Infectés : Chapitre 3

Et oui, déjà, j'ai été assez rapide, pour une fois, je dois dire que je me suis embarqué dans l'histoire et que je n'ai pas pu m'arrêter... tant mieux pour vous, hein !
Voilà donc cette suite, avec beaucoup d'action de surprise, de sang et surtout, de révélations !
 
 
 
 
Infectés : Chapitre 3
Infectés : Chapitre 3
  Johnny Stérique se réveilla en sursaut, grognant de douleur.
Il avait peine à respirer, sa peau était blanche, couverte de sang. Une longue barbe avait poussé sur ses joues, ses cheveux, qu'il portait d'habitude courts, lui arrivaient à présent aux épaules.
  Que s'était-il passé ? Pourquoi était-il en vie, alors qu'il s'était senti mourir, lorsque son bras avait été coupé, son dos transpercé par une pointe aussi dure que l'acier ? Et surtout, combien de temps s'était écoulé ? Pourquoi ne s'était-il pas réveillé avant ?
Il observa son bras gauche, qui avait disparu, seul un flot continu de sang coulait, mais étrangement, il ne ressentait aucune douleur. Baissant les yeux vers son torse, il vit un trou béant de sang, où il ressentait là, une petite pointe de douleur.
Comment pouvait-il être en vie après de telle blessure, pourquoi tout le sang qui lui manquait dans son corps ne semblait pas l'atteindre ?
  Johnny se releva péniblement, sa blouse de scientifique et son pantalon étaient trempés de son sang, qui s'écoulait dans une mare de plusieurs litres sur le sol.
Il marcha péniblement, en directions des salles où on testait tous ces virus et produits sur les animaux, là-bas, il trouverait de quoi se soigner.
Les couloirs habituellement animés étaient déserts, sans une quelconque trace de vie, que s'était-il donc passé ?
Johnny parcourut des centaines de mètres, et lorsqu'il arriva devant une salle à la porte vitrée entrouverte, il entendit un grattement.
 - Qu'est ce que... souffla-t-il, poussant légèrement la porte.
  Le grand Iop entra dans la pièce, plongée dans le noir. Il aperçut quelques tables renversées et des papier jonchaient le sol. Dans un coin, une silhouette remuait, tournée vers le mur, de telle sorte que Johnny ne pouvait apercevoir son visage.
 - Excusez-moi, que s'est il passé ? demanda alors l'Iop, cachant son bras mutilé dans sa blouse sanglante.
  L'homme se retourna et Johnny tressaillit d'horreur. La face de l'individu était blanchâtre, ses orbites, vides, les yeux manquaient, la peau, autour de la bouche avait disparue, révélant la mâchoire, entre ses dents, l'Iop aperçut des morceaux de chair sanguinolents, provenant d'un bras arraché que tenait l'homme.
Johnny n'esquissa pas un mouvement, tandis que le zombie reniflait. Après quelques instants de suspens insoutenable, elle se retourna lentement et se remit à arracher le membre avec ses dents.
Johnny s'éloigna à reculons, sans quitter le mort-vivant du regard et une fois dans le couloir, il se retourna enfin et s'enfuit rapidement.
  Tout commençait à se mettre en place dans la tête du scientifique, l'alerte rouge qui avait bloqué chaque porte, la trahison de Laura Ticide...
Il était évident, que la jeune femme avait ½uvré pour que quelqu'un puisse mener à bien ses projets, et libérer le virus...
Mais il ne savait pas quel rôle elle avait bien pu jouer dans la conspiration.
  Une douleur irradia soudain son moignon, là où son bras avait été coupé, observant la chair sanglante, il vit avec horreur qu'elle semblait s'animer, des tentacules semblaient pousser, lui arrachant des vagues de souffrance épouvantables. Il entra dans un laboratoire où des squelettes de petits animaux jonchaient le sol et se laissa tomber contre une table. Il s'évanouit.
 
