Infectés : Chapitre 4

ENFIN me diront certains d'entre vous ! En effet, cette suite s'est faite attendre et je m'en excuse... Je n'avais pas trop la motivation d'écrire ces derniers temps, puis là, j'ai eu une petite envie, du coup, j'ai terminé ce chapitre 4...
IG, ça fait longtemps que je n'ai pas joué, ce qui veut dire que j'ai mis 600 000k d'abonnement dans le vent (c'est Chou qui va être content), en effet, de 1 : j'ai pas envie, et de 2 : Je joue plus à la play, sur Jak & Daxter Collection... puis j'ai également acheté un nouveau livre qui est pas mal ( Marquée, pour ceux qui connaissent, le premier d'une longue série de tomes, environ 7 ou 8 )
Bon vous vous en foutez complètement et êtes en train de me maudire car je n'ai pas encore mis le texte... Le voilà !
Bonne lecture.
 
Infectés : Chapitre 4
Infectés : Chapitre 4

Johnny se redressa lentement, le visage caché par ses cheveux emmêlés et crasseux. Son bras infecté n'avait pas disparu, le trou béant au milieu de son torse s'était refermé.
Sa tête se redressa doucement, il repoussa ses cheveux, et tenta de nous sourire à travers sa barbe.
 - Tu m'as sauvé... merci
Célia sourit, Arty laissa échapper un soupir de soulagement.
 - Il faut rattraper Laura et Isaac, il faut les empêcher de mettre le plan de ce malade à exécution, marmonna Arty.
 - Arty... murmura Victoria, je suis désolée... j'ai toujours cru que c'était toi le traître, je ne voyais pas à travers les illusion et elle en a profité, elle nous a tous berné.
 - Avant de les poursuivre, il faut sortir au plus vite d'ici, ensuite, nous devrons retourner au manoir, il y a des survivants prêts à nous aider, là-bas. Nous avons l'avantage du nombre, ce Zobal semble vouloir faire cavalier seul, et ce sera son point faible. Continua Arty, comme s'il n'avait pas entendu la jeune fille.
Johnny s'avança et observa son bras avec intérêt :
 - Je peux vous aider, j'ai les mêmes ennemis que vous, après tout...
Victoria plissa les yeux.
 - Il faudra vous surveiller, on ne sait jamais, vous pourriez continuer de vous transformer à tout moment.
 - Je comprends.
 - Les gars, je ne veux pas vous presser, marmonnai-je, mais on doit y aller, là, la porte va se refermer dans une heure et quart, on a pas le temps de papoter.
 - Tu as raison, allons-y !
Nous sortîmes de la pièce, Johnny Stérique nous guida vers l'entrée. Il connaissait le laboratoire comme sa poche.
Alors que je sortais en dernier, un zombie que je n'avais pas vu se jeta sur moi, avant que je puisse faire quoi que ce soit, il me mordit à la base du cou. Arty hurla et tira, la balle traversa la tête du mort-vivant qui s'affaissa sur moi. Je le repoussai avec dégoût tandis qu'une douleur irradiait ma gorge et mes veines.
Arty saisit un pan de sa cape et l'arracha à l'aide d'un couteau. Il s'approcha de moi, et tenta de me faire un bandage du mieux qu'il pouvait. Tout me semblait flou, j'entendis des cris et des coups de feu, tout semblait si loin et proche à la fois... Je sombrai dans l'inconscience.
 
