Infectés : Prologue.

Je crois vous avoir annoncé il y a quelques mois que je souhaitais écrire une nouvelle (petite histoire) pour le blog, qui tournerait en plusieurs chapitres. J'avais donc écrit le prologue il y a longtemps, et je me décide enfin à vous le poster, par contre, il faudra attendre pour la suite, puisque je ne l'ai pas écrite, puis ça vous tiendra en haleine (enfin, le peu de lecteurs qui me suivent)...
 
Bref, pénétrez dans un nouveau monde des douze moderne, découvrez des personnages délirants et surtout... N'ayez pas peur... Mouhahahaha.
A vos lunettes !
Infectés : Prologue.
Infectés : Prologue.


  Le Monde des Douze a changé.
La technologie l'a emporté, bientôt, la ville de Bonta, comme celle de Brakmar furent envahies de buildings, et de véhicules à quatre roues.
En l'an 1645, le gouvernement de Bonta décida d'étudier les étonnants animaux qui peuplaient encore les rares plaines d'Amakna. Beaucoup des anciennes créatures ont disparu...
  Le gouvernement captura des Tofus, des Bouftous, des chachas, chienchiens, Dragounes et même, la très redoutée Crocabulia.
Un laboratoire de recherche souterrain fut érigé afin d'accueillir les scientifiques et les animaux.
  Les scientifiques, sur ordre des chefs de Bonta testèrent alors divers produits sur les animaux, et Crocabulia, devenue méconnaissable fut enfermée, et bientôt, son nom sombra dans l'oubli.
Mais les fantômes du passé resurgissent toujours...
 
Infectés : Prologue.
Johnny Stérique, dans sa belle voiture décapotable Ferrarro, pestait.
C'était bloqué, des centaines de véhicules klaxonnaient, à cause de l'accident, les miliciens, vêtus d'uniforme bleu et blanc, couleurs de Bonta faisaient passer les voitures une par une.
Une ambulance bloquait la moitié de la route, et lorsque Johnny put enfin passer, il déglutit à la vue du malheureux, mort.
Le reste du trajet se déroula rapidement, au grand soulagement de l'homme.
Il consulta sa montre, et s'aperçut avec étonnement qu'il avait trente minutes d'avance.
Pff ! Il était encore une fois parti trop tôt ce matin !
  Johnny, dans sa Ferrarro rouge s'arrêta devant une barrière et tendit obligeamment sa carte de scientifique au garde qui pourtant, le connaissait.
Le garde fit un signe de tête, appuya sur un bouton et la barrière se releva.
Johnny entra alors et attendit patiemment que la porte du garage se relève.
Lorsqu'elle fut relevée, il pénétra à l'intérieur et s'enfonça dans les sous-sols obscurs.
Oui, sous la couverture d'un garage VIP était en fait dissimulé un laboratoire de recherche souterrain où des centaines, voir des milliers de scientifiques s'activaient à tester divers produits sur des animaux, ou les mélangeant avec d'autres substances.
  Johnny Stérique soupira en entrant dans les vestiaires pour hommes, où il s'habilla de sa blouse blanche et de ses gants transparents, indispensables afin d'éviter des blessures inutiles.
Les vêtement étaient trop petits, ça faisait un mois que Johnny en réclamait d'autres.
Les vêtements étaient trop petits car lui, était un Iop. En fait, une espèce très rare de Iop car il était intelligent, il était donc le seul de sa classe à travailler dans ce laboratoire.
Il entra alors dans une salle complètement sombre qui s'éclaira soudainement, éclairée par des centaines de néons bleus, y compris sur le sol.
  - Bonjour Johnny, tu vas bien aujourd'hui ?
  Le Iop sursauta et se retourna vers la voix indéniablement féminine qui lui avait parlé.
La propriétaire de la-dite voix était une magnifique Féca, aux longs cheveux noirs et bouclés, aux lèvres pulpeuses recouvertes de rouge, au corps... rmmm, disons, euh... Agréable à regarder, et aux yeux verts encadrés de lunettes rectangulaires.
Johnny s'efforça de ne pas baver.
 - Bonjour Laura fit-il dans un souffle.
Une autre voix s'éleva alors, provenant d'un haut-parleur fixé dans un coin du plafond.
  - Laura Ticide et Johnny Stérique, bonjour, contente de vous voir.
Une porte s'ouvrit et les deux scientifiques, d'un pas souple, sortirent de la pièce. Laura Ticide lança un sourire ravageur à Johnny qui déglutit péniblement.
 - Ça te dit qu'on aille boire un café, puisque nous sommes en avance ? demanda alors la splendide Féca, tout en continuant de marcher.
 - D'accord !
Ils se dirigèrent donc vers la cafétéria.
Infectés : Prologue.