 
                                                                         *
 
  Le Zobal me regardait, insistant, jusqu'à ce que dame Alpha lui demande, attirant son attention :
 - Vous n'avez pas rencontré de problème, sur la route ?
Il détacha enfin son regard de moi et le reporta sur la jeune femme.
 - Aucun problème, nous pouvons y aller.
  Jean Caisse prit la tête de notre groupe, suivit de près par le Sadida aux poils bordeaux, derrière eux, Laura Ticide et le Zobal discutaient en silence, venaient ensuite Ryko Rateur flanqué d'Arty Chaud et de Célia puis enfin, par Victoria Tomik, près de moi, qui me regardait en biais :
 - Tu vas bien ?Tu a peur ? M'interrogea-t-elle avec douceur.
 - Oui, j'ai peur, je n'ai jamais été entraîné pour ce genre de mission... je me suis contenté de survivre, jusqu'ici... et toi ?
  Elle ne répondit pas mais ses mains gantées se crispèrent sur sa mitraillette peinte en jaune citron avec sur le côté, des ailes de démons. Ou d'Éniripsa, à voir.
Nous pénétrâmes dans le parking désert. Jean, qui avait allumé une lampe-torche fixée à son arme dirigea le faisceau de lumière dans tous les recoins, à la recherche d'une éventuelle menace, mais tout était calme, le seul bruit provenait de l'écho de nos pas sur le sol en béton.
  Nous atteignîmes un ascenseur qui semblait assez grand pour contenir une douzaine de personnes, vu la taille de ses portes. Le Sadida qui était arrivé avec l'ami de dame Alpha sortit un mini-ordinateur portable d'une sacoche qui pendait à sa ceinture et se mit à taper sur le clavier, très rapidement.
 - Voici Thomas Reuto, expert en informatique, précisa Laura. Et mon ami, Isaac Arien, j'avais oublié de faire les présentation.
 - Inutile déclara Isaac, de sa voix glacée et mielleuse à la fois. Elle me fit froid dans le dos.
 - L'ascenseur ne fonctionne pas, fit soudain Thomas en levant les yeux. On va devoir faire du sport.
 