 
                                                                               *
 
Célia hurla, lorsqu'elle vit les zombies arriver. James s'était très vite évanouit.
Johnny, à l'aide de son bras difforme et qui semblait élastique repoussait les morts-vivants, tandis que Célia aidait Arty à soulever James. Victoria, boitant, avait pris la tête, mitrailleuse à la main.
Ils s'enfermèrent dans une salle, Arty ferma à l'aide d'un verrou. Bientôt, des coups tonitruants résonnèrent à la porte, mais elle tenait bon.
Ils se trouvaient dans un grand vestiaire, qui semblait vide.
Célia et Arty déposèrent James sur un banc et s'assirent près de lui, imités par Victoria. Johnny, quand à lui, préféra rester debout.
 - Il est de quel groupe sanguin, demanda le scientifique, observant le bout de cape rougie de sang qui servait de bandage.
 - AB, murmura Célia, figée d'horreur en observant son meilleur ami.
 - Ça nous laisse donc entre une heure et trois heures pour lui trouver un antidote.
 - Non, ça nous laisse une heure dix, précisa Arty, sinon, nous resterons bloqués ici.
 - Il doit y avoir une autre issue, sinon, comment Crocabulia serait-elle sortie en ville pour contaminer la population ?
 - Les égouts ! J'avais aperçu des yeux dans l'obscurité dans les égouts de Bonta, alors que je fuyais des miliciens, ça devait être elle, il doit y avoir une sortie.
 - Sortie qui risque de nous mener à son repaire, fit remarquer Victoria en rechargeant sa mitrailleuse.
 - Avec un peu de chance, nous aurons trouvé un antidote et soigné James en moins d'une heure, auquel cas, nous avons le choix entre le laisser devenir une de ces créatures et le sauver puis passer par les égouts.
 - Nous sommes deux Srams dans le groupe ! rajouta Célia, nous pourrons donc lancer des invisibilités lorsque nous passerons dans les égouts, comme ça, nous ne risquerons rien !
 - Bien vu petite fit Arty, jovial. Bon maintenant, Victoria, tu restes avec James, Johnny, Célia et moi on part à la recherche d'un antidote, d'accord ?
Victoria voulut protester, mais vu l'état de sa jambe, elle les aurait handicapé plus qu'autre chose.
Elle acquiesça en silence et caressa les cheveux de James, d'un air soucieux.
Arty, Célia et Johnny sortirent d'une porte autre porte, au fond des vestiaires.
Le scientifique prit la tête afin de mener les deux autres jusqu'à la salle des antidotes.
Ils entendaient les mugissements des morts-vivants, pas très loin.
 - Je connais ce laboratoire par c½ur chuchota Johnny, mais pour aller à la salle, il faudra passer par le hall, et on risque de croiser des zombies.
 - Mais ils sont aveugles, non ? Ils se repèrent au son ? demanda Célia.
 - Pas tous, mais la plupart de ceux qui sont dans le laboratoire, oui. Ce n'est pas que Crocabulia qui a contaminé tout le monde. Le virus est sous forme de gaz et il s'est propagé. Le contact des yeux avec le nova 10 les a rendu aveugles.
 - Alors, les créatures de Bonta peuvent nous voir, mais ici, elles ne peuvent que nous entendre conclut Arty.
Johnny hocha positivement la tête et continua de mener Arty et Célia à travers les innombrables couloirs.
Soudain, la lumière se mit à clignoter et s'éteignit, plongeant le petit groupe dans l'obscurité.
 - Les enfoirés, ils ont dû couper le courant ! marmonna Johnny. Ça veut dire qu'ils ne sont pas encore sortis du labo.
 - On s'en fiche d'eux, on doit trouver l'antidote pour James.
 - Oui, mais ça va être difficile de le trouver dans le noir...
 - Nous sommes des Srams fit Arty en lançant un clin d'½il au scientifique. La pénombre, c'est notre spécialité !
 
 
                                                                                 *
 
Tout s'écroulait autour de moi, je voyais le visage ensanglanté de Célia, son regard vide fixé sur moi... Victoria s'affaissa à mes cotés, livide, ses mains maculées de sang serrant son ventre blessé.
La vie s'échappa de son corps, je vis Arty tomber de la montagne, tout était perdu.
Il me regardait d'un regard flamboyant, son masque du Psychopathe lui donnant un air fou.. il s'approcha de moi.
 - Tu ne peux changer ce qui se passera siffla-t-il.
Sa main serrait une longue épée effilée, son bras se leva... et s'abattit sur moi.
 