 Laura Ticide et Johnny Stérique lancèrent un soufflement d'exaspération.
Après avoir testé des dizaines de produits nocifs sur un Tofu, ce dernier était mort.
 - Les créatures ne sont plus ce qu'elles étaient ! marmonna Laura qui saisit un téléphone et composa un numéro.
  Johnny saisit délicatement le Tofu et l'enveloppa dans une serviette blanche tandis que Laura Ticide braillait dans le téléphone qu'elle voulait un autre Tofu, plus solide cette fois.
La scientifique en colère se tourna vers Johnny et haussa un sourcil en voyant le Iop relever le regard à toute vitesse.
 - Dis, tu matais mes fe...
  Un jeune homme nerveux pénétra alors dans la pièce comme une furie, coupant Laura et déposa un Tofu en cage sur une table.
  Alors que la Féca allait sortir le petit oiseau jaune qui piaillait comme un fou, une sonnerie s'éleva, annonçant la pause.
Laura poussa un grognement de satisfaction et suivit Johnny, qui se dirigeait à nouveau vers la cafétéria.

Infectés : Prologue.

 
  Jeannot Stalgique grommela.
Certes, il devait garder du matin au soir une porte et savait que derrière cette porte, il y avait quelque chose de très important : Une autre porte. Puis une autre, très très résistante, qui n'avait pas été ouverte depuis au moins 15 ans.
Mais il s'ennuyait. Bon, il avait accès aux vidéos de surveillance et il aimait particulièrement les douches des femmes, les vestiaires des femmes et les placards, car pendant les pauses, disons que... il se passait pas mal de chose dans les placards.
Hors, là, il s'ennuyait, car il n'y avait personne dans les douches et les vestiaires, et ce n'était pas l'heure de la pause.
  Il sursauta lorsque sur un écran, un placard s'ouvrit et qu'une femme aux longs cheveux noirs et bouclés poussa un homme imposant à l'intérieur.
Jeannot allait envoyer quelqu'un pour déloger les deux qui « s'amusaient » en dehors de leur temps libre mais suspendit son geste lorsque la splendide jeune femme retira sa blouse blanche.
Le garde s'installa confortablement. Et ressentit soudain une immense douleur. Une balle venait de lui transpercer la poitrine. Il s'écroula, émettant un gargouillis étouffé.
  Celui qui avait tiré sortit de l'ombre et se promit de féliciter Laura Ticide, à qui il avait demandé de faire diversion afin de tromper le garde. Mais il était loin de se douter que Laura avait de toute façon, l'intention de faire ce qu'il lui avait ordonné...
Bref, l'homme, au visage protégé par une cagoule saisit un trousseau de clefs accroché à la ceinture du gros garde.
Il ouvrit la première porte, puis la deuxième. Et il resta devant la troisième qui n'avait aucune serrure. Il sembla hésiter un moment mais il s'accroupit.
Alors il plaça la bombe. Et s'enfuit rapidement.
 