 
                                                                           *
 
  Après avoir dévalé d'innombrables marches, nous nous retrouvâmes devant une porte assez grande pour y rentrer un camion. Un logo – un « N » entouré d'un cercle – clignotait au centre de la paroi qui semblait épaisse de plusieurs centimètres.
 - Hum... La porte semble verrouillée, je vais devoir pirater le système de défense et nous pourrons entrer dans le labo... Mais je risque de faire sauter le courant, en faisant ça et il faudra très vite le rallumer, il vaut mieux que la plupart des autres portes restent fermées... dit Thomas Reuto après avoir consulté son ordinateur.
 - Alors pirate nous ça vite fait, trouve un plan du labo et trace un itinéraire jusqu'à la salle du générateur, où nous pourrons remettre l'électricité ordonna Ryko.
  Le Sadida hocha la tête et se remit à taper énergiquement sur son clavier.
Laura Ticide prit la parole, nous nous tournâmes vers elle :
 - Faisons un récapitulatif. Si l'un de nous est infecté par une créature, il sera abattu, sauf si nous sommes, à ce moment là en possession d'un antivirus quelconque. Si l'un de nous se perd, il n'aura qu'à appuyer sur la balise, sur le brassard que vous avez au bras droit. Si l'un de nous voit une créature et que celle-ci ne le remarque pas, il faudra à tout prix l'éviter, et être le plus discret possible. Beaucoup d'entre elles sont aveugles et se réfèrent au son pour localiser leur cible, donc soyez vigilant et silencieux. Je vous souhaite à tous bonne chance et espère que nous ressortirons tous indemne de ce laboratoire.
  La porte au logo coulissa sur ces paroles et disparut dans le sol. La voie était libre.
Jean Caisse et Ryko Rateur prirent la tête du groupe tandis qu'on pénétrait dans le laboratoire obscur. Thomas avait raison, l'électricité avait sauté, plongeant les couloirs dans le noir. La seule source de lumière provenait des lampes-torches fixées aux mitraillettes.
Les deux hommes fouillèrent le moindre recoin et nous firent un signe de la main. Nous pouvions y aller.
 - Ah, avant d'aller plus loin, fit Thomas, vous devez savoir que la porte restera ouverte pendant deux heures, puis sera définitivement close. De l'intérieur, du moins. Afin qu'aucune fuite puisse s'échapper du laboratoire, même si c'est déjà fait, n'aggravons pas notre cas, la porte sera fermée mais pourra être ouverte par un code que voici (il nous tendit à tous un petit papier sur lequel des chiffres étaient inscrits), ne le perdez pas, il pourrait être votre seule porte de sortie, si quelque chose tourne mal.
  Nous hochâmes la tête en prenant le papier que je fourrai dans une poche de ma veste et continuâmes d'avancer, Ryko et Jean toujours en tête.
Nous arrivâmes à un croisement et Thomas nous fit signe de tourner à gauche, puis s'immobilisa.
 - Merde, je crois qu'on a un problème siffla-t-il entre ses dents.
 - Quoi encore grogna Ryko en lui lançant un regard noir.
 - Il semblerait qu'il y a deux générateurs, pour restaurer l'électricité... et ils ne sont pas au même endroit, l'un l'autre, nous allons devoir nous séparer, sinon nous perdrions trop de temps !
 - Ah ouais ? Et comment tu fais pour guider deux équipes, tu te sépares en deux ?
 - Hum... il faudrait que l'un de l'équipe où je ne serais pas apprenne le l'itinéraire, je ne vois pas d'autre moyen, sauf les guider à distance, mais comme je serais en mouvement...
 - Ok, fit Arty Chaud, je ne serais pas dans ton équipe, déjà, je possède une très bonne mémoire, je me chargerais de les conduire.
 - Nous devons déterminer deux équipes, intervint Laura. Arty, tu vas aller avec James, Victoria, Ryko et Jean. Thomas, Isaac, Célia et moi-même constituerons le deuxième groupe, compris ?
Nous acquiesçâmes.
  Arty observa minutieusement le plan qu'affichait l'ordinateur de Thomas Reuto et se retourna vers moi. Il fit signe à Ryko, Jean et Victoria de le rejoindre et s'approcha de moi.
 - Bien, je suis le plus haut gradé parmi vous, ce qui fait de moi votre chef. Vous devrez m'obéir, quelque soit l'ordre que j'impose. Si il devait m'arriver quelque chose, Ryko s'occupera de vous.
Nous hochâmes la tête. Arty s'avança en premier, suivit par Jean, puis Victoria et moi. Ryko fermait la marche.
  Les couloirs étaient sombres, il n'y avait pas, semblait-il, de zombies rôdant dans les parages, le silence était complet, même le bruit de nos bottes foulant le sol était camouflé.
Au bout d'environ un quart d'heure, Arty nous arrêta.
 - Nous ne sommes plus très loin, mais je sens qu'un danger est proche, soyez silencieux et prudents !
Nous bifurquâmes à gauche, Arty dégaina un magnum et éclaira les environs avec son autre main. Aucune trace de vie.
 - La voie est libre, j'ai dû me tromper grommela le Sram.
Nous pénétrâmes dans une nouvelle salle, à l'intérieur, je distinguai les contours d'un gros générateur, celui même qui devait produire de l'électricité.
 - Ici Arty Chaud à dame Alpha, tu me reçois ? Nous sommes arrivés dans la salle du générateur, vous y êtes ?
 - Nous y serons dans quelques secondes, répondit la voix de Laura Ticide.
Je me rapprochai d'une seconde porte, entrouverte, quelque chose brillait à l'intérieur de la salle... je l'ouvris doucement, d'une main, mon attention focalisée sur l'objet, une montre en or, apparemment...
 - Courant rétabli ! Fit la voix de Thomas Reuto avec jovialité.
La lumière revint d'un coup dans la salle. Elle éclaira des dizaines de zombies qui se retournèrent vers moi... et bondirent.
 - MERDE ON BOUGE ! Hurlai-je, refermant la porte d'un coup de poing.