 
Je me réveillai en sursaut. Ma tête sembla exploser tellement elle me faisait mal. Je hurlai de douleur, le monde était flou autour de moi.
 - Calme toi, calme toi ! s'écria une voix.
La douleur disparut aussi vite qu'elle était venue, ma vision devint plus claire et je discernai devant moi le visage de Victoria. Je me redressai.
Elle semblait angoissée, sa main était posée sur son pistolet. Elle me regardait avec crainte, son regard allait de mon épaule à mes yeux. Avait-elle peur de moi ?
 - Que s'est-il passé ? demandai-je faiblement.
Je regardai autour de moi. Nous nous trouvions dans un vestiaire, chaque casier était fermé d'un cadenas, il y avait trois portes dans la salle. Deux menaient probablement dans les couloirs et la dernière vers les douches.
 - Nous avons été attaqués par des zombies, l'un d'eux t'a mordu. Célia, Arty et Johnny sont à la recherche d'un antidote, et l'électricité a été coupée, heureusement que nous avons des lampes-torches.
 - Ils ne trouveront pas l'antivirus murmurai-je faiblement, Isaac et Laura l'ont emporté... Je suis foutu, fuyez, sauvez votre peau.
 - Non ! Nous ne te laisserons pas... je ne te laisserai pas, je te le promets ! Nous trouverons une solution... Ils trouveront l'antidote !
 - Comment ça se fait que tu ne sois pas avec eux ?
Victoria grimaça et indiqua sa cheville d'un mouvement de la tête.
 - Ah, oui, j'avais oublié.
Nous restâmes silencieux, je n'entendais aucun bruit, mis à part l'écho d'un goutte qui tombait sur le sol, dans les douches.
Je savais que Johnny, Célia et Arty ne trouveraient jamais l'antidote, j'allai me transformer en mort-vivant et tenter de tuer mes amis, tout cela n'était plus qu'une question de temps.
Les secondes s'écoulèrent avec une lenteur désespérante, je sentais le poison de la morsure s'infiltrer dans mes veines, provoquant parfois des pics de douleurs qui m'arrachaient une gémissement.
Victoria était silencieuse. Elle observait le mur en face d'elle d'un air morose et me lançai parfois des coups d'½ils inquiets. C'était la première fois que je la voyais comme ça, elle qui était si sarcastique
Nos trois amis n'étaient toujours pas revenus, leur absence me faisait angoisser... Leur était-il arrivé quelque chose ?
 
 
 
                                                                                *
 
 
Ils fouillaient désespérément chaque salle, à la recherche de l'antivirus, déjà une demi-heure s'était écoulée et la menace du temps rodait autour d'eux, si ils ne faisaient pas vite, James était foutu.
Célia sentit des larmes couler sur son visage lorsque Arty revient, bredouille d'une énième salle.
Le Sram donna un coup de poing rageur dans le mur, laissant une marque.
Sans un mot, Johnny continua de guider Célia et Arty, les couloirs étaient déserts, même les morts-vivants semblaient avoir disparu.
 - C'est terminé... murmura Johnny. Nous avons regardé de partout, ainsi que dans la salle mais l'antivirus n'y était pas... Nous devons retourner au vestiaire chercher votre amie, je suis désolé pour James. Nous ne pouvons plus rien faire.
Célia fondit en larme, Arty l'entoura de ses bras décharnés pour la réconforter. Johnny pensait qu'il la terrorisait plus qu'autre chose mais il s'abstint de commentaire.
Elle se dégagea.
 - Allons-y chuchota-t-elle.
Johnny opina de la tête et attendit qu'Arty et Célia passent devant lui. Tout Sram avait une capacité d'analyse du terrain parfaite, ce qui voulait dire qu'il était sûr que ces deux là connaissent le laboratoire par c½ur, à présent.
Tandis qu'ils avançaient silencieusement, le scientifique sortit une seringue d'une poche intérieure de sa blouse maculée de sang.
Il l'observa quelques instants puis l'introduisit dans son bras infecté. Il ne restait plus qu'une seule solution pour sauver James, mais il savait que les amis du garçon refuseraient ce qu'il allait tenter. Mais c'était le seul espoir...
Johnny préleva de son sang puis rangea la seringue.
 