 
                                                                    *
 
  Johnny fut très étonné lorsque Laura Ticide lui intima de la suivre et encore plus lorsqu'elle le fit entrer dans un placard et encore encore plus lorsqu'elle l'embrassa fougueusement et commença à se déshabiller !
La jeune femme se retrouva très vite nue et Johnny, tétanisé, ne pouvait détacher son regard du joli visage de Laura.
 - Laura, euh... tu... tu sais, je suis marié et... commença le Iop en déglutissant, tâchant de ne pas baisser le regard
 -Tais-toi, je me fiche totalement de ta femme grogna la féca et retirant la blouse blanche de Johnny Stérique.
  Ce dernier ferma les yeux et tenta de repousser la Féca mais celle-ci lui retira rapidement son pull, puis son T-shirt.
Et un bruit assourdissant, suivit d'une grosse secousse ébranla alors le bâtiment, déstabilisant les deux scientifiques, bientôt, une alarme retentissante se fit entendre, stoppant la Féca dans son élan.
 - Qu'est ce que c'est que ça, encore ?
  Johnny repoussa la jeune femme qui n'esquissa aucun geste pour se rhabiller, et tenta d'ouvrir la porte en fer du placard. Impossible.
Il se tourna vers Laura et ferma aussitôt les yeux.
 - Laura ! Rhabille toi, c'est pas une alarme ordinaire !
  La jeune femme ronchonna mais obtempéra, remettant sensuellement ses vêtements tandis que Johnny, gêné, se détournait. Lorsqu'elle se fut rhabillée, Johnny la sentit se coller contre lui et soupira.
Il se rendit soudain compte qu'il était torse nu et remit prestement sa blouse blanche.
 - Bon, arrête, d'un, j'ai une femme et je ne compte pas la tromper et de deux, ce n'est pas le moment ! grogna le iop en repoussant fermement la scientifique.
 - Tu me trouves moche, c'est ça ? geignit-elle, comme une gamine de cinq ans. C'est les lunettes ?
 - Mais non, tu es splendide et n'importe quel homme normalement constitué aurait envie de toi, mais je suis marié !
  La Féca, boudeuse ne répondit pas et s'assit dans un coin où il n'y avait pas trop de balais.
Johnny leva les yeux au ciel et tenta d'ouvrir la porte. Rien à faire.
Dépité, il s'assit près de Laura Ticide et attendit.
Les deux scientifiques, au bout d'une heure se mirent à discuter et la jeune Féca fit élégamment remarquer que s'ils mourraient, le iop aurait pu se laisser faire. Enfin, en faire aussi, quand même, mais bon, voilà !
Ça faisait trois heures, qu'ils attendaient dans leur placard lorsqu'un grognement sourd se fit entendre, glaçant le sang de Johnny et Laura qui en profita pour se serrer contre le corps musclé du Iop.
  Quelque chose se mit alors à frapper contre la porte du placard avec force, de plus en plus fort... La porte ne tiendrait pas ! Les deux scientifiques se jetèrent contre la porte et poussèrent de toute leur force... Elle allait céder... Mais les coups cessèrent subitement et le calme revint.
Le c½ur battant, les deux collègues attendirent de longues minutes mais le phénomène ne se reproduisit pas.
 - Et là, tu n'es toujours pas convaincu qu'on va mourir et qu'on pourrait le faire ?
  Johnny lança un regard agacé vers la Féca – qui en profita pour déboutonner sa blouse – et s'abstint de répondre.
 - Nous devons sortir de ce placard fit le Iop en se levant prestement.
 - Tu as raison, nous devons trouver une pièce avec un grand lit en forme de c½ur et...
 - Laura !
 - Oui ?
 - Arrête, ce n'est pas le moment, nom d'un Chienchien !
La Féca lui lança un sourire resplendissant d'innocence et Johnny Stérique soupira. Encore.
La scientifique se leva néanmoins et se plaça près du grand Iop.
 - A trois on ouvre, d'accord ?
  Laura hocha la tête.
 - Un, deux...
 - Mais on est deux, pas trois fit soudainement la Féca qui n'avait pas envie de sortir et qui s'amusait follement.
  L'Iop faillit l'étrangler et précisa :
 - Non, je compte jusqu'à trois, et à deux, on ouvre, compris ?
 - Non.
 - Comment ça non !
 - Ben tu viens de dire que tu comptais jusqu'à trois, et qu'on ouvrait à deux, ce n'est pas logique !
 - NON BOR... je veux dire qu'on ouvre nous deux, à trois !
 - A deux ou à trois ?
 - RAAAAAAAA, on ouvre quand je dis maintenant ! OK ?
 - OK !
  Et lorsque le Iop fit « maintenant », il tenta d'ouvrir la porte seul et manqua de se démettre l'épaule, il poussa un cri de douleur.
 - Pourquoi ne m'as tu pas aidé ? fulmina-t-il, se retenant de se lancer sur Laura.
 - J'ai pas entendu.
Le Iop, impatient, faillit lancer une tempête de puissance sur la Féca mais se retint, il avait besoin d'elle pour ouvrir la porte.
 - Bon, je crie maintenant, et on ouvre.
 - Ok !
 - Maintenant !
  La Féca, cette fois obéissante l'aida à ouvrir la porte et le verrou, déjà mal en point, céda.
Le couloir, faiblement éclairé était désert.
 - Allons vers l'entrée, sortons d'ici !
  Les deux scientifiques se dirigèrent alors vers l'entrée du laboratoire, sans rencontrer âme qui-vive sur leur passage, ce que Johnny trouvait très suspect.
Ils arrivèrent enfin devant l'ascenseur menant au garage où était garée la Ferrarro du Iop.
Ascenseur qui s'ouvrit.
Hors, alors qu'il allait pénétrer à l'intérieur, Johnny Stérique ressentit une terrible douleur à la poitrine.
  Il eut le temps de se retourner pour voir Laura, tenant un couteau ensanglanté.
 - Désolée mon chou, je n'avais pas le choix.
  Elle pénétra dans l'ascenseur, poussant Johnny, agonisant, en dehors.
Johnny leva un regard suppliant vers elle.
 - Peut être que si tu t'étais laissé faire, je t'aurai laissé en vie... fit elle pensivement, avant d'appuyer sur le bouton pour monter.
  Johnny, haletant sortit un petit disque de sa poche qu'il posa sur un comptoir, près de l'accueil.
Alors, tout s'éteignit.
Et venu de l'obscurité, un grognement sourd s'éleva.
Johnny hurla de terreur pendant un court instant avant de retomber lourdement sur le sol. Mort.
Infectés : Prologue.