  Nous nous élançâmes hors de la salle, dehors, dans les couloirs à présent éclairés, des dizaines de mort-vivants couraient en notre direction, Arty, tirait, visant la tête avec son magnum, Victoria, Ryko et Jean utilisaient leur mitraillette.
Je dégainai mon pistolet, je ne m'en étais jamais servi... je tirai sans réellement viser, en direction des monstres qui se rapprochaient dangereusement...
 - Par là ! S'écria Victoria en s'engageant dans un couloir.
  Je m'empressai de la suivre, sans me soucier des autres qui étaient derrière moi, vidant leurs chargeurs sur les créatures.
Jean fut le premier à lâcher son arme. Il dégaina deux katanas qui étaient fixés sur son dos, d'un geste, il se taillada les bras, le sang ruissela sur le sol. Il faisait appel à ses pouvoirs de Sacrieur.
 - Fuyez, cria-t-il, je les retiens, ils sont trop nombreux pour qu'on puisse leur échapper !
  Il continuait de se taillader, tandis que les créatures s'approchaient dangereusement. Enfin, il cessa son activité macabre, l'hémoglobine jaillissait de ses bras, telle un fontaine.
Il poussa un rugissement de rage et s'élança sur ses ennemis. Ses lames fendaient les airs, découpaient chaque membre qui dépassait, il circulait parmi ses ennemis, tel un danseur mortel, ne répandant derrière lui que sang et mort.
Cependant, les zombies étaient trop nombreux, il se retrouva très vite entouré de toute part. Le désespoir se lisait dans ses yeux.
Il lâcha ses sabres, attendit que les créatures soient sur lui et...
 - PUNITION !
  Victoria me tira par le bras tandis qu'une énorme explosion retentissait. Le mur près de moi vola en éclat, un assourdissement terrible retentit, de la poussière s'éleva et m'ensevelit tandis que Victoria me projetait à terre pour éviter un pan de mur, qui s'écroula.
Je me relevai en toussant, il n'y avait plus aucun bruit, Jean avait réussi à vaincre ses ennemis. Mais était-il encore en vie.
 - Aide moi à me relever joli c½ur grogna Victoria.
Je l'aidai donc, elle était blême, son visage exprimait la douleur. Elle avait dû faire une mauvaise chute.
 - Je me suis foulé la cheville gémit-elle, fermant les yeux.
 - Prends appui sur moi, nous ne pouvons pas rester ici...
 - Où sont Ryko, Arty et Jean ?
 - Je ne sais pas...
  Nous ressortîmes. Les zombies avaient disparu. Je vis un bras en sang, coincé sous des gravats. Jean avait donné sa vie pour nous sauver.
Victoria resta médusée quelques instants devant les décombres, ses yeux embués de larmes fixant le bras inerte.
  Quelqu'un me toucha soudainement l'épaule et je me retournai en sursautant. C'était Ryko, suivi de près par Arty qui rechargeait son arme.
 - Nous avons perdu le contact avec dame Alpha, déclara Arty, nous sommes donc seuls... Il faut envisager l'hypothèse que nous sommes les derniers survivants, et nous mettre à la recherche de l'antivirus... allons-y...
 - Nous ne savons même pas où c'est, souffla Victoria, de plus, je suis blessée, nous devons partir, nous allons tous mourir, ici !
 - Là, tu es en train de dire que Jean est mort pour rien. Nous devons terminer cette mission.
  Victoria baissa la tête. Arty avait raison. Il fallait trouver un antidote, un moyen d'éradiquer ce virus qui avait décimé le monde des douze en quelques mois, transformé ses habitants en créatures dénuées de conscience...
Le talkie-walkie qui pendait à la ceinture d'Arty se mit à grésiller, le Sram le porta à sa bouche d'un geste fébrile.
Des coups de feu se faisaient entendre, ainsi que des cris.
 - Les gars, on a été attaqué ! J'ai été séparé des autres, je suis acculé, c'est foutu pour moi, hurla la voix de Thomas Reuto. Arty, je t'ai transféré tout ce que j'ai pu, sur ton téléphone portable, trouve ce fichu antidote et sauve le monde, content de vous avoir connu... GLOIRE AUX SURVIVANTS !!!
  Sa voix se noya sous les coups de feu très certainement produits par sa mitrailleuse. Très bientôt, on entendit cependant plus que le mugissement des créatures, et le cri de Thomas qui ne dura pas longtemps...
  Arty, sans manifester la moindre tristesse, sortit son téléphone portable et appuya sur les touches.
 - Bien, fit-il d'une voix contrôlée... j'ai l'itinéraire, allons-y !
  À nouveau, nous suivîmes le Sram à travers les couloirs, éclairés, cette fois. Il y avait parfois des créatures, mais à ces moments là, nous prenions garde à être le plus discret possible. Nous nous enfoncions de plus en plus dans le laboratoire macabre, nous avions déjà perdu deux hommes, et nous n'étions même pas sûr que Laura, Isaac et Célia étaient en vie. Je l'espérai de tout c½ur, non pas que j'éprouvais une affection particulière pour Laura ou Isaac, qui lui, me faisait froid dans le dos, mais je n'avais pas envie de perdre ma meilleure amie.
Nous entrâmes dans une grande salle. Sur le sol, des squelettes d'animaux étaient éparpillés ça et là, les tables, où devaient avoir lieu diverses expériences étaient renversées, une multitude de feuilles étaient également présente dans toute la salle.
 - Enfin, vous êtes là... fit soudainement la voix rauque d'un homme, assis contre une vitre, le visage blanc, d'immenses cernes sous les yeux. Il avait un gros trou dans la poitrine, où bizarrement, pas de sang ne s'échappait. Il lui manquait le bras gauche, une barbe sale couvrait ses joues et ses cheveux emmêlés et puant lui arrivant aux épaules.
 - Qui êtes-vous, demanda Arty avec prudence, en pointant son magnum sur le blessé.
 - Je suis Johnny Stérique, et je vais vous raconter ce qui s'est passé.
 
