
 

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.156.39.245) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Dark-phire

    13/12/2013

    Visiteur wrote: "Je sais pas je demanderai a ma copine si elle est ok pour qu'une petite eniripsa nous rejoigne certain soir ( au cas ou je ne revienne pas sur dofus considere que ma copine m'a assassinée^^)
    Ossa-calme
    "

    Je prends note xD

  • Visiteur

    13/12/2013

    Je sais pas je demanderai a ma copine si elle est ok pour qu'une petite eniripsa nous rejoigne certain soir ( au cas ou je ne revienne pas sur dofus considere que ma copine m'a assassinée^^)
    Ossa-calme

  • Dark-phire

    13/12/2013

    Visiteur wrote: "Et il choisit une religion ou la polygamie esr autorisé et garda les deux femmes rien que pour lui^^
    Ossa-calme
    "

    Grave ! ça doit être cool au lit :O !

  • Visiteur

    13/12/2013

    Et il choisit une religion ou la polygamie esr autorisé et garda les deux femmes rien que pour lui^^
    Ossa-calme

  • Dark-phire

    05/07/2012

    Grostasbarbu wrote: ""Elle s'assura que je ne la regardais pas et sortit de l'eau tandis que j'observai le soleil à l'horizon. J'attendais patiemment qu'elle se sèche et s'habille."
    Le mec il fixe le soleil tsé
    "

    Bah ouais, il aime se cramer la rétine :O

  • Dark-phire

    05/07/2012

    Grostasbarbu wrote: "C'est chaud tu écris super bien mec :p "

    Merci :)

  • Grostasbarbu

    05/07/2012

    "Elle s'assura que je ne la regardais pas et sortit de l'eau tandis que j'observai le soleil à l'horizon. J'attendais patiemment qu'elle se sèche et s'habille."
    Le mec il fixe le soleil tsé

  • Grostasbarbu

    05/07/2012

    C'est chaud tu écris super bien mec :p

  • Dark-phire

    30/03/2012

    OLF-94 wrote: "Ah ok, nan parce que je voyait tous les petit tiret du 6 sans rien après c'est pour sa que je t'ai demander sa xD ! C'est pas du tout ce que je croit ? Ok encore mieux alors mdr sa motive pour le prochain !! :-)

    J'ai pas compris pour le bateau, dans tes plans, il devait pas couler c'est sa ? :o
    "

    Je me suis trompé, il y a le Prologue, 11 chapitres, plus l'épilogue. on est qu'à la moitié, en gros ^^'

  • Dark-phire

    29/03/2012

    OLF-94 wrote: "Ok super ! Sa change :) il risque peut être en avoir plus qui sait ? :D et pour le dessein, je suis sur que y'a mieux pour les sramettes ^^' :) ok merci bien pour ses info, bonne nuit lol ! :)"

    Oui, il doit y avoir mieux, mais c'était mon préféré. D'ailleurs j'ai toujours pas trouvé d'image pour le chapitre 2...
    bon j'suis allé sur google image aussi hein x) !
    Bonne nuit à toi aussi.

Report abuse