Ils circulèrent dans les couloirs ténébreux pendant une bonne trentaine de minutes. Arty jeta un coup d'½il à sa montre. Ils devaient faire vite. Il ne restait que dix-sept minutes avant la fermeture définitive de la porte d'entrée du laboratoire.
Ils arrivèrent enfin devant le vestiaire.
Célia frappa doucement à la porte. Victoria ouvrit. La jeune fille était blême, ses yeux rouges laissaient deviner qu'elle avait pleuré.
Arty répondit à la question muette de l'Éni en un hochement de tête négatif. Une unique larme roula sur sa joue mais elle ne dit mot et laissa entrer les deux Srams et le scientifique.
James s'était de nouveau évanoui.
Célia se précipita auprès de son ami et passa sa main sur son visage. Son front trempé de sueur était brûlant, ses paupières frémissaient, preuve d'un cauchemar.
 - L'infection s'est beaucoup propagé commenta Johnny. Il ne lui reste que quelques minutes.
Célia fondit à nouveau en larme et Victoria l'entoura de ses bras. Pourvus de chair et de peau ça devait quand même être mieux ne put s'empêcher de songer le scientifique.
Arty resta un peu à l'écart, observant une dague qu'il tenait entre ses deux mains.
Johnny s'approcha de James et sentit le regard suspicieux de Victoria dans son dos.
 - Arrêtez !
Mais avant qu'elle ne puisse faire quoi que ce soit, Johnny sortit la seringue cachée dans sa manche, la planta dans le cou de James, à la base de la blessure et injecta le sang.
Quelques secondes plus tard, Johnny fut projeté d'un coup de poing d'Arty contre le mur. Et en un éclair, le Sram était sur lui, le tranchant de sa dague entaillant la gorge du scientifique.
 - Qu'est ce que tu lui as injecté ! Réponds !
 - Mon sang ! C'était le dernier espoir, maintenant, soit il meurt, soit il s'en sort, mais je pense qu'il préférerait mourir que devenir une créature, tu ne crois pas !
Arty ne bougea pas d'un centimètre, il scruta le visage de Johnny qui déglutit.
 - Il vaut mieux pour toi qu'il s'en sorte fit le Sram d'une voix froide.
Tous tournèrent la tête vers James, toujours inconscient. Il se débattait dans son sommeil, probablement en proie à un cauchemar. Ou à la douleur. Il se mit à convulser violemment. Il hurla...
Puis se tut. Son corps cessa de bouger. Il ne respirait plus.
Célia éclata en sanglot et se précipita vers son ami qu'elle étreignit avec force.
 - Il ne respire plus ! NOOON ! Faites quelque chose ! S'écria-t-elle, désespérée, ses larmes salées tombant sur le visage de James.
Johnny ne dit mot, tête basse. Arty observait le scientifique d'un regard féroce tandis que Victoria essuyait discrètement des larmes qui perlaient ses yeux verts.
Victoria s'approcha de Célia et s'accroupit près d'elle.
 - C'est fini... nous devons partir, maintenant dit-elle doucement.
La Sram se jeta dans ses bras et continua de pleurer, mais elle se dégagea, essuya son visage en larme et se dirigea vers Johnny et Arty qui attendait patiemment. Le visage du scientifique avait pâlit. Comment avait-il pu se tromper à ce point, lui qui n'admettait jamais d'erreur et offrait un travail consciencieux. Il était presque certain qu'en administrant son liquide vital au jeune Éni, il le sauverait du poison. Outre les effets secondaires, l'antivirus dans le sang de Johnny aurait dû annihiler le virus dans celui de James.
Non, il n'avait pas pu se tromper !
Victoria poussa alors un cri de stupeur, les yeux rivés sur James.
 - Il respire !
Johnny poussa un soupir de soulagement. En effet, la poitrine du jeune garçon se soulevait avec lenteur. Néanmoins, il vivait.
 - Tu as eu de la chance, Stérique, déclara vivement Arty, avec cependant une note de soulagement dans la voix.
Célia pleurant et riant à la fois se rendit aux cotés de son ami.
Il ouvrit les yeux.
 