 
                                                                        *
 
 
Nous fixions, abasourdis, l'homme qui prétendait connaître le mystère du laboratoire.
 - C'est arrivé il y a deux ans, je sais, et c'était très bien pensé d'ailleurs...
 - Comment pouvez-vous être encore en vie, deux ans après et suite à de telles blessures ? interrogea Arty, l'air menaçant, sans baisser son arme.
 - Je ne le sais pas, je sens un changement dans mon corps... bientôt, il changera, deviendra plus puissant... plus résistant, car elle m'a contaminé...
 - Qui elle ? De quoi parlez vous !?
 - Je vais tout vous expliquer... depuis le début.
Je jetai un coup d'½il interrogatif à Arty qui hocha lentement la tête.
 - Bien... Ryko, tu surveilles que rien n'arrive, Victoria, assieds-toi quelque part, tu vas aggraver ta blessure. James, fait bien attention à notre ami bavard, c'est compris.
  Ryko prit position près de la porte, Victoria s'assit sur une chaise de bureau que je retournai pour elle.
Johnny Stérique commença son récit :
 - Dans ce laboratoire, nous effectuions divers tests, de différents virus sur différents animaux. Cela faisait des années que les recherches biologiques avaient commencé, dès le début de l'évolution, de la création de l'électricité, et la modernisation du monde des douze.
«  Je n'ai pas été l'un des premiers laborantins à fouler le sol de ce laboratoire. Au début, les expériences étaient portées sur des petits animaux, tels que les tofus, les prespics, les chachas ou les bouftous, ce qui est toujours le cas, d'ailleurs.
Mais nous avons été avides. Avant que je travaille dans ce laboratoire, alors que je n'étais à l'époque, qu'un nourrisson, voilà une quarantaine d'années, on dit qu'un groupe de laborantins auraient capturé la très célèbre Crocabulia, reine des dragoeufs et après l'avoir endormie, auraient pratiqué une longue série de test sur la dragoeuf. Au bout de quelques mois, elle était méconnaissable, d'après les dires des scientifiques, devenue folle, une redoutable tueuse, pire qu'avant, mais en plus, infectieuse. Ils s'en seraient aperçus suite à une contamination de la part de Crocabulia. L'homme infecté aurait alors muté, et les laborantins ont du l'abattre, suite à cela, plus aucun test n'a été pratiqué sur Crocabulia, elle a été enfermée dans une partie du laboratoire, et son nom a sombré dans l'oublie.
Jusqu'au jour où quelqu'un a décidé de la libérer, et ainsi, de détruire ce laboratoire et ses recherches, et par la même occasion, j'imagine, anéantir le monde des douze. »
  Le scientifique se tut, tandis que trois personnes entraient en courant dans la pièce : Laura Ticide, Isaac Arien et mon amie, Célia.
Elle se jeta dans mes bras avec soulagement.
 - Je suis content que tu ailles bien sanglota-t-elle.
Laura tressaillit en voyant Johnny Stérique, son visage s'assombrit, il continua son histoire :
 - Quelqu'un devait libérer Crocabulia, mais pour cela, il fallait qu'il passe toutes les défenses du laboratoire : se présenter à l'accueil, montrer sa carte, sans quoi il ne peut entrer, ne pas se faire remarquer, y compris par le gardien de la porte derrière laquelle est tapie la Dragoeuf.
«  Alors quelqu'un, dans le labo a dû faire entrer illégalement l'individu, cette même personne a dû tromper le gardien, Jeannot Stalgique. Tout le monde dans le labo savait que c'était un pervers qui adorait regarder dans les douches ou les vestiaires des femmes. Alors quoi de mieux, comme diversion, que d'entraîner un Iop crédule dans un placard, et de se déshabiller pour que l'intrus se faufile derrière Jeannot, l'élimine et puisse ½uvrer tranquillement pour libérer Crocabulia ? Ce que je ne comprends pas, c'est pourquoi avoir libéré cette chose, qui a éliminé toute forme de vie dans le laboratoire... mais Laura va pouvoir nous expliquer, n'est-ce pas ?