Voilà pour ce prologue très "hot", bon, c'était vers mes débuts d'écrivain, donc je faisais plus de fautes qu'actuellement, même si je me suis vite relu... La suite dans une ou deux semaines, je vais voir, je veux quand même vous tenir en haleine...
Bref, lâchez des com's pour donner votre avis !
Tchouss ! (article concernant Dofus prochainement, vous inquiétez pas)
 
Edit : Correction de l'article ( suppression de la mise en gras du titre et des sous-titres et espaces entre les dialogues enlevés, ainsi que rajout d'une image de fin)












 
 
 

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.156.39.245) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Dark-phire

    13/05/2013

    Team-Teany wrote: "Bon je n'ai pas eu le temps de lire avant avec ce long week-end un peu trop chargé^^'
    J'aime beaucoup le début, et j'irais lire la suite dès que possible, même si je trouve ça trop dommage que Johnny soit déjà mort alors que l'on commençait tout juste à le suivre =P
    "

    Tout le monde trouve ça dommage :D

  • Team-Teany

    13/05/2013

    Bon je n'ai pas eu le temps de lire avant avec ce long week-end un peu trop chargé^^'
    J'aime beaucoup le début, et j'irais lire la suite dès que possible, même si je trouve ça trop dommage que Johnny soit déjà mort alors que l'on commençait tout juste à le suivre =P

  • Dark-phire

    24/12/2012

    Bouhd wrote: "Pas mal deja ce chapitre je vais m'emprésse de lire les autre pendant que je joue dans les donjons =) comme les gens jouent lentement je me lit sa tien "

    Merci, la suite est mieux :P !

  • Bouhd

    23/12/2012

    Pas mal deja ce chapitre je vais m'emprésse de lire les autre pendant que je joue dans les donjons =) comme les gens jouent lentement je me lit sa tien

  • Croc-Team

    05/01/2012

    Sympa,n'hésite pas a envoyé un message quand la suite est sur papier ;)

  • Dark-phire

    05/01/2012

    Pipo-team wrote: "Hâte de lire la suite x)"

    Faut que je l'écrive :X Promis, ce week-end, je me motive !!

  • Pipo-team

    05/01/2012

    Hâte de lire la suite x)

  • Dark-phire

    04/01/2012

    Qc-Team wrote: "C'est vraiment bon :p continue comme ça !
    "

    ;P, Merci !

  • Qc-Team

    04/01/2012

    C'est vraiment bon :p continue comme ça !

Report abuse