 
                                                                                   *
 
Tout me semblait flou. Je voyais au dessus de moi, en double, le visage trempé de larmes mais pourtant souriant de mon amie, Célia.
Arty, Johnny et Victoria m'observait avec soulagement, un immense sourire aux lèvres.
 - Quoi ? demandai-je d'une voix pâteuse.
 - Oh rien, on t'expliquera plus tard fit Victoria, d'une voix hautaine. Avant, nous devons sortir d'ici.
 - J'ai une bonne, et une mauvaise nouvelle... soupira Arty. La mauvaise est que la porte s'est refermée, à présent et que nous devons donc passer par les égouts. La bonne nouvelle, est que je connais l'emplacement des égouts. J'ai bien étudié le plan que Thomas Reuto m'a fourni, et nous ne sommes qu'à quelques pas des escaliers permettant d'accéder à une salle débouchant sur les égouts.
 - Alors allons-y !
Je me levai. Mes jambes me faisaient souffrir et je dû m'appuyer sur l'épaule que me présentait Johnny.
Arty sortit silencieusement de la pièce, braquant un pistolet argenté devant lui. Il inspecta le couloir en quelques secondes et nous fit signe de le suivre.
Arty et Célia ouvraient la marche, observant minutieusement chaque recoin. Venait ensuite Johnny et moi. Nous avancions lentement, j'avais en effet très mal aux jambes ( et je ne savais même pas pourquoi) ainsi qu'à la tête.
Victoria nous suivait de près, vérifiant régulièrement que nous n'étions pas suivis par une horde de zombies affamés.
Arty pénétra dans une pièce, nous le suivîmes. Elle était spacieuse et très éclairée. Un énorme générateur en occupait la majeure partie. Une multitude de câbles étaient reliés à lui et disparaissaient dans les murs, le sol et le plafond. Il y avait, à gauche de la pièce, un énorme trou. Une odeur nauséabonde s'en dégageait. Nous avions trouvé les égouts.
(Étant donné que nous sommes déjà en sous-sol, ne vous étonnez pas qu'on ne doivent pas descendre pour accéder aux égouts)
Nous franchîmes le trou.
Arty nous arrêta et chuchota :
 - Célia et moi allons lancer un sort d'invisibilité sur l'ensemble de notre groupe. On ne sait pas ce qu'on va rencontrer, là-dedans, peut être Crocabulia, alors nous devons être extrêmement prudents.
Il lança le sort d'invisibilité sur Johnny, lui-même et moi tandis que mon amie et Victoria disparaissaient.
 - Repérage ! chuchotèrent Arty et Célia d'une même voix.
 - A présent, je peux tous nous voir, et Célia également expliqua le Sram. Mais à priori, Victoria tu ne peux pas voir James et Johnny et vice-versa.
En revanche, je voyais parfaitement Johnny et Arty. Les effets de l'invisibilité ne devaient marcher que pour ceux qui n'étaient pas touchés par le sort.
 - Bien allons-y, et pas un bruit ! continua Arty.
 