«  C'est toi qui a aidé un intrus à se faufiler dans le laboratoire, toi qui a fait diversion en m'emmenant dans ce placard, toi qui a tenté de m'éliminer, seule preuve de ta culpabilité parmi l'enfer qu'est ce laboratoire. Mais ton coup a échoué ! Crocabulia m'a mutilé et par la même occasion, m'a contaminé, ce qui m'a empêché de mourir. Je suis tombé dans un long coma, sûrement d'un ou deux ans, vu ma barbe et mes cheveux, et avant de me changer en monstre, j'ai révélé toute la vérité sur toi, Laura Ticide ! »
Un silence de mort suivit ses paroles, Laura tremblait de rage.
Ryko se tourna vers elle et pointa son arme dans sa direction.
 - Est-ce que c'est vrai ? demanda-t-il, glacial.
 - Oui... souffla-t-elle avec dédain, lançant un regard haineux en direction de Johnny qui était secoué d'un fou rire inexplicable.
  Ryko secoua la tête, je voyais son doigt trembler... il allait appuyer sur la gâchette...
Un coup de feu retentit, tout le monde se figea. L'arme trembla un peu plus dans les mains du géant et tomba, suivit du corps du Roublard, qui heurta le sol avec lourdeur.
Isaac baissa son pistolet et le pointa dans ma direction.
 - Tututu, on se calme, mes amis... fit-il d'un ton doucereux.
Célia se cramponna à moi, Arty se plaça devant moi, en un geste protecteur.
 - Je ne vous éliminerai pas, je préfère que ce soit votre ami l'Iop qui le fasse, lorsqu'il sera transformé. Il a vu juste, je suis l'individu en question qui a libéré Crocabulia... pourquoi ? Car je veux dominer ce monde, bien sûr... J'ai mis au point un autre produit, capable de contrôler tous ces monstres, je n'aurais qu'à le lancer au dessus de chaque grande ville où ils sont regroupés, et ils seront sous mes ordres, prêts à détruire les monstres de Frigost... Eh oui, en plus d'être le maître de ce monde, j'aurai ma vengeance, j'éliminerai l'Obsidiantre, et tous ses amis, je les éliminerai pour avoir tué ma famille, il y a de cela des années, ILS PAIERONT ! Voilà pourquoi j'ai fait tout ça, vous devez croire que je suis fou... c'est peut être le cas, vous avez raison !
Il éclata de rire.
 - Je suis le maître du jeu, du monde, tout m'appartient, y compris vos vies... regardez, un mouvement du doigt et je vous élimine tous ! Mais je veux garder du suspens, vous garder en vie, pour que vous souffriez mieux...
Il était dément, je voyais ses yeux briller de folie, derrière son masque de Zobal.
 - Laura ! Hurla-t-il, il est temps de sortir... donne un antidote à nos amis, ils pourront éliminer un zombie, comme ça ! HAHAHAHAHA !
La Féca s'exécuta... depuis le début, elle avait l'antidote, elle et son maître.
Arty l'attrapa au vol.
 - Au revoir, mes amis !
  Isaac disparut, suivit par Laura Ticide. Ils avaient l'antidote, qu'ils avaient dû récupérer assez rapidement, sans que Thomas et Célia ne s'en aperçoivent.
Johnny Stérique hurla de douleur, son moignon disparut, un long membre rougeâtre terminé de griffes impressionnante le remplaça, la chair se reconstitua au niveau de son abdomen...
 - Attends... j'ai une idée s'écria Célia !
  Elle arracha l'antidote des mains d'Arty, se précipita aux côtés du Iop. Elle planta la seringue dans son nouveau bras et injecta l'antivirus.
Johnny Stérique fut prit de convulsion, il se redressa, vomit et retomba sur le sol, hurlant de douleur, se tordant.
  Ses yeux se rouvrirent. Il était impossible de dire s'il était encore humain.


J'espère que ça vous a plu, la suite dès que je l'aurais écrite, laissez vos avis et conseils !
Infectés : Chapitre 3


 
 

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.156.39.245) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Dark-phire

    18/08/2013

    Directioner-Vampette wrote: "Super"

    Merci ^^'

  • Directioner-Vampette

    18/08/2013

    Super

  • Dark-phire

    19/02/2012

    OLF-94 wrote: "Je sais je sais t'inquiète ;) avant de partir en vac, tu m'avait envoyer ses textes. Pour te dire vrai j'avais dit remballe je lirait jamais c'est trop long. Avec chance j'ai copier coller tes textes avant de partir et je les ai lu en route. Sa m'a pris 45min pour lire le prologue et les 3chapitres comme quoi il faut vraiment avoir le courage de lire car c'est vraiment long. Finalement j'ai lu et je t'ai envoyer mes impressions. À cause de ta puissance de texte je croi que je vais supprimer mon histoire qui est sur mon blog car sa fait trop banal par rapport à toi. Sa m'énerve de voir des gars si bon. Envoie le chapitre 4, je l'attend ;) "

    J'ai écris qu'une page pour le moment :X, mais d'ici la fin de la semaine ça devrait être bon... M'enfin, je promets rien !

  • OLF-94

    19/02/2012

    Je sais je sais t'inquiète ;) avant de partir en vac, tu m'avait envoyer ses textes. Pour te dire vrai j'avais dit remballe je lirait jamais c'est trop long. Avec chance j'ai copier coller tes textes avant de partir et je les ai lu en route. Sa m'a pris 45min pour lire le prologue et les 3chapitres comme quoi il faut vraiment avoir le courage de lire car c'est vraiment long. Finalement j'ai lu et je t'ai envoyer mes impressions. À cause de ta puissance de texte je croi que je vais supprimer mon histoire qui est sur mon blog car sa fait trop banal par rapport à toi. Sa m'énerve de voir des gars si bon. Envoie le chapitre 4, je l'attend ;)

  • Dark-phire

    19/02/2012

    OLF-94 wrote: "Mdr carement? Dofus battle est une appli d'Ankama sur iPhone . On doit arrêter un type fou qui à rendu fou tout les monstre d'amakna . "

    ah.. bah j'ai pas copié, je connais pas, et la, c'est les humains qui sont devenus zombies, pas les créatures^^', puis c'est dans les temps modernes

  • OLF-94

    19/02/2012

    Mdr carement? Dofus battle est une appli d'Ankama sur iPhone . On doit arrêter un type fou qui à rendu fou tout les monstre d'amakna .

  • Dark-phire

    19/02/2012

    OLF-94 wrote: "Histoire tout simplement incroyable, tu as copier un peu sur dofus battle mais ta version est x fois mieux. En lisant ses très long chapitre, je me suis rendu compte que par rapport à certain je suis vraiment un nul et sa me dégoute vraiment ... Tu devrai publier un vrai livre "Infecter" .. Je n'ai rien a dire à par le sentiment de faiblesse et que tes le meilleurs, chapeau à toi !.. Hâte de savoir la suite et je si je suis fan, c'est pour cette histoire.."

    C'est quoi Dofus Battle x) ? franchement j'ai rien copié, je connais même pas ^^'
    Merci pour ces encouragements, beaucoup de monde disent que j'écris bien (ma prof de français y compris), ça doit venir du fait que je lis beaucoup !

  • OLF-94

    19/02/2012

    Histoire tout simplement incroyable, tu as copier un peu sur dofus battle mais ta version est x fois mieux. En lisant ses très long chapitre, je me suis rendu compte que par rapport à certain je suis vraiment un nul et sa me dégoute vraiment ... Tu devrai publier un vrai livre "Infecter" .. Je n'ai rien a dire à par le sentiment de faiblesse et que tes le meilleurs, chapeau à toi !.. Hâte de savoir la suite et je si je suis fan, c'est pour cette histoire..

  • Croc-Team

    19/02/2012

    C'est frais ! ;)

  • Dark-phire

    17/02/2012

    Akiko-many wrote: "j'aime beaucoup"

    Merci :)

Report abuse