 
Les égouts étaient lugubres, l'air empestait. Nous pataugions dans l'eau viciée depuis déjà plus d'une heure.
 - Erk, c'est dégueulasse ! Ronchonna la voix de Victoria. Je ne pouvais pas la voir, mais en revanche, je l'entendais bien !
Nous nous passâmes de commentaire et continuâmes en silence.
L'invisibilité d'Arty et Célia tenait toujours. Par chance, nous n'étions tombés sur aucun mort-vivant ou sur Crocabulia qui d'après les rumeurs, habitait les égouts.
Nous atteignîmes un carrefour, Arty nous fit bifurquer à droite.
 - Nous arriverons dans environ cinq minutes, chuchota-t-il.
Un grognement retentit soudain. Deux yeux brillèrent dans l'obscurité, l'eau était agitée de vaguelettes tandis qu'une grande masse sombre approchait.
Crocabulia apparut alors. D'une couleur noirâtre, sa carcasse était squelettique, ses petites ailes en partie arrachées pendaient misérablement dans son dos hérissé de pointes acérées. L'une de ses pattes était atrophiée, morte, alors que l'autre était anormalement développée, beaucoup plus grande que la normale, avec au bout trois doigts boursouflés dotés de longues griffes sales maculées de sang séché.
Crocabulia huma l'air, se rapprocha lentement de nous.
Johnny porta le doigt à sa bouche. Nous nous immobilisâmes.
La dragonne infectée approchait toujours. Elle était à deux doigts d'Arty qui ne bougeait pas d'un centimètre.
Elle s'éloigna du Sram et s'approcha de Johnny qui me soutenait toujours, et moi.
Son museau était à quelques millimètres de mon visage, je sentais son souffle putride, qui empestait la viande avariée.
Elle poussa un petit mugissement... puis s'éloigna de moi.
La dragonne disparut dans l'obscurité et ne revint pas.
Cependant, Arty nous fit signe de rester immobiliser encore quelques instants.
Au bout de dix longues minutes, il murmura enfin :
 - C'est bon, on peut y aller.
Nous continuâmes donc, tâchant de faire le moins de bruit possible.
Enfin, nous aperçûmes une échelle. Nous la grimpâmes en silence, Arty toujours en tête et sortîmes.
Le soleil m'éblouit, mais ce que j'étais content de ressentir sa chaleur sur ma peau ! J'avais cru ne jamais ressortir de ce laboratoire.
Arty et Célia levèrent le sort d'invisibilité. Victoria remit la plaque d'égout en place et se releva avec un sourire.
 - Bien, nous ne sommes pas encore sortis d'affaire dit Arty. Nous devons trouver une voiture et retourner au manoir. Là-bas, il y aura des volontaires pour nous aider à poursuivre Laura et Isaac. Évidemment, Célia et James, vous n'êtes pas obligés de nous aider. Vous avez vécu assez d'horreurs comme ça...
 - Non, répliquai-je. Je dois vous aider, il faut empêcher ces malades de détruire Frigost... Le monde a assez souffert à cause du Nova, alors si il reste encore un semblant de vie sur le monde des douze, nous devons le protéger à tout prix !
Célia hocha la tête pour approuver mes paroles.
 - D'accord, alors nous devons retourner au manoir. Une fois là-bas, nous recruterons un maximum de personnes. Ensuite nous irons jusqu'au port d'Amakna pour nous rendre à Frigost. Toute la côte Ouest n'est pas sécurisée à cause du virus. D'après les rumeurs, les seuls endroits du continent – hors les îles – qui ne sont pas infectés sont le port d'Amakna et le village des brigandins. Une fois à bord du bateau, nous irons à Frigost pour retrouver Laura et Isaac avant qu'ils ne mettent à bien leur plan. Des questions ?
Nous hochâmes négativement la tête.
 - Bien, alors à présent, nous devons trouver une voiture.
Arty piqua la première voiture cinq places qu'il trouva, une misérable Touinego, et s'assit derrière le volant. Victoria, boudeuse de ne pas pouvoir conduire se mit entre Célia et moi, à l'arrière du véhicule.
Johnny prit enfin place et Arty, après avoir « miraculeusement fait démarrer la voiture » (en fait, les clefs étaient dans la boîte à gant...) démarra en trombe et se dirigea vers le manoir.
Nous devions faire vite, le temps nous était compté. En effet, Laura Ticide et Isaac Arien n'allaient pas attendre patiemment qu'on arrive pour mettre leur plan à exécution.
 
Infectés : Chapitre 4



J'espère que ça vous a plu, personnellement, j'ai préféré le chapitre 3... Le chapitre 5 en ligne, dès qu'il est écrit !

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.156.39.245) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Dark-phire

    05/07/2012

    Grostasbarbu wrote: "La crocabulia s'approcha de nous et nous piétina. Fin de l'histoire x)"

    Oupah :P

  • Grostasbarbu

    04/07/2012

    La crocabulia s'approcha de nous et nous piétina. Fin de l'histoire x)

  • Dark-phire

    17/03/2012

    OLF-94 wrote: "Qui sait ? Les méchant veulent toujours qu'on puisse les arrêter on dirait x) m'enfin bref... ENORME ! Si on pouvait mettre plus d'un kif je l'aurait fait!!!! J'attendais sa y'a très longtemps ! J'ai du relire les anciens textes pour recomprendre un peu l'histoire et le personnage principal qu'est James. C'était dur xD mais j'ai tout lu <3.

    C'est incroyable mais l'idée de invisible dans les égouts, c'est exactement ce que j'ai mis dans le chapitre V de mon histoire ^^' tu m'a devancer xD non lol tes le plus fort sérieux... J'imagine qu'on devrait attendre encore pour bien longtemps le chapitre 5 mais ce n'est pas grave car il faut pas que sa empêche ta vie IRL d'avancer.
    Un bon et beau travail, que dire d'autre ? Bah encore plein de félicitation mais si je continue comme sa on aura pour longtemps x) a++++ !!!! Je kiff :D
    "

    Merci beaucoup, ça fait énormément plaisir :D, je ne pense pas qu'il y aura une aussi grande attente pour le chapitre 5, car les cours ayant repris, j'en profite pour écrire (en espagnol et histoire, du moins), ce qui me permet d'aller plus vite.

  • OLF-94

    16/03/2012

    Qui sait ? Les méchant veulent toujours qu'on puisse les arrêter on dirait x) m'enfin bref... ENORME ! Si on pouvait mettre plus d'un kif je l'aurait fait!!!! J'attendais sa y'a très longtemps ! J'ai du relire les anciens textes pour recomprendre un peu l'histoire et le personnage principal qu'est James. C'était dur xD mais j'ai tout lu <3.

    C'est incroyable mais l'idée de invisible dans les égouts, c'est exactement ce que j'ai mis dans le chapitre V de mon histoire ^^' tu m'a devancer xD non lol tes le plus fort sérieux... J'imagine qu'on devrait attendre encore pour bien longtemps le chapitre 5 mais ce n'est pas grave car il faut pas que sa empêche ta vie IRL d'avancer.
    Un bon et beau travail, que dire d'autre ? Bah encore plein de félicitation mais si je continue comme sa on aura pour longtemps x) a++++ !!!! Je kiff :D

  • Kra-beste

    16/03/2012

    mdr kikou vas lol tkt

  • Dark-phire

    16/03/2012

    Kra-beste wrote: "tres bien même si j'ais pas tous lus juste un gros encouragement parce que tu dois passé du temp a ecrire cela mais tu joue quand a dofus en faite?^^
    "

    Quand j'ai envie x)

  • Kra-beste

    16/03/2012

    tres bien même si j'ais pas tous lus juste un gros encouragement parce que tu dois passé du temp a ecrire cela mais tu joue quand a dofus en faite?^^

  • Dark-phire

    16/03/2012

    Akiko-many wrote: "J'aime beaucoup j’attends le prochain chapitre avec impatience "

    Merci :) ! Le prochain... bah j'ai que le titre d'écrit pour le moment ><

  • Akiko-many

    16/03/2012

    J'aime beaucoup j’attends le prochain chapitre avec impatience

Report